jeudi 25 juin 2009

Joseph Nalis : INSTRUCTION AU FAINÉANT

.
Joseph Nalis fut l'une des nouveautés de ce mois.
Cet arlésien du XVIII ème fut un moraliste infaillible. Il a toujours le dernier vers sur chaque sujet de cette vie d'alors...
Dans sa langue provençale rodano-maritime, succulente, il nous décrit la personnification de l'un des 7 vices. Ces chansonnettes, car c'est sous cette forme qu'il prodiguait sa morale, sont à la fois pathétiques & vertueuses. L'on ressent malgré tout une pique d'ironie, l'on e sait pas vraiment à qui cette ode est destinée, à la noblesse au clergé, à la bourgeoisie ?
Il se prémunit de tout en invoquant la loi divine, la loi du Roi & par dessus tout la vertu naturelle...
Voilà un thème de Vacances de l'esprit : la ou les vertu... théologales &/ou Cardinales?

Juillet mois du théâtre en Avignon, nous permettra de remettre au goût du jour le théâtre du 18 ème au 20 ème siècle dans les différents parlés Romans.

le jugement dernier (général)
Illustrations ND des Fontaines - La Brigue - Vallée de la Roya


INSTRUCTION AU FAINÉANT.

Sur l'air : Il me semble de voir,

Moun fraire , moun ami,
Tu que fas que dourmi,
Que jouga , mangea , beoure,

Arou qu'as fa pla nè,
qu'as accaba toun vieoure ,
De graçou escoutou mè.

Sensou te trop teni,
Te farai counveni,
Que la féneantisou,
Ooufensou lou bon Dieou ,
Més proun gen en camisou,
tan l'hiver que l'estieou.

Despiei l'hourou & l'inflan,
Que noste paire Adam ,
Es toumba din lou crime,
Sian toutei coundana ,
Per lou Juge sublime ,
A travailla, rema .

Noste adourable Rey,
Per fa divinou Ley ,
A travailla, nous pressou,
Nous dit formellamen ,
Pregas, veillas san cessou,
Jusqu'ou darnié moumen ,

San Paou, home pruden,
Predicarour sçaven,
Apôtrou respectable,
Parlan doou fénean,
Assurou qu'és blamable,
Que deou mouri de fan.

Rappellou te vorrien,
Ce qu'as oousi souven,
Dire oou Prône, ei Doutrinou,
Que tout aoubre sen fruit,
Sara jusqu'ei racinou ,
Coupa , brûla , destruit.

Resourté fénean,
De faire à toun panchan,
En tout tem vioulençou,
D'exerça tei dous bras,
De faire penitençou,
Jusquou que mouriras.

L'home labourious ,
A l'esprit gai, jouyous,
L'amou nettou , & poulidou ,
Lou cor flouri , gayard ,
Et la bourçou fournidou,
D'eseu, de soou , de lyard.

La reputatioun,
Tirou de l'actioun,
Un lustre beou que charmou,
L'home toujou debou,
Toujou soutou caouquou armou,
Es estima per tou.

L'impruden , lou couvar,
Fugue dré , vo panar ,
Sert de ren su la terrou ,
N'és ren qu'un embarras,
Se rès yè fai la guerrou,
Ooumen rès n'en fai cas.

Se toutei coumou tu,
Vivian sensou vertu ,
Sensou ren voulè faire,
Foudriè qu'anessian nus,
Que mangessian pa gaire,
Emai ren que de crus.

Ai poou de t'inquieta,
Adieou te vaou quita ,
Te vole pus ren dire,
Se noun que per avè,
Lou Ciel que te desire ,
Foou rampli soun devè.

1770 - Recueil

le jugement dernier (détail)
Illustrations ND des Fontaines - La Brigue - Vallée de la Roya

.

mardi 23 juin 2009

Yves Gourgaud : LA MESSO de Pascal CROS ( Illust. Gilbert Pinna)

Illustrations de Gilbert Pinna à retrouver sur le Blog Graphique ( cliquez sur le lien)

LA MESSO de Pascal CROS


Nous reproduisons ci-dessous, dans son intégralité, un curieux poème signé « Rimo-Saouço », pseudonyme de Pascal CROS, né et mort à Marseille (1859-1921). Nous disons « curieux » parce qu’il est très rare, dans notre littérature provençale, fût-elle marseillaise, de lire un pamphlet anti-religieux d’une telle violence, et que les Majoraux du Félibrige ne nous ont guère habitués à cautionner de telles productions. C’est pourtant ce que fait Clovis Hugues, et avec quel enthousiasme, dans la lettre-préface qu’on lira plus bas !
Qu’on se garde bien cependant de voir dans ce poème une machine de guerre idéologique. Bien que LA MESSO se présente sous la forme d’un tout petit livret de huit pages, ce n’est pas un tract destiné à circuler librement : à la fin de la publication, l’auteur a soigneusement fait imprimer la mention : « Reproduction interdite, tous droits réservés », ce qui inscrit clairement cette production dans l’œuvre littéraire de Pascal Cros. La préface de Clovis Hugues, elle aussi, tente de situer ce texte dans une veine satirique bien provençale et dans une tradition populaire , celle du « vieih esperit prouvençaou e marsihes »
Mais surtout, qu’on fasse attention à la date d’écriture de ce texte, 1880 : il s’agit d’un texte de jeunesse (Cros n’a que 21 ans) qui doit être lu et jugé comme tel, avec tous les excès et les extravagances que cela suppose. C’est donc un pamphlet joyeux, débridé, carnavalesque – ce qui n’ôte rien à ses qualités d’écriture, ni à la portée sociale de la charge dont on ne sait trop d’ailleurs si elle est dirigée contre la religion chrétienne en général, contre l’Eglise catholique ou plus simplement contre les excès d’un certain clergé. C’est au lecteur de se faire sa propre opinion, après la lecture de ce texte rare que nous donnons ici en hommage à l’auteur, pour le cent-cinquantenaire de sa naissance.

Yves Gourgaud


RIMO-SAOUÇO

LA MESSO Poèmo doou Fué de Dieou

(Dicho per lou proumié coou eis Aygalado, en 1880)

NOUVELLO EDICIEN PA RETOUCADO

Emé la benedicien de Clovis HUGUES

PRÈS : 0,50 CENTIMO


DEPOS GENERAOU :
Enco de Madameisello Marie CARNAUD,
A la « Vieille Chanson », Carriero dei Fabre, 1

MARSIHO


LETRO DE CLOVIS HUGUES
Moun brave Rimo-Saouço ! Osco de bidet ! Es uno flamo idèio qu’as aquito de republia ta MESSO. Ço qu’es poulidet e ben fignoula, es pa fa per lei tararigno e mi vaquit countent que noun sai touti lei fes que repareis aou souleou uno cavo que m’avié agrada. Sies de la boueno meno miejournalo, à cousta dei grand pantaiaire que fugueroun lou soulas e la joio de nouestei reire. As, coumo èli, lou rire fin e galoi que desfrounsisse lei gens senso lei facha. Tei coou d’esplingo sount talamen ben fusteja que l’a quasimen de plesi à lei reçubre. Voues que ti va digui ? Lei capelan, aquelei que sount pas de darnagas, seran bessai lei proumié à legi e à relegi ta MESSO, coumo se coumuniavoun souto leis « espèci e aparenço » doou vieih esperit prouvençaou e marsihes. Nouestei peïsan dien voulentié, quand se li parlo de la Messo : Qu l’a messo que la lève ! Ieou dieou coumo elei ; mai se lèvoun l’aoutro messo, sieou d’avis que nous foudra garda la tieouno. Ben couralamen.
Clovis HUGUES Paris, lou 27 de Setembre 1902




LA MESSO

Voudrieou qu'un ooucident troussesse lei pantin
Que menon tant de brut lou deminche aou matin !
Car tout-beou-just es jour qu'en brandant lei campano,
Fan à fouesso de gent perdre la tremountano...
E, dounant per resoun que souenon leis ami,
leou, que sieou din moun lié, m'empachon de dormi.

Ai bello à mi vira per pluga la parpello,
Soun bouruji d'infer m'esclapo la cervello.
Encaro, pa countent de troubla moun repaou,
M'acuson de coumettre un gros pecat mortaou,
De pas vougué mi rendre à la vouas de l'egliso !
Mume, per mi puni de pariero soutiso,
Din sei sermoun famous agitant Lucifer,
Après m'avé maoudi mi proumeton l'infer !
Tamben, per mi vinja d'uno tallo proumesso,
Vèni, vuei, su soun nas, li debana la messo…
E din moun franc parla, senso pita d'argent,
Serai, de tout segu, mies coumpres per lei gent.

Car elei, va sabès, que canton à matino
Vo ben que canton vèspro, es en lingo latino.
E dins aqueou jargoun mai que d'un coou, bouta,
Si fouton doou publi que va leis escouta.
Noueste gouvernament, troou generous, lei pago
Per nous canta la messo e nous precha de blago...
Coumo s'avian besoun d' estre estordi tout l'an,
Siegue per lei campano ou per lei capelan
Que, per nous faire agué la demouero celèsto,
Counfèssoun nouestei frumo e... sabi pa lou resto.

Car sabon tant ben faire intra din sei sermoun
Lou ciele, lou bouen Dieou, l'infer e lou demoun,
Qu'en samenant la poou, aquelei saoutembanquo,
An fa de soun egliso uno eternello banquo
Mounté piton lei sooul dei mouart emé dei vieou
En diant que nous saran rendu per lou bouen Dieou !
Mai coumo lou bouen Dieou a pa troou boueno tèsto
Rènde jamai l’argent que lou mounde li presto !!!
Ensin poudès dormi souto vouestei lançoou,
En esperant que Dieou vous rènde vouestei soou...
leou,doou temp qu'esperas voou debana la messo
Per vinja ma cervello e teni ma proumesso :
A peno la campano a jita din leis er
Lei coou doou rabaié qu'anounçon lou councert
Que lei paoure d'esprit, amatour de bestiso,
Souarton de seis oustaou per intra din l'egliso.

E quand l'egliso es‑pleno, alor, en aguent l’er
D'un coumique feni, lou cura 'mé sei cler
Pareisse su la scèno aou mitan dei bougio
E coumenço à juega la santo coumedio !
Mai avant de si metre à l'obro, lou cura
Di lou Confiteor, per si ben.prepara,
Puei demando aou bouen Dieou, qu'es aquit que I'escouto,
De netija soun couar : car va bouare la gouto
E va manja, tamben, en guiso de bescué,
Lou paoure Jésus-Christ saouça din lou vin cué !
Uno fes qu'a feni de s’arma de sagesso,
Après s’èstre signa coumenço ensin la messo :
In nomine Patris et Filii et Spiritus
Sancti… Amen ! S’escuro e fai tira Marius !
Per raviha lei gent que dija fan la paoumo
En bramant coumo un ai entouno aquesto psaoumo :
Judica me, Deus, et discerne causam...

Mai, mi creirias bessai l'enfant d'un capelan,
Se vous disieou enca tout lou latin que rèsto
E tant d'aoutrei resoun que m'an passa de tèsto.
Puei, se mi forçavias de dire tout aco
leou li perdrieou moun temp e vaoutrei lou coco.
Pamen, per debana soun fada de prougramo,
Lei chantre, que l'amour doou paradis enflamo,
S'escuron lou gousié e quand touti li sount
Entounon à grand brut Kyrie eleison.

Aro, va creirias-ti, pouedi pas ben vous dire
S'aquestou chant es triste ou ben s'es fa per rire,
Car es tout en latin e puei lei coumedien
Elei mume, souvent, sabon pa ce que dien !
Mai tout lou temp que duro aqu ello kiriello,
Lachado din l'Egliso à pleno gargamello,
Tout tremouelo : candello emé lei candelié.

Lei cantaire, o de Dieou ! sèmblon près de foulié ;
Car en cantant la sieou fan cent milo grimaço,
Per mies faire sorti lou chant de sei carcasso...
E pecaire, sei vouas, que jingoulon din l’er,
Vous fan quasi veni leis ataco de ner ;
Dirias que justamen escIapon de tarraiho,
Vo ben qu' à-n-un cantoun boulegon de ferraiho ;
Uno vouas, dei rnachoueto imito just lou cris,
Uno aoutro semblarié lou miaoula d'un gat gris;
Aquesto, que‑pareisse un paou pu clarinello,
Imito lou sagan d'uno vieiho carello...­
Basto ! touti lei vouas sount aquito en travai,
Despuei de la granouiho à-n-aquello de l’ai.

Coumo voulès doun pas que tout aqueou bourugi
Vous roumpe pas la tèsto e vous douarbe lou fuji ?
L'a de fes que creirias que, dintre lou sant lué,
An touti maou de vèntre ou que si garço fué
Talamen bramon fouar. Se la messo es dei grando
Lou bousin es pu grand, alor, cadun si mando :
Devoto, chantre, prieou, mounjo, cura, bedot,
Qu canto su lou ré, qu canto su lou do,
Touti serieousamen jugon la pantomino
E jusquo doou piano, la musiquo divino,
Guido lei coumedien dins aqueou chamatan
E lou pople, à soun tour, li respouende en cantant !
Mai maougra que sei vouas fan trambla la teoulisso
Aquit s'arrèsto pa touto sa bramadisso.

Tout-beou-just d'aou Kirié jiton lou darnié cris
Qu'entounon mai ben leou : Gloria in excelsis...
Alor, coumo toujour, pouedon si faire entendre
Mai soun pas din lou cas de si faire coumprendre.
E doou temp, lou cura, per pa perdre un moumen,
Marmoutié d'oremus, de pater vo d'amen
Vo ben en si virant vers lou pople, brassijo
Fa milo sinjarié e degun l'escooussijo !!!
Pamen, que vous dirai, quand un paoure gavouet
Reçube su la facho un coou de cagatroue
Si va merito pa coumo aqueou sant arlèri
Que si foute de naoutre emé tant de mistèri.
E vous cresès qu’aco li fague quaoucaren ?
En viant que degun siblo e que li mandon ren
Douarbe lou gros missaou per dire l'avangèli...
Lei cler, toujour tanca coumo de santi-belli,
En badaiant d'enuei per rampli soun prefa,
Li respouendon latin ei demando que fa.
Puei, quand lou capelan s'aluncho doou pupitre,
Lei chantre, toujour lest à dorbi lou chapitre,
Coumo vien arriba la menueito à prepaou
Entounon lou Credo d'uno vouas de grapaou.

Alor, per plaire à Dieou, lei tavan veritable
Coumençon mai de faire un tapagi daou diable.
0 ! s'aqueou brut d'infer va jusqu'en Paradis,
Sant Piarre si deou creire, en entendent seis cris,
Qu'à la pouarto doou ciele uno vouas que si trousso
Li crido lei sardino o ben li quielo : ei brousso !

E satisfa de faire un taou chavararin
Aquelei gros rounfloun fan de longo soun trin.
Mai dins aqueou sabat, ce qu'es Iou pu resible
Es que prègon delongo un Dieou jamai visible
Tamben touti sei chant, touti seis oouresoun
M'an toujour pareissu l'envès de la rasoun.
Enfin que lou bouen Dieou lei patafiole touti
An puei fini de dire aqueou credo, m'en fouti !
Mai jugui que lei chantre an touti lou gousié
Estrassa d' aout en bas e piri qu'un brasié.
Aro, lou capelan qu'avié dija la flèmo,
Reven dessus la scèno emé sa facho blèmo
E, coumo de la messo aoujo jes n'en saouta,
Mounto emé seis dous cler lei marcho de l' aouta.

Puei quand aribo aquito, aqueou gros espetacle
Fa sei salamalè davant lou tabernacle.
Entandaoumen lei cler, s'escartant de dous pas,
A grand coou d' encinsouar li parfumon lou nas.
Quand l'an proun parfuma, qu'arribo à l'ooufertouaro,
Parlo aou Pèro eternel e s'ooufrisse lou bouaro
Que roussijo dedins un calici daoura.
Alor, en esperant d'un paou si l’ amourra,
Si viro. ver lei gent en diant : Orate fratres,
S'as ren per boustifa, moun bouen, faou que ti grates..
Mai tout en vous gratant sounjas de prega Dieou,
Car lou moumen vendra mounté serés plu vieou,
E alor, meis ami de touto la borgado,
Malur s'avès pa mes vouesto amo à la bugado !
Malur, tres coou malur, alor, car din lou fué,
Vous roustirias delongo e serias jamai cué !

Aprè d'aqueou sermoun di l'oouresoun secrèto,
Per fin de pousque faire uno boueno recèto ;
Car, din lou chamatan, soun toujour quatre ou cinq
Que dessouto lou nas vous meton lou bassin
En vous avertissent que, per saouva leis amo
Qu'an agu lou destin de toumba din lei flamo,
Li faou douna d' argent per lei faire sorti,
Vo lou Diable, encagna, lei farié mai rousti...
De fes, es sant Joousè, qu'a besoun d' uno nicho;
D'autrei fes es per faire adouba lei cornicho ;
0 ben la boueno Mèro a besoun d’un coulié,
E soun pichoun Jesus d'un pareou de soulié.
An jusquo lou toupet de quista per lou Papo,
En diant qu'aou Vatican la misèro l'aclapo,
Mai va ben que si soou qu'aquelei beou moussu
An fouesso de toupet s'an gaire de chevu.

Puei, quand vous en fa metre, aquelei seco‑basse,
Vous dien per gramaci : Requiescat in pace.
Sieou ben segu qu' aqui nous dien, per sa resoun,
Qu'aquel argent resquiho e passo à soun boussoun
Aco mi sèmblo clar coumo d' aigo de sourço :
Mounte l' a de c...oudoun l' a toujour de ressourço.
Parmen, coumo an feni de pita lei denié,
Lou capelan,après quaouquei ceremounié,
Douno à sa coumedio uno nouvello faço :
A vouas basso aqueou coou, debano la prefaço :
Avalo un bouen canoun, e noueste fusicien
Amuso lou tapis jusqu' à l'elevacien.

Crèsi l’ elevacien lou pu beou de la fèsto,
Car à n' aqueou moumen touti beisson la tèsto.
Lou coumedien, alor, adreisso tant que poou
Lou calici rampli de bouen Dieou toutei noou
Lest per.èstre avala dei gent qu'an l'amo neto ;
Daou temp lou pichoun cler soueno la campaneto
Puei quant tout es feni, que ren s'entènde plu,
Lei gent dreissoun la tèsto e l'an vist que de blu !!
0 tu! Pèro-Eternel qu'as l'amo un paou pu franco,
Descènde, d' adamount, emé ta barbo blanco,
Per veni secuta leis artisto que vuei
Aprè t'avè beni ti fan passa per uei !
E frusca coumo sount per nous canta sei nasco,
Sènso èstre en carnavas sèmblon toujour de masco.
Ce qu'es lou pu coumique es que n'en a tout-plen
Que soun cura, pecaire, e qu'an lou vèntre plen !!
Aro si douno encaro un coou de gargamello,
A vous rendre jaloué lei pu vieiho carello...
Sabi pa se serié su l'ordre d'un bedot
Es de fèt qu'en bramant coumo de vieil barbot
Entounon Iou Pater noster qui es in coeli.
Aquit fan mai bouhi touti lei vermichèli
Dei gent que soun tant fleou dana leis escouta.

Aprè, Iou capelan s'amourro su l' aouta
E, mouestrant aou publi soun large tafanari,
En preguant douçamen, fa ce qu’es necessàri :
Prend I'oustio à la man, roundo coumo un taceou,
La benisse tres coou, n’en fa quatre mouceou
Qu' arroso de vin blanc din lou found doou cibouaro
Puei manjo lou bouen Dieou sènso oublida de bouaro.
E per que din soun couar tout aco rintre mies,
Tres coou, Iou malurous, si bacello lou pies
En diant de mot latin. Mai pa pu leou fenisse,
Touti lei vieih pecou que l'egliso fornisse,
Per agué l'amo en plaço e manja Mèstre Anri,
(A l 'asard de jamai pousqué lou digeri),
Si van metre à ginous davant Ia santo grupi.
Alor, vieou mai que ben, de la plaço qu'ooucupi,
Que moussu lou cura, tout en lei benissent,
L'enfilo din lou gus la marco de Cinq-cent !!

Après, coumo a douna lei pastiho benido,
La santo coumedio es tout aro fenido,
Tamben lou capelan revent davant l’ aouta
Per saluda lei gent que soun vengu pita.
Puei li dis : «Dominus vobiscum», vous benissi
Car vous curas la pocho e ieou mi la ramplissi.

Mei fraire, escoutas-mi, benissen lou bouen Dieou
De vous agué fa bèsti e de m'agué fa vieou
Puei de m' agué choousi per vous canta la messo...
Car aro, à moun oustaou, la taoulo es toujour messo,
E dei mihou fricot ramplirai moun fanaou
Tant que din lou peïs l' aoura tant de gornaou !!!


(1880)
RIMO-SAOUÇO

samedi 20 juin 2009

Poésies champêtres & naturelles du Languedoc (Montpellier & son parlé) - XIX ème siècle

.

Le naturalisme, les choses du terroir furent,
alors, un des grands sujets de ce midi de la France, littéraire. Régions qui ne prirent pas le train de l'industrialisation nationale du XIX ème & qui restèrent dans leurs contradictions, voire qui les exacerbèrent. La facilité d'être, pays de "coucagna" poussèrent la plupart des paysans & des propriétaires dans les bras de l'imédiatisme : la monoculture de la vigne au détriment de la polyculture méditerranéenne, que sont l'amandier, l'olivier, le blé dur, la vigne & si possible le jardinage des légumes et des arbres fruitiers...
Au nord, la mine le charbon l'acier le textile ; au sud, en Languedoc, le vin, à chacun sa spécialité, à chacun sa misère future... 1907 pointe son nez & plus tard les contradictions socio-économiques des 3/4 & de la fin du XX ème siècle!

Ses deux poésies nous dépeignent ce monde, cette métaphore de l' "Etre". L'une celle de Vézian, dans une langue curieuse mixant provençal maritime & languedocien de Montpellier est originale dans sa morphologie & son allant, l'autre celle d'Abric qui accompagne jusqu'à son terme la métaphore d'un monde en fin de cycle.

Voilà, donc, les deux témoignages d'un temps qui est bien loin pour nous!



LA MEISSOUN

de Mestre Abric

Couma quand dins la mar revouluma l'oundada,
Au grat dau ventoulet erseja dins la prada
lou flot lusènt d'espigas d'or...
Blad drud, òrdi roussel e civada garruda,
Dins lous camps verturious saludoun la venguda
dau meissouniè de Messidor !

Lou sourel escaluga e la cigala canta...
E lou voulame en mans pèr coumpli l'obrà santa
de soun presfà meravilhous,
lou valènt rusticaire es aqui sus la dralha,
rebaussat, pitre nus, lou capelàs de palha :
tancat subre soun front susous.

Darriès el, dins lou dau, de jouinas ligarellas
qu'amagoun, dins lou fres ilhau de sas parpellas
l'aflat d'un ris esbarlugant,
pèr engarbeirounà las espigas rousselas,
dins lou restouble ounte s'aboucoun las jitellas,
seguissoun en cansounejant !

Caussadas d'escarpins, coutilhouri court sus l'anca,
e vantau de futena e camisola blanca,
e capelina ourlada, à plés...
An la poulidetat se lou bauchun ié manca,
e pèr las agachà lou jouventàs se tanca,
las galejant d'un mot courtes.

Quoura lou bèu dalhaire es au bout de la jouncha
e que vei acha-pau soun obra que s'apouncha,
fai un poutoun au flascoulet
Vesti. de bola fina e que jalous recata
dins lou nis ramejous e fresquet d'una mata,
quand n'a bagna soun gargatet !

Pioi, passejant l'acout (9) sus lou fiéu de sa dalha,
lou valent prefachiè repren una autra dralha
pèr faire un chaple d'espigaus...

Entremens qu'après el s'acampoun las garbelas
e que s'ausis lou cant de nostas ligarellas
mescla de rires fouligauds !

E las espigas d'or se plegoun dins lous brasses
au ressoun trefouli das cants. das cacalasses
e dau countun vounvounamen
que fan din lou trescamp las gaujousas cigalas
e que retrais à n'un flame brounzimen d'alas
que s'esperlonga eternamen.

Es lou tèms de la sèga, emé sa pouesia,
emé soun estrambord, emé soun alegria.
e sous refrins e sas cansous !...
lou tèms urous que Dieu sembla clafi de joia
pèr mettre mai d'amour, d'alargança e de voia
au cor das braves pèd-terrous !

Mestre Abric (Espigas Vidourlencas)


0-0-0-0-0-0-0-0-0




PER VENDEMIA


per Pau VEZIAN


Au rajas dau sourel, à travès lei gavel,
Desfruchant aderé lei souca panoulhousa,
Lei galoi vendémiaire, èbri de vin nouvel,
Boujoun lei rasinas dins lei semau moustousa.

Lei pourtaire garrut van dors lou toumbarel
Adurre sus lou cap la frucha sabourousa...
Au coulas dei chival dindoun lei cascavel
Quoura fau desmalha la carrela terrousa.

Lei carrau soun founsut ; lou coubîe atrahinat
Tout en s'espôutirant s'adralha dors la tina
Ounte lei bèu rasin van èstre escrachinat...

Dei Cevenas d'azur fin qu'à la Mar latina
Raja à desbord lou vin — gloria dau bèu Miejour —
Que coungrelha la gau, lou rire, amai l'Amour !


.


vendredi 19 juin 2009

Louis-Xavier de Ricard : LOU LENGADOC - A l'ami catalan: Juan Bautista Enseñat

Louis-Xavier de Ricard est l'acteur politico-linguistique du XIX ème montpelliérain, ses engagements, sa production écrite, ses actions bienfaisantes ne sont plus à commenter...
Il fait parti de ce Languedoc qui "combat" pendant que la Provence... Ce raccourcis trop simpliste, est un outrage à Clovis Hugues, J. Désananat, V. Gélu & voire à Mistral lui même.

Chacun avec ses moyens, selon le lieu où il vit, fait. Ce fut le cas de De Ricard, il fit. L'ingratitude des ans l'ont envoyé aux oubliettes de l'Histoire. Montpellier vous savez, la pseudo-surdouée, l'a tout autant oubliée...
Le poème que je vous propose ce jour est dédié à l'un de ses amis catalans, l'exotisme de cette époque pour les "félibres fédéralistes"... Il était de bon ton d'avoir un ami opprimé par ailleurs...
Par ce lyrisme symbolique De Ricard exacerbe les valeurs naturelles pour en faire une méthaphore libertaire un air de commune souffle sur le Languedoc...




LOU LENGADOC

A l'amic catalan: Juan Bautista Enseñat

A la prima dau mounde (1), à l'esclaire abrial,
Quand l'ome escarcalhaba (2), à plé de sa peitrina,
La bestia ount s'acatet soun asirada divina,
Natura se soungèt de faire aquel Nisal ;

E trenaira valhenta a-n'un tant bèu trabal,
Prenguet, amourousit e tors coum' amarina (3),
Lou ribeirès (4), amar amour de la marina ;
Lou flum qu'afloca (5) daus lous estancs, per aval ;

La cola fugidissa e lou causse aparaire
Que soun aspressa fera (6) encresta (7) lou terraire
D'un poudé que jamai sera pas assautat : (8)

Lou Nis es preste, a dich, o Justicia eternala !
Un pople i'es pausat que, caumat (9) jout toun ala,
Vai espelir per tus e per la Libertat ! »


(1) Au printemps, au commencement du monde.
(2) Quand l'homme dépouillait la bête. Litt. : Quand l'homme faisait craquer à pleine poitrine la bête... etc. (Tr. de S. de Ricard.)
(3) Osier. — (4) Rivage. — (5) Coule vers. — (6) Apreté sauvage. (7) Couronne. Encrestar, terme de maçon ; chaperonner un mur.
(8) Attaqué. — (9) Chauffé, ici couvé.

.

jeudi 18 juin 2009

François Dezeuze : GRAND SOUREL A CARNOU - Grand Soleil à Carnon

.
L'Escoutaïre nous livre ici cette poésie naturaliste, une de ses plus belles.
A ce jour, elle a une valeur de témoignage de ce que fut Carnon. De ce lieu de Petite Camargue, que les dernières années ont couvert de béton, François Dezeuze nous accompagne dans un de ses lieux de rêveries, de prédilection. Dans cette nature qui lui est si chère... Dans cette Camargue qui semblait éternelle.!!

Le mois prochain nous le découvrirons comme auteur de théâtre


GRAND SOUREL A CARNOU

Blua la mar, blus lous estangs e blu lou ciel...
E bluas, amount-d'aut, las prumièiras Gebenas...

D'abuglantas clartats mas prunellas trop plenas
Cercoun per se pausà quauque terren roussel.

Mes tout es verd ou blu dins la palus tebesa
Qu'encadra de verd viéu lous estangs d'indigo.
Couma de grands laserts de Latas à Mauio,
Las vignas an cargat la tinta verounesa.

Tout es blu. Quauques pounts de blanc que sount d'oustaus
Traucoun soulets l'inmensa tèla blujinousa.
Lou mirage a quilhat, messorga luminousa,
De lèias d'aubres rounds sus lou pus sec das graus.

La plaja es soulitària e las mountilhas grisas
Destiloun lous perfums entèstants de sas flous.
L'èr brullant es cargat de sas fortas audous.
Res plessa pas lou front de las aigas trop lisas.

Es couma en plena nioch dins aquel jour tant caud :
La vida fai soun obra en gardant lou silença,
Atupida dejout la sourelhada inmensa,
Couma davans Cœsar s'agrouinoulis l'esclau.

E negat dins lou lioc qu'aflaquis e qu'enerba
Finisse per istà rabinat, enclausit....
La pensada fagis moun cerbèl endourmit,
Reste ajassat, au sòu, sans ime, couma d'erba.

L'Escoutaïre – François Dezeuze

buste de Jules Cœsar - Arles
.

mercredi 17 juin 2009

Alan Costantini : La crous di marinié - la croix des mariniers du Rhône

Alan Costantini évoque à travers son article un monde perdu... voire oublié : les mariniers du Rhône et à travers eux un de leur symbole fort la croix des mariniers ( voir photo ci dessous ou cliquez sur ce premier lien ou sur le second).
Ce monde m'est cher. Il fut jusqu'à la création du train l'artère de circulation de la Provence et des pays rhodaniens (Lyonnais, Suisse, basse Bourgogne), avec le percement du Canal du Rhône à Sète & du canal du midi, le lac Léman joignait l'Atlantique...
Les délires de grandeurs de Roque-Ferrier (Cf notre récent article), pour sa très chère "Montpellier" sont là au milieu de cette ensemble, de ce monde de labeur & de modernité.
En cette époque où l'écologie pourrait sembler être une voie de salut, pourquoi ne pas repenser au fluvial pour autre chose que le tourisme??? Revenir à ce monde qui donnait vie et liait un paysage, le Rhône "laborieux" serait peut être une solution pour notre monde moderne.

En fin d'article vous verrez un exemple similaire de la chrétienté orthodoxe... où la foule des symboles chrétiens se retrouvent...



LA CROIX DES MARINIERS (description de la photo) :

Cette croix décorée des instruments de la Passion n’est pas une spécificité rhodanienne. On la retrouve, en effet, dans d’autres zones du monde catholique, l’Allemagne notamment. Les plus anciens exemplaires conservés dans les collections publiques ou privées datent de la fin du 18ème siècle. Ce type de croix disparut avec la fin de la batellerie traditionnelle sur le Rhône vers 1830. Par son foisonnement ornemental et sa facture naïve la croix des mariniers est l’expression d’une piété baroque et populaire. Elle est également un objet de dévotion qui, menant du Jardin des Oliviers au Golgotha, permet de méditer sur la Passion du Christ, véritable terme de l’histoire du Salut. A quelques variantes près on y trouve les symboles suivants :
- le coq et l’ange sonnant de la trompette : le coq rappelle le reniement de Saint-Pierre et l’ange le jugement dernier ;
- le titre de la croix : cartouche qui porte l’inscription INRI (Jésus de Nazareth Roi des Juifs) ;
- le cœur ardent percé d’une flèche : symbole de l’amour du Christ ;
- le Crucifié : parfois remplacé, au centre de la croix, par le « Voile de Véronique » ;
- la Colombe représente le Saint-Esprit ;
- le sceptre dérisoire : après avoir été flagellé les soldats placent dans les mains du Christ un roseau, au motif qu’il avait affirmé à Pilate qu’il était roi ;
- le glaive : « badelaire », sorte de glaive courbe avec lequel Saint-Pierre frappa Malchus, serviteur du Grand-Prêtre et lui trancha l’oreille ;
- les verges avec lesquelles les soldats frappèrent Jésus ;
- la tunique sans couture du Christ que les quatre soldats gardant le calvaire préférèrent jouer aux dés plutôt que de la déchirer ;
- les dés apparaissent sur la face occupée par cinq points (allusion aux 5 plaies de Christ)
- la bourse renversée de laquelle tombent les trente derniers, prix de la trahison de Judas ;
- le crâne et les deux tibias : claire allégorie du fait que le nouvel Adam succède à l’ancien ; selon une tradition le père des hommes aurait été enterré au Golgotha, en araméen « lieu du crâne » ;
- l’échelle et la colonne de la flagellation : le Christ aurait été attaché à une colonne afin d’être flagellé ; l’échelle rappelle la descente du corps du Crucifié après sa mort ;
- l’éponge montée sur une pique servit à humecter les lèvres du Christ en croix qui demandait à boire ;
- les fouets avec lesquels Jésus fut flagellé ;
- le calice et l’hostie : la coupe de fiel est celle présentée à Jésus par l’ange au Jardin des Oliviers ; l’hostie représente l’institution de l’Eucharistie ;
- les tenailles ont servi à enlever les clous du Crucifié ;
- le marteau qui a percé les mains et les pieds du Christ ;
- le soleil et la lune : les luminaires à l’arrêt représentent le passage du temps humain au temps divin ;
- l’aiguière représente à la fois le vase contenant du vinaigre présenté au Crucifié sur une éponge et le lavement des mains de Pilate ;
- la lanterne est celle portée par Malchus, valet du Grand-Prêtre, conduisant la troupe venue arrêter Jésus à Gethsémani ;
- la lance qui perça le flanc du supplicié d’où s’écoulèrent de l’eau et du sang.

-0-0-0-0-0-0-0-


La crous di marinié

La crous di marinié Dins l’anciano batelarié roudanenco la poupo de la barco de tèsto, aquelo dóu « patroun » di famous counvoi que trafegavon sus lou flume, pourtavo uno crous ournado dis estrumen de la passioun : la coulouno e li fouit de la flagelacioun, l’estenaio e lou martèu, li vergo, lou scètre de derisioun, lou glàsi de Sant Pèire, lou gau, lou cor ardènt trouca pèr uno sageto, l’espoungo mountado sus uno pico, la lanço que durbiguè lou flanc dóu Crist, lou cran d’Adam, la bourso revessado emé li trento denié, la tunico sènso courduro, li dat que traguèron li sourdat pèr tira au sort la tunico e que mostron la chifro cinq (li cinq plago dóu Crist), la lanterno dóu varlet dóu Grand Prèire, la coupo d’amareso dóu Jardin dis óulivo que represento tambèn lou calice de l’istitucioun de l’éucaristìo, l’eigadiero que Pons Pilato se n’en serviguè pèr se lava li man, lou titre de la crous, lou soulèu e la luno, lou vèu de Verounico.

Se pòu medita tóuti aquéli simbole. N’i’a un pamens qu’ai pas cita : l’escalo que serviguè à la davalado dóu cors divin. Amerito un coumentàri especiau. D’efèt es lou soulet estrumen que nous remando à l’Ancian Testamen : la vesioun de l’escalo dóu sounge de Jacob. Aquest episòdi dóu libre de la Genèsi poudié pas èstre coumpres en plen pèr lis Ebriéu. En realita acò d’aqui que pantaiè Jacob èro uno figuro de la crous de Jéuse-Crist.
Es bonodi la crous dóu Sauvaire e soulamen pèr elo que l’ome pòu escala enjusco à la glòri divino. Lou fai pèr gràci e noun d’esperéu.

Alan Costantini



détails de la cathédrale d'Argos - Grèce

mardi 16 juin 2009

Gilbert Thévenard : Mon Olivier a 500 ans

Gilbert Thévenard nous a déjà illuminé de sa sensibilité lorsqu'il évoqua la Ste Victoire, il y a quelques mois de cela au début de Marsyas2... A travers cette nouvelle contribution poétique, il chante un symbole fort de la Méditerranée & de la paix : l'Olivier.
Je vous livre ses lignes... sans plus de commentaire...



Mon Olivier a 500 ans… Il me dit avoir vu partir Christophe Colomb pour gagner de nouveaux Mondes… Il est peut-être mon Ancêtre…



OLIVIER, MON ANCÊTRE

Cent fois, il croise ses bras noirs
Et me considère du fond de ses cinq siècles,
Hors d’âge…

Ses feuilles lumineuses brillent et bruissent,
Semblant fustiger mes occupations
Stériles…

Cent fois, il tord ses bras noirs,
Me traitant de Colomb, de Vasco ou de Gama
De tous âges…

Il attend mon passage, patient et impavide ;
Mais son teint poudré de cendre
Palpite…

Cent fois, il tend ses bras noirs,
Certain de notre rencontre, espérant un signe
De sagesse…

Il m’invite à d’autres découvertes
En moi-même, m’incitant à reprendre
Force et vigueur…

A devenir Homme pour l’Homme,
Et à guider ma caravelle vers cette étoile
Sans cesse nouvelle…


Gilbert Thévenard

lundi 15 juin 2009

Alfred Moquin-Tandon (1804-1863)


Moquin-Tandon, membre des jeux floraux dès 1844, fut de ces pré-félibres montpelliérains que Roque-Ferrier a contribué à nous transmettre. Je pense que la graphie des textes ci-dessous n'est pas celle dans laquelle furent écrites ces 2 galéjades. Je crois qu'il y a la patte de Roque-Ferrier et la graphie de l'Escola dòu Parage, si caractéristique & surtout si proche du parlé, de l'oral du languedocien oriental.
Il n'en demeure pas moins que Moquin -Tandon fut un botaniste (voir article en lien) de premier ordre.
Il fut très critique de ses contemporains : « J'ai remarqué que beaucoup de ces messieurs étaient fort au-dessous de leur réputation. L'usurpation du génie est assez commune à Paris. »... En septembre 1834.

La galéjade est dans l'esprit, avec cette ironie voire l'acidité de son propos & sa volonté iconoclaste, un trait de caractère du languedocien... en tant que parlé & qu'individu.
Pour conclure un de ses contemporains disait de lui :
"Certains esprits portent des fleurs, d’autres des fruits ; celui de M. Moquin-Tandon produisait, avec une égale fécondité, les fleurs de la littérature et les fruits de la science". Édouard Drouyn de Lhuys (1805-1881)


LA PASSEJADA DAU DOUCTOUR

Ancienament, èra l'usage
Dins l'escola de Mount-Pelié
D'aculir, per un grand oumage,
Chaca douctour qu'espelissié !
lé fasien faire un tour de vila :
Lou porta-massa èra davans,
L'auboi dariès ; pioi, à la fila,
Lous amies de noste savant...
Un jour dins una permenada
Rescountrèroun Mèstre Pierrot

Que revenié de sa journada,
Escourtat de soun bouriscot.
L'escoubilhaire s'atroubava
Tout juste au mitan dau camin ;
E lou courtege qu'arribava
Poudié pas gaire s'espandir.
- Holà ! (cridèt lou porta-massa)
- Fourbia toun ase, Santa-Fiéu !
L'autre respond, sans quitar plaça :
- E tus farot, fourbia lou tiéu ! ».

(Roumavagi dels troubaires.)Aix, 1854.


-0-0-0-0-0-0-0-


L'AIGA BOULIDA

Lou moulinié de Pont-Trincat
Avié sa femna un pauc malauta
D'una frechour dins lou coustat;
E soufrissié d'un mau de gauta.

Certen douctour que ié venguèt
Touquèt lou pous, e counselhèt
A toutes dous... una soupeta !
« Pendrés una aiga-boulideta.
E ma filha, qu'es dins lou brès,
A de vermes ? Que n'en dises ?
- Dounarès à la manideta
Tambèn soun aiga-boulideta.

- Pardiéu ! Moussu lou médecin,
Diguèt lou varlet dau moulin,
Vostra counsulta es pas finida :
- La roda pot pas pus virar...
S'ensajaven de ié bailar
Una pichota aiga-boulîda ?


(Li Prouvençàlo.)

.

Mestre Prunac PATOUÉZAS ODA A LA RÉCOUNOUYSSENÇA

Mestre Prunac, boulanger, est un auteur sétois qui écrivait dans la langue du peuple de l' "île singulière", comme l'on dit là-bas. Nous l'avons déjà cité à deux reprises.
Sa poésie est très moralisatrice, bien pensante, en cette fin de restauration. On y retrouve certains traits du XVIII ème par sa frivolité & sa volonté bienfaisante, mais aussi l'esprit moral & directif du XIXème est là, il rode en maître d'une pensée sans change.
Lorsque ce texte fut écrit Mistral avait 8 ans, seuls Roumanille & Gélu étaient dans la force de l'âge. A Montpellier, Moquin-Tandon que nous évoquerons bientôt était lui aussi en pleine production. Mais j'aurai surtout tendance à comparer notre poète-boulanger à un Joseph Désanat voire à Pierre Bonnet de Beaucaire ou un Glas des Cévennes, déjà cités dans Marsyas2 ces derniers mois.

Localiste de par son parlé, mais universel de son propos, ils sont des curiosités de la littérature pré-félibre, ils méritent qu'on les exhume surtout du fait de la richesse de leur langue, en dehors de toutes contraintes graphiques...


PATOUÉZAS ODA
A LA RÉCOUNOUYSSENÇA

Aous 1842



O tu, qu'après la benfazença
On trova parés dé pu bel,
Vertuouso récounouyssença,
Escouta lous cans d'un mourtel !
Ma voués à té cantà s'appresta,
A té cantà, fia célesta !
Dé touta moun affeccioun ;
Déjà din yéou tout béluguéja,
Moun san boulis, moou cur flaméja,
Pa qué dé prounouncà toun noun.

Ah! vézé que lou ciel m'ajuda
E me coumbla dé sas favous;
Que ma lengua sera pa muda
Ni moun viouloun silencious.
A toun aoutel, fia immourtella,
Yoï véné d'una flou nouvella
Fayré un poètiqua prézen.
Couma ma joya séra granda
Se lancés sus aqueslla oufranda
TJn regard doux é coumplézen !

Mais sayqué agissé en téméraira
Dé voudré cantà tas béoutas;
Lous cans d'un chantre populaira
Soun pa toujour ben escoutas.
Mais, per tu, ma muza inspirada
Dessus la mountagna sacrada
Yoï ém'ella me fay grimpà ;
E se fay un paou la lenguda,
Es perqué siégués counouguda
Dé lous que té counouyssou pa.

'Chérisses las mans benfazentas
Que fujissou lous ïols daou jour
E las âmas récounouyssentas
Que dé toun fioc brûlou toujour.
Aouprés dé Diou siès l'interpréta
E la messajeyra sécréta
Das curs que soun récounouyssens ;
E, quand daou ciel passés la digua,
Per lou ben qué Diou nous prodigua,
Yé vas pourtà nostrés encens.

'Couma t'agrada é sap té playré,
May que tout l'or é lou parfun,
Aquel, qu'en cerquen à ben fayré,
Fay pa dé bruch ni may dé fun!
Mais à tous ïols couma es coupablé,
L'orguyous ou lou mizérablé
Qu'oublida d'un benfach lou pris!
Ah! couma es granda soun ouffença
Quand lança un trait dé médizença
Contra aquel que lou sécouris!

E despioy que l'ingratituda
Proufana jusqu'à toun aoutel,
Dé toun esclat la terra es nuda,
Fas ta démora din lou ciel.
Mais toujour brïa toun estèla
Per lou qu'à Diou dé tout soun zèla
Oufris sa péna é soun traval;
Siès lou pris de la benfazença
E la pu bella récoumpença
Qu'on pogué réçaoupré ayssabal.

Ah! couma as la faça rizenta.
Quand dé glouriouzés laouyès,
La nacioun récounouyssenta
Orna lou fron dé sous guerriès !
E quand, après una vietouèra,
La França, coumoula dé glouèra,
Brûla d'encen sus tous aoutels;
B surtout quand né rand oumagé
A Diou, que donna lou couragé
Que fay tan dé nouns iminourtels !

Mais quand vézés la perfidia
D'aquellés que, per un paou d'or,
Traïssou sermens é patria,
Per tu ya parés dé pu for.
Tous plours coulou dé tas prunellas,
Véchen dé lâchés, d'enfidellas
E dé politiquas judas.
Ah ! couma es granda ta coulera ,
Quand la nacioun, nostra mèra.
Din sous enfans trova d'ingrats!

L'orné, sus quaou lou bonur roda,
Tout couma aou lun lou parpayou :
Se dé soun cur té mes défora,
Es indigné dé toun perdou :
Lancés un cop d'iol dé coulèra
Sus l'ingrat que, quand vey soun pèra,
Bira la testa ou lou fuchis,,
E surtout s'a l'âma prou dura
Per lou layssà sans nourritura,
Quand né fay pa faouta à sous chis.
Mais attabé couma chérissés
Lous qu'an soun cur dessus la man,
Qué per randré dé bons servicés
Ranvoyou pas aou lendéman!
Aymés lou qué dé sa despoya
Daou paouré fay souven la joya,
Que dé soun pan lou fay soupà,
Qu'es lou mentor de la jouynessa.
Las béquïas de la vieyessa
E l'ïol d'aquel que yé vey pa.

Oh! couma siès coutenta et fiera
D'aquel qu'oublida pa lous sious,
Et que toujour, din sa prièra,
Prégua per lous mors et lous vious ;
D'aquel que dé bon ïol régarda
Lou paouré, à quaou douna una yarda,
Que sus las plaguas met lous dés !
Mais la coulera té transporta
Quand lou riché, davan sa porta,
Dis as paourés: « Y'avès parés , »
Ta joya es may que légitima
Quand, per un service randut,
Un paouré malérous s'escrima
Per té voudré pagà tribut,
E quand un bon amie counsolà
Un afflijat que se dézola
E yé fay trouva lou répaou;
Mais siès fossa pu réjouïda
D'aquel que la charitat guida
E que rand lou ben per lou maou !

Sus toun aoutel, fia célesta,
Réçap mous poètiquas douns,
E fay brïa dessus ma testa
Lou pu poulit dé tous rayouns.
T'aymé, car dé Diou siés l'ouvragé ,
Siès lou countentamen daou sage ,
Lou déouté que pagua un bon cur
E lou pavïoun qu'on rémarqua
Aou bout de l'aoubré dé la barqua
Que mena aou suprêmé bonur.

.

samedi 13 juin 2009

Joseph Désanat : La Tarasque, un mythe populaire provençal

.
Joseph Désanat, né à Tarascon en 1796, n'est plus à présenter tant son oeuvre pour le parlé provençal maritime est importante, son journal : BOUIL-ABAISSO écrit en vers, Lou troubadour natiounaou... sont les pièces maitresses de sa production.
Le texte que nous vous proposons aujourd'hui est tiré d'une plaquette de 1846 appelée
Coursos - La Tarasquo- & jocs fouda per lou Rey Réné (patois de Tarascon) ! Edité chez Garcin Place Royale Arles. La Tarasque est l'emblème de Tarascon : cliquez ici pour en savoir plus


La Tarasquo

Un moundé afurouna, pamen desboucho en masso ,
Dé chasqué travéssoun, à bouedré se ramasse,
Fénestros, tooulliés, bancs et balcouns principaous
Sonn garnis coumo dé rampaous.

Taou que dé galoupa poou pas ben se permétré
Soou choousi prudanmen un abri per se métré ,
Leïsso oou pus desglaya, voulountous, dégourdi,
Dé faire soun Miqueou-l'hardi.

Car soou qu'aquéli jocs d'usagé soun pas tëndre.
Cépandan uno voix dé yeun se faï ëntendre ,
Es la prouclamatioun qu'anounço eis estrangiés ,
Aquéli qu'an poou deis dangiés :

Q'oonran à s'escarta dé distanço éloignado ,
Ou. si noun pourrien ben gagna caouquo cougnado !
Car lou gouvernamen, aqueou jour, dé l'endré ,
Eis Tarascaîrés ven dé dré.

Que se caouqun réçaou dé chéchi per mégardo ,
Ma fé tant pis per cou : taou qu'à dé maou lou gardou,
Et n'oourié pas lou dré d'ëntënta dé proucès
Quand même yaguessé décès.

Aqnel avis doou Mairo , oou son dé la troumpéto,
En toutis leis cantouns doou pays sé répéto :
Dé l'avertissamen chascun faî soun proufié.
Quand oou tour d'un crano estafié,

Jouïné home ben planta, Iou plus beou dé la troupo,
Tout un public curious faî grand roun et sé groupe
Per lou veîré jouga d'un long bos mistoulin
Que viro en l'air coumo un moulin.

L'espétatour ravi l'admiro et s'intéresso
À seis tours que soun, fa d'uno incrouyabio adresso,
Sa Piquo artistamen vous la faî réboumba
Dins leis airs senso la toumba.

Mies qu'un tambour-major adré, plen dé maliços,
La récasso et l'ënmando oou niveou deis toulissos,
Et lou poplé counlen aplooudi tour-à-tour
L'habilé et surprénen actour.

Tout d'un coou lou Drapeozi se despluguo et floutége
Dins lis évoulutiouns sa sédo que pétégeo
Bouffo su l'assemblado un piebot vëntioun :
Anen veïré un échantiomi.

Dé soun agilita, quand ver lou ciel l'abrivo,
Et sa poumo ploumbado'en fouguégen arrivo
Coume un uyaou , diria qu'es un voon dé pigeouns
Que d'amoundaou fan leis ploujouns.

Quan l'a proun en tout sens rélança din l'espaço,
A l'ëntour de soun couï viro, passo et répasso ,
Oou son d'un rataplan qué yé marquo Ion toun,
S'agito coume un foulétoun.

______

Maï chascun s'esbigno et descampo ,
Car la Tarasquo a pas la rampo.
Anounçoun que van l'atuba,
Vélaqui que vaï donna barro,
Lardoun la fusado à sa narro
Per ordré doou mestré Labat.
Diria que Ion diable es per orto ,
Et ce qué lia dé bon véraï,
Aqueou que la pétocho ëmporto
Mesclo la vitesse à l'estraï :
Dessu la plaço ëngavachado ,
Van veïré uno bello esquichado.

Oou grand countenlamen dé la réunioun
Proumpt coumo un vira-d'yu la mècho alors s'alumo,
Tout chivalier brian aganto un manioun
L'ëmportoun oou galop loougier coumo uno plumo ;
Tandis que veu paysans din soun ventre escoundu,
Gourroan à l'unissoun , et sa pougno assurado
Dirigeo l'animaoou, d'aoutré ben entendu,
An l'hounour d'estré aqui chivaliers dé parado.

Lou tambour leis excito ém'un long roulamen.
Garo..... garo davan, veici Ion tramblamen.
Régarda la foulo animado,
Fournëguié clafi de fumado
Dé dons énorme serpanteous
Qu'espousquouu senso se desfaïré ;
Elle cour tau que n'ën poou faïré ,
A drécho, à gaoucho et dé canteous „
Aques'yé dérabo uno bano
Et se saoïivo d'un pas couchous ,
Un aoutré barrulo et débano
Eis peds d'un groupe entrépachous.
Tout s'ëntréchoquo , tout s'ëntravo
Davan l'aninaou qué leis bravo.

Malhur eis estourdis qa'oou plus for dé l'actioun
Fan trop seis vergalans en faço deis fusados ,
Sé n'an pas près d'avanço un poou dé précoutiouns,
A l'escar fayen miés dé douna d'espinchados,
Se noun pourrien leissa lou quieou deis pantalouns,
Ren leis 'garantira deis poudrousos béluguo,
Quand même lévarien lestamen leis talouns,
En fasen seis countours la quo leis amaluguo ;
Es ben eiza pourtan dé se n'en douna sieun .
En resten soulamen à cinq ou sieï pas yeun.
Maï se bidorso ën sens inverse,
Toumbo , cbooupino, boulouverso,
Leis champiouns même leis plus forts ,
D'ou momen que leis boussouculo, ,
Quand oourien leis bras d'un herculo,
Vous leis terrasso senso esfors.

Se prouvoquoun uno batesto ,
Per elli ya ren à gagna,
Lou nervi dé bioou lois arresto ,
Se piei leis vésoun encagna ,
La riséyo es pas négligeado ,

Et deis espectatours altiren leis regards ,
Dévènoun lou jougué dé la foulo impourtuno,
Hor, leis farçurs per eou moustraran maï d'égards
Se présënto bon corps à marrido fourtuno ,
Si noun dé sa persouno alors s'empararan ;
Juste din lou moumen que la Tarasquo chaoumo,
En lou fasen soouta coumo un caramentran ,
Jougaran dé soun corp pire que d'uno paoumo ,
Prouvaran qu'esl'tfsagé, aqui coumo pertout,
Qué quoou se facho trop, proun souven paguo tout.

Enfin, vaqui courso talo ,
Ooutan conmiquo que brutale ,
Qu'an pas pousqu faire abouli
Din ges dé réviro minagé :
Car lou siècle doou mouyen-âgé,
N'envënté ren dé tan pouli
Et se quoqu'un dit qu'estravagué ,
D'ou countrari s'assurara,
Per Pandécousto, que yé-vagué ,
Quand l'oura visto cantara :
Lagadigadeou, la Tarasquo,
Leissa passa la viéyo masquo

-0-0-0-0-0-

.

vendredi 12 juin 2009

Alphonse Roque-Ferrier

.
Alphonse Roque-Ferrier (1844-1907), en lui une partie essentielle de la vie intellectuelle Néo-Romane de Montpellier au XIXème.
Les deux textes ci-dessous sont ses traits de caractères : fougueux, grandiloquents & ... poétiques. Il fut de toutes les initiatives, politiques, littéraires, sociales . Il contribua à faire de Montpellier un vrai centre culturel pour le languedocien. Il sut collecter, mais aussi transmettre & sauvegarder des oeuvres marginales en terme de quantité (cas Guiraldenc).
On ressent malgré tout, en lui, ce complexe d'infériorité vis à vis de l'âge d'Or Provençal, cette volonté d'au moins égaler, voire de dépasser "l'autre man dau Ròse"... Voilà deux textes, les premiers d'une longue série...


L'IDEIA MOUNT-PELIEIRENCA

Felibres, souldats, capelans, gents de traval, de sciença ou de pecugna (1), se voulès que Mount-Pelié mounte au pountéficat (2) de la gloria, demandas dins lous journals, à la Cambra e dins lous Counsels publics, demandas pertout :
- Que nosta vila âge soun port sus la mar,
- Que lou canau dau Rosé bagne la Citadela,
- Que lou de Riquet vengue un jour ribejar lou mas de las Pradarenas ou sous entours.

E se sès escoutats, las gents de Mount-Peliè auran lou pan e lou coutel, la fourtuna et lou renoum :
Faran passa jout sous oustaus tout ça que, de Russia, de Poulougna, de Prussa. d'Angla-Terra, de Suèda ou de Belgica, s'en anara vers la Mar Mie-terrano, vers l'Africa e las Indas : tout ça que, de la China, de !as Indas anglesas ou francesas ; de la Persa, de l'Arabia et de Roumania, voudrià gagnar l'Aucéan e la mar dau Nord.

Mount-Peliè série dau cop la vila-reina dau Miejour, e milhou que Marselha ou que Barcelouna, la testa de las naciouns latinas de l'Aucident !

-°-°-°-°-



LOU VERDOUN CANTANT

I' avié dins lou pin, sus lou bord de l'aiga,
Un verdoun cantant de l'aubo à l'ahour (4),
E venien l'ausir à pouncha de jour
Gents de Vilanova e de Valeraiga
De Mount-Peliè, d'Arle e de Mount-majour !

Un cassaire fer (5), embé sa balesta (6),
Tuet lou verdoun, au sourel toumbant,
E lou regisclet de soun pichot sang
Escriguet sa gesta (7)
Dessus lou roucàs que barra l'estanc,
Embé la douçour de soun paraulant
E lou gent renoum qu'ara soulet n'esta ! (8)

Cassaire michant, se t'avien coupât
La man que tuet l'aucel bresilhaire.
Soulide, aurien pas punit la mitat
Dau mau qu'as ourdit, dau tort qu'as causat
Au païs ount flaire
L'audour de sa vida e de soun cantar !



(1) Pécune, argent. -- (2) Apogée.
(3) Verdier. — (4) Crépuscule. —
(5) Sauvage. -- (6) Arbalète.
(7) Sa geste. --(8) La seule chose qui reste de lui
.

jeudi 11 juin 2009

Mr De Margon : A GUIHÈN BONAPARTE-WYSE : 2 poèmes dédiés (Languedoc)

.
William BONAPARTE-WYSE, descendant par sa mère de la famille Bonaparte par Lucien, frère de l'empereur, il est d'origine irlandaise par son père. Ami de Mistral, mainteneur du Félibrige par bien des facettes, il fut le chouchou, du midi littéraire de cette époque. Les languedociens avait une réelle affection pour lui. Ci dessous deux exemples de poésies dédiées & publiées.

Monsieur De Margon au célèbre Félibre Irlandais dédia ces vers... dans son anthologie. Poète peu connu, Mr de Margon écrit dans le parlé de Pézénas. Margon est un jolie village entre Roujan & Pézénas, dans le Languedoc viticole.


A Wiliam Wyse, al felibre
Harmonious, franc, fier e libre!
Sous cants, sempre efans d'estrambor,
Boumbissou 'n gisclan de soun cor.
Que cante sa bello adourado,
Sa grando ardento espelhandrado
Que plouro joust soun arpo d'or,
Ou la Poulougno encabestrado
Joust la pougno forto e sarrado
Dal rude emperaire del Nord ;
Que cante lou gaud, la jonvenso,
Ou lou soulel de la Prouvenso,
Ou las caressos de l'amour,
Toujour sa pouesio es bello
E restountis amb' esplendour.
Lou pioch nud coumo la pradèlo,
Coumo las joios, las douions,
Las espignos coumo las flous,
E la nibou coumo l'estello,
Dins soun rithme ardent e courons,
Tout se fo causo encantarello
Coumo sous bèls Parpalhous blus,
E pertout, pouèto, illumino,
De sous rais et de sous belus,
Toutos las draios ount camino.

& Paul Chassary poursuit par des voeux de bonne année... au célèbre irlandais de Provence. Paul Chassary, professeur à l'Ecole Normale, membre de l'Académie des sciences et lettres de Montpellier, il fut un des grands de renaissance intellectuelle du Montpellier de l'âge d'or du félibrige.
Son texte est écrit en provençal & non en languedocien de Montpellier, si caractéristique...


A GUIHÈN BONAPARTE-WYSE - AU ROUMIÉU DOU SOULÈU

Souvèt de bono annado

Helios, Sol, Soulèu, dòu mounde la grande amo,
Source unenco de lus, de calour e de flarao;
Rajòu universau e de vido e d'alen,

Dieu adoura di fort, di fier e di valent,

Sus toun Roumiéu fldèu, lou Troubaire di Piado,

Vuejo tirai, tiflò e tis escandihado!


Courouno soun front blanc de milo rebat d'or,

Cremo soun pies d'amour, de gau e d'estrambord !

Longo-mai enlusis soun auto pouësio
Pèr sèmpre embarluga Clapàs, Arle e Marsiho !

Empuro dins soun cor de nouvellis ardour,
Fai-lou rèi di fenat, di fou, di troubadour!
Boufo-ié chasque jour, quand ta courso acoumènço,

De cant per Lengadò, Catalougno, Prouvènço !

E largo-ie sens fin, Soubeiran-Magistrau,
Lou renoum qu'an agu Shakespeare, Hugo, Mistrau !

.

mercredi 10 juin 2009

Aimat Agussol : LAS QUATRE SESOUS EN RIBAS D'ERAU

Poète "localiste" & employé de commerce, Aimat Agussol (1875-1907) est de St André de Sangonis (34) . Aux dires de ses contemporains, il fut une sorte de renouveau dans la poésie du Languedoc oriental (région Montpellier Sète Lodève). Il cultiva son art avec ses mots, celui de son village qu'il ne quitta que très rarement. Il fut remarqué par Roque-Ferrier lors d'une félibrée & collabora avec ce félibrige montpelliérain au sommet de son art & de sa production... Il avait une façon toute particulière de déclamer ses poésies.
Il nous laisse un recueil Vieuletas d'Erau, d'où vient le poéme de ce jour ainsi que diverses contributions à des Almanach... locaux.




LAS QUATRE SESOUS EN RIBAS D'ERAU

PER L'AMIC A. DE LAVERONA


Ai Printems

Lou rasin escapa e l'ouliviè bruma
Dins la plana verda ount lou sourel ris ;

Tout per lou campestre, ambe gaud, ûouris
Dins un dous perfum que se regouluma.

Loung dai rec d'argent, lou menut mousquet,,
Dins un gros bertàs, o mes sa nisada,
E l'aucel, erous de chaca becada,
A chaca pichot baila soun pauquet.

l'o pas un niboul sus nosta campagna...
Se vei pas, amount, que lou grand mantel
Qu'espandis soun plec d'azur, dins lou ciel,
Dai coulet daurat jusqu'à la mountagna.

E, dins lou ciel blu escalou lous cants
Dai païsanet drech e soun araire ;
E, joust lou sourel que plòu de tout caire,
Lou Printems e Mai trepou dins lous camps....


En Estieu,

Lou rasinet pencha à sa vise mola,
Soun pichot grun vert o crescut un pau,
Per el, i'o pas pus pausa ni repau,
E lou plour de l'Auba, à sa pel, regola.

Lou blat trefoulis, dins sa rauba d'or,
D'un tramblun d'amour dai vent que lou bressa ;
Lou sourel de jun d'un rai lou travessa,
Per l'amadurà, doubla d'espefort.

E, zam-zam-zam-zam, la cigala bruna
Sega, sega, sega, un cant de nòu jours ;
E, vespre falit, lous grils d'alentours
Fou sous cri-cri-cris d'aubada à la luna.

Dins lous valats blus, lou blu firmament
Miralha, ufanous, sa capa poulida ;
Trauquant l'ounda, on vei l'estela benida
Jougà sus roquets soun tintilhament..


Dins l'Autouna

Lou blat es segat, las garbas caucadas,
Déjà lous voulams penchats ai clavel,
E n'i'o tant e tant de bel gro roussel
Que s'en comta pas las plenas sacadas.

De long das camis, jouves e garçous,
Rouges de plasé, toutes vergougnouses,
Venou per culi lous rasins moustouses
E l'amoura negra, en miech das bouissous.

0 te saludam, amourousa Autouna,
Tu que fas madu lou crentous rasin! !
Sus gruns amagats, as pausat enfin,
Ambé tout toun cor, ta cauda poutouna.

Dins lous camps, pertout se canta, se ris ;
Es que giscla alor la grapa sacrada :
Lèu, dins lou vaissel, l'aurem embarrada
L'amiga licou de lou que soufris.

loi, mai que jamai, poulit vendémiaire,
Fai tout ressoundi de tous ers d'amour !
Lou tenus de vendemia es souvent pla court,
Tout cop, s'esvalis dins un vent bramaire...


L'Hiver

E lou vent bramaire o, lèu, despoulhat
La paura souqueta ara vendemiada,
Que «Bostra ai boun Dieu sa capa chaplada
E lagrema à l'iol demanda pietat.

Ara lou sourel caufa pas qu'à miechas
E lous viels, jalach, cercou lous abrich...
Cigalas e grils se sou endourmich...
E degus sap pas ounte sou sas crechas...

Mais toujour, toujour, maugrat frech e nèu,
Amai lou tarrau balacbe la touna,
Toujour moun païs garda la poutouna
D'un raioun galoi que foundro lou gèu.

.

lundi 8 juin 2009

E. Aberlenc : LA PICHOTO CAMPANO - recueil Las CEVENOLOS - 1893

"Ernest Aberlenc, né à Saint-Julien-de-Valgalgues. Mort à Valiguières. Prêtre, 1871. Disciple du marquis de La Fare-Alais. Lauréat de la Soc. Arch. Litt. Béziers 1873. Rallié au Félibrige mais indépendant. Non d’accord avec les félibres rhodaniens sur la graphie et l’orientation du mouvement félibréen.
Il estimait ne pouvoir défendre l’hérésie albigeoise. Il préconisa l’utilisation de la langue d’oc pour la propagande religieuse.

Oeuvre :
L’Auboi de Calendo, cantique cévenol,1882 ; Pouësìo Lengadouciano, dialecte d’Alais,1892 ; Las Cevenolos, 1893 son oeuvre principale ; Lous Gardous, poème cévenol, 1888.
Collaborations : Armagna cevenou , Armana de Lengadò, Armana Prouvençau." fin de citation, éléments produits par Ive Gourgaud Ed. Aigo Vivo. Avec nos remerciements.

Il est à noter l'utilisation du mot Alès, dès 1885, au lieu d'Alais en usance alors, terme qui deviendra le nom de la ville au XXème siècle.


LA PICHOTO CAMPANO
(Dialeite d'Alès)

Escoutas-me, gents de la piano,
Dau serre emai dau pu linen mas !
Ieu sieu la pichoto campano
De Sant-Alari-de-Bremas.

M'apele Jano-Mario ; pese
Tres gros quintaus e lou pessu ;
I'a be trento ans toutaro, crese,
Qu'en Alès, enco de moussu
Baudouin. fil, abile foundeire,
Lou mounde, un jour, venguet me veire
Coumo un poulet jouine espeli,
Franco dau monie e de la crasso,
Novo, puro coumo uno glaço
Qne res encaro a pas sanlit.

Pièi, me pourtèrou. sus un chàrri
Dins lou vilage mounté sièi,
E lou pople de Sant-Alàri
Dius la glèiso s'acampèt pièi
A moun entour, un jour de fèsto.
Capelans, clercs, cmai lou rèsto
Venguèrou lèu de Sant-Cristôu,
Benobre, Mouns, Alès, Mejano,
Per nie veire, bello campano
An brounzc clar e flame-nòu.

S'avias vist ! ère tant poulido
Dins mous abits d'or tout floucats,
La dentèlo blanco e flourido,
Lous bouquets de flous estacats,
Que quand lou pretro lue signavo,
D'un dous encens me perfumavo,
E de sa man me bcnissiè,
La foulo alor n'ero estasiado,
E dius la glèiso coumoulado
Murmur de joio s'ausissiè..

Lou capelan dins sa prièro
Me disiè : « Sono per toun Dieu,
E per lou ciel e per la terro,
E per lou mort e per lou vieu.

Esvarto liuèn de l'encountrado
Lou marrit temp e la trounado,
L'inoundacieu, l'aire gastat,
Lou nivoulun de la tempèsto,
Lou colerà, l'irèjo pèsto ;
Casso lou mau de tout coustat.

Dins toun clouchiè, diguèt encaro,
Coumplis toun obro e ta missieu ;
Au dous balan de ta voués claro
Acampo l'ome, ivèr, estiéu,
Per la prièro e per l'oufice,
Per lou devé, lou sacrifice,
E per tout ço que i'a de mièl ;
Siègo uno troumpeto fidèlo,
Sèr et matì brounzino, apèlo,
A las amos parlo dau cièl. »

Despièi lou jour que sièi estado,
Segound l'usage catoulic,
Das dets dau prètro counsacrado,
Sone lou sèr à jour falit,
Lou matì, quand l'aubo pounchejo,
E pièi quand Iou sourel fouguejo,
Lou mai, à l'ouro de miejour.
Sone en tout temp e per tout age,
Per l'enterrado e lou mariage,
E per lou dòu e per l'amour.

Drinde souvent, mé ma vouès santo
Que semblo un brut de paradis,
Quàsi dengus l'ausis quand canto,
E n'i a mai d'un que la maudis.
Es rare, quand l'angelus pico,
De veire uno amo catoulico,
De-long dau cami peirous,
Clenà lou front de-vers la tèrro,
O be per dire sa prièro
Faire lou sinne de la crous.

Embé las campanos vesinos,
Per poudre mièl nous counsoulà,
A travès planos e coulinos
D'aici, d'ailai savèm parla :
— « De-qué fas, poulido campano ?
Me dis un jour la de Mejano,
Despiéi long-temp t'ausisse plus !
Brounzino ferme dins l'espaço !
Es vergougno, quand lou trin passo,
Que fague mai' de brut que tus.

Un autre jour la de Benobre
Subran me revelho un matì,
En me cridant : « Ardit, fulobre !
Fai-nous un pauc mai resclantì

Ta voues qu'es sempre claro et lindo,
Toun cant que coumo l'argent drindo,
E que pertout rend l'ome gai.
Per lou mounde que se fai orre
Fan mescla nosto voués, ma sorre :
Canto, embé tus ieu cantarai. »

— De-qué fas, aro, que siès mudo ?
Me dis pièi la de Sant-Cristòu ;
Cade jour ma voués te saludo...
Dises pas res ! as saiqué pou !
Anem, aigrejo-te, couquino !
Sono à balan, canto, brounzino
Amount, dins tou clouchiè quilhat !
Fau pas que digou que siès morto,
Que toun curat barrant sa porto
S'envai e te fai rouvilhà.

Lou lendeman ausisse encaro
Moun fraire d'Alès, lou bourdoun,
Que crido : « Sorre, garo, garo!
Crese que fougnes... de-qu'as dounc? »
Alor de pou que siègue sourdo
Fai resaountì sa voués qu'ensourdo,
Bramo sens saupre ço que vòu,
E pièi lou païsan que passo
Demande en fasent la grimaço :
« En Alès de-qué i'a de nòu ?

Ai pas la talho de moun fraire
Ni soun alé tant pouderous,
Mè pamens mai que pese gaire,
Ai lou soun clar, armounious,
E quand me brandon lou dimenche,
La fenno lèu laissant la penche,
Que siègue à La Jasso, à Larnà,
Dis alor à soun oustalado :
Per la messo fan la sonnado,
Despachem-nous que fau i'anà !

l'a vingt ans, en temp de misèro,
De gents, per apara l'ounou
De nosto Franco qu'èro en guèrro,
Vouliéu dé ieu faire un canou.
Voulièu que dau clouchiè toumbèsse
E que moun brounze brusiguèsse
Contro la Prusso e boumians sous ;
Mè vivo Dieu ! m'an pas toucado,
E sièi encaro, amount, penjado
Liuèn de las bandos das Prussians.

Sa quauque jour avièu l'envejo
Tournamai de me davalà,
Vautres qu'avès pas l'amo frejo,
Bos catoulis, fau lus parlà.

Digas-lus : « Pas de badinado !
Per anounça nosto assemblado,
Vejam, de-que nous balharias ?...
Un pairòu rout, uno sounalho,
Uno crecèlho que cascalho
O quauco palo que fàrias ?

Es egau, que jamai l'avèngue
De voudre quicon estrassà !
Pople raiòu, que te souvèngue
Quouro que siègue, de laissà
Sempre à soun brus l'issam d'abelho,
La bèllo flou que se sourelho
Sus soun bartas verd, agradieu :
As gais aucèls das champs las granos,
E dins lous clouchiès las campanos
Que soun lous anges dau bon Dieu
.


Agoust 1885


.

dimanche 7 juin 2009

LOUIS-DIOGÈNE GUIRALDENC il y a 140 ans, poète montpelliérain

.
A. Roque Ferrier grand connaisseur & mainteneur des choses du terroir clapasien introduit ce poète, mort très jeune. Il nous l'offre comme une gloire de la poésie languedocienne du XIXème à travers lui nous allons débuter un cycle spécial sur 19 ème montpelliérain tout au long de ce mois. Mais laissons la parole à A Roque-Ferrier pour les présentations, puis suivra une des 12 oeuvres de Guiraldenc, en "lenga nostra" : je cite "

LOUIS-DIOGÈNE GUIRALDENC : SA VIE ET SES POÉSIES LANGUEDOCIENNES ET FRANÇAISES

Celui dont on lira plus loin les poésies languedociennes est mort à Montpellier, le 23 octobre 1869, sans que personne, sauf peut-être deux ou trois amis, se soit douté de la perte que la philologie et la littérature des idiomes méridionaux faisaient en lui. Rien de plus triste, de plus navrant moine, que l'existence du pauvre poète: « Diogène Guiraldenc, veut bien me dire M. Barthélémy Martin, dans une note biographique dont je reproduis les lignes émues, naquit à Montpellier le 1er novembre 1840, dans une maison de la rue Argenterie, du mariage de Jean-François Guiraldenc, ancien sous-officier du-génie; plus tard petit marchand épicier, et de Marie-Marguerite-Josephine Couilougnion. La mort de son père le laissa presque sans ressources à l'age de onze ans. La mère du poète était une chétive créature, incapable de continuer les affaires de son mari et même de gagner sa vie de toute autre manière, elle se résignant à la misère.
La jeunesse de notre poète avait cependant résisté aux commencements de la maladie dont était atteint. Il se rétablit même assez bien, et se contenta de ses leçons jusqu'en 1863. A cette époque, voulant sortir d'une situation en somme fort précaire, il eut l'idée d'entrer dans l'administration des douanes, concourut heureusement et, après deux ans de surnuméradat (Ier février 1863-1°'' février 1865), fut nommé commis aux Peschiers (direction de Toulon). Le jour de cette nomination impatiemment attendue fut un jour de bonheur pour le fils et la mère, mais il devait rester sans lendemain . . Par une étrange fatalité, on persuada à Mme veuve Guiraldenc que le climat dés Peschiers serait contraire à la santé de son enfant et qu'il y succomberait infailliblement. Rien ne put vaincre ses aveugles terreurs. Guiraldenc, comprenant que la vie de sa mère dépendait de la résolution qu'il prendrait, donna sa démission.
C'étaient deux années perdues et une nouvelle carrière à trouver. Guiraldenc, âgé de vingt-cinq ans, ne savait quelle voie prendre. Pendant deux autres années, il végète, poussé vers des côtés divers par les personnes qui s'intéressent à lui. C'est ainsi qu'il traverse les bureaux du trésorier-payeur de l'Hérault, puis ceux delà maison de banque Tissié-Sirrus , où il devait rencontrer en M. Couiet le dernier contemporain de l'école de Tandon et des frères Rigaud. Il devint ensuite préparateur de M. Béchamp, alors professeur de chimie à la Faculté des sciences, et enfin secrétaire de M. Belin, professeur de rhétorique au lycée de Montpellier. Grâce à l'affectueuse bonté de M. Belin, Guiraldenc, qui se trouvait d'ailleurs dans le milieu qui lui convenait, reprit un peu confiance; mais ses espérances devaient être bientôt brisées. M. Belin mourait au mois de juin 1868, et le malheureux jeune homme resta de nouveau sans position et sans appui.
Un des meilleurs amis de ce maître regretté, M. Cambouliù, alors dans tout l'éclat de son enseignement à la Faculté des lettres de Montpellier, eut pitié de l'infortuné Guiraldenc et voulut se l'attacher en qualité de secrétaire. Le brillant professeur venait de fonder la Société pour l'étude des langues romanes, et il en espérait les meilleurs fruits. Guiraldenc se promettait également d'y trouver des éléments d'étude et de succès, lorsque la mort en décida d'une autre façon, aussi bien pour le maître que pour l'élève. Cambouliù tomba malade, et son état eut bientôt un tel caractère de gravité que Guiraldenc ne s'illusionna pas longtemps sur le nouveau coup qui allait le frapper. La mesure de ses déboires était désormais comblée : le mal qui le minait fit de rapides progrès, et il s'éteignit le 23 octobre 1869, à l'âge de vingt-neuf ans ). M. Cambouliù ne lui survécut que trois jours. La pauvre mère de Guiraldenc traîna, pendant près de deux ans, la plus douloureuse des existences, et ce fut dans un état de profonde misère qu'elle succomba à son tour, le 14 juillet 1871. »
L'existence de Guiraldenc fut donc faite tout entière de dévouement. filial, de sacrifice obscur et d'honnêteté. Ses poésies ne démentent rien des indications que M. Martin a bien voulu nous donner. Le cahier cartonné qui nous les a conservées est un in-8° de quatre-vingt-quatorze feuillets, à l'écriture fine, allongée, presque féminine, assez souvent semée de distractions de copie et d'involontaires fautes orthographiques. Point de titre. L'auteur, qui en cherchait un sans doute, a laissé pour lui sa première page à demi-blanche. Les poésies françaises sont au nombre de quarante-trois, et celles en montpelliérain de douze. Deux poésies latines et une pièce allemande attestent, en outre, l'étendue des connaissances linguistiques de Guiraldenc. L'inhumation eut lieu te 24 octobre 1869, au cimetière St-Lazare, n°1325,section R. S., n° 83.
" (Fin de citation).


A LA MOUNT-PELIEIRENCA


Soun friaudetas, soun propretas,
Las filhetas de Mount-peliè.


Filha de Mount-peliè,
A tus moun aumenage,
Mais me farà soufrage
S'à tus n'es pas pariè,
Se ma voues pot pas dire
couma t'aime, couma t'amire,
Couma de tus soui enclausit,
Entre que t'ai vist o ausit.

Las plumas das pavous,
Plenas de pampalhetas;
Tout l'or qu'à sas aletas
Portoun Ious parpalhous ;
La rosa tant aimada
Per sa fiolha embaumada,
Embé sa frescou dau matì,
De te veire podoun pati.

De que soun las bèutats
De las autras countradas ?
Jasiola, Arlesa, fadas,
Van be à tous coustats ;
Mais sies pus poulideta,.
Mais sies pus friandeta

Embé ton cors au molle fach,
Toun bèu cors pus blanc que lou lach.

Antau espeliguet
Dau dieu d'Amour la maire,
Quand la mar, per la traire
Au sòu, l'escoupiguet.
Amai, dins sa prestença,
leu n'ai pas la cresença
Que la dieussa agandissiè
A toun ped, ni mai quau que siè.

Atabé s'au Peirou,
Ou dessus l'Esplanada,
Te passeges parada,
Ta vista t'ai furou.
Lou.castel, las aleias,
Dau cop d'iol las mervelhas,
Aubres, pradets, me tocoun pau ;
Es tus toujour, tus que ie cau.

E quand, au bord dau Les
Mirgalhat de flouretas,
T'en vas, emb d'amiguetas,
Baroullà quauquas fes,
Dau rieu tu sies la fada
Lesta, escarrabilhada,
Que ven, per passa un moument,
Jougà dins l'aiga e dins lou vent.

Creada per l'amour,
Per l'amour acoutida,
Tant urousa es ta vida,
Que l'envege à moun tour.
Oi, ta bella persouna
Emporta la couronna
D'inmourtela amai de lauriè,
Car fas l'ounou de Mount-pelié.


samedi 6 juin 2009

Un jardin "Prouvençau" extraordinaire

Le quotidien, la banalité est l'âme de notre vie.
Ce fil conducteur de la succession des jours peut être extraordinaire. Notre ami Dimitri Melissas nous le disait, voire nous recommandait dans un des premiers textes de Marsyas2, d'être extraordinaire...
J'ai trouvé, en cherchant, quelque choses d'extraordinaire : un jardin provençal. Michelle Craponne cultive dans les deux sens du terme la tradition de l' "hort"... Pour bien faire elle désigne tous cela en français et en "lengo nostro".
Pour vous rendre mieux compte de l'unvers qu'elle a crée , il faut cliquer pour agrandir chaque photo et voir apparaitre le nom de chaque plante en français & en provençal... Le provençal par son esprit savoureux & métaphorique donne à certaines plantes que même l'esprit le plus créatif aurait eu du mal à le concevoir. F Mistral disait: Li aubre li mai founs soun li que mounton aut…, ce jardin nous envoie très loin dans nos traditions, mais aussi dans notre futur de résidant de la terre


Quelques vues d'ensemble puis les détails ( double cliquez sur chaque photo pour les agrandir ) :

Rocambolo & Baussemino
Férigoulo badasso & badassoun serpoulMenugueto o Erbo di cat
Verbouisset & Poudagro
Tanarido & Aussent
Menugueto (détail)
Grano de Boudin
CebouletoFenoui
Ancoues
Farinello


.