mardi 29 septembre 2009

De l'influence du grec sur le Provençal : Marseille

.

Dans son étude sur le littérature et les parlés méridionaux du sud de la France à travers l'histoire, Mary-Lafon nous donne un lexique, assez réduit, des mots grecs passés directement dans le parlé de Marseille : un reste de Phocée, une transmission à travers le latin, un apport des populations levantines à travers le moyen-âge (retour des croisades, émigrations suite à l'avancée turque, comptoirs commerciaux au levant) les hypothèses sont nombreuses... De nombreux mots se sont transmis au languedoc martime voisin, surtout dans le langage des pécheurs !

Voilà l'état des choses en 1842 :

Le vieux port

XXI ème : Siège CMA CGM


0+0+0+0+0+0+0

Marsyas 2 est dans son 7 ème mois d'existence.
Le futur s'annonce plein de projets, le maintient de l'équipe actuelle, d'autres collaborations parallèles sur des sujets nouveaux avec d'autres blogs régionaux, des manifestations importantes de la région... la culture dans un des ses états... : Lou païs & li lengo nostro

Voilà Octobre, c'est bientôt!

.

lundi 28 septembre 2009

J. Verdaguer : A BARCELONA

.

La Provence & la Catalogne sont plus que cousines...

Jacint Verdaguer

Une présentation en catalan de ce poète si important : lien

La poésie de cette renaissance néo-romane du XIX ème, éclaire encore nos jours, Mistral la Provence, Verdaguer la Catalunya,... Chacune eut un destin très différent, elles se retrouvent aujourd'hui encore et toujours dans cette Europe, qui regarde plus au nord qu'au sud; mais révons un peu à.....

A BARCELONA

Quan a la falda et miro de Montjuïc seguda,
m'apar veure't als braços d'Alcides gegantí
que per guardar sa filla del seu costat nascuda
en serra transformant-se s'hagués quedat aquí.

I en veure que traus sempre rocam de ses entranyes
per tos casals, que creixen com arbres en saó,
apar que diga a l'ona i al cel i a les muntanyes:
mirau-la; os de mos ossos, s'és feta gran com jo!

Perquè tes naus, que tornen amb ales d'auroneta,
vers Cap-del-Riu, a l'ombra no es vagen a estellar
ell alça tots los vespres un far amb sa mà dreta
i per guiar-les entra de peus dintre la mar.

La mar dorm a tes plantes besant-les com vassalla
que escolta de tos llavis lo codi de ses lleis;
i si li dius "enrera!" fa lloc a ta muralla
com si Marquets i Llances encara en fossin reis.

En nàixer amazona, de murs te coronares,
mes prompte ta creixença rompé l'estret cordó;
tres voltes tel cenyires, tres voltes lo trencares,
per sobre el clos de pedra saltant com un lleó.

Per què lligar-te els braços amb eix cinyell de torres?
No escau a una matrona la faixa dels infants;
més val que l'enderroques d'un cop de mà, i esborres.
Muralles vols ciclòpees? Déu te les da més grans.

Déu te les da d'un rengle de cimes que et coronen,
gegants de la marina dels de muntanya al peu,
que ferms de l'un a l'altre les aspres mans se donen,
formant a tes espatlles un altre Pirineu.

Amb Montalegre encaixa Nou-pins; amb Finestrelles,
Olorde; amb Collserola, Carmel i Guinardons;
los llits del riu que seguen eix mur són les portelles;
Garraf, Sant Pere Martir i Montgat, los torreons.

L'alt Tibidabo, roure que sos plançons domina,
és la superba acròpolis que vetlla la ciutat;
l'agut Montcada, un ferro de llança gegantina
que una nissaga d'hèroes clavada allí ha deixat.

Com tu devoren marges i camps, i es tornes pobles,
los masos que et rodegen, ciutats los pagesius,
com nines vers sa mare corrent a passos dobles;
a qui duran llurs aigües sinó a la mar, los rius?

I creixes i t'escampes; quan la planície et manca
t'enfiles a les costes doblant-te a llur jaient;
en totes les que et volten un barri teu s'embranca,
que, onada sobre onada, tu amunt vas empenyent.

Geganta que tos braços avui cap a les serres
estens, quan hi arribis demà, doncs, què faràs?
Faràs com heure immensa que, ja abrigant les terres,
puja a cenyir un arbre del bosc amb cada braç.

Veus a ponent estendre's un prat com d'esmeralda?
Un altre Nil lo forma de ses arenes d'or,
a on, si t'estreteja de Montjuïc la falda,
podrien eixamplar-se tes tendes i ton cor.
[...]
I aqueix esbart de pobles que viuen a la costa?
Són nimfes catalanes que et vénen a abraçar,
gavines blanquinoses que el vent del segle acosta
perquè amb tes ales d'àliga les portes a volar.
[...]
Junyits besar voldrien tos peus amb ses onades,
esclaus de ta grandesa, Besòs i Llobregat,
i ser de tos reductes troneres avançades
los pits de Catalunya, Montseny i Montserrat.

Llavors, llavors en témer que el vols per capçalera,
girant los ulls als Alpes, lo Pirineu veí
demanarà, eixugant-se la blanca cabellera,
si la París del Sena s'és trasplantada aquí.
[...]
-Avant, ciutat dels Comtes, de riu a riu ja estesa,
avant, fins on empenga ta nau l'Omnipotent;
t'han presa la corona, la mar no te l'han presa;
del mar ets reina encara; ton ceptre és lo trident.

La mar, un dia esclava del teu poder, te crida,
com dos portells obrint-te Suès i Panamà:
quiscun amb tota una Índia rienta te convida,
amb l'Àsia, les Amèriques, la terra; l'Oceà.

La mar no te l'han presa, ni el pla, ni la muntanya
que s'alça a tes espatlles per fer-te de mantell,
ni eix cel que fóra un dia ma tenda de campanya,
ni eix sol que fóra un dia faró del meu vaixell;

ni el geni, aqueixa estrella que et guia, ni eixes ales,
la indústria i l'art, penyores d'un bell esdevenir,
ni aqueixa dolça flaire de caritat que exhales,
ni aqueixa fe... i un poble que creu no pot morir!

Ton cel té encara totes ses flors diamantines;
la pàtria té sos hèroes, ses lires los amors;
Clemència Isaura encara de roses i englantines
fa cada primavera present als trobadors.

Lo teu present esplèndid és de nous temps aurora;
tot somniant fulleja lo llibre del passat;
treballa, pensa, lluita; mes creu, espera, i ora.
Qui enfonsa o alça els pobles, és Déu que els ha creat.

fragments

samedi 26 septembre 2009

Alan Costantini : LA FONT DE VIDO

.

LA FONT DE VIDO

Lou vicomte Carle de Nouaio qu’avié estigança un ufanous jardin dins lou relarg grassen disié : « La vido d’un jardin es l’aigo : soun utilita, sa sounoureta, sa bèuta ». Mai en Prouvènço i’a pas que l’aigo que raio di font, i’a tambèn, de fes, lou vin.

La legèndo de Sant Gènt afourtis que lou jouine mountelen, retira dins lou valoun dóu Bausset, avenè d’un roucas uno font d’aigo puro e un autro de vin pèr douna de refrescamen e de forço à sa maire anequelido que lou venié vesita. Soucitouso de temperànci, la maire demandè à soun enfant de seca la font de vin : « Moun fiéu, ié venguè, leissés pas gasta inutilamen lou bèn dóu cèu ; agoutas la font dóu vin, que sarié uno font de malur. »
Aquest evenimen pòu parèisse pintouresc mai escound, en realita, un sèns mai naut. D’efèt tout acò nous remando au Golgotha, au cop de lanço que durbiguè lou coustat dóu Crist e d’ounte sourtiguè de sang e d’aigo. Aqueste image, que la tradicioun i’a mes « la Font de vido », nous es presentado à cado messo dins lou calice ounte se mesclon lou sang dóu Segnour souto l’aparènci dóu vin e un degout d’aigo.

De dela dóu Crist poudèn remounta enjusco i pratico dóu pople de l’Ancian Testamen. Vuei encaro, lou capo de famiho jusiòu, à chasque taulejado dóu Sabat, benesis uno coupo de vin ounte vuejo un quicoumet d’aigo. Segound li rabin lou vin simbouliso la forço mai tambèn la rigour e lou jujamen, vaqui perqué i’apoundon un pau d’aigo coume signe de l’amour e de la gràci.


Alan Costantini


0+0+0+0+0+0+0



LA FONTAINE DE VIE

Le vicomte Charles de Noailles qui avait aménagé un magnifique jardin dans le pays grassois disait : « La vie d’un jardin c’est l’eau : son utilité, sa sonorité, sa beauté. » Mais en Provence il n’y a pas que l’eau qui coule des fontaines, il y a parfois le vin.

La légende de Saint Gens affirme que le jeune montilien, retiré dans le vallon du Baucet, fit sourdre d’un rocher une source d’eau pure et une autre de vin pour offrir rafraîchissement et force à sa mère épuisée qui venait lui rendre visite. Soucieuse de tempérance la mère demanda à son enfant de tarir la source de vin : « Mon fils, lui dit-elle, il ne faut point laisser perdre inutilement les biens du ciel. Desséchez la fontaine du vin, qui deviendrait une source de malheur. »
Cet évenement peut paraître pittoresque mais il cache en réalité un sens plus élevé. En effet, tout cela nous renvoit au Golgotha, au coup de lance qui ouvrit le côté du Christ et d’où sortit du sang et de l’eau. Cette image appelée par la tradition « la Fontaine de vie », nous est présentée, à chaque messe, dans le calice où se mêlent le sang du Seigneur sous l’apparence du vin et un peu d’eau.

Au-delà du Christ nous pouvons remonter jusqu’aux pratiques du peuple de l’Ancien Testament. Aujourd’hui encore, le chef de famille juif, à chaque repas de chabbat, bénit une coupe de vin où il verse un soupçon d’eau. Selon les rabbins le vin symbolise la force mais aussi la rigueur et le jugement, voilà pourquoi on y ajoute une quantité minime d’eau comme signe de l’amour et de la grâce.

mardi 22 septembre 2009

Albert Roux : BERNOUIN DIN LA LUNA ... (extrait - 1932)

Une galéjade d'Albert Roux, duquel je n'ai pas trouvé d'infos le concernant!
Cela dit sa langue est bien curieuse du rhodanien écrit avec des "A" finaux pour le féminin singulier tout en gardant une graphie de type "mistralo-roumanillen"...
Voilà cette nouvelle d'entre deux guerres aux tons surréalistes est étonante, je vous la laisse découvrir....



0+0+0+0+0+0+0


Pleine lune sur Celle Ligure (Sv) Italia
Août 2009



BERNOUIN DIN LA LUNA
et l'Ensalada à la broca

Es pas viél aco. es pas dou tèm que Sant Jousé raboutava de cabussél de pastieira sus l'orle de soun pous, que Mathulsalèm en d'una birrougnièira fasié de trau ou froumage de gruièira, que Sant Crespin en janglan, fasié de tacha per li courdounié, que Sant Jan fasié fio en de neou e ramassava la brasa din qu'un panié trauca.

Ço que vous vou counta es pas tant viél qu'aco.

La causa es arrivada en dès-e nou cent setanta, sans ouncle, au mes d'avoust que fasié cau! que la
vieià dansava sus li rastouble, que la Cigala cantava sus lou to boussu dis oulivié, que lou coucu fasié lou chot din qu'una nisada d'agassa.

D'aquel moumen Bernouin fasié la proupaganda noun pas per èstre Députa ou Senatur, nani, la poulitica éra pas ço que l'empachava de dourmi, pamen avié l'estofa de faire un Menistre amai aurié agu d'estofa de resta.

Faisé la proupaganda sus lis ensalada à la broca, Vous aurié fougu l'entendre, lou veire dau biai e dau van que iànava, dau biai e dau van que fasié ressourti li vertu miraculousa d'aquel érba que soudis jougava din lou sang, din la car e din Vos dou genre umèn.

L'ensaladé à la broca, mi fraire, cridava, l'ensalada à la broca es lou miracle di miracle!

Garis touti li malandra en coumençant per lou mau de testa, la fébre cauda ou freja, touti li fébre jusqu'à la fébre de chival, lou pureji, la cacalucha, la grippa, l'enfluansa, lou senepïou, li flouroun, li berruga, li crampa d'estouma, li roumatisma dis amalu en jusqu'à lis agaçin, en jusqu'à la marida imou di bella-maïre.

Touti- li malautié soudis soun cambavirada per l'ensalada à la broca.

Aquel que touti li jour à dejuna, à dina e à soupa n'en manjarié un plen ensaladié ben coumoul
sans treiha la broca, aquel sarié jamai maiau e se léra pas jamai beléu mouririé pas.

Après avedre parla coum'aco din touti li Vila e vilage de França et de l'estrangé encara aco éra pas proun per el, sa fe éra talamen forta et enfioucada qu'aurié vougu se mai escampiha, de que ! Enjusqu'a din la Luna.

Me couma faïre per iana!

Serca que sercaras, fasié couma li aiet travaihava de testa.

Un jour dau 14 juliet sera arresta à Campagna per veire tira lou fio d'artifice. Espinchava li fusada
quescalavoun à perta de vista.

Un idéia travessa soun cervèu de part à part, de drecha e de galis iou retravéssa en l'esclairan
coume de mila candéla allumada et de mila bé deletricita de très cent candéla.

Ai trouva soudis en fasèn un saut de très mèstre d'ausada talamen que s'abiè pas toumba au sou auriè resta en l'er.

Méliès & ses voyages dans la lune

Lou lendeman, de bon matin un pau avant que lou gai dau mas de Cascaret cantèsse aviè déjà sauta de soun liè, aviè fa soun café d'aglan, l'aviè bouja din soun plat que ié manjava l'ensaladu, un poulit plat de Saint-Quentin et iàviè trempa per aqui une lieura de pan, una bana de fougassa, dos minèrba e per desser un parel de Mïasset d'Uzés, Foù ben aco per un orne couma Bernouin. Aco fa prengnè soun bastoun de cade e enreguè lou camin de Nimes en passan per li courcha, lou long dau camin ramassé una bona ensalada à la broca, quand seguè à Calvas, aqui s'arrestè un pau enco de soun cousin jarman garniguè l'ensalada e la fretè couma quaucun qu'à bona gacha.

Mièchoureta après l'aurias vis sus la plaça di Carme à l'endre dau ferre vièl amana touti li vièl ressor que se iatrouvavoun.

Iàviè quatre ou cinq canoun de l'an sabe pas quand, tout aco, prenguè tout, ajusté, pétasse, enjiqué à sa façoun piei zou de poudra bèn bourrada, de poudra de touta mena. A! pode pas vous dire se iàviè de poudra de ris. L'ensemble de l'enjin aviè l'er d'una fusada mounstra ! longa d'una dougena de mèstre dedin un foutrau de ressor à boudin e per cousta juste sa plaça per se ialounga. Per pas avedre trop de contra cop sera muni d'un matalas un pau moutelu et d'un parel de couissin parié, e de biassa e lou flasca de bon vin de Saniha per pas s'avangouli en camin. Quand tout seguè preste, un souèr que la luna dounava, tiré la ficela. Brrouff! ! La fusada partiguè couma l'iau, de que dise pu vite encara, talamen anavà vite que se per malur aviè rencountra un ajan de vila segu qu'auriè cassa un prouçès-verbau. Fasiè mai de cent mila lega à la segounda, et quante bru ! l'entendeguèroun à Madagascar e parei que lou contra cop desabranlé un buje de la Tourremagna, esclapè touti li vitra de la gara de Malaiga, arrestè l'oura dou reloge dou mas La Taverna.

L'esclairage que faguè semblè un sourel que filava en menan après el touti li fio de St-Jan et li fio de l'enfer. Lôu lendeman la Gazeta disiè qù'aviê passa una Coumeta que landava.

Très semanada sèroun passade e Bernouin aviè pan'cara donna de si- nouvèla per aport qu'en
arrivan se sérié embrounca dins un mouloun de fagots de bos qu'aco souri de fagots d'aquelis aloubari que travaihoun lou dimenche.

Quand se seguè sourti d'aquel bourlisse s'asseté sus un fagot per prene alen e manja un moucèl, fuma una pipa e que languissiè proun.

Quand seguè bèn remes faguè tombourina per un mista quera per aqui que jougava à pé coucu.
faguè tambourina que Bernouin éra de passage din li quatre cartié de la Luna, o Bernouin lou Diplouma e descoura de l'ensalada à la broca. Diplouma e descoura per ave trouva la grana dins un trau de muraia bastida à peira seca. Ara parei qu'es amoundau entrin de semena e de faire semena toutis lis armas e que quand lis ensalada butaran caloussuda el davalara en d'una caminiouneta a cremalièira carguada d'ensalada de la Luna.

Qu'oura davalara pode pas vous lou dire.
Ço que ié souhète es de pas desrapa en camin.

dimanche 20 septembre 2009

Peireto Berengier : Ounourat Daumier, Un artisto Marsihés

.


Un artisto Marsihés
Ounourat Daumier

Ounourat, Doumenge Daumier neissiguè lou 26 de febrié de 1808. Countempouran de Vitour Gelu, èro d’uno famiho poupulàri que tiravo de Beziés. Soun paire, un veirié-encadraire, èro un ome letru e republican que se diguè de mounta à Paris pèr faire dins la literaturo e la pouësìo. Partiguè en 1816 e dous an plus tard faguè mounta la famiho. Daumier quitè dounc nosto vilo qu’avié dès an. Rèsto pamens un grand Marsihés que fai ounour à sa vilo. Dison que perdeguè l’acènt mai que perdeguè jamai lou soulèu d’en dedins !

_______
L’artisto

Coumencè de dessina pichot, mai ié fauguè travaia proumié encò d’un ussié pièi d’un libràri enfin encò d’un estampaire de litougrafìo. Estudiè lou dessin, trevè lou Louvre e mai que mai, Rubens, Titien, Rembrandt, lis esculturo antico e faguè de còpi di grand mèstre. Publiquè pièi dins « La Silouhette » tre 1828, « La Caricature », « Le Charivari », « L’Association mensuelle lithographique ». Si proumié dessin toucavon lou mounde parlamentàri. Anavo à la Chambro sènso rèn nouta ni dessina. Fasié que de regarda. Pièi, rintra, moudelavo de buste de terro avans de passa au dessin pèr la litougrafìo. Lis óuriginau en terro, forço acoulouri, soun aro au Museon d’Orsay à Paris. N’en tirè pièi de buste de brounze.

En 1832, fuguè encarcera sièis mes de tèms à la presoun Santo Pelagìo pièi encò di fòu, pèr la caricaturo litougrafico qu’avié facho, un an plus lèu, dóu rèi Louis-Felip en “Gargantua” emé si menistre en marmitoun que ié fasien empassa de tausso à bóudre. Daumier troubavo lou rèi, trop gros manjaire de sòu… Mai tout lou mounde ié passavo : lou rèi, sa famiho, si menistre, si generau, sènso óublida li magistra e àutri crespina !…

Emé Daumier, l’art devenguè vióulènt, la caricaturo fèro. Jamai s’èro dessina emé tant de prouvoucacioun subre-tout que li dessin avien tóuti sa legèndo de Carle Philipon, legèndo di mai prouvoucatriço, elo tambèn. Autambèn, Daumier fuguè lèu adóuta pèr li republican. Avié ges de pieta pèr la leidour e subre-tout pèr la graisso que se devinavo signe de richesso, mai li maigre fasien tambèn sa joio !

Daumier èro republican e republican engaja que participè à la revoulucioun de 1830 e aparè sènso relàmbi la liberta d’espressioun e lou pichot pople. Quàuqui persounage aguèron si favour. Pèr eisèmple Thiers que se comto plus li carituro que Daumier n’en faguè entre 1832 e 1852. Thiers risoulet, Thiers finot, Thiers en Poulichinel e sèmpre li legèndo enverinado de Philipon. Aute eisèmple, lis ensignaire de l’Escolo dis bèus-artque soun vertadieramen assassina, etc. !

S’es souvènt parla de Goya raport à Daumier. E verai que i’a de poun coumun emé l’emoucioun e lou dramati d’ùni de si coumpousicioun. Avié d’aiours pres Goya e Rubens coume mèstre quouro jouine.

______
L’obro

L’obro de Daumier es uno vertadiero recoustitucioun de la vido au tèms de Louis-Felip. De 1830 à 1852, nous baiè un panourama requist de touto la bourgesié, uno meno de journau ilustra de tout ço que lou touquè e lou marquè, dins la poulitico coume dins la vido vidanto. Uno pinturo dóu nescige uman. Quàuqui titre dounon uno idèio de ço que poudié èstre aquelo vióulènço : Les Divorceuses, les Femmes socialistes, les Bals de la cour, la Pèche aux actionnaires, les Philantropes du jour, le Ventre législatif…

Passado la revoulucioun de 1848, Daumier s’èro pensa de leissa la caricaturo. Patissié de la censuro en seguido de la lèi contro la liberta de la presso de 1831 que i’enebissié quàsi tóuti li sujèt interessant. Mai pièi, se desbarrassè d’aquélis empache e se dounè tout entié à la caricaturo de la soucieta bourgeso dóu siècle XIX emé de sceno parlamentàri, li gènt de justiço, li bourgés, etc.

La Poulitico, la Magistraturo, li Bourgés, la Prouvinço, li Roubert Macàri, li Bas Blu, lis Enfant, Paris, lis Invencioun, li Vacanço, lou Tiatre, lis Artisto. Se poudèn pas estudia l’istòri dóu siècle XIX sènso passa pèr la « Comédie humaine » de Balzac, se poudèn pas espargna nimai l’obro de Daumier.

Artisto aboundous, nous laisso de tiero tematico d’obro espetaclouso. Souvènt trouban lou meme sujèt trata e tourna trata plusiour cop. Ansin, se trevas lis avoucat, vous sias de segur regaudi en vesènt li caricaturo noumbrouso e sèmpre encapado que n’en faguè.

_____________
Pintre e escultour

Mai proun di caricaturo dins li journau, e dis ilustracioun d’oubrage coume “Don Quichote”, Daumier fasié tambèn de caricaturo en pinturo. Souvènt retrouban li mémi sujèt trata di dous biais (pèr eisèmple lis avoucat). Mai li pinturo de Daumier, subre-tout après 1848, es tambèn d’obro coume sa « Marìo-Madaleno » o « Le Wagon de troisième classe » de 1864 que denouncio la paureta ; de pinturo que vous laisson bouco badanto.

Daumier espausè au Saloun. D’aiours, de grands artisto de tóuti li tèms, coume Van Gogh, Picasso, Toulouso-Lautrec, li pintre de Barbizon, Giacometti estimèron forço lou pintre e l’escultour pèr soun óuriginaleta e sa liberta de biais, nouvello dins soun tèms. Si grands ami : Delacroix, Courbet, Balzac, Baudelaire.

Emé, aperaqui 1.000 gravaduro e 4.000 litougrafìo entre 1830 e 1835, Daumier fuguè tambèn un escultour d’elèi e citaren que sa caricaturo escultado en 1833, de Carle Philipon, lou journalisto e direitour de « La Caricaturo » e dóu « Charivari » e la famouso estatueto de « Ratapoil » (1850).
Restè pamens paure touto sa vido e se deguè retira, en 1865, à Valmondois mounte Corot ié leissè un oustau siéu : « mon vieux camarade, lui écrivait-il, j'avais à Valmandois, près de l'Isle-Adam, une maisonnette dont je ne sais que faire. Il m'est venu à l'idée de te l'offrir et comme j'ai trouvé l'idée bonne, je suis allé la faire enregistrer chez le notaire. ce n'est pas pour toi que je fais cela, c'est pour embêter ton propriétaire. A toi ». Provo d’uno amista pleno de delicatesso.
Malurousamen, à forço de travaia à la candello coumencè de perdre la visto en 1872 pièi devenguè avugle. Mouriguè l’an d’après, en 1879, qu’avié 71 an. Grand artisto poupulàri, fuguè souvènt juja coume revouluciounàri mai que coume artisto, reflèisse pèr se revenja de si caricaturo. Avié pamens leissa la critico poulitico pèr la critico dis us de la soucieta en generau,

Ounourat Daumier, s’es un dis artisto francés li mai famihé de tóuti, rèsto pamens un di mens couneigu. Lou mounde, en generau, a vist si caricaturo mai sabon gaire dóu pintre e de l’escultour. Acò pèr la Franço ounte lou coustat pouliti di caricaturo faguè flòri. A l’estrangié es tout lou countràri e Daumier i’es subre-tout couneigu e presa coume pintre e escultour. Si pinturo (mai de 300), sèmblo que soun de vuei talamen soun d’atualita e mouderno dins soun biais. Fuguè un visiounàri e s’es meme di qu’èro un di foundatour de « l’art mouderne », un precursour dis impressiounisto e di fauve.

Trouban sis obro dins li mai grand museon coume lou Museon dóu Louvre o lou Museon d’Orsay de Paris, lou Metropolitan Museum de New-York, lou Museon dis Art de Filadelfìo, aquéu de Glasgow, de Prago o lou Museon di bèus-art de l’Universita dóu Montana (mai de 100 obro), e de pertout dins lou mounde. Empacho pas que de soun tèms fuguè ignoura dóu grand publi e faguè jamai flòri.

Daumier rèsto vuei uno di glòri de la Franço. Marsiho óublido pas qu’es siéu!

Peireto Berengier

Bibliougrafìo :
« Grand Dictionnaire universel du XIX siècle ».
« Arts et livres de Provence ».

vendredi 18 septembre 2009

E. Aberlenc : LOU FILOSSERA - Febriè 1879 (langue cévenole)

.

Nous avons déjà publié un texte d'E. Aberlenc en juin dernier (voir sa présentation ici).
Cette langue cévenole à l'image du Languedocien oriental de Sète-Montpellier & du nissart, est une langue riche, spécifique, voire audacieuse...

A proximité des grandes entités provençale, auvergnate & languedocienne, elle a un charme qui me fait penser à ces calmes journées d'automne dans l'Aigoual où des milliers de couleurs se chevauchent à perte de vue dans une quiétude où seul un simple filet de vent se fait entendre...

Je ne crois pas qu'il s'agisse d'une langue rugueuse bien au contraire, plus je la manipule, j'y rencontre une douceurs l'attente d'un lieu certes âpre mais généreux à al fois...

Le sujet du Phylloxéra est crucial durant la fin du XIX ème siècle, il fut l'une des plus grandes crises de la viticulture européenne... Cette poésie nous retrace ce désarroi d'un monde qui mit tous ces oeufs dans un même panier : la Vigne...

0+0+0+0+0+0+0

V. Van Gogh : les vignes rouges d'Arles (1888)


0+0+0+0+0+0+0


LOU FILOSSERA

Pouesio qu'a gagnat un premie près au Vigan (1891).

Ornes marcats au front d'un beluc, qu'abaris
Lou terraire de Franço e qu'amount dins Paris
Brilhàs coumo un-moulou d'estèllos,
Subre un libre poussons ses clenats niuèch e jour ;
Pamens, se me cresès, vers lou paure Micjour
Viras un pauc vostos parpèllos.

I'a dès ans, belèu mai, de pertout vous an dich,
Dins toutes lous journals avès vist qu'èro escrich
Que de la mar fins à Valenço
Lous plants èrou roustits pcr lou filosserà,
E que dias quauque temp lou vi noun se beurà
En Lengadoc coumo en Prouvenço.

Escoutas atentieus noste voués, o savènts !
Ausissès pas brusi subre l'alo das vents
Lou plagnun de nosto misèro ?
Nosto amo s'estransino e Foustau es en dòu...
Vous semblariè, ma fe ! que subre noste sou
A passat la pèsto o la guèrro.

Noste païs astrat, que vers Nime, Vauvèrt,
A Lunèl, à Beziès, èro un paradis vèrd
Dau printemp fin qu'as jours d'autouno,
Mounté de vi n'i aviè tant qu'èro à dounacieu,
luèi plouro desoulat per la maladicieu
Dau pèd dau Ventour à Narbouno.

Se venias, veirias plus de soucos dins lous champs,
Pas mémo de malhôus per fourmà , pièi de plants,
La vigno es morte dins las planos ;
Sus las costos mounté dardalho lou sourel
La souco sens vertut trai belèu un parel,
En tout, de courtes vediganos.

Tout lou manne dau jour soun déserts lous celhès,
Las mans dins lou boussot, lous paures tonnalhès
Tristes rebàlou la semèllo ;
Dins lous foudres tout l'an l'iragno fai séjour,
La bootto ressountis toujour coumo un tambour
Souto lou det que la bacèllo.

Lou pauc de vi que vèn vèrmo toutes lous ans :
També m'es estat dich qu'aro lous capelans
Lou bevièu à mièjo bureto,
De pòu que per la messo i venguèssc à mancà ;
L'ibrougno qu'es punit, crese, per soun pecat,
Embé de vi fai plus riqueto.
Noste ome, à cadejour mandat per lou bon Dieu,
Au dous jus de la trelho aro fai soun adieu ;
Fau que de-longo bègue d'aigo,
D'aigo qu'el jusqu'alor auriè pas envalat,
Qu'es bono res que per las bèstios de valat
O per lava de bourtoulaigo.

Ah ! que la privacieu es duro e fai gemì !
Se pot dire un asart, quand pode emb'un amic
Beure de vi, licou divino :
Ailas ! quand à l'oustau quauque parent vendrà,
Per se leva la set faudra qu'ane au ferrat
Coumo au besau uno galino.

l'a plus de vi, també tout nous manco d'à-founs :
Adieu lous taps subran sautant fin qu'as plafouns,
Adieu cansous, refrins d'ibrougno,
Rires, galois prepaus que bandissiam d'acord,
Adieu ! lou làgui vèn s'embarrà dins lou cor,
E sus las boucos i'a la fougno.

Ah ! coumo voulès pas qu'aguem lou cor barrat,
Que lous nègres soucits àgon pas mascarat
De lus sarrados doulourousos,
Quand vesèm, cade jour, s'apaurì tant d'oustaus,
Las pochos se bouidà, e dins lous espitaus
Toumbà de familhos noumbrousos !

Lous bèus jours dau passat, mdun Dieu,, quouro vendran?
Sèm tant mau aujourd'iuèi, e siam tant bèn antan !
Toutes las fennos èrou damos ;
Dins lou mendre casau' lou bonur flourissiè,
E dins nostes endrechs l'argent espoumpissiè
Toutos las boursos e las amos.

Setembre ramplissiè l'oustau d'un vi nouvel
Qu'embaimavo à la fes lou nas e lou cervèl ;
Lous vagouns dau cami de ferre
De n'en pourtà pertout s'arrestavou jamai,
E revenent toujour disièu : « Se n'avès mai,
Balhas-nous en, n'en venèm quèrre. »

Ero un bèu temp acô : vesias alor souvent
De fèstos quenounsai, e mai d'un gai jouvent
Sautà, lou vespre, en farandoulo ;
L'estieu coumo l'iver, mai que faguèsse fret,
Dins la niuèch ausissias, au founs d'un cabaret,
Lou barboutiment de la foulo.

Lou vi dins la familho à toutes fasiè gau ;
Lou paire n'en chourlavo au cantou dau fougan,
Dau temp que deforo jalavo :
« Lou vi rescaufo l'amo, as autres sou-disiè,
Urous quau pot tetà la fiolo, » e se risiè
E subran de plesi cantavo.

« Lou vi, disiè lou grand, es ma vido, es moun sang,
Acô's lou lach dau vièl que s'aflaquis » ; l'efant
Quitant à peno la bourrasso,
A soun paire disiè, tenent boutelho en man :
« Se vous autres l'aimas. nautres també l'aimam,
N'en vole beure à pleno tasso. »

Ansin l'ome, lou vièl, l'efant èrou urous :
Ero countent també lou richas generoos,
Quand entre peros e froumage,
Moustrant uno boutelho as amics tresanants,
Disièriou rire en bouco : « Es de vi de trento ans,
Aprenès que sèm dau mémo age. »

Quand, marcant lou retour de l'autouno jalat,
Setembre veniè pièi, souto un sourel neblat,
Entebesì l'alé das aires,
Aimavo d'anà veire, a sous champs oudourous,
Dins lous paniès toumbà lous gros rasins moustous
Souto lous cops das vendimiaires.

De-pertout desboundavo e la Joio e l'entrin ;
Milo poulits coublets, sus l'alo dau refrin,
Sèr e mati sansounejàvou ;
Las filhos, fol issam, fasicu lus cacalas
As prepaus gatilhants que disieu lous droulas
E que souvent las capignàvou.

Uno bando d'efants vieus coumo d'esquirous
Fasiè lou vai e vèn, de-long das carreirous,
A travès la vigne ramudo ;
Sus sa tèsto à pèus blounds un pourlavo lou fai,
Per chauchà lous rasins, l'autre, coumo se fai,
Metiè sous pèds dins la cournudo.

Pièi, quand lou grand sourel dau ciel s'èro esvalit,
Omes, fennos, efants, venièu a jour falit,
Lou bras pendent, la cambo flaco ;
La farn en goust metiè lous oubriès alassats,
E lous jouines marmots dins de raives bressats
Dourmièu urous sus la bassaco.

Las causes d'autre temp que vène de countà,
Aqueles freses tablèus, anem, vous fan mountà,
O savents de l'Academìo,
Lou fioc de la doulou dins voste sang que bool :
Zou ! metès-vous à l'obro, e tiras-nous d'emboul,
Fasès apèl à la chimìo !
Quau sap ? Belèu un jour, en cercant, gagnarés
Lous très cents milo francs que la Cambro a proumés,
Atrouvarés d'or un abounde,
Dins toutos las nacieus voste noum lusirà,
E dins lous grands journals de vous se parlarà,
Tant que virarà noste mounde.

Mè se la scienço e l'art fan de-bado un esfort,
Nous adressam à vous, Segnou, que ses lou fort ;
Vosto man que tout doun acordo,
(Lou savèm e n'aurem jamai lou desmentit)
S'espandirà sus nous s'avèm lou cor pentit,
E se cridam : Misericordo !

Aquel mot, lou cridam vèrs vous, à plen gousiè,
E mèmo niuèch e jour en plourant, se faliè,
Lou bandiriam uamo-unanimes ;
De noste triste sort, môun Dieu, aguès pietat !
E jamai au mesprés de vosto voulountat
Nous vieutarem plus dins lous crimes.

Cassas lou sourne fleù, e farem ço que fau ;
Dengus, poudès hou creire, aura pas lou défaut
De trantalhà dins la carrièiro ;
Embé l'aigo dau pous toujour lou sermarem,
S'un paure, voste amic, nous vèn, i dounarem,
En voste ounou, foulheto entièiro.


Febriè 1879

.

jeudi 17 septembre 2009

Hommage gardois à Mistral et Mirèio , sans oublier un "grand" du Gard, un Extrait de Matiéu Lacroix : Pauro Martino!

.

Pub, pour les initiatives gardoises , sans oublier un très grand du Gard que Mistral honora de sa présence à la Grand Combe... Matiéu Lacroix! Mais place aux journées du patrimoine:

0+0+0+0+0

Une autre facette de Mireille
collection personelle

Dans le cadre du 150e anniversaire de la parution du poème « Mirèio » de Frédéric Mistral, les associations « Li Gènt dóu Bufaloun » de Manduel et « La Respelido » de Bouillargues présentent « Hommage gardois à Mistral et Mirèio ».
Cette manifestation se déroulera le samedi 19 septembre à 16 h. 30 dans la Salle des Arènes de Manduel. Il s’agit d’une évocation basée sur des textes en provençal de Frédéric Mistral et des articles de journaux régionaux de la fin du XIXe siècle.

Mistral jouve

La première partie de cet après-midi littéraire évoquera les liens étroits qui unissaient Mistral et le Gard, et des artistes gardois (poètes et peintres), les venues du Maître de Maillane pour de grandes manifestations organisées dans le Gard. Tout cela basé sur des extraits des « Memori e raconte », des poèmes des « Isclo d’Or », de journaux comme « Le Journal du Midi », « Le Petit Républicain du Midi ». La seconde partie verra « Mirèio » à Nîmes (première lecture à la Mairie le 12 février 1859), à Paris et aux Saintes-Maries de la Mer. Des costumes d’arlésiennes illustreront les différentes époques de la vie de Frédéric Mistral. La chorale de l’association « Li Gènt dóu Bufaloun » apportera aussi son concours.


0+0+0+0+0+0+0

Matiéu Lacroix

PAURO MARTINO !

Es bon mati, Martin s'aigrejo :
Sa modo es de dire un pater ;
Quand l'aubo lusento pounchejo,
Lou mando au ciel, au Dieu que sert.

Cade jour es la mémo causo :
Autant-lèu coumo s'es vesti,
S'aginouio sus uno lauso,
Veto, prègo, apensamenti...

Vai pas à soun obro sans saupre
Counio soun sous efantounets ;
Dins-lus très gourjetos fai caupre,
Douçamen, quauques poutounets.

Mes lou dame jour de sa vido,
En passant la porto, ausiguè
Parla sa fenno entre-dourmido ;
Vejaici çô que li digue :

— « De-que fas allai ? parlo, digo ?
Sarro-te, vène aici, moun sou !
Bailo-me ta maneto amigo,
Ferme rassegura, qu'ai pòu...

Touto aquesto niuè, soui estado
Dins lous embouls, dins lous tracas ;
Dinc un sounge m'ère afairado,
Sans t'avedre tus per soûlas !» —

Sou li dis alor soun Ursulo,
Sa fenno, sa douço mita :
— « Soui sufouscado , moun cor brulo,
Dau pantai que te vau counta...

Me soui trouvado dins la mino,
Amantoulado per lou fiò ;
T'ai cerca dins l'escuresino,
Martin, iéu t'ai pas vist en liò !

Martin, perqu'ansindo te nome,
Anes pas travaia, crei-me ;
As très efants, m'as iéu, siès orne,
Rèsto aici ; per iuèi pauso-te !

Soui seguro que quicon d'orre
Arrivara, mémo ounte vas...
Cregnisse que quaucus demore
Escnimacha souto un lausas !...


(A suivre)

0+0+0


Matiéu Lacroix - recueil 1899

.

mercredi 16 septembre 2009

Joseph Pasturel : L'HOME EIROU, 1676

.

Joseph Pasturel, natif de Montferrand (vers 1625), fut chantre et chanoine du chapitre de sa ville natale. Il traduisit en vers auvergnats une partie de l'Enéide de Virgile et composa d'autres poésies dans la langue du pays, lesquelles parurent en 1733 et furent justement estimées en leur temps. (Poésies auvergnates de M. Joseph Pasturel, Riom, imprim. E. Thomas, 1733) C'était,a-t-on
écrit, un homme fort respectable, mais naturellement gai et de goûts cultivés ; il mourut le 3 novembre 1676. Son frère Gabriel, plus jeune que lui de quelques années et qui ne lui ressemblait que par l'esprit, « eut l'honneur d'être connu de la Maison Royale de Savoye, Christine de France, qui l'attira à la cour de Turin par une pension de cinq cents écus et lui lit donner par la suite une charge de gentilhomme ordinaire de S. A. R. M. le duc de Savoye. Il régala cette cour, pendant plusieurs années, d'une quantité de vers forts jolis, qui y furent très goûtés. Comme il aimait uniquement le plaisir, il ne songea jamais à s'établir une fortune solide; d'où il est aisé de conclure qu'il était fort peu accommodé lorsqu'il mourut à Turin, sur la fin du XVII siècle. »

Il écrivit aussi quelques poésies patoises, entre autres des chansons qu'on peut lire dans le recueil de son frère. Le texte ci-dessous correspond à la dernière année de sa vie, il a subit quelques retouches graphique du à l'influence des parlés franco-provençaux &
piémontais de cette époque! Les spécialistes nous le diront...?

Fresque naïve XX ème siècle italien
Osteria del Cucco Urbania (PU) Italia


0+0+0+0+0+0+0


L'HOME EIROU

« Quaquè-ti-z-ei heirou, que de ré ne se mélo ;
» Quei counten de teni la quoüa de sa padelo,
» Et sén sendardina ma de ce quei cha-se
» Ne mor pa soun pose;

» Qu'aten par se leba la gengouillaute aubado,
» Que foüe tou lau mati sa petito meinado,
» Qu'augi chanta soun jau, et ve de soun chabe
» Soun douëire que bu be ;

» Que ne cren ni sarjan, ni parcurur, ni juge
» Que ne sémaïo pa quoque chio que le juge,
» Que na gi de pape per jagoussa chacun,
» E ne ten re d'aucun! . .

» Quo plazei deou avei un homè de la sorto
» Que se chin un beau be alentou de sa porto,
» Sen re deaure à seignour tou ben quitte es tou cheau
» Laboura de sau beau !

» Quo plazei deicautà marmouta din la prado,
» Entre de peti rô la cliaretto naiado,
» Se plonge d'au caliou que li fazon l'affroun
»De li rima le froun !

» Ente l'au auzelou disputon embei l'auro
» Que foüé millo fredou por lagina la floro
» Qu'en revenclio d'aquo touto pleno d'amour
» Li fouë un lei de flour.

» Cependen le soulei deiplegeo sa tealetto
» Per s'ana repauza din sa matto couchetto,
» La manobro n'a beu et tou quitton la mo
» En apeitan demo.

» L'au Gran ne tatou pa lau plazè de la vido
» Entre tan de traça la joio-z-ei bannido,
» L'anvegeo,le souchi, l'embichiau è l'amour,
» La chasson de la cour.

» Qu'on nei ma par semblan quan io le se fouë veire
» Coumo on trompo un efan dedin un rouge veire,
» Vougnya ma la mouëizou de moun liome counten
» Onte gl'y ei en tou ten.

» Ati le tiô gran bru neissorbo, la auriglia,
» Ati l'on ne cren re de l'honnour de la figlia :
» Ati l'on cren be mouë- le ravage d'au lou
» Que la ma d'au filou.

» Anfin, aquou ei le glio, ou le repo habito :
» Onte le vré plazei sen farda se deibito ,
» Onte l'on dor sen pau il'avei de fau vegi
» Ni moué tro de cugi .


(Gabriel Pasturel, 1676.)

mardi 15 septembre 2009

Roumié VENTURO : Pèr anouncia lou Pres Frederi-Mistral 2009 de literaturo prouvençalo

"
Founda en 1946 pèr Pèire Julian, majourau dóu Felibrige e Presidènt dóu Coumitat dóu Museon Arlaten emé li dre d’autour dóu Pouèto, lou Pres Frederi-Mistral de literaturo prouvençalo se baio despièi sa creacioun lou prefa l’ilustra la lengo e l’ourtougràfi di cap d’obro mistralen. Es que i’a, e ço despièi de siecle, uno lengo que si loucutour i’an sèmpre mes qu’aquéu bèu noum de Prouvençalo. E pièi uno literaturo que, de Bellaud de la Belaudiero fin qu’à vuei, s’es sèmpre noumado emé fierta que prouvençalo… Despièi 1946, lou Pres Frederi Mistral courounè la quàsi toutalita di grand noum de nosto literaturo.

Vuei, la jurado d’aqueste pres qu’ai grand ounour de presida, e qu’es pièi coumpausado pèr Felipe Blanchet, Miquèu Courty, Glaude Mauron, Reinié Moucadèu, Andriéu Resplandin e Oudilo Rio, a decida à l’unanimeta d’atribuï lou Pres pèr 2009 à Moussu Louis Viàny pèr soun obro L’Avenaire de Lus.

Nascu dins uno famiho de gènt de la terro, en 1931, à Sant-Estève-dóu-Gres (Bouco-dóu-Rose), Louis Viany es esta, fin qu’à sa retirado, proufessour de letro mouderno dins l’ensignamen segoundàri. Avié baia d’article emai de trobo dins d’armana e de revisto, mai lou courounan vuei pèr L’avenaire de lus. S’agis d’un pouèmo d’aperaqui 5000 vers sus la vido dóu pintre Vincènt van Gogh escri dins uno lengo forto e drudo. Aquesto obro inedicho fuguè destouscado pèr Marcèu Bounet, que me permetrés de saluda aqui la memori, e que n’en vouguè metre un pichot escapouloun dins la segoundo edicioun de sa Mount-Joio de l’Escolo dis Aupiho publicado i’a gaire pèr Glaude Mauron. Coume Louis Viàny éu meme l’escriguè dins la presentacioun de soun obro, aquelo d’aqui es escricho «en rimo mouvedisso pèr baia à-n-aquéli vers lou vanc d’un flume de passioun qu’entiro tout, dins un pantai de bèuta, vers la foulié e vers la mort ».

Lou 14 d’óutobre 1888, Van Gogh escrivié à soun fraire ço que vaqui :
« Je t’envoie un article sur la Provence (…). Ces Félibres sont une réunion littéraire et artistique, Clovis Hugues, Frédéric Mistral, d’autres, qui écrivent en provençal et parfois en français des sonnets assez bien, même fort bien parfois. Si les Félibres cessent un jour d’ignorer mon existence, ils passeront tous à la petite maison (…). Mais aimant la Provence aussi franchement qu’eux, j’ai peut-être le droit à leur attention… »

Mai d’un siecle après la demando dóu pintre, vaqui que van Gogh devèn un erò nostre, ilustra d’un biais magnifi dins la literaturo prouvençalo… Dins l’espèro de la publicacioun avenidouiro d’aqueste libre, bord que s’agis d’uno di toco de noste Pres, aquéu d’aqui sara óuficialamen baia à Louis Viàny dins l’autouno o l’ivèr, pèr uno dato que sara chausido en acourdanço emé lou Coumitat dóu Museon Arlaten e soun Presidènt, Jan-Maurise Rouqueto.

Vaqui coume se fai l’istòri de nosto literaturo prouvençalo. Certo, aqueste siecle XXIen se capito dificile pèr la trasmessioun de la lengo, e pèr ço qu’es de la creacioun literàri. Mai es pamens uno proun bono marco d’atrouba encaro de causo inedicho emai proun qualitouso, dins l’escasènço de persegui la tiero di Pres Mistral, l’istòri d’uno lengo e d’uno literaturo prouvençalo que volon garda soun noum, e èstre au mens autant recouneigudo que de parla d’oi coume lou santoungés o lou mourvandiau bourguignoun, e noun pas nega, au noum d’uno pretendudo « unita de la lengo » d’o, dins lou melting-pot panóucitan que fara mouri nosto èime e nosto identita la mai prefoundo …

Tant que le lou pople nostre restara fièr de soun noum de Prouvençau, tant que pourren trouva d’obro tant coume aquest Avenaire de Lus que vous presentan vuei, pourren garda fisanço dins l’aveni de nosto culturo… (fin de citation)"



Dicho de Roumié VENTURO
Presidènt de la jurado dóu Pres Frederi-Mistral de literaturo prouvençalo
prounouncia à Maiano, lou 13 de setèmbre
pèr anouncia lou Pres 2009
.

lundi 14 septembre 2009

Une Aventure humaine : Brun de Vian-Tiran (1808 - 2008)


L'espèce humaine se différencie du reste de la nature par deux choses essentielles :

- La conscience du monde dans laquelle elle vit...
- La capacité de créer d'imaginer, &, grâce à cela en principe améliorer sa qualité de vie...?

Je ne veux pas trop m'étendre sur cette description idyllique sans devoir parler des marchants d'armes & autres nihilistes du futurs de l'humanité, mais ... bon... ainsi va le monde!

Parlons de la partie du monde qui va, celle qui crée, celle qui maintient des valeurs universelles, qui donne son vrai sens au mot humanité ; en contradiction avec bestialité!

Depuis 1808 à L'Isle sur Sorgues ou Islo de Venisso, pour les provençaux, une famille défend, une notion en voie de banalisation : la manufacture... Tout le contraire du monde virtuel dans lequel l'évolution sociale nous fait vivre... produire du concret avec ses mains!

Là-bas l'on parle de laines,venues du monde entier, l'on sent et ressent la volonté d'un groupe de faire & de bien faire, de maintenir une tradition tout en lui donnant à vivre un présent et elle projette dans le futur...

Voilà tout cela, vous le retrouverez dans le Livre de Pierre Brun qui nous comte plus de de 200 ans d'histoire industrielle en Provence... & d'un groupe de femmes & d'hommes qui maintiennent un certain savoir!

Pour conclure le grand Félibre Avignonais Monseigneur Avril était un parent de Pierre Brun, lors de la naissance de Juliette Avril (Mère de Pierre Brun) , il écrivit ce sonnet, je ne pouvais faire moins que de vous le faire partager pour conclure, cette belle histoire en Provence...

0+0+0+0+0+0+0

Pèr lou batejat de ma fîholo Julieto

l'a de crèis, longo-maì e vivo li dragèio !
Que des-e-nòu-cènt-vint nous largue soun afiat,
E que lou mes de mai qu'à flouri vosto lèio,
Vous adugue bon vin eitant bèn que bon la.

ï'a de crèis! Fasèn plaço à la gènto ninèio.
S'un brès remplis l'oustau mai que vint sa de blad,
I'a encaro proun de large à vosto chaminèio,
Pèr li bèus innoucènt que ié volon piéula.

... Aro que l'aigo santo a coula sus ta tèsto
E qu'avèn sout lis iue lou sourrire de Diéu,
Es coumplido ma joio e moun cor es en fèsto,

Car se cline, esmòugu, moun front toucant lou tiéu,
Me semblara d'ausi coume un brut d'alo estrange,
L'encantadis vounvoun de ti fraire lis Ange!


Monsegnour J. Avril
30 de mai 1920.


Longo Maï B V T

.

samedi 12 septembre 2009

Alan Broc : Un arquier aparo també la mouralo - une nouvelle en langue Auvergnate - 2008

Souvent le passé peut nous permettre de comprendre le futur, mais le présent doit être vécu avec ardeur & intensité...
Notre existence est peu par rapport à l'immensité du temps, mais surtout elle est banale, une goute d'eau dans l'océan des générations...


0+0+0+0+0+0+0

Un arquier aparo també la mouralo

Se sounabo Gina Lombroso. Cado senmono, lou divèndre de sir lou mai souvent, soun marit l’achivadabo de timplats e de vourmalhs din lour apartoment lou loung de la bastenço de la seguritat soucialo. A la cantounado procho, de l’auto mô de la charrèiro Riquet, ounde i o la dintrado d’aquelo instituciou, Dedé, lou patroun del bar, debitabo sa bièro. En tout servi soun client, escoutabo, puèi rifanhabo dóuçomen, e dizio :

-Gina minjo un cop de mai. »

A ounge ouros del sir, una sounado arribè à la permanéncio del coumissariat del bàrri Sant-Esteve.
Veituro sièi. Rambalh noucturne. 42 carrièiro de l’Estèlo. Un marit bat sa fenno. »

En aquelos annados sieissanto, acò èro pas tant vergounhable coumo d’uèi, e Jakcy escampè soun restant de cigareto per la pourtièiro :
Es per acò que nous faun vira touto la nueit, e li bandits sou tranquilles d’aquel temp ! »

Bruno Rivat capejè. Jacky demarrè e se troubèrou lèu charrèiro de l’Estèlo ounde i o de magazis din la partido basso e d’apartoments din la partido del damount, amm uno escolo de danso tout al cap. Sou d’apartoments ound’ auzisses li vezis del dessus, del dejous e di dous coustats, e guéssi t’auzissou, amai lis oustaus vezis quand te poulhes ou quand un refugiat espanhòu de la guerro civilo escouto sa radio ammé sis aurilhos de sourdanho. Lis abitants èrou souvent d’imigrats italiôs frescomen arribats.

Aquéssi macarònis sou toujour prèsts à timpla lours fennos ; amai guessos, se lei courtejes, aun la mô lèsto ! Es un poble de vioulents. »

Din lou lum tèune de la veituro, la caro de Bruno Rivat bleimiguè. Fretabo soun pounh drèit soubre la palmo de sa mô ’squèro.

Chau pas galeja. Acò’s pas un afaire de galejados. »

Jacky Bounouro lou fintè de coustat, un pauc sourprés. Bruno se’n entrachè e murmurè per esplica :
Suporti pas qu’un ome bato sa fenno.
Vo plô. I metes pas tant d’eime. Li anan faire la mouralo al tipe, e s’arrestarò. »

Puèi se taizè e coumencè de chirca ounde rambario la veituro per aquelo charrèiro estrèito.
Bruno Rivat avio lei maissos sarrados. Se chautabo pas d’esplica sas paraulos. Avio pas envejo d’esplica qu’avio vist un sir soun petoro de paire enfurounat que fendio la closco de sa maire. Avio pas que sèt ons à l’epoco mas auzissio inquèro li crits e li plours, tournabo souvent veire lou brutalas, soun paire, que ficabo soun pounh din la caro de sa maire ; vezio també la clapo qu’avio esclafat sa pauro tèsto d’ounde la cirvèlo sourtissio.
D’un jour à l’endemô s’èro troubat ourfanèl. Avio rebalat d’ourfanelat en ourfanelat. Coumo èro dificil, dificil per que malirous, l’aviou passejat per touto la Franço din de centres de mai en mai severes. Finalomen, vers quatorge ons s’èro troubat à coustat de Vesoul, din l’èst de la Franço, din l’establimen del senhe Rozard, un ome qu’ensajabo de metodos nouvèlos. Se retroubè pensiounàri ammé de pichous panaires e de jouves delinquents vioulents. Lou directour èro severe, mas s’èro pres d’eima aquel ome sincere, l’avio eimat coumo à un paire. Acò fai qu’èro pas devengut delinquent ni marginau. Amai avio pres l’òdi di maufatans que proufeitou de la destresso di pichous. Brèu, per guel, la poulìcio èro una voucaciou, pas un simple mestier. Ero estat be noutat à l’escolo de poulìcio, pas prou per avedre Paris, mas prou per pouder chausi entre Toulouso, Mountpelier, Angers, Lïoun, Renos…. Avio chausit Toulouso, per que sabio ount’ èro e qu’èro un païs de souïlh.

Tout acò, si coulegos hou sabiou pas. Sabiou qu’èro estat ourfanèl plô jouve. Lour avio dit que si parents s’èrou tuats dinc un accident de veituro. Aviou pas besou de’n sabere mai.

Jacky garè la veituro à miejo soubre la terrasso del café. Se poudio pas enliò mai. Per justifica aquelo gèino prenguè li davants e dintrè.
Bounsir ! Nous aun sounat per rambalh noucturne din la charrèiro de l’Estèlo un pauc pus nalt. Avet auzit chicom ? »
Pas ris de particulier, nou. »


Ero una partido de la vilo ounde li gents eimabou que la poulìcio agante un panaire, mas pas que boutèsso soun nas din lis afaires privats. Jacky insistè :
Escoutat, nous aun dit qu’un tipe batio sa fenno al numerot que vezen d’eici. I o pas cap de mur per vous empacha d’auzi. Vous’n faguessiat pas, l’anan pas arresta, à vouste gounze. »

Dedé faguè una clunhado, e souriguè de si caissaus jaunes de tabat.
Vézi ço que voulet dire. »

Fouguè derroumput per un client que rizio coumo un que sap que l’entendou.
E be ? ço-countuniè Jacky. »

Bruno Rivat èro vengut à coustat de guel.
A-be, ço-faguè lou patroun. I o agut un pauc de grabutge. Un tipe qu’es vengut querre sa fenno eici. »
Lou tipe que batio sa fenno ?
Aquel, oc. Es vengut la querre, e guelo voulio pas sourti. Alèro li o estirat quauques timplats e es tournado à l’oustau, al numerot que dizet. Tout es achabat agaro. »

L’ome qu’avio rigut d’un aire entendut intervenguè :
I avio pas de qué vous desplaça. Acò’s Sandro Lombroso que fazio un pauc de rambalh à causo de sa fenno. Acò arribo souvent. La secoudis atau un pauc cado semmono, mas li vòu pas de mau, pecaire. »

Bruno Rivat sarrè li pounhs e pessuguè las potos, maucountent. Avio envejo de fica soun pounh din la caro rifanhairo d’aquel ome degenerat qu’èro tant indiferent al patiras d’aquelo pauro fenno.
Dedé aprouvè soun client :
A-be. Acò valio pas la peno de veni. Acò’s pas ris. »

Jacky sousquè un pauc, puèi sourtiguè. Coumo Bruno demourabo plantat davant lou taulier, se virè vers guel e li diguè :
Vénio, partissen. »
E doubriguè la pourtièiro de la veituro.

Mas Bruno Rivat traversè la charrèiro de gàlis e mountè la charrèiro de l’estèlo. Dintrè deïn l’oustau. La porto èro pas clavado. Lou mounde clavabo las portos quand partiou à-n-aquelo epoco, pas quand i èrou. La doubriguè; auziguè un feble crit, li renecs oufegats d’un ome – lou bruch mat d’una mô que tusto la char nudo. Puèi una voutz de fenno qu’aletijabo :
Nou, Sandro, pietat ! Te’n supliqui, nou ! »

Bruno sarrè lei maissos e butè la porto de la pèço ount’ èrou lis espous.

En lou vezent deïn lour chambro, l’ome e la fenno fouguèrou meques. Durant uno estouno, toùti s’aplantèrou, paloficats. Lou jouve poulicier baissè lis ueis soubre la fenno de ginoulhous près del lèit.

Ero jinto, jouveneto, pas mai de vint à vint e un ons. Sei fardo èrou desquissados. Si loungs piaus negres rajabou soubre sis espallos nudos, encadrabou una caro pleno de lagrimos e de potos roujos, proubablomen per que lis avio moussigados. Sei chambos fino e loungos, èrou din lours debas transparents, galbados, moullados, emprestidos, e leugièromen coulourados per lou nyloun. Avio perdut uno de sei sabatos. Sa char èro dóuço e blancho, d’à part ounde li dets del grand Sandro Lombroso aviou leissat lour marco ou almen fach rougi la pèl.
Ero primo coumo lei jouventos, e blèimo de carnaciou, coumo lei fennos que trabalhou e que vaun pas souvent à la mar. Mas si gronds ueis negres e si piaus sournes faziou ressourti aquelo blanchour coumo una matèrio preciouso. Sei loungos cilhos e soun grand nas fi d’Italiano, sa tèsto un pauc virado e sis ueis baissats. Sei môs soubre lou pièit, tout acò èro tant gracious e tant pietadous à l’encop que Bruno se descounsoulè en la veire. Ero jouve guel també, soul din la vido, e lei fennos lou leissabou pas de maubre. Mas aquelo, oh aquelo !... Ero lou primier cop que dezirabo una fenno tant brouncomen. Amai n’aguè un pauc vergounho, e la furour que’n sentiguè cresquè inquèro mai soun emvejo de faire justìcio.

A coustat d’aquelo persouneto, d’aquelo princesso que guel soul vezio, soun marit èro un grand galhard espallut ammé de môs enormos de trabalhadour. Chau creire que trabalhabo à d’obros deforo, que lou souïlh l’avio rabinat. Se tenio al centre de la peço, davant li dous arquiers, estabouzit.

La fenno fouguè la primiero que bouleguè. Se levè d’un cop, agantè un linçòu del lèit, se coubriguè lei cuèissos e lou pièit. Lou marit achabè per dire :
Qué fazet en co mèu, macarèl ?! »

Bruno Rivat deguè faire un esforç per destaca sis ueis de la jouvento.
Anen ! Vengat ammé ieu !

La soulo lampo del plafound èro just al dessus del cap del gros ome, e fazio luzi sa closclo miejo-pelado, acusabo si traits. L’ome pleguè si gros bras. Roundinè coumo un singlar e diguè :
Qué dis aquel ? Espèci de bourdilho !

Puèi s’aturè de Bruno, en levant si bras de gourilo, coumo per cacha lei costos del poulicier. Un azir soubte agantè lou jouvent. Tant mièl se Lombroso voulio se batre ! Sourtiguè sa matraco e esperè. Quand la caro laido, qu’enfalenabo à marrido bièro, s’aturè de la sèuno e que li bras del metalò lou touquèrou, piquè. Aurio pougut sourti lou revoulvèr per lou menaça, mas preferabo se batre. Acò li counvenio de crabacha aquel mourre detestable fin que se coubriguèsso d’una mousso sanguinouso, tant que l’ome s’espatarrè soubre li ginoulhs, sèns mai veire que per un vel rouje.

Bruno Rivat mesclabo aquelo fenno à sa maire, aquel ome à soun paire, e batio, batio, coumo avio agut emvejo d’hou faire durant vint ons.

Soun bras batio en cadenço, e raufelabo coumo una bèstio fero. Ero trempe de suzour. D’estissos viscousos perlabou soubre sa caro roujo de ràbio. L’aurio batut à mort se Jacky fouguèsso pas vengut per lou tira deforo de toutos sei forços.


Ж

Lombroso fouguè menat al tribunau en flagrant delit. S’en tirè plô. Sa jouvo espouso èro estado counvoucado, mas refuzè de depausa countro soun marit, un cop davant lou jutge. Finalomen Lombroso fouguè coundennat à quauques jours de presou per ebrietat e resisténcio à la poulìcio.

Quand sourtiguè d’aquelo brevo sezilho judiciaro, Bruno Rivat avisè la jouvento din lou courredour. S’èro arrestado per aluca una cigareto. Avio ’na loungo machado viouleto soubre la poumeto d’esquèro, un pauc escoundudo per una grosso placo de maquihatge. Avio un jounhe transparent, una faudo griso, de sabatos vernissados di talouns nalts e sarrabo souto lou bras esquère un sacou de cuer ben ourdinàri. Sei fardos la courdelabou un pauc al pièit, is anchos, e ei cuèissos. Aquelo siloeto coustrencho remembrè al poulicier la jouvento miejo-nudo de dous jours abans, e trampelè de dezi.

S’aturè de guelo :
Auriat degut dire la vertat, ço-diguè dóuçomen. Chau pas avedre pour de guel. La Justìcio l’aurio fourçat de s’en ana, que vous fajo pas piû de mau. »

Guelo levè d’ueis cranhtieus, un pauc maussigurs. Ero l’agach acoustumat di gents del bàrri quand agachavou un poulicier. Una mèsclo d’azir e de cranhto. Bruno penset : « Aun pour de nautres quitomen quand lis ajudan ! ». Sourtiguè de sa pocho una carto de visito ammé soun numerot de telefone persounau.

Se vous torno batre, sounat lou coumissariat, ou sounat-me à ieu persounalomen. Vendrèi, amai se sèi pas de sirvìci.

Guelo agachè la cartèlo loungomen, de si grands ueis vouides, coumo se coumprendio pas. Puèi, oubeïssento, la boutet din soun sacou.
Coumo vous sounat ! ço-damandè lou jouvent, per la faire parla.
La drollo demourè cap-baissat. A la fi finalo chitè :
Gina.
E n’en diguè pas mai. Partiguè coumo uno escoulano countento de quita la sourvilhanto.

La senmono daprès, coumo Lombroso avio agut larjour, Bruno e Jacky faguèrou quauquos roundos de nueit din lou vezinat de l’oustau Lombroso.
M’espantes, ço-dizio Jacky Bounouro. Coumprendi pas que ne saies talomen amourous. Es pas talomen jinto. Soun marit la bat ? Qué fai ? n’i o de doutgenos que sou batudos cado sir. Eimou cò !
Suporti pas qu’un ome fajo acò à una fenno, ço-respoundio Bruno Rivat en fretant soun pounh din sa paumo esquèro. S’hou torno faire, lou tuarèi.


Bounouro l’agachè plô sourprés. Aquel drolle, simpatique aperabans, coumençabo de li faire pour.
Escoùta, pichou, ço-diguè. L’uniforme que portes te fai pas tout-pouderous. Te douno soulomen pas lou drèit de dintra dinc un oustau la nueit. Se tornes faire ço que faguères ammé Lombroso, auras d’empegos, crèi-me, e demouraras pas lountemp din la poulìcio. Amaisa-ti.

Bruno pamen landabo à l’entour de l’oustau quand èro pas de sirvìci. Demourabo d’ouros al café d’en fàcio din l’estiganço de la veire passa. Quand la vezio passa, l’aplantabo per li dire quauques mots. Mas la fenno avio pour. Agachabo à soun entour coumo una bèstio devariado. Mas venio fòu de guelo. La dezirabo, e se demingrabo també per guelo.

Soun marit countuniabo de la batre, mas hou voulio pas admetre. Un jour, acciptè de segre Bruno dinc un bar. S’èrou setats al found de la salo, din un cantou regandit dis agachs, e guelo jurabo que Lombroso la batio pas mai. D’un cop Bruno agantè si dous madaissous d’una mô, e de l’auto regussè sa raubo fin la cinto. Sei cuèisso èrou fermos e blanchos al dessus di debas – sounque de marcos roujos leissados per una cinto qu’avio flagelat la pèl tendro. La jouvento coubriguè sa caro de sei môs e plourè dóuçomen.

Escoutat, Gina, ço-supliquè Brunò. Quitat-lou abans que vous nafrèsso grèvomen. Ne vendrò à vous tua !
Guelo abaissè lei môs e se levè per sourti en murmurant, pietadouso :
Leissat-me tranquillo. Leissat-me tranquillo.

Coumo poudio avedre la valéncio de veni ajuda una drollo ammé d’ueis tant inespressieus ? Una drollo qu’avio talomen pour que se leissabo tua lentomen !


Un sir, Bruno èro charrèiro de l’Estèlo, en civil. S’escoundio mai ou min din l’oumbro, que lou veguèssou pas dempuèi lou café. Lei serados èrou estados peraqui silenciousos dien l’oustau dempuèi qu’avio arrestat Lombroso. Mas aquel sir d’aqui l’oubrier avio trop biougut per èsse prudent. De la charrèiro l’auzissio que renegabo e que tustabo un pauc de pertout deïn l’oustau. Dedé, à soun taulier, sirvissio la bièro e se faziou siguromen de rizous coumplìcis ammé li clients.

Brunò avio la caro coubèrto de suzour. Soufrissio. Al cap d’un loung moument de doute e d’àncio, escampè sa cigareto din la gandolo e marchè decidat vers l’oustau. La porto de dintrado se doubriguè vioulentomen, e justomen, Sandro Lombroso sourtiguè, lei margos de chamiso regussados ; davalè la charrèiro en trantalhant un pauc per ana al bar e bioure inquèro.

Brunò li barrè lou chami :
Troç de saloupard, t’avio dit de leissa aquelo fenno tranquillo !

Lombroso boutè lou cap enrè, clutè dis ueis per veire quau li parlabo.
Caspitèlo ! ço-venguè. Puèi apoundè, la lengo pastouso. « Acò’s l’arquier sèns soun vestit de schtroumpf ! »

Una pautasso agantè lou jouvent.
Escoùta-me, troç d’arganhol. Leisso ma fenno ount’ es. Sabi qu’ès vengut soulfina per eici. Me l’aun dit. Es ma fenno. So que li fau es moun afaire, un afaire privat. Coumprendes acò, badau !

Rivat se delhibrè de sa mô d’un cop de pounh soubre soun bras e lou tustè de toutos sei forços. Acò semblè pas faire grand-causo à l’oumenas. Amai, amé l’alcol, devio pas trop senti la doulour. Lombroso virè un pauc lou cap vers la drèito e butassè Brunò coumo una patoto de pilho, lou mandè s’aclata countro lou mur. Puèi rapuguè un cairou gros coumo un caulet-flòri e s’aturè del poulicier miech ensucat per li esclafa la tèsto.

Un pauc dessenat, Brunò sourtiguè soun pistoulet, se soullevè soubre un couide, afustè la caro. Aguè una grando satisfacciou quand traguè.


Ж

Brunò fouguè pas acusat de murtre. De clients que sourtissiou del bar à-n-aquel moument, testimounièrou qu’avio trach per s’apara. Après l’enterromen, un cop que saguè qu’èro pas acusat d’oumicìdi, tournè din lou bàrri per vèire la jouvento.

Sarés tranquillo desenant. Ieu vous tratarèi coumo una dono. Sèt faito per qu’un ome vous aime, pas per èsse brutalisado.
Merci plô, ço-respoundè après un moument de silénci timide e souscarèl.

Moustrabo pas d’emouciou de la mort de soun marit, ni peno ni sentiment de delibranço. Leissabo Brunò la poutouna, la baiza, mas sas poto èrou de glaço souto lei sèunos. Ero una fenno be estranho.

Brunò supausè que lis annados de terrour qu’avio patidos li aviou machado l’amo. Avio pas que sege ons quand s’èro maridado. Brunò sabio que li chaurio una grondo pacienço per li tourna beila de joto, per drevilha sa sensibletat feminino.

Li mes passèrou. Anabo la veire gaire-be cado jour. Ero brave ammé guelo. L’admirabo talomen, e la desiravo sans hou gausa dire ni pensa vertadièromen. Li fazio de presents, de sigur, e la menabo din de restaurants ounde sario pas jamai anado. Mès se moustrabo pas jamai entousiasto. Dizio plô courtesomen « merci » quand insistabo en li pausant de questious. Guelo lou leissabo la poutouna tant que voulio, soubre la caro, din lou còu, amai soubre lou pièit. Lou deboutabo pas jamai. Demourabo coumo uno patoto counflablo, sèns refuza mas sèns emouciou. Lou leissabo quitomen afraba soun jounhe, li caressa la chombo. Ero soumeso e lou leissabo faire. Guel gausabo pas ne damanda mai. Avio l’estiganço de l’espousa. Mas voulio la veire coumo l’avio visto lou primier cop, las potos roujo e lis ueis abrasants.

Acò lou carcanhabo, èro plô tendut. Magrissio. Sis ueis èrou marcats de mai en mai. Acò fazio galeja de coulegos que creziou que passabo de nueits tourridos.

Uno sazou èro passado. Countuniabo de faire sa court. Un cop de mai, anè la querre per la mena al restaurant. Dintrè chas guelo. L’agachè faire li gèstes rituaus dei fennos abans de sourti : un pauc de poulvero soubre lou nas, pessuga las potos per bouta lou rouje. Fintabo si mouviments souples, si bras qu’aurio croucats, lou mitan de sas poupos quand s’atintabo vel miralh e que soun jounhe badabo. Ero en vertat una fenno plô jinto, plô desirablo, ammé sa pèl blancho de princesso. Soun dezi n’en èro una doulour. Subran li tenguè pas mai, la tirè per lou bras, e esclafè sa boucho deziranto soubre sas potos tout juste roujados. Doubrissio lou cais coumo un que mourissio de set. Mas las potos de la drollo demourabou mouflos, sèns vido, counsentos mas pas coumplìcios, coumo uno patoto sèns vido. Soun cos èro coumo d’uno estatuio. I avio sounque la temperaturo que li fazio senti qu’èro una fenno vivento. Vivento, mas coumpletomen indiferento à ço que fazio. Pastavo sis espallos, sis anchos, sas patèrlos, coumo un afamat, coumo un fournier pasto la farino. Aletejabo. Murmurabo de mots d’amour e de dezi. Mas guelo boulegabo pas, dizio pas ris. Metè lou cap en rè per agacha sis ueis. Sis ueis diziou pas re. Agachabou amm uno indiferéncio absouludo. La jouvento esperabo que lou moument de foulio li passèsso.
Acò lou sang-glacè, acò lou machè, acò lou descouquè, acò l’umiliè.
Mas qué se passo ? Qué jogues amme ieu ? Me leisses te poutouna despuèi tant de mes. Jamai dizes pas de nou, mès jamai dizes pas de oc. Qu’espères de ieu ? Quouro s’arrestarò toun joc cruzèl ?

Tremoulabo de ràbio e de malur.

Guelo l’agachabo, toujour indiferento. Mas sentiguè que chalio dire chicom. Alèro diguè :
Sèi desoulado » d’una voutz timido e sàbio, coumo una escoulono que dis ço que chau dire per èsse pas chastigado, mas sèns hou pensa.
M’eimes pas ?
Si, t’eimi plô.
Eima plô es pas eima !

Guelo respoundè pas.

Bruno se prenguè lou cap din lei môs tremoulantos. Avio la sensaciou de parla à un mur. Perqué aquelo drollo l’avio enganat coumo acò durant de mes ?
Troç de gousso ! I o quaucun mai, e te jogues de ieu ? Es acò ? N’as un aute, e te rizes de ieu ?

Guelo l’agachè ni soupreso, ni entrepachado. Semblè chirca si mots, e diguè soulomen :
Nou », d’una voutz indiferento.
Si ! es acò, ne sèi sigur !

E la timplè vioulentomen.
Guelo se leissè toumba soubre lou lèit, sèns un crit, levè sounque lou bras per se proutegi la caro.

Lou jouvent deseimat n’arribè à li fica de cops de pounhs din las patèrlos, soubre lou flanc, soubre las cuèissos, per l’auzi reagi. Aguè tout-escas quauques pichous crits oufegats, coumo de miaunados de chatou. Mas dizio pas ris.

Alèro se rounsè soubre guelo de tout soun pes, li prenguè li pounhets per lis espaça de sa caro. Abans que la jouvento barrèsso li bras, li estirè un vourmalh. De lagrimos apareguèrou din sis ueis. Enfi una reacciou umano. Regussè sa raubo, palmè ço que pouguè. Arpiè sa cuèisso rabiousomen. La drollo gemeguè. Guel s’atintè e moussiguè la char blancho de la cuèisso qu’eimabo tant. Guelo diguè, li piaus soubre la caro banhado de plours : « T’en supliqui, nou ! Pietat » Mas guel escoutabo pas, quouro arpiabo, quouro batio e quouro moussigabo. E guelo cridabo : « Te damondi perdou ! Te damondi perdou ! » fin que gemeguè mai fort, puèi quilè e s’arquè. Ero pas mai de doulour, sounque. Aletijabo guelo també, souspirabo prigoundomen. Aguè un crit de bounur, e se peguè countro guel. Lou poutounabo pertout ounde poudio, li desquissabo la chamiso. Lou suplicabo en bretounejant de toumba lei braios. Arpiè sis espallos quand fouguèrou nudos. Acò fouguè soun tour de gemega, de doulour, de doulour e de soulas : aquelo fenno èro vivento, quasimen trop. Es elo agaro que li moussigabo lou pitre, puèi que lou tenio presounier din sas cuèissos, e que l’arpiabo, l’arpiabo, talomen que guel també, per reflexe l’arpiabo. Aviou cadu la pèl de l’esquino coubèrto de lìnios roujos, e guelo gemegabo e cridabo din l’agut, puèi ammé de souns bas e raufelous, puèi tournabo quila… la primièro sezilho d’amour de Brunò ammé la jouvento fouguè cruzèlo e deliciouso.


Ж

De l’aute latz de la charrèiro, Dedé, lou patroun del bar, trazio de bièro per un client. Toùti dous escoutabou lei quiladissos de la fenno. Quand Dedé se revirè per lou sirvi, lou client diguè d’un aire entendut :
Vaqui Gina que gauzis. Se prend uno crano derruscado !
E o, torno coumença ! » ço-respoundè Dedé d’un toun indulgent de filousofe.




Alan Broc 2008

Lei nouvèlos miejo-negros

Goudelin : La mort d'Henry IV ( introduction de Mary-Lafon 1842)

.

Mary-Lafon dans son reccueil de 1842 Tableau de la Langue Romano Provençale, introduit son idole, Goudelin, de la sorte :

" ...Voici, comme contraste, une pièce du Goudelin, où l'élévation des pensées le dispute à la vigueur et à la magnificence du style".

Goudelin


' Can del coumu malhur uno niboul escuro
Entrumic la clartat de moun astre plus bel,
Yeu disi can la mort dan lou tail d'un coutel
Crouzec lou grand Henric sul libre de naturo ;

' De roumecs de doulou mon amo randurado ,
Fugic del gran sourel la pamparrugo d'or,
Per ana dins un roc ploura d'él et de cor
Del parterro francès la bélo flou toumbado.
Quéy tourni prene bent per ufla nia museto,
Que del rey ta plangut entoune uno cansoun ;
Sur le brabe Louis regitara le soun ;
Car al rasin reben l'aunou de la souqueto.

' Que non nous bengon plus brounzi per las aureillos,
Ni César, ni le Grec ipie runnric pel talou.
Per dessus le boulum des princes de balou
Un Henric a claufit le mounde de merbeillos.

' Les fourtunables reys doun le mounde fa festo,
Soun coumo de roubis pausats en roso d'or,
Oun le balent Henric, tout brasses étout cor,
Ero le diaman qu'oundrao tout le resto.

' La terro en tremoulan al brut de sas armados
Li dounao la bouts per soun prumié seignou :
Tabe per le plassa dins le temple d'aunou,
Le cél l'abio fourmat à bertuts rapourtados.

' O flourisso la pats , ô touqnesso l'alarmo ;
La justicio, la fe, la force, la bountat,
E tout ço que le cél dono per raretat,
Coumo l'aygo à la mar se randion à soun armo.

' Taleu que sur sou fronn se pansée la courouno ,
L'englazi se neguéc al riu del debrembié ,
La pats y ba béni, que de soun oulibié,
Y féc un bel empéu sul laurié de Bellouno.

' De sas milo bertuts la preciuso ritchesso
Croumpao d'un cadun le cor é l'affecciu ;
Soun cos se fasio beze un cél de perfecciu,
Al lum de soun esprit, esclaire de sagesse,

" Acosel que sul l'i icinetio la balanço
i Taléu que la Rasou se plaigne d'un afroun :
Acos el que prenio la Fourtuno pel froun,
Que clabelao pey sul sceptre de la Franco.

' A la fiéro des trucs el caillo qu'on le bisso,
Dan le foulse del bras esclafa le fer blanc ,
Foulze que fasio courre un labassi de sang ,
E regita de caps uno grosso granisso!

' D'enemics animats un moinute se bandao
Per fa rebés del dret, que de dret li benio :
Mes el èro l'Atlas que tout au sustennio,
E peyssoun l'Herculet que tout au englandao.

" Coumo s'enbalauzis la bicho pel bouscatge ,
Quan le sou del cournnet dins l'aureillo li bat,
Al noum del grand Henric l'ennemic eyssourbat;
Fugio marrit de pooué bouze de couratge.


L'assassinat d'Henry IV


" L'un sentio d'un estoc desclaba las coustélos,
Per oun s'estourrissio le sang à bel rajol ;
L'autre, que milo pics aloungaon pel sol,
Besio soun paure cos despartit en estélos.

" A tal dedins un parc le lioun se boulégo
Al mitan des moustis, del pastre, é deys aignels ;
Atal à cops de dens, de coüo, d'arpos e d'els ,
Les espauris, esquisso, endoulomo , mousségo ,

' Hurous le que labets éro à la picouréo,
O que sero mudal dan las armos à bas,
Per biure non caillo que cambos sens e mas,
E se moustra puléu cerbi que Briaréo.

' Jamay, cap d'autre rey nou féc talo soulado
De cosses de souldts esquitats an la mort.
E Caròun jamay plus non troubec à son port
D'esperitz desoussats ta rabento menado.

' Dounc, ô tygre cruel, piri que l'ours salbatge ,
Pla t'abion poussedit las feramios d'ifer,
Quand ta scarioto ma s'anec arma de fer,
Seignour Dieu, contr'un rey que daurao nostr'atge.

' Qui te piegéc le bras de tant d'asseguranço,
Que nou fiblesso pas jouts l'ourroud'un tal cop,
Sampa l'esplit de néyt, queli trigao trop
Que bisso reboundut le soulel de la Franço.

' De l'auratge emmalit d'uno guerro coumuno
Tu bouillos treboula le calme de la pats,
Més tous cops en nourre foureguen dissipats,
Taléu que d'un dalphi Diu fazec un Neptuno.

' Abalisco le gus, de qui la ma prouphano
Ben de rounça pel sol l'auta de la bcrtut ;
Soun cop passo lou cop d'aquel autre perdut
Que fec un fougayrou del temple de Diano.

' Escantit es le lum , usat es le bel moble
De qui la terro fec l'aunou de soun ostal,
La descarrado mort d'un cop tout à bel tal
Endrom dedins le clot , le pagès et le noble.

' Le mounde es uno mar oun coumo joust de belos,
L'hôme sent quado jour quaouque ben d'affliction ;
Mes nostre rey, coumail de touto perfection,
Hurous hoste del cel trapejo las estelos. »