lundi 30 décembre 2013

Peireto Berengier : R Garros - Proumiero travessado de la Mediterragno






Proumiero travessado de la Mediterragno


Fai tout bèu jus 100 an que Rouland Garros travessavo pèr lou proumié cop la Mediterragno en avioun. Èro lou 23 de setèmbre 1913.
Aquesto annado dóu centenàri, n’an fa uno Annado moundialo Rouland Garros qu’a pèr toco de valourisa la memòri di primadié francés de l’aviacioun e de valourisa peréu l’aerounoutico. Forço païs dins lou mounde participon : Alemagno, Argentino, Austrìo, Belgico, Brasil, Cuba, Espagno, U.S.A., Grando‐Bretagno, Itàli, Meissique, Mounègue, Païs‐Bas, Poulougno e Tunisìo.
En 1909, Blériot avié deja travessa la Mancho en 32 mn. Plus tard travessarien l’Atlantique en 33 ouro mai avans falié passa l’estapo decisivo de la Mediterragno. La proumiero travessado durè 8 ouro e fuguè uno estapo istourico.
Rouland Garros, l’eros d’aquelo aventuro partiguè de Frejus e anè à Bizerto en 8 ouro pas mai, sus un Morane‐Saulnier type H. 
Vuei, es enterra à Vouziers dins lis Ardenno, à Sant-More ounte avié toumba en 1918, en pleno glòri. Pèr lou centenàri de sa neissènço, l’ounourèron emé la Courso aerenco de la vaniho à Sant-Danis de la Reünioun, em’un timbre, uno medaio, d’estatuo, de coulòqui, etc.
La travessado de la Mancho pèr Blériot, saludado dins la presso dóu mounde entié, fasié 39 km de long. Au matin dóu 23 de setèmbre 1913, sus l’aeroudrome navau de Frejus, es 800 km d’aigo (leva lou vòu sus la Sardegno) que Rouland Garros anavo assaja de travessa !
I’avié d’óuficié de marino dóu service de l’aviacioun, de matalot, quàuqui courrespoudènt de presso mai bèn gaire de civil, uno souleto femo, soun amigo. Un pichot mounouplan sourtiguè emé l’ajudo dóu mecanician Jùli Hue. En quatre an soulamen, anavon passa de 39 à 800 km, un bèu prougrès !
 
 
 
Rouland Garros
 
Rouland Garros èro nascu lou 6 d’óutobre 1888 à la Reünioun, avié dounc 25 an pancaro e èro deja proun couneigu dins lou mounde de l’aviacioun.
Quouro pichot, èro esta abarri dins soun isclo de La Reünioun pièi dins si quatre an, partiguèron pèr Saïgoun que soun paire ié fasié avoucat. Coumencè d’estùdi à Paris mai, malaut grèu d’uno peremounìo, fuguè sougna e sauva à Cano. Countinuè sis estùdi à Niço pièi à Paris avans de voula à Marsiho.
Rouland Garros èro diplouma de HEC. Contro la voulounta de soun paire que lou vesié veni avoucat coume éu, mountè, em’un ami, un coumerce de veituro au pèd de l’Arc de Triounfle : « Roland Garros automobiles – voiturettes de sport ». Mai sa passioun de l’aviacioun lou faguè lèu tout abandouna. Avié descubert lis avioun à-n-un acamp aeren e tant lèu s’èro croumpa uno « Demoiselle Santos-Dumont » pèr aprene à voula tout soulet…
Venguè un dis aviatour li mai coumpli qu’avans meme d’agué soun brevet d’aviatour fuguè engaja dins diferènts acamp aeren ! Fuguè meme engaja pèr de rescontre en Americo ounte capitè proun d’esperiènci (USA, Meissique, Cuba). Eila, fuguè lou proumié de travessa la Rado de Rio de Janeiro, lou proumié de voula au dessus de la séuvo troupicalo e de prene de fotò en reliéu, lou proumié de jougne São-Paulo à Santos em’un sa poustau… e participè à la creacioun de l’aviacioun bresiliano.
Tournè en Franço en 1911. Aqui participè en tóuti li rescontre e multipliquè li sucès. Daverè, pèr eisèmple, tres cop lou record d’autitudo (lou meiour à 5610 m). Es pamens à Marsiho, au Pargue Borrelly, que mai de 100.000 persouno lou badèron dins sis evoulucioun. Aqui tambèn que retroubè soun paire.
Aviatour, mai tambèn grand teinician dóu trop d’energìo e de la qualita de vòu, emé Raymond Saulnier, enventè, un avioun, lou Morane-Saunier type H, que lou devié mena de l’autre coustat de la mar.  
L’aviacioun èro pas lou soulet esport que praticavo. Marca au Stade français dins la seissioun de rùbi èro tambèn un ciclisto afouga.

Fréjus, poun de despart

 Lou 22 de setèmbre, arribè en garo de Sant-Rafèu. Fasié un bèu cèu blu, tout èro pàsi. Partiguè l’endeman proun d’ouro pèr èstre segur d’arriba de jour.
Sabèn, bonodi si caièr, tout ço que la niue i’aduguè de chiframen : uno bello aventuro, belèu la disparicioun en mar ; tout acò, perqué ?
Lou 23, s’aubourè que fasié encaro niue. Travessè Sant-Rafèu endourmi e desert e se gandiguè vers la baso de Frejus en s’imaginant coume un coundanna mena au chafaud…
I’avié faugu pensa en tout : dejuna proun mai pas trop, faire mèfi d’èstre bèn tapa e counfourtable. Sus soun coustume de vilo (emé gravato siou-plait !) avié passa de tricot de lano e plusiour espessour de papié journau souto uno coumbinesoun impermeablo e un passo mountagno bèn caud. Verai qu’anavo voula dins lis aire, coume un aucèu sènso plumo, dins (o pulèu « sus ») un avioun dubert en tóuti li vènt ! Passè dos mostro, uno pèr l’ouro franceso, l’autro que marquè miejour au moumen de decoula, acò pèr i’espargna li calcul e saupre lou tèms e lou carburant que ié restavo…
 Avans de parti faguè saupre au mounde soun idèio e mandè de telegramo i media.
Avien mes lou mens de pes poussible mai falié pamens 200 l. d’essènci e 60 l. d’òli de langastié, sènso óublida la boussolo… L’aparèi èro lourd pèr decoula. Mai à 5 ouro 47, èro fa, s’envoulavo . 7 ouro e 53 mn plus tard, èro à Bizerto !
En routo, avié subi dos pano de moutur, proche la Corso e sus la Sardegno e quand arribè, avié pas plus que 5 l. d’essènci e ié mancavo un bouloun !…
Rouland Garros countuniè de voula dins l’armado, dóu tèms de la guerro. Après plusiour vitòri, fuguè fa presounié, s’escapè, tournè au coumbat, e après uno darriero vitòri lou 2 d’óutobre 1918, toumbè emé soun avioun, lou 5. Avié pas 30 an.
Pèr travessa l’Atlantique fauguè espera 6 an de mai e la fin de la guerro. En 1919, dous Anglés, Alcock e Brown, capitèron bèn avans Lindbergh.
 Vuei, se cercan Rouland Garros sus Internet fau proun trafega pèr trouba l’aviatour que soulet lis image de l’estade e di jougaire de tenis envahisson l’escran ! Rouland Garros, éu, jouguè jamai au tennis… E sa Legioun d’Ounour se l’ameritè !
 


Peireto Berengier



*+*+*






samedi 28 décembre 2013

J. Tellier : COUMA LOU TEMS CHANJA!





COUMA LOU TEMS CHANJA! 


Un jour de gros ivern, quand la bisa bufava,
Frecha couma tout vent que passa sus la nèu,
La Marquisa en autò passava lou platèu.
Menada per Janou, la machina rounflava,
Fièra de soun lusent dins un jour sans sourelh.
Mes dau valhent caufeur, la corna que s'escana,
Garda pas lou moutur, de l'inoucenta pana,
E la pana arrivèt, sans demanda counselh.
Quand l'aucèlou patis que las flous deperissoun,
Quand s'entrevei la nèu, dins un ciel toujour gris,
L'ome es coumpatissent, e soun cor se dourbis,
La Marquisa pensèt as paures que soufrissoun.
 O Jean quel dur hiver, j’y pense avec effroi!
 N'oubliez pas demain les pauvres du village,
 D'une pile de bois, faites-en le pillage;
 Seigneur quel mauvais temps, o mon Dieu qu'il fait froid!
Lou lendeman, Janou qu’a l'ama generousa,
Davans un fioc d'enfern, dins soun apartament,
Vai trapà se patrouna, e ie dis douçament:
— Quant cal douna de boi, per porta malerousa?
— Le temps a bien changé, il ne fait pas si froid,
Respoundèt a Janou la caudeta Marquisa,
 C'est bien drôle le temps, on n'entend plus la bise,
 Conservons pour plus tard notre pile de bois.
La Marquisa faguèt, couma fai lou Ministre,
Arrivant esmougut, sus lou lioc dau sinistre:
La França! lou devé! l’ounour es engajat!
Quant arriva a Paris, crei d'aveure sounjat.


*+*+*


mardi 24 décembre 2013

F. Mistral : traduction La Genèsi - CHAPT XLIX : Li predicioun de Jacob subre chascun de si fiéu.











CHAPITRE  XLIX
 -

Li predicioun de Jacob
subre chascun de si fiéu. 
-
 

1. Mai Jacob apelè si fiéu, e ié diguè: “Acampas-vous, pèr fin qu’anouncie ço que dèu vous arriba i darrié tèms.
 
2. Acampas-vous, e escoutas, fiéu de Jacob, escoutas Israèl voste paire.
 
3. Rubèn moun einat, tu siés ma forço e la coumençanco de ma doulour: lou proumié dins li doun, lou majour en empèri.
 
4. Te siés escampa coume l’aigo, creissiras pas, pèr-ço-que siés mounta sus lou Iié de toun paire e qu’as embruti soun jas.
 
5. Simeoun e Levi, tóuti dous fraire, eisino de vioulènci dintre l’iniqueta.
 
6. Au counsèu d’éli que moun amo noun vèngue e ‘n sa coumpagno que noun siegue ma glòri: car dins sa fùri an tua l’ome e pèr sa vouIounta sapèron la muraio.

7. Maudicho siegue sa furour, pèr-ç o-que s’es encarado, e soun endignacioun, que fuguè duro: li divisarai dins Jacob, e dins Israèl li dispersarai.
 
8. Judà, te lausaran ti fraire: ta man sus lou coutet de tis enemi, t’adouraran li fiéu de toun paire.

9. Cadèu de lioun, Juda! vers la piho, moun fiéu, as escala; e au repaus, te siés coucha coume un lioun e tau que la liouno. Quau ausara lou reviha?
 
10. Se ié levara pas lou scètre, de Juda, ni de sa cueisso lou gouvèr, d’aqui-que vèngue aquéu que dèu èstre manda e qu’éu-meme sara l’espèro di nacioun. 

11. A la vigno, o moun fiéu, ligant soun pòutre, e sa saumo à la souco, lavara dins lou vin sa raubo - e soun mantèu dins lou sang dóu rasin. 

12. Sis iue saran plus bèu que lou vin, si dènt plus blanco que lou la.
 
13. Zabuloun trevara la ribo de la mar, s’estendènt desempièi lou barcarés jusquo à Sidoun.
 
14. Issacar es un fort ase, coucha dintre si raro. 

15. A vist qu’èro bon lou repaus e que la terro èro eicelènto; e pèr pourta - éu a pourgi soun espalo e s’es fa servènt de tribut.
 
16. Dan jujara soun pople, coume peréu lis àutri tribu dins Israèl. 

17. Dan es la serp dins lou camin, lou serpatas dins lou draiòu, mourdènt li bato dó chivau, pèr que toumbe à rèire aquéu que lou mounto. 

18. Ta bono salut, segnour, esperarai.
 
19. Gad, cencha de sis armo, bataiara davans éu, e s’armara pèr faire targo dereviroun.

20. Asèr, soun pan crouchounara e pèr li rèi sara ‘n delice.
 
21. Néutali, es un cèrvi que part e qu’es poulit soun paraulis.
 
22. Es un fiéu creissènt, Jóuse, un fiéu creissènt e de bello mino: li fiho, pèr lou vèire, an courregu sus lou bàrri. 

23. Mai l’an entahina, aquéli qu’an de dard, e i’ an cerca reno e pourta ensié.

24. Soun arc es resta en man forto, e soun esta destaca li liame de si bras e aquéli de si man pèr li man dóu pouderous Jacob: d’ounte sourtiguè pastresso la pèiro d’Israèl. 

25. Lou Diéu de toun paire sara toun ajudo e d’amoundaut l’Ounnipoutènt te benesira, di benedicioun dóu cèu, di benedicioun dóu gourg qu’es jasènt souto terro, di benedicioun di pousso e d’aquéli de la maire. 

26. Li benedicioun de toun paire soun estado enfourtido pèr li benedicioun di paire siéu: d’aqui-que vèngue lou desir di colo eterno, que se coumpligon sus la tèsto de Jóusè e sus lou su d’aquéu qu’es Nazaren entre si fraire.
 
27. Benjamin, loup alabre, de-matin manjara la preso, partejara de-vèspre li despueio.”
 
28. Tóuti aquéli, acò ‘s li capo di douge tribu d’Israèl. Ansin ié parlè soun paire, à-de-rèng li benesiguè, chascun de sa benisoun propro.
 
29. E ié coumandè eiçò, disènt: “Iéu me vau acampa vers moun pople: e n s e v e l i s s è s-me, emé mi paire, dins l’espelounco doublo qu’es dins lou champ d’Efroun l’Eten,

30. Contro Mambrè, en terro de Canaan, e qu’Abraham croumpè, emé lou champ, d’Efroun l’Eten, pèr n’en faire soun sepucre.
 
31. Aqui l’enseveliguèron, éu e Saro sa mouié; aqui fuguè enseveli Isa ‘mé Rebèco sa femo; aqui Lia peréu jais reboundudo.”
 
32. E, fini li coumand que dounavo à si fiéu, jougneguè si pèd sus lou lié, e trepassè; e fuguè apoundu au pople siéu. 



 

dimanche 22 décembre 2013

A. Langlade : LA LABECHADA






LA LABECHADA


A CARLES DE BRUN



Dins Malhorca la renoumada,
A l'oumbra das verts irangès,
Se capita lou vaste bres
De la fresqueta labechada.
De l’auba, toutes lous matins,
D'aquì tant que la nioch negreja,
Zounzouna, fusa e voulastreja
Dins lous palmiès, lous rams, lous pins.
E tout lou tems que dralha e voula,
De fruch en fruch, de flous en flous,
S'empregna de siavas sentous,
E dau mèu rous que n'en regoula.
Mais tant lèu que l'estieu çai ven,
Chaca jour, dins la tantossada,
S'acoussa dor nosta encountrada,
Per maisà lou sourel brausent,
Per aloungà jusqu'à la sega
Lous grans qu'encara soun calhets,
A las oumbras dounà lou fres,
Trepà sus l'airòu embé l'ega.
Fourfoulha pèus e capelous,
De las vendemiairas galoias;
Imouisseja jouta las fiolhas,
Lou grun que marfìs las calous.
L'avé, que roumia à la chaumada,
Atissat per lous mouissalets,
Reviscoulat d'aquel refresc,
Torna au prat e prend la mourrada.
Dau champouiraire, tout susous,
Adraca la rusta pelassa,
Aco, soulet, lou desalassa,
E torna au tal mai vigourous.
Sus las bagnairas e bagnaires,
A mitat corp, dins l'amarun,
Fai regisclà lou salabrun
A beles degouts caressaires.
En plena mar, dau pescadou,
Qu'à fauta de vent se carcina,
Boudenfla la vela latina,
E lou buta au debarcadou.

De cops, en camin fai jouguina
Embé la lamia e lous daufins;
De l'ounda frusta lous acrins
En fouitant la gruma salina.
Alor, per pau que lou matin
Age alenat d'en tramountana,
Gara lou blat, gara la grana,
E l'escaudage dau rasin.
En van sus l'airòu l'ega endilha,
En van lou pastre fai cimbel,
Gachant dins lou foundàs dau cel,
Res ven refrescà la ramilha.
De cops, mai, embé lou pounent,
Après sourel couchat, se pignoun;
Pastres, gardians, ouvriès se signoun,
Car lous ilhaus fusoun d'un tems.
Mais aco n'es que de passage,
Car l’endeman reprend soun fieu,
Tout lou sant clame de l'estieu,
Jusqu'au mitan de l'autounage.
O ventilhou, fresc, embaimat,
De quante noum que te batejoun,
Toutes lous que la mar coustejoun
Fan pas de mens que de t’aimà!



ENVOUCACIOUN  
Brisa de mar ou labech ou garbin,
Repoufa au lion e l'ira e la coulera,
En mema tems que refresques la terra,
Boufa la pas sus lou mounde latin

*+*+*

vendredi 20 décembre 2013

Albert Roux : LOU CAMIN DIS ESCALETO


 
 
 
LOU CAMIN DIS ESCALETO


Un pau après Pont di Carreto
En d’anan à Uzès tout dre
La lou camin dis Escaleto...
Copo de courcho me es destré,
Me es pouli, anas lou veire.
La d’escalié en jusqu’en aut
E d’escalié que poudès creire
Soun viel coumo sabe pas quaou.
Soun cava din lou roc naturo,
S’en trovo pas n’lio de parié,
Fan vis à vis à Font d’Avuro.

Aqueli tan pouli escalié
Nostri Paire lis escalavoun
Prenien souvent aquel carrau.
O nous hou dirien se parlavoun
De joio farien quauqui saut.
Paure camin dis Escaleto
Tu, tu que n’as vis, n’en sabes tant.
Podes nous counta de sourneto
O, te creiren en t’escoutant.
 


Septembre 1930

mercredi 18 décembre 2013

Ive Gourgaud : Sous la Croix… cévenole !





Sous la Croix… cévenole !


-+-+-+-+-+-


    Nous, les Cévenols, sommes des réboussiès (contradicteurs) : plus on nous affirmera que notre langue est « occitane », et plus nous affirmerons, nous, que notre langue est cévenole.
Notre félibre majoral Arnavielle l’écrivait déjà dans le premier Armagna Cevenòu en 1874, où il terminait ainsi son Bréviaire de l’Histoire cévenole, à la page 3 : « Le Félibrige en Cévennes ; renaissance de la langue cévenole » ; et page 11, au début de sa Chronique cévenole, il affirmait : « Il suffit de nommer Sauvages, La Fare-Alais, Mathieu Lacroix, sans compter ceux qui sont moins connus, qui avant notre époque on écrit avec bonheur en langue cévenole. »

    Voulez-vous encore un félibre ? C’est Marius Dumas, de Saint-Jean-de-Serres, qui en 1878 nous donnait sa « Chanson de la langue Cévenole ».

    Et le grand conteur de Saint-Jean-du-Gard Aimé Vignon, lorsqu’il nous présente, dans le CD Psaumes, cantiques et complaintes, un poème de Bigot en version cévenole, que nous dit-il ? Il nous dit, en français, que ce poème est « en langue cévenole »   
Nous sommes des réboussiès, vous dis-je : plus on nous affirmera que nous devons tous nous rassembler sous la croix de Toulouse, et plus nous affirmerons, nous, que nous ne connaissons qu’une seule croix, cette Croix Cévenole qui accompagne le titre de notre Almanach.
Vous allez peut-être me dire : « Mais cette Croix cévenole dont vous parlez, c’est une croix huguenote ! »
Moi, braves gens, je fais confiance à un Huguenot, historien du protestantisme et lui-même Pasteur de la Religion Réformée : je veux parler du Vivarois Charles Bost dont l’ami, le docteur Malzac de Lasalle, écrivit un article intitulé « A propos de la Croix Cévenole » e qui fut republié par Cévennes Magazine le 26 octobre 2013. Or que nous dit le Pasteur Bost dans cet article ?
Il écrit que « l’origine de ces croix dites cévenoles paraît plus ancienne que le protestantisme. »
Et j’en veux pour preuve que notre peuple, pour désigner l’ornement pendentif de cette croix, utilise un mot de notre langue : LOU TRISSOU, mot devenu si populaire que même en français on l’utilise, dans les articles ou les ouvrages, pour désigner cette Croix !
Cette Croix au Trissou, nous ne remercierons jamais assez les Huguenots cévenols de l’avoir popularisée : c’est notre CROIX CÉVENOLE, le symbole de notre identité authentique.

Quant à la croix de Toulouse, dite « occitane », elle est pour nous une croix étrangère, tout comme la langue « occitane » dont elle est le symbole.
Emb’acò pa mai, comme disait volontiers Mistral.



*+*+*


L’ARMAGNA CEVENÒU 
PER 2014

Ce texte, traduit du cévenol spécialement pour MARSYAS2, se trouve dans sa version originale en page 3 de l’Armagna Cevenòu 2014 qui vient de sortir aux Editions Aigo Vivo.
 Pour sa quatrième année, l’Armagna Cevenòu présente de nouveaux « armagnacaires », en particulier trois auteurs lozériens bien vivants et issus du même canton du Bleymard : Jean Jouve (qui avait déjà donné des textes à La Lozère Nouvelle) ; Hubert Nogaret (auteur du remarquable Glossaire patois-français du Bleymard publié récemment aux mêmes éditions Aigo Vivo) et Emile Philip qui se révèle le digne neveu de l’abbé Philip qui en 1956 et 1974 avait publié deux ouvrages dans notre langue. Parmi les « armagnacaires » vivants, on retrouvera aussi trois habitués, Didier Mauras de Lunel, Yves Gourgaud d’Alès qui est le baile de l’Armagna et Jean-Claude Roux que les Provençaux connaissent comme le baile de la belle revue Li Nouvello de Prouvènço mais que les Cévenols connaissent, eux, comme chroniqueur en lengo nostro à Cévennes Magazine.
Outre sa volonté de publier des auteurs contemporains, l’Armagna se signale par le désir de représenter l’ensemble des terres d’expression cévenole : c’est ainsi que les 5 départements qui utilisent notre langue sont présents cette année ; le Gard et la Lozère fournissent les plus gros contingents, mais l’Ardèche, l’Aveyron et l’Hérault n’ont pas été oubliés.
On notera, pour commémorer le centenaire du début de la Grande Guerre, trois beaux sonnets de Louis Stehlé de Ganges, dit Delpon-Delascabras, qui sont dédiés aux Poilus qu’il a côtoyés.
Pour commémorer le centenaire de la mort de Mistral, ce sont les traducteurs cévenols qui sont mis à contribution : deux traductions de strophes de Mirèio, l’une en graphie phonétique, l’autre qui reproduit en cévenol l’ensemble de la strophe mistralienne.
Le cent-cinquantenaire de la mort du poète-ouvrier Mathieu Lacroix, de la Grand’Combe, n’a pas non plus été oublié : on pourra lire une présentation de l’homme puis un extrait d’une de ses plus touchantes poésies, écrite après la mort de son fils.
L’Armagna poursuit la publication de l’ensemble de l’Evangile de Marc dans la très remarquable (et rarissime) traduction du Pasteur Fesquet, de Lasalle : après les chapitres I à IV publiés l’an dernier, on pourra lire les chapitres V à VIII.
Pour mieux se préparer à la visite du Musée du Désert à Mialet (entre Alès et Saint-Jean-du-Gard), l’Armagna 2014 reproduit l’intégralité du texte en langue cévenole qui est proposé à l’entrée de ce musée aux richesses exceptionnelles.

L’Armagna Cevenòu 2014 : un ouvrage de 56 pages au prix de 5 euro franco de port. Commande (accompagnée d’un chèque bancaire de 5 euro à l’ordre de : Yves Gourgaud) à l’adresse suivante :



Yves Gourgaud
56 avenue du 8 mai
30520 Saint-Martin-de-Valgalgues 



*+*+*



  

lundi 16 décembre 2013

A. Glas : HIVER SANS FI - en patois cévenol de St André de Majencoules

 
 
 
 
HIVER SANS FI


Aoutrosfés los sosous régnavou sus lo terro
Chaqu'uno per soun tour; si fosièou uno glouèro
Dé si céda lou pas ol temps qu'éro morquat.
Mais, disou qu'ou ogut quaouquo difficultat
Et qu'ou fatch tant dé bruch, si sou tant quorélados,
Qu'o lo fi, sul terren, los coïffos sou sooutados.

Dé tout oquéstés trins ni sérié résultat
Qué lou frech, oquésté an, soï s'es endoroïrat.
L'hiver, lo pus michanto, o gognat lo victouèro
Et voouo sos très surs faïré quitta lo terro.
Si dis, d'un aoutré biaïs, qu'oquesté an, Oppouloun
O counfiat soun char o quaouqué Phoétoun,
Qué, réboussié d'oquel qué trouvan din l’histouèro
Bien hiuen de s'opproucha, s’élouègno dé lo terro,
Sé mestré Jupiter l'en fo pas répenti
Ooumen risquoro pas dé nous faïré rousti.
Tant y a qué din Juin encaro lo verduro,
O péno o coummençat d'embéli lo noturo;
Los flourettos qu'en Maï estalou sos coulous
Oou p'encaro hozortat d'espéli sous boutous.
Lou coucut si cobis, lou roussignouou soouvagé
Tout escas nous o fach entendré soun romagé
On oousis pas din l'air lous oousélous countens
Célébra per sous cants lou rétour del Printemps;
Lo fournigo dourmis, l'obeillo trofiquouso
Resto din lou brusquet et fo lo vergouniouso;
Lo cigalo aïmo tant l’ordou d'un bouon sourel
Qué si presso pas gaïré o sourti del crubel;
Tristés et hérissats, lous poulettous, pékaïré!
Quittou pas dé pioula, s'occlato jous so maïré.
Tout si sentis del frech, los mousquos, lous mouïssaous
D'enpiéï l'estiou possat oou pas quittat sous traous;
Lou borbojoou mouris, l'hiroundello esfroïado
N'o p’encaro pensat o bosti so nisado,
Et lo véïren béléou répréné lou comi
D'Othènos ou d'Orgos, per papus révéni.


*+*+*




samedi 14 décembre 2013

Un texte politique cévenol de 1849 - traduction française en regard


Un texte politique cévenol de 1849

    Il est plutôt rare de rencontrer un texte politique anonyme de cette ampleur : près de 200 vers qui constituent une vibrante profession de foi républicaine dans une langue qui est typiquement cévenole et dont l’auteur pourrait provenir du pays de Ganges ou de Saint-Hippolyte-du-Fort.
    Cette langue est par ailleurs de bonne tenue, avec des mots bien conservés comme « veramen » (forme consignée par Fabre d’Olivet dans son Vocabulaire) ou « descoumouda », verbe que le TDF de Mistral ne connaît pas et qui est bien meilleur que « incoumouda ». Ce qui n’exclut pas les francismes : nous les avons conservés, mais écrits en lettres italiques.
    Le texte original étant lisible sur internet, nous proposons ici une version mistralienne, avec une traduction française qui ne vise qu’à la compréhension rapide du texte.



Yves Gourgaud, décembre 2013



*+*+*


  
Counsel as campagnard su las eleciu,
per un debassaire de la campagno
Conseils aux campagnards pour les élections,
par un faiseur de bas de la campagne

[imprimé à Nimes en1849]


1 Desendavant, quand un mounarco
Dal païs menavo la barco,
Sias pa malamen fol dal Rèi
Que veniè chaco an emb sa lèi
5 Su las bouessoun ou su las taio
Vous alaujeiri la bitaio
E s'assadoula coumo un porc
De la susou de voste corp ;

Autrefois, quand un monarque
était au gouvernail du pays,
vous n’étiez pas fanatiques du Roi
qui chaque année venait avec sa loi
sur les boissons ou sur les impôts
pour vous alléger la ration
et se gaver comme un porc
de la sueur de votre corps

Sias pa noun plu grand camarado
10 Quand, din la pudento Assemblado
Das deputat de i a tres an,
Lou Rèi véniè, per sous efant,
(Tant malairouses, pechairasso !)
De milioun demanda la graço
15 E mandrouneja lou trousseu
De nòvis à rouial bendeu ;
Quand caliè, per prince e princesso,
Dal  boursihoun cracha la peço,
Digas se lou gouvernamen
20 Vous agradavo malamen ?

Vous n’étiez pas non plus très amis
quand, à la puante Assemblée
des députés, il y a trois ans,
le Roi venait, au profit de ses enfants
(si malheureux, les pauvres petits !)
demander une faveur de  plusieurs millions
et mendier le trousseau
des fiancés au bandeau royal ;
quand il fallait, pour princes et princesses,
sortir l’argent de la bourse,
dites-moi, ce gouvernement
vous plaisait-il si fort ?


Pièi, quand veniè lou jour dal voto,
Que vesias gent à grando coto ,
S'enana , fières tout-à-fé,
Vèr la vilo dal Sou-Prefet 
25 E dins aquel jour de ripaio,
Quand vous fasièu barbo de paio ,
Respoundès : Sias-ti satisfa,
Quand , sans merci,  sias escrafa
De l'eletouralo besougno,
30 Moutou qu’alor avias la rougno
E que sias de tant bono pèl
Quand caliè toundre lou troupèl ?


Et puis, quand arrivait le jour du vote,
que vous voyiez les gens huppés
s’en aller, étalant leur orgueil,
à la ville du Sous-Préfet
et qu’en ce jour de ripaille
vous étiez, vous, frustrés, déçus,
répondez-moi : étiez-vous satisfaits
quand sans pitié vous étiez mis à l’écart
du devoir électoral,
moutons qui ce jour-là aviez la teigne
mais qui aviez  si bonne peau
quand il fallait tondre le troupeau ?


*+*



Nou, veramen, pode pas creire
Qu'embé plesi pisquessias veire
35 Al grand chàri de la naciu
Lou bastou d'un rèi per leciu.
Oh !  save be ço que si passo :
Dempièi qu'as rèi an fa la casso,
Dansas pas miel , de be-segu ;
40 Mè perqué ? Parçoqu’an agu
La dacò d'endourmi Mariano
Per mouyen de traito tisano ;
Mè que si dreveie, e  veirés
Se n'es pas capablo de res.

Non, vraiment, je ne peux croire
qu’avec plaisir vous puissiez voir
que le grand char de la nation
a pour essieu le sceptre d’un roi.
Oh, je sais bien ce qui se passe :
depuis qu’on a chassé les rois
vous n’êtes pas plus heureux, c’est une évidence ;
mais pourquoi ? Parce qu’ils ont trouvé
le truc pour endormir Marianne
au moyen d’une tisane traîtresse ;
mais qu’elle se réveille, et vous verrez
si elle est incapable !



45 Tandis qu'un rèi nous descoumodo,
Emb'un èr de buta la rodo,
Cèrco toujour à l'acouta,
Lous rèi.... laissen-lous de coustat ;
Que sièchou blanc ou tricoloro ,
50 Soun uno raço de Bigoro…
À l'uvro lous avèn be vist,
Si trouvàvou bièn à Paris
Emb lous flaugnard de bèlo meno
Que s'aroundissièu la bedeno
55 Souto lou règno das Bourboun.
An rasou de bada « capoun !»
Emb'aquel puple ademirable
Qu'en fevriè netejè l’estable ,
Bateja per eles la Cour.
60 Ah ! sièi be segu qu'aquel jour
Disias : bravo ! dal founs de l'amo.


Alors qu’un roi nous incommode
en faisant semblant de pousser la roue,
il cherche toujours à l’enrayer :
les rois, laissons-les de côté ;
qu’ils soient blancs ou tricolores,
c’est une bande de brigands…
Vous les avez bien vus à l’œuvre :
ils se trouvaient bien à Paris
avec ces beaux messieurs les courtisans
qui s’arrondissaient le ventre
sous le règne des Bourbons.
Ils ont bien raison de crier « traître !»
à ce peuple admirable
qui en février a curé l’étable
qu’eux appellent « la Cour »
Ah ! je suis bien sûr que ce jour-là
vous disiez « bravo ! » du fond du cœur.


Eh ! perqué , su la memo gamo,
Uèi, mous ami, cantas pa pus ?
Vous an di : « Soun pa que de gus,
65 « Lous que pàrlou de Republico !
« Mesfia-vous d'aquelo clico,
« Capablo de tout, or dau be,
« Que vous pendriè tout voste be,
« Vosto fenno ou voste grougnaire,
70 «  Se jamai lous laissàvou faire… »
E vautres, sens ni gara res,
D'aquelos gent à grand francés
Prenès al mot lou bavardage.

Eh ! pourquoi aujourd’hui, mes amis,
ne chantez-vous pas sur le même air ?
Ils vous ont dit : « Ce ne sont que des misérables,
ceux qui parlent de République !
méfiez-vous de cette clique
capable de tout, sauf de faire du bien,
et qui vous prendrait tout vos biens,
votre épouse et votre porc
si jamais on les laissait faire… »
Et vous, sans y rien ôter,
de ces messieurs au français châtié
vous croyez tout le bavardage.


Qué vous plane, gent dal vilage,
75 S’escoutas lus discour mentur :
Un jour vous diran que  sèn Tur,
N’hou creirés pa, n’ai l’assuranço ;
He be ! perqué creire qu’en Franço
I a d’omes à toupet prou bèl
80 Per raiva d’un ordre nouvèl
Mounte  prouprieta, famiho,
Seran mes à la piho-piho,
Mounte lou bourèl tout soulet
De l’industrìo aura lou le ?

Que je vous plains, villageois,
si vous écoutez leurs discours trompeurs !
Un jour ils vous diront que nous sommes Turcs,
et, j’en suis sûr, vous ne le croirez pas :
hé bien ! pourquoi croire qu’en France
il y a des hommes tellement impudents
qu’ils rêvent d’un ordre nouveau
où la propriété, la famille
seront livrés au pillage,
où le bourreau, et lui seul,
dirigera toutes les activités ?

85 Nou , campagnard, la clico  « ounesto » ,
Per mauvalenço toujour presto,
Vous a pa di la verita.
Dal temp que venièu s'amata,
Vièio taupo destrassounado,
90 Souto las glouriouso calado
Mounte dòrmou tant de héros,
Dal temp qu'aurièu fendu lous ro,
Gunlant : « Vivo la Républico ! »
Per quau lus rastèl alastico
95 S'abimavo en salamalé ?

Non, campagnards, la clique « honnête »
toujours prête à la malveillance,
ne vous a pas dit la vérité.
A l’époque où ils venaient se camoufler,
vieilles taupes réveillées en sursaut,
sous les glorieux pavés
où reposent tant de héros,
à l’époque de leurs rodomontades,
lorsqu’ils braillaient « Vive la République ! »,
pour qui leur échine élastique
s’abîmait-elle en salamalecs ?

Quau gouvernavo , si vous plé ?
Lous « rouge »  - coumo dìsou aro,
Que regàussou tant bièn  lus faro
Tant ateunido alor.  He be !
100 Vous an-ti touca voste be ?
An-ti, lous afamat de suco,
Fica la mendre das tenuco?
Qué respòndiou, venjando un pau
Lous que sans cesso ni repaus
105 Fan la guèro à la Republico,
Eles, de quau la poulitico
A mena dous rèi en exil ;
Eles qu'un soul cop de fesil
Fai rintra dès pam souto tèro ;
110 Eles que dànsou quand la guèro
Livro la Franço à l'estrangè ;
Eles, qu'al moumen dal dangè
Trouvant pas al cur prou de forço
Per mouri, brulant uno morço,
115 Desàrtou traïtomen lou camp ,
E vèr Coblentz fìchou lou camp !

Qui gouvernait, je vous prie ?
les « rouges », comme ils disent aujourd’hui
en marquant tant de mépris sur leur trogne
qui était à l’époque si amaigrie. Hé bien !
Vous ont-ils touché vos propriétés ?
Vous ont-ils, ces prétendus coupeurs de têtes,
asséné la moindre chiquenaude ?
Qu’ils répondent, voyons un peu,
ceux qui sans cesse ni repos
font la guerre à la République ;
ceux dont la politique
a mené deux rois en exil ;
eux  qu’un seul coup de fusil
fait rentrer dix pans sous terre ;
eux qui dansent quand la guerre
livre la France aux étrangers ;
eux qui au moment du danger,
ne trouvant pas dans leur cœur assez de force
pour mourir l’arme à la main,
désertent en traîtres le champ de bataille
et décampent à Coblence !

Que respòndiou, s’an pa vergougno :
An pòu de pa faire besougno
Souto un pouvouer Républicain ;
120 Crègnou ( mai si troùmpou pas bièn )
Que lou bast, que tant vous esquino,
Pese un pau trop su lus esquino ;
Vaqui perqué bàdou « voulur »
À tout républicain dé cur.
125 Lous noble, quand l’ancien régime
Fouguè per sòu, noumèrou « crime »
L’uvro sento de nostes grand.
Eles badàvou, lous tiran,
Lous autres cantèrou victouèro.

Qu’ils répondent, s’ils n’ont pas honte !
Ils ont peur de ne pas faire leurs affaires
sous un pouvoir républicain ;
ils craignent (et de plus ne se trompent guère)
que le bât qui vous éreinte
pèse un peu trop sur leur dos ;
voilà pourquoi ils crient « voleur ! »
à tout républicain de cœur.
Les nobles, quand l’ancien régime
fut renversé, appelèrent « crime »
l’œuvre sainte de nos aïeux.
Eux, les tyrans, ils protestaient à grands cris
quand les autres chantaient victoire.

130 He be, quau sà se lus histouero,
Sera pa la de noste temp ;
Noun pa que souète (Diu m'entend
E legis au founs de moun amo),
Noun pa que souète un autre dramo
135 Coumo lou de nonanto-tres ;
Mè  quau po dire, uno autro fes,
Ço que lou destin nous preparo…
Ni sera pa uno bagaro
Se voulès un pau drouvi l'ièl :
140 Avès lou « voto niversel » ;
Tachas de ni fa bon usage :
Per acò, mandas faire un viage
Tout aquel mounde de braïars
Que pàrlou pa que de pihard,
145 E que de tout fan merchandiso !

Hé bien, qui sait si leur histoire
ne sera pas celle de notre temps ?
Non que je souhaite (Dieu m’entend
et lit le fond de mon âme),
non que je souhaite un autre drame
comme celui de 1793 ;
mais qui peut dire, je le répète,
ce que nous prépare le destin ?
Ce ne sera pas une lutte violente
si vous voulez ouvrir un peu vos yeux :
vous avez le « vote universel »,
tâchez d’en faire bon usage :
pour cela, envoyez promener
toute cette troupe de braillards
qui ne parlent que de pillards
tout en faisant marchandise de toute chose !

L’an passat, voutès à lus guiso ;
Bonaparto per president,
Tout deviè marcha ; cépanden,
L’ase ficho ! se marchan gaire.
150 Ah! savièu que soun saupre-faire
Dal de l'ouncle èro pa nebout,
E qu'el seriè lou butarou
Se soun ouncle èro la coulouno ;
Sens acò, lous cerco-courouno
155 L'aguèssou pa mes en avant…
Boutas, sàvou prou dequé fan ;
Si soun dich : « S’un ome gouverno,
« Qu'esclaire un pau trop la lanterno,
« Lèu lou puplé li veira cla.
160 « Que lou lum siè cabucela,
« Vite un bouissèl, lou de Boulougno,
Fougue aqui per fa la besougno ! »

L’an dernier, vous avez voté selon leur souhait ;
avec Bonaparte comme président,
tout devait marcher ; et pourtant
que je sois pendu si tout marche !
Ah ! on savait bien que son savoir-faire
n’était pas le neveu de celui de son oncle,
et qu’il ne serait que la borne du coin
là où son oncle était la colonne ;
car sans cela, les chercheurs de trône [les royalistes]
ne l’auraient pas mis en avant…
Allons, ils savent bien ce qu’ils font !
Ils se sont dit : « Si un homme gouverne
et qu’il éclaire un peu trop la lanterne,
bien vite le peuple y verra clair.
Vite, que la lumière soit recouverte,
vite un boisseau, que celui de Boulogne
vienne ici faire la besogne !

Campagnard, ami, cresès-hou,
I a mouyen d'avedre resou
165 De toutes lous faus patrioto :
Segas unit din vostes voto ;
E surtou fasès atenciu,
Prenès gardo as manjo-naciu.
Lous couratiè de Bonaparto
170 Vous aduran uno pancarto
Mounte veirés bièn aligna
Lous sens de lus vièl armagna :
Marquis ,  barouns , ducs , pair ou comte ,
Lous pourta, seriè michant  comte ;
175 Vous planirai, aucelou, se
Jamai vous fisas al mouisset.

Per hou èstre d'uno autro sorto,
Lous mouisset que lus listo porto
Ne soun pa mens à rédouta ,
180 Farés bièn de pa lous pourta.
Noumas , al countràri, de mounde
Chez quau l'amour d'al puplé abounde,
D'omes al cur dre, franc, mè caud,
Que-z-àgou estudia voste mau,
185 Touca dal det vosto misèro,
Qu'en vesent en vautres de frèros
Dal cur, de l'amo e de l'esprit,
S'escrimaran per vous gari ;
Regardés pa à la fourtuno :
190 D'unes n’an pa ges que n'an uno ;
Car la vertu es un tresor
Milo fes pu precious que l'or.

Campagnards, mes amis, croyez-le,
il y a moyen d’avoir raison
de tous les faux patriotes :
soyez unis dans vos votes,
et surtout faites attention,
prenez garde aux ennemis de la nation !
Les courtiers de Bonaparte
vous apporteront une pancarte
où vous verrez, bien alignés,
tous les saints de leur ancien almanach :
marquis ,  barons , ducs , pairs ou comtes ,
ce serait un mauvais calcul que de les élire ;
je vous plaindrai, petits oiseaux, si
jamais vous faites confiance à l’oiseau de proie.
Bien qu’ils le soient d’une autre façon,
les oiseaux de proie que contient leur liste
ne sont pas moins redoutables,
vous ferez bien de ne pas les élire.
Nommez, au contraire, des gens
chez qui l’amour du peuple abonde,
des hommes au cœur droit, franc mais chaleureux
qui aient étudié votre mal,
touché du doigt votre misère ;
qui, parce qu’ils voient en vous des frères,
s’escrimeront pour vous guérir.
N’attachez pas d’importance à la fortune :
certains en sont dépourvus, qui pourtant en ont une,
car la vertu est un trésor
mille fois plus précieux que l’or !
De citouyens d'aquelo espèço
Vous n'en dounaran pas l’adresso
195 Felipistos ou Enriquen…   
Voutas per de Républicains.
Des citoyens de cette espèce,
ils ne vous en donneront pas l’adresse,
les partisans de Philippe ou d’Henri :
votez pour des Républicains !



*+*+*



jeudi 12 décembre 2013

A. Langlade : L'ASE E SOUS MENAIRES





L'ASE E SOUS MENAIRES
A GUILHEM DE ROUDIER


L'animau que, d'après la fabla,
Au lioun lous peses mandet,
Juste au moument que, sus la sabla,
Era, pecaire, à soun darriè,
L'arri-bòurrou que La Fountana,
Embé sous vers espelhet vieu,
De longa es mort, mais, per sa grana,
Dins nosta França encara vieu;
Oui, vieu encara e i'a pas gaire
Que nous a moustrat ce que ten.
A coumtà d'ioi sabem
Qu'es tant bestia couma autre tems,
Mais encara ben mai pus rossa que soun paire,
Car, s'au lioun malaute aloungat per lou sòu,
Lou viel mandet sa reguinnada,
Soui segu que pourtava dòu
De quauques uns de sa toucada.
Es que Segne Lioun
A dent pounchuda, long arpioun;
Partìs vieu, a la pata lesta,
Es d'un grand prus, es fort ardit;
Couma rei fai tout à sa testa
E, couma rei, boudieu, n'en fai, de mau ardit!
Emb un tal animau l’ase a ges de revenge:
Per vieure a debesoun d'este dous e pacient,
Mais tre que n'en vei jour, s'aganta soun revenge,
Vole que me digués à quau es que s'en prend.
Boutàs, se la raça asenieira
N'aviè pas mai pecat que lou viel majurau,
Au lioc de ie traire la peira,
L'aparariei e couma cau.
Enfin de que sertìs que mai long tems resconde
Per que ioi noun m'an pres per soun rasounadou?
Ie vau dire soun mot; segu, qu'anàs respondre:
—  As drech, felibre, castia-lou!
Un ase, noumat Populus,
Ben counougut per sas baudragas,
Era engafat dins la palus,
Mougut de cops, lardat de plagas,
Tibat que n'en poudiè pas pus.
Soun menaire, una trista droga,
Tout lou tems que duret sa foga
Lou roussegava couma un bau
Lion das mases e de l'oustau,
Sans seguì ni camin ni dralha,
Dau couchant au levant, dau miejour au vent-drech,
Couma un debaboulat que soun cervel s'esfalha:
E quand la bestia aviè perdut força à courrì,
Ce que mai d'un cop arrivava,
Lou menaire alor l'arenava:
—  Troves pas que t'ai ben menat.
Qué, disiè lou brutau de sa vos la pus douça.
—  Oui, lou bòurrou bramava encara afalenat.

End aco, tournamai a coussa!...
Pamens tant vai l'ourchòu au pous
Que fin finala se brigoula.
Un jour soun partits toutes dous
L'ase courrìs pas, voula.
Lous qu'eroun pas cap-lucs s'ou disien: —  Agachàs
Qu'una courrida ansin vous sarà maufatousa!
Ni per aquela!... Avans, avans... Ven un bachàs.
L'ase se i'engafa e lou crousa,
S'en mostra un autre, mai ie siam,
Pamens, aquesta fes, en mai penequejant...
Enfin, couma quicom, n'en sort, mais plen de bousa.
Dejà coumenca à perdre alen.
Toujour lou sabarnau espadrouna e bacela.
A bèu à faire. Aiço n'en prend:
Juste que juste, van ansinda en palusela.
Entre arrivà, malur, ai, lou gargameliè
Se creba, e l'ase amai l'asiè
Pachaquejoun dins la boulhaca.
Alor lou cavaliè dau milhou se destaca,
Se tira couma pot d'en mitan dau patoul
E, sounjant qu'à sa pel, bandìs Populus soul.
Avem aquì troubat noste bestiari
Emplastrat jusqu'au col.
Mougut, renegant couma un fol
Contra lou mestre e soun salari:
—  Ai! ai! que ieu soui malurous,
Fasiè pioi d'un er pietadous,
Ieu que, per cercà lou ben-estre,
Ai toujour servit quauque mestre,
Ieu qu'an toujour ben encambat,
Amai qu'agessoun bona brida,
Ruste bastoun, pougna soulida,
Me vejaquì ben adoubat!
E, zou, lou paure arpatejava;
Fasiè d'esforts, de subresauts,
Se panlevava e, pataflau,
Dins lou bachàs mai s'embounava. 



Dau tems que chamalhava emé d'ais e pioi d'ouis,
Sans saupre ounte dounà virada,
Un ome era sus la levada,
Un ome que la França e l'estrange counouis,
Un d'aqueles couma n'i' a gaire.
Dins l'istoria e dins tout terraire
S'en trova, mais de lion en lion:
D'aqueles qu'an 'a vos douceta, amistadousa,
Quand la pas nous coubrìs de sa man benfatousa,
Mais, quand la guerra brama, esclafìs couma un tron,
D'aqueles gents, enfin, qu'on vei dins nosta França,
Quand boufa lou ventàs d'orre e de malurança,
Clenant, aplanant tout dins soun van esfralhous
Soulets se tancoun drechs, ardits, fiers, auturous,
E mai la countesta rampela,
Doumai flambeja sa parpela;
Sembloun dire au vent porta-esfrai:
—  Çai soui, cala ou fourvia delai!
Eh be, l'ome de la levada,
Lou pus bèu d'aquela brancada,
Crida à la bestia mau courada:
—  Espera, e te despescarai!
O groupatàs, douguins, coulobres,
Manjaires, rossalha e fach-l'obres,
Qu'avès de gaud e de soucìs
Que per lou gus que vous chaupìs,
Ounte eres dins aquel desfeci?
Qu'oun vous moustraves? Pas tant nescis:
I'aviè de tustaus à cassà!
Ase, s’aviès tant fach d'esperà soun ajuda,
Dins l'aigatilha bateguda,
De tout toun long auriès passat!
Pamens aquel d'aquì qu'au jour de ioi graufignes,
Sans que l'agues sounat de la vos ni per sinnes,
Te despesquet dau bouchadìs.....
E dins quante estat t'avem vist:
De toun pèu issallat de bousa,
Regoulava una aiga limpousa,
E pioi la sentou, lou fumet!...
Mais l'ome, que res noun refrecha,
Emb d'aiga linda lou saupecha,
Lou raviscoula e dis: —  Anem, d'aut, seguìs-me!
L'ase, que sent pus la magagna,
Escala emb el sus la mountagna.
Lou tems era fossa ourajous
E, pamens, sus lou nìbou 'spés e negrilhous,
Ounte lou sourel dardalhava,
Un bel arc-en-ciel se moustrava
Lusent, couma en nonanta-dous.
—  Veses, dis lou nouvel menaire,
Veses aval aquel terraire
Que per alin s'en vai toucà jusquas au ciel;
Dins aquela paissença embaimada e flourida,
Eh be, tus e lous tieus, sans cabestre ni brida,
Pos ie passà ta vida
En libertat couma l'aucel!
L'ase de tout caire espinchava.
Soun iol negre s'escartairava,
Sous ausidous, aubourats drechs,
Au menaire disien que l'aviè ben coumprés.
—  Auràs de clartats un abime,
N'aubeïràs qu'au sen, qu'à l’ime;
Toun gardian sarà pas que tus.
L'ase aquì coumprenguet pas pus
Mais, per avedre aquel pascage,
S'acoumoudet dau menadou;
De lou voulé, noun fai pas tout,
Fau de counducha e de courage,
Fau pas cregne la mort, tant-pau:
—  Noste eritage pairolau,
Qu'esperavem tant de cor-joia,
Das loups dau Nord ioi es la proia
Zou, toumbem-ie dessus en corp, couma l'ilhau.
Cassem tout aquela manjança;
Zou, diguet lou jouvent, zou, la guerra à outrança;
De sang rouge abeurem la plana e lou devés.
Malan de sort! aquesta fes
L'empusaire seguet coumprés:
—  Terré, vòu que me bate, entre el sounjava l'ase
E perque? Per l'ounou, per un pau de terren,
Mais, me petardaran, viedase?...
Se manjavem davans, après tant-ben vieurem.
E, virant la testa à l'arrieira,
Brista aval, sus la trantalieira,
Sous viels mestres que fan signau;
Oublida alor plagas e mau,
Vira e, d'un cop de pitre envessa lou menaire,
Ie manda un cop de ped, lou mema que soun paire
Mandet, disoun, per tems, au lioun viel, mougut,
E prenguet lou camin per ounte era vengut.
Un viel asiè, mestre de postas,
Qu'aviè tout vist, tout escoutat
Devès l'ome, ajassat de costas,
Vai e: —  L'amic, s'ou dis, quant voudriè te coustà
D'avedre moun esperiença!
Coussì, sarnipabieune, as lou saupre e la sciença
E creses de menà l'ase couma un créstian!
Ieu que soui dau mestiè dempioi mai de qranta ans,
S'aviei fach tout aquelas fautas,
Me sariei vist souvent au sòu de grata-pautas.
Mais no, counouisse aco de longa e pieu per pieu,
N'agues pas pòu que me taloune.
S'un jour vos este ansin que ieu,
Escouta ben que t'aliçoune
E vires pas emb el couma la fiolha au vent;
Mes de coustat ta retourica,
Prend-me 'n bastoun, end aco pica.
Segu, que t'en troubaràs ben!
— Sabes, tus, ie respond lou jouine e fier menaire,
A d'autres porta ta rasoun:
Tout ce qu'ai fach, eh be, soui preste à lou mai faire,
Quoura que n'en siegue besoun.
A m'agairà chacun s'escana,
Amor qu'à Populus
Ai pas doutrit lous iols. Mais, s'entre ieu e tus,
Metiam dedins sa closca un pau de bona grana,
A la longa e sans menà grèu,
Estripariam mai d'un bendèu!
Es ansinda que parlet l'ome,
L'ome envessat per l'asenàs;
De l'oura en lai, moulant lou pas,
L’asiè-baile mandet pas pus tant à Sent Come
E piquet mens à tour de bras!


*+*+*




*+*+*


mardi 10 décembre 2013

Ive Gourgaud - ELOGE D’UN OCCITANISTE : Jean-Yves Rideau

 
 
 
 
 
ELOGE D’UN OCCITANISTE
Jean-Yves Rideau
    
 
 
Que penser d’un occitaniste (c'est-à-dire : personne employant une graphie dite occitane) qui, republiant les œuvres d’un curé de chez lui, ose donner à son travail le titre de Poésies patoises ? Et qui, pour aggraver son cas, ne fait nulle part apparaître la croix occitane, symbole qui permet de reconnaître la secte ? C’était en 2007, et Jean-Yves Rideau faisait donc paraître, aux éditions du Roure, en Haute-Loire, une belle édition bilingue des Poésies patoises de l’abbé Jean-François Meiller.
   
 Que penser d’un occitaniste qui, dans son avant-propos, écrit à propos de son auteur :
    « Cet homme /…/ a un don certain pour l’anonymat. Mais après tout, les paysans ne sont-ils pas, dans l’Histoire, les sans-noms ? Aux siens, Meiller a rendu leur humble dignité ; des obscurs, il a fait sujet littéraire ; de leur langue même, il a fait œuvre. Il en paye le prix. La Nouvelle histoire de la littérature occitane, de Robert Lafont et Christian Anatole, l’ignore » (page 7, souligné par nous)

    On en déduira que l’occitanisme politico-universitaire n’est pas précisément la tasse de thé de ce chercheur. Et on en aura confirmation avec la publication, en 2012, d’un ouvrage de 231 pages au grand format et richement illustré : Albert Boissier, Herboriste de Langue (Collecte et écrits en langue d’oc de Firminy et de sa région. textes établis par Jean-Yves Rideau), ouvrage dans lequel il sera à nouveau inutile de chercher trace de la moindre croix occitane.

    « Langue d’oc » après « patois » : notre homme aurait-il quelque scrupule à employer le mot « occitan » comme argument de vente ? On peut au moins se poser la question ; non qu’il évite absolument le terme, mais sous la plume de Jean-Yves Rideau, on voit « occitan » coexister avec « langue d’oc » (voyez le titre) et, à nouveau, avec un terme que l’occitaniste moyen exècre : le mot « patois » (par exemple pages 8 ou 15)
    Mais au moins notre occitaniste professe-t-il un mépris pour Mistral et sa graphie ? Pas du tout, puisqu’il écrit, page 18 :
   
 « Pour rendre compte de son parler, Boissier utilise l’alphabet français, corrigé par l’oreille et l’écriture félibréenne, c’est-à-dire celle conçue par les provençaux, dont Mistral est le porteur incontournable. C’est qu’il a pour dessein d’avoir la représentation la plus exacte possible d’une langue qu’il ne conçoit pas autrement qu’orale »
    
Quel mistralien aurait pu faire plus bel éloge de notre graphie ? Et cet éloge n’est pas feint, puisque Jean-Yves Rideau va nous donner à lire DANS SA GRAPHIE MISTRALIENNE D’ORIGINE, le texte le plus ambitieux et le plus abouti de Boissier, une longue prose de 1923, La Plainto do vieu clouchèï, qui occupe dans l’ouvrage les pages 107 à 154. Ce texte original est accompagné de sa traduction française et de la transcription en graphie occitane.
    
On retrouve ici ce qui justifie largement mon Eloge, et qui fait suite à ce que je disais dans MARSYAS2 à propos de l’édition du poète-vigneron de Vendargues, Paul-Luc Sabatier : tant que les occitanistes éditeront les auteurs DANS LEUR GRAPHIE D’ORIGINE, s’agissant d’auteurs mistraliens, nous leur dirons : Bravo ! Et s’ils doublent cette graphie de leur adaptation occitane, un autre bravo : ils nous donnent tous les éléments pour pouvoir comparer les deux graphies, et donc juger sur pièces les prétentions de la graphie occitane à être « meilleure » ou « plus lisible» que la nôtre.

    S’agissant du poète de Vendargues, j’ai pris la peine de démontrer ici-même que la graphie occitane, en bien des points, trahissait la langue réelle. On pourrait (et peut-être : on devrait) opérer la même critique ici, mais je voudrais attirer l’attention sur un fait que seuls les « gens du coin » (comme JY Rideau ou moi-même, puisqu’il s’agit de parlers qui me sont familiers par ma naissance à quelques kilomètres de Firminy) ont des chances de connaître : les parlers de cette région, limitrophe avec les parlers francoprovençaux, ont une phonétique très particulière, et toute écriture (patoise, mistralienne ou occitane) se heurte à de multiples difficultés. Avant donc de déclarer que la version occitane est imbuvable, il conviendrait de bien mesurer ces difficultés dans le texte mistralien de Boissier. Je vous livre la première phrase du texte de Boissier en version originale (page 109) :

    « Dian la neu tranthilo, soute lè-z-étiale do ciel apelou, m’erou essublo, iün d’équellou darè devè sè, amounau vè lou vieu cloucheï »

    Y-a-t-il beaucoup de lecteurs de Marsyas2 qui sauraient justifier toutes les graphies de cette phrase, sans parler de la compréhension des mots qui peut réserver des surprises ? La suite « darè devè sè », par exemple, est-elle bien claire pour tous ?
    Pour nous aider à lire les textes de Boissier, Jean-Yves Rideau a établi un lexique occitan-français (pages 165-172) des termes employés par l’auteur. Et il double ce lexique de celui, établi par Boissier lui-même, du « patois appelou » (pages 183 à 200), ce lexique étant précédé d’une page de notes, de la main de Boissier, sur les Conventions pour la lecture du patois. On le voit une fois de plus, la graphie occitane, quant elle est employée, reste à côté de celle de l’auteur : attitude scientifique, rigoureuse et honnête, qui justifie pleinement l’éloge que j’adresse ici à Jean-Yves Rideau.

    On aura compris que ce qualificatif attribué à Boissier : « Herboriste de Langue », s’applique parfaitement à Jean-Yves Rideau, chercheur au parcours atypique : l’édition du Roure nous apprend qu’il fut « professeur, bibliothécaire, animateur, critique (théâtre, cinéma, littérature) mais aussi moutonnier à Montregard » (Montregard est précisément le village de l’abbé Meiller).

    Et notre herboriste est en train de mettre la dernière main à un ouvrage qui sera appelé, lui aussi, à éveiller notre intérêt : une  Géographie paysanne (Gens et lieux d'Yssingelais et sud-Forez, d'après leur langue) qui, une fois encore, liera intimement la langue aux réalités concrètes du pays et à sa culture. C’est très précisément la démarche, en Cévennes, d’un Daniel Travier, ethnologue de grande valeur et fondateur du Musée des Vallées Cévenoles à Saint-Jean-du-Gard : son beau-père, Aimé Vignon, avait enregistré sur un DVD une visite « en patois » du Musée, et c’est ce texte que nous venons de retranscrire et de publier dans notre ACANCE (Anthologie des Cantons Cévenols), en novembre 2013.

    Bref, Jean-Yves Rideau est des nôtres, de ceux qui ne conçoivent pas qu’on puisse aimer et défendre sa langue, son patois, sans aimer et défendre la civilisation qui l’a engendrée et qu’à son tour elle porte à bout de bras. Nous souhaitons vivement que les Editions du Roure, qui avaient déjà publié les Poésies patoises de Meiller, nous donnent vite à lire cette Géographie paysanne qui pourra servir de modèle à bien d’autres modalités d’oc.

Yves Gourgaud, décembre 2013





*+*+*



dimanche 8 décembre 2013

M . Glas : Le Parnasse - 1860





Le Parnasse :



S'ovès dé choritat ogeas piétat, pécaïré,
Del nesci qu'o coousit lou mestié de rimaïré.
Sé voulès estro lèou magré coumo un sécal,
Rimas, fosès dé vers, mettez vous ol troval,
Et, la plumo o lo man, occoutissez lo rimo.
D'oquel rudé mestié ni sérez lo victimo,
Vostrès ossès bien lèou vous troouquoroou lo pel
Semblorés uno trèbo, un mouor, un corompel.
Lo rimo bien souvén séro capriciouso,
Quaouquos fés si cobis et fo lo vergougnouso.
Tantôt crésez lo téné, crac..., escapo, fugis,
Conmmo uno lébré en plano occoussado dés chis.
Tantôt séro dé biaïs, oïmablo, doucilletto,
O lo cimo d'un vers si ploçoro souletto,
Si présento o l'esprit emb'un air libéral,
Es olors qu'oquel biaïs entancho lou trobal!
Oh! sé dés poulits vers ovias trouvat lo mino,
Sé érias un Bouelo, Réboul ou Lomortino,
Ou, dins nostré potouès, lou perruquié Josmin,
Sérias pa remboïat, morchorias o grand trin,
Sans trima, sans trovoïa gaïré,
Sans rétouca et sans réfaïré,
Lous vers dé vostré cap, coumo l'aïgo d'un pous,
Sourtirièou sans tori, rimats de dous en dous.
Sans jomaï s'oresta, vostro ploumo evéïado,
Per grotta lou popier sérié pa roubiado,
L'esprit sérié pa court ni entourtoubiat
Cè qué vous fournirié sérié fi et muscat....
Rencountrèré uno fés un pouèto lyriquo
Lou mestié l'ovié cuech, l'ovié rendut étiquo;
On vésiè sus soun front los traços del troval,
Coulou de pergomi, et sec coumo un crémal.
Car dé rimosségea oviè prés lo monio:
Pécaïré! éro ottoquat dé lo métromonio;
Mais malhérousoment soun cari, Santo-Fiou!
S'enroïavo souvén, fosiè coumo lou miou.
Dé sous vers, sous effonts, mi mouostro lo nisado,
Mi légis un cohier, une pochorogado.
Per faïré o quel troval, lou paouré, ovié trimat
Oviè loungtemps ressat, copusat et rifflat
Et s'èro més souven l'esprit o lo tourturo.
Sous vers si sentissièou per lou biaïs, lo tournuro
Dés esfouos qu'oviè fach per lus douna lou jour
Car ni oviè un boussut, un prin, un long, un court.

Quand oget récitat d'un trait, d'uno holénado,
Mi diguet en cerquen o légi mo pensado:
— Coussi trouvas oquo? Savé qu'ovès dé gous:
Per jugea moun troval ségués pas vergougnous;
Digas mi, sans façoun, s'y trouvas dé génio.
Respoundès! sès oqui plontat coummo uno quio.
Iéou, prou emborrossat, prengueré moun portit:
Li disé: “ Dins oquo y manquo pas d'esprit:
Vostrés vers oou dé suc, dé graço, de tournuro,
Soulomen lous monquas un paou o lo mésuro.
— Oh! per mo fé, mi dis, quand lous aï fobriquats,
O vous diré lou vrai, lous aï pas mésurats... ”
— Bravo! votro rosou es justo et sans répliquo.
Countinuas, fosès morcha vostro fobriquo,
Vésé qué trovoïas, qué ses pas poressous.
Iéou crésé qué poudès faïre porla de vous;
Un jour pourrias bélèou mounta sus lou Parnasso.
El susprés, estounat: — Qu'és oquélo bestiasso?
Mi dis, en ogen l'air esfrouiat et curious
Et doubriguen doux uels coummo de poïossous.
Monquéré, per lou cop, d'espoufiga dé riré!
Colmas vous, moun omic, cè qué vous volé diré
N'es pa ni chi, ni cat, ni asé, ni choval:
Es un sèré pus gros et pus nhaou qué l'Oougoual.
— Mais, qué disès? Soui pas, per mounta sus un sèré,
Ni cabro, ni moutou: déqué y onorio querré? ”
— Escoutas, omaï siègué escorput, sooubertous,
La cimo es un bel plo, un jordi mervéillous.
L'hiver y o pas jomaï espondit so bugado
Y o pas jomaï buffat soun holé borbostado:
Es exempt dé verglas, dé gibré, dé gloçous,
Toujour lo primo règno en sos poulidos flous.
Nuech et jour, san quitta, din dé poulits bouscagés
Lous oousélous y foou entendré sous romagés;
Oqui tout es jouïoux, tout plaï, tout réjouïs:
Es un jordi d'Eden, un ciel, un porodis.
Lou révès es plontat dé bouïssous, d'orgeolassés;
Plé de rullos, de rocs, de peïros, dé clopassés;
Maï d'un, en y mounten, s'és dégouiat l'ortel.
Un bouffégo, un goïard qu'o lo mino risento,
Un oubrié toujours frés et d'uno himou countento,
Qué, sans pénéquéja vous sap moulla lous vers,
Ol soun dés esturmens et sus toutés lous airs
Lous canto sus lo clorinetto,
Sus lo harpo, sus lo musetto.
Sus soun trône briant o chaquo houro del jour,
Emb'un air grocious, oculis o so cour
Lous fovouris dé lo noturo
Qu'oou briat dins lou, vers, lo proso, lo pintruro;
Qué per grimpa en haou oou ogut bouon joret
Et qu'ou lou cobossol gornit coummo un brusquet.
Loï si trovo, en omount, noou sovantos fumellos:
Sou souorés d'Oppoulloun: oquélos doumoïsellos
S'occupou o tressa dé courounos dé flous
Per courouna lous oouturs vigourous
Qué loï mouostrou lou naz, loï orivou sans péno,
Sans ovédré lo courto holéno.
Ol pè d'oquel Serras treppo din lou voloun
Un choval oliffat: Pégazo ès soun noun.
Jomaï n'o pas pourtat ni cobestré ni brido,
En touto libertat viou sans pastré et sans guido:
Sous botels sou exempts dé féré et dé clovel
Et jomais l'espérou io pas troouquat so pel,
L'uel viou, lou pèou lujen, lo crinièiro herrissado,
Lou naz ol vent, lo quouéto rélévado,
Un pouli sans défaou. Disou qu'ès immourtel
Et qu'o d'alos coummo un ooussel.
Hérous qué pouot mounta sus so croupo lusento!
Mais, per ou hozorta, sé quoouqu'un si présento
Coumo vous, coummo ièou, qué sen dé rospociés,
Hi! Hi! Hi! fo jouga los batos dé doriès,
Bouffo din lous noseoux, fo uno pettorado,
Fo lou saou de moutou, goloppo din lo prado,
Vous planto oqui lou paouré pélengrin
Qué s'espoulso lou cosoquin.
Mais quand sentis sus soun esquino
Un covoïé de bouono mino,
Un reddé cap, qu'en proso ou qu'en vers
Dé sos uvros o fach porla tout l'univers,
Portis cooumo un iaous, sans estrïous et sans sello
S'envouolo coummo uno hiroundello.
Hip, Hip, Hip, vous enlèvo oquel hérous mourtel:
Tan lesté din lous airs coumo foriè l'ooussel,
Lou corrégeo en omoun dessus oquel Pornasso.........
Comorado, adiousias, vous y souhaité uno plaço!!!




1860



*+*+*



vendredi 6 décembre 2013

La Fontaine : L'IBROUGNO ET SO FENNO - Traduction M. Glas - en patois cévenol






L'IBROUGNO ET SO FENNO



(Lo Fountaino, libré 3, fablo 7)



Compégeas un défaou, tout dé suito réven,
Fo pa cas dé lo poou ni maï dé lo vergougno.
Oquél prouverb'ès vraï sustout per un ibrougno
Car din lou vi négo lou sen.
Aï entendut counta, emb'oquélo ooucosiou,
Qu'un pintairé dé proufessiou,
Dé poou dé préné lo pépido,
Possavo ol coboret lous très quarts dé so vido,
Gostavo so sentat, frettavo soun fresquin
Per l'obus qué fosiè d'oquel jus del rosin.
Talos gens oou pa fach lo mittat dé lus vido
Qué tout ès ocobat et la bousso ottorido.
Et quand oou curat soun oustaou
Voou béouré d'aigo o l’hespitaou.
— Bé siègo dich. Un jour qu'oquesté oubrié
Ovié loïçat ol found dé soun piché
Lous cinq sens qué marquou lo vido,
Et surtout lo visto et l'oousido,
So fenno s'oviset d’y fa cuva soun vi,
Créséguen de lou counverti,
Dins un endrech cobit, escu qué tout négrégeo
 Qué semblavo l'onfer ounté Grippet fournégeo.
Oluquet quaouqués luns o l'entour dé soun cor,
Cobusélat d'un drap de mouor.
Pièï lou loïcet oqui dins oquel occoutragé
Tronquillomen fa soun cuvagé
Quand lou fumet del vi oget fach soun effet
Nostré hommé si dérévéïet.
— Ahi! moun Diou! qu'es oïço! Ahi! paouro Fronçounetto!
Sériès véouso, pécaïré! Ahi! mo paouro fennetto!
Coussi ièou aï dounc fach, malhéroux, per porti
Sans fa moun testomen et sans mi counverti?
Nou, mo chèro Fronçoun t’aï pa vourgudo créïré,
Aï pa vourgut quitta lou flascou ni lou véïré,
Et lo mouor m'o susprés, et Diou per mous pécats
M'o ploçat per toujour, oïci, din lous donnats... ”
So fenno si présento emb'un air esfrouiablé,
Dins un occoutromén qu'oouriè fach poou ol Diablè;
Oviè soun péou tout hérissat
Et soun visagé moscorat.
Si saro d'el, li présento un poutagé
Qué bélèou èro pa uno soupo ol froumagé.
— Et quaou siès-tu? li dis nostré mouor prétendut,
Lo fenno dé Sotan ou del grand Belzébut? ”
Et ello li respouon d’uno vouex enrooucado:
Es ièou, per Lucifer, oïci, qué souï corgado
Dé pourta per mongea os paourès tréspossats
Qué coumo tu din l'onfer sou toumbats.
 
— Alou, respouon l'ibrougno en si grotten l'oourèïo,
Et lus poourtès pa lo boutéïo?....
Un ibrougno crésès qué si courrigeoro?
Destroumpas-vous..... lou qu'o bégut béouro.

mercredi 4 décembre 2013

L. SOUVÈSTRE. : EN CERCO D'UNO RIMO - 1907






EN CERCO D'UNO RIMO 



Quouro vau trepejant long di vèrdi baragno
O bèn dins la pradello encaro imo d'eigagno,
En cerco d'uno rimo, à-n-apoundre à-n-un cant,
Mau-grat lou fres matin me sènte tresanant.
Pènse plus à moun miòu nimai à moun araire,
Qu'ai leissa sout li pibo au mitan dóu terraire;
De moun pouchoun lèu sorte un moussèu de papié,
Eici marque un lesert badant sus un clapié,
Plus liuen, souto lis aubre ounte lou riéu fai gibo,
Marque mai de cènt flour qu'embelisson li ribo;
Dins li falard gigant lou saut d'un esquiròu...

Sus l'aubespin en flour lou cant d'un roussignòu,
Lou vounvoun d'un tavan, dóu papié rèn escapo.
Seguissènt lou travès, m'alande dins li clapo,
Quand, dins l'esclargissun, au son clar d'un flutèu,
Entre-vese dansant pastouro e pastourèu,
M'esbigne long di bouis, e, vesènt qu'en cadènci
Picon tóuti d'acord, vers la plano en silènci
Descènde plan-planet. Despacienta, moun miòu
Tirassant la carreto a coupa soun licòu,
Es pas trop esfraia, counèis mis abitudo,
Saup que despièi tres jour soun courto li batudo,
Es la verita puro, e i'aura lèu tres jour
Que fau plus que pensa, dóu matin à l'errour,
N'es qu'un treboulamen dintre ma pauro tèsto
Ounte tout s'engoulis coume un jour de tempèsto.
Dóu mescladis de noum qu'escriguère à l'asard:
Roussignòu, lesert, flour, tavan, pastre e faiard,
Se la rimo espelis, que fugue richo au pauro,
Pèr iéu es un soulas, leu la bandisse à l'auro.




L. SOUVÈSTRE.


Eigaliero. 
1907



*+*+*



 

lundi 2 décembre 2013

J. langlade : LUSETA





LUSETA


PAU DE MOULINIÈ.


Luseta, un vespre, à nioch-falit,
Au grand chaurit saguet mandada
End'aquel que, jout soun arpada,
Ten deca, reba e mau destì,
I e ven: —  De que me voles-ti?
—  Vole que siegues ma vesiada,
E de mai la reina ounourada
Dau crestian à Dieu atestit.
E, per aco fa, pos causì
Tout ce que dona renoumada,
Poudé d'enmascaire, de fada,
Engeni dau bateire ardit.
Lou païsan pos escarnì,
Embé l'aigat, grella e tronada,
Estralhà bladariè daurada
E lèu per la fam l'atupì;
Pos lous emperis abourì;
Auràs bona e noumbrousa armada,
E per lou ferre e la flamada
Arrasà tout sus toun camì;
Pos lou creseire endemounì.
Lou secutà, fa trepilhada
Sus l'ama que sarà barrada
A ta religioun, sans mercì.
E per ma paga e toun requit,
Dins la nioch que tant ben m'agrada,
Vole pus veire la flamada
De toun calelhouné 'stequit.
Luseta a pas pus lèu ausit,
D'una vos un pau aubourada:
—  Fossa l'aurien pas reboufada,
Ta pacha, ô baile dau chaurit!
Mais ieu vole pas res d'aicì:
Per avedre un jour la menada
E lou gouver de la terrada
E dau crestian adoulentit,
Ai pas de besoun de chaupì
Frucha e recolta de l'annada,
Embé tant de gaud esperada
Per lou trimaire assujetit.
Vole pas terra ensannousì,
Faire plourà jouina aveusada,
Sorre, maire descounsoulada,
Pourtà noum que fague fernì;
Ni dau creseire obrà l'esprit,
Sus soun ama fa man-levada,
Cambià sa fe, causa sacrada,
Que ten dempioi qu'era au tetì.
Quand Dieu voudrà ie counsentì
E vendrà l'oura tant pressada,
Emb ma calelheta alucada,
Farai lou mounde trefoulì!
Dis e dessus un aubrespì,
Touta glouriousa s'es quilhada,
E lou Cifer e sa coulada
De maudespiech an trementit.
Pioi, amount, s'entend ressountì
Una vos que crida: —  Òu, mainada,
Aluca, zou! l'oura es sounada:
De clartat l'ome a proun patit



*+*+*



samedi 30 novembre 2013

J. Tellier : MICHANT-PARTIT







MICHANT-PARTIT 



Jupiter en faguent das Astres l'inventari,
Vejèt que lou sourelh èra celibatari!
Seriò d'age soudis, l'avèn desoublidat,
Ia pas res de perdut, sera lèu maridat.
Sans cercà la bèutat, lou genre, la fourtuna,
A l'Astre trelusent, ie prepausèt la Luna!
Jujas de la furou de nostre grand calel,
Pensèt que Jupiter se vouliò trufa d'el.
Oufri al grand Phebus, una femna pichota!
Un astrilhou de nioch, un luquet de machota!
Un astre vagabound, qu'es panle coum' un lum!
S'amagant per pas res, detras un nivoulum!
Vous sanjant de quartiè, tant que ia de semanas
Lou sourelh trucariò sous raisses per de banas!
Jupiter, Jupiter, laissa-s-hou tout coum' es,
Sabes-be que ta Luna es plena cada mes!
Una Cigala en plen ivèr
Vouliò cantà soun pichot èr.
Era segur destimbourlada,
Lou lendeman sieguèt jalada!
Faguen hou tout couma se dièu,
Dansèn l'ivèr, canten l'estièu. 



*+*+*


 

jeudi 28 novembre 2013

N Dal Falco : 2 poesie + 2 pitture - (2011/2013)






Nel cielo dei Rosai e dei Carrà,
Nel cielo dei Tirreni,
C’è la pittura che sprofonda,

Passata nelle viscere.
Abside riversa di colori,
Luce da luce calcinata.

Sopra lo spigolo di un tetto,
Sull’orlo provvisorio della spiaggia,
Il celeste aspetto delle cose,

Combusto nella fiamma
D’ogni desolato inizio,
È steso a raffreddare.


*+*+*




Lento indugio d’albe
Occidentali

Sui fianchi striscia
Aurora

Qualcosa porta

Di promiscuo e saggio
Un incedere bianco




calle Barquillo
3 settembre 2013



 *+*+*



Nicola Dal Falco

Le Signore del tempo

Ey de Net e Dolasíla