vendredi 30 décembre 2011

Nicola Dal Falco : Fezzanese ed altro ...

.





Fezzanese



sotto il riparo

collo di giraffa
cuore di gazzella

sottile ha il collo
come il tronco
dell’acacia

dal lobo
alla spalla
c’è la distanza
di due stelle

collo di giraffa
cuore di gazzella

all’ombra dell’acacia
più chiara
è la notte


uan amil


*+*+*


Sia lode

Sia lode
al petto dell’allodola,
al fiore di sabbia
che il vento ha sillabato,
pochi gradini mi separano
dal dorso della duna,
qualche pollice appena,
il tempo di un versetto:
sia lode a Dio…




*+*+*




benedetto

benedetto
è il vento
sulla duna

scende e modella
parole e abbracci


Erg di Ubari






*+*+*


IGAHAN

pagina di sabbia
pollici girati
per sentieri
di scorpioni
e di effemeridi

ho letto
ho visto
i fuochi e le lune
scritte in fondo
al cuore
sul ciglio
della pista


Acacus


*+*+*



TAKLI,
TAKLI!

l’orizzonte
è a un passo

un nulla solido
come la piana
il cielo impervio
del suo sguardo

a oriente
dei giorni



Garama



*+*+*





tette di cagna
cagna celeste
che corre
nel cerchio della notte
nel cerchio d’ombre
intorno al fuoco

al suo capezzolo
duro di latte
dolce di mandorle
vorrei sostare
succhiare il latte
dal cielo e poi
riposare


Messak Mellet


*+*+*



la luna
come la bocca
dell’assetato

morsa a metà

svuotata di baci




.

mercredi 28 décembre 2011

Peireto Berengier : Lou tresor di mot de la boulenjarié

.




Lou tresor di mot de la boulenjarié



Fai quàuquis annado, lou majourau Bernat Giely nous avié regala d’un rouman qu’avié pèr titre « Fiò de bos », rouman que ligavo li fournié e li « harki ». Felen de fournié que felen de fournié, noste majourau poudié pas tout saupre dóu parla dóu mestié. Autambèn avié travaia, travaia…

Despièi, countùnio de travaia que beilejo lou Counsèu de l’Escrit Mistralen pèr adouba e coumpleta lou TDF. Vuei, ligo pèr nautre lou travai de « Fiò de Bos » e aqueste travai de leissicougrafe e nous pourgis « Lou tresor di mot de la boulenjarié ».

Quau vous a pas di qu’aquéu « pichot diciounàri », fai pamens si 164 pajo ! 114 pèr lou diciounàri éu-meme, pièi un vintenau de pajo pèr li prouvèrbi e lis espressioun liga au pan, e enfin un tretenau d’autro pèr li tèste mounte Mistral parlo de pan ! Un oubrage requist, un oubrage de beneditin coume d’acoustumado.

Lou majourau Giely nous proumés d’àutri diciounàri de la memo meno, proun que cade especialisto se cargue dóu diciounàri relatiéu à soun mestié vo à sa passioun. Es lou C.i .e.l d’Oc qu’edito aquelo tiero mounte trouban peréu lou proumié tome de la gramatico prouvençalo dóu meme autour (tome relatiéu i letro). Esperan dins gaire lou segound sus lis ajeitiéu, e countùnio que countuniaras, auren tout ço que fau pèr plus escarni nosto lengo en la trop franchimandejant…

Peireto Berengier


Lou diciounàri costo 5 € e se n’en voulès pourgi un à voste boulengié, lou segound es qu’à 2 €.
C.I.E.L d’Oc, 3 pl. Joffre, 13300 Berre-l’Etang.
http ://www.cieldoc.com



.

samedi 24 décembre 2011

J.E. Castelnau : PÈR NADAU - pour Noël - 1884

.


3 premières Photos, ci-dessous, copyright Pierre Madec à retrouver sur
: http://www.provencetraditionsphotos.fr

Photos de la crèche vivante de Mollégès : le 18 décembre dernier


...



PÈR NADAU


A MADAMA E MOUSSU BENOUET-LEENHARDT


Sèn arribats à la fin d'aquel an
Qu'a lach fusa mai d'una ama galoia,
Qu'a fach fugi tant d'espèr, tant de joia,
Jout lou boufet de soun orre espravant.

Prada, castèl, bouscage, oustau, patria,
Coumba, draiôu, mar linda, serre brun,
Oumbra, clartat, an sentit l'amarun
Que lou moustràs de tout caire coungria.

Tambèn, n'i'agut de flous e de ramèus,
Gimblats, macats, enrabala ts pèr orta,
Dins aqueste an que detràs el emporta
Couma un voulur lous trésors subre-bèus !...

Tambèn n'ai vist, aquesta pountannada,
De pôu, au nis, d'aucèls estrementi...
Se quauque cant s'ausissiè resclanti,
Èra lou chot ou la rata-penada.

N'ai vist panli d'estellas au trelus,
E cugà l'iol couma quaucun que fougna;
Pioi tras l'escur la luna, de vergougna,
Càbi soun lum qu'esclairava pas-pus.

N'ai vist secà de fiâmes cacalasses
E regoulà de lagremas au sôu,
As revoulums de coumerce, de dôu,
Qu'an engrunat de gents e d'oustalasses !

Urous aquel que, dejout soun téulat,
Sans escrancà soun cor de malurança,
A sèmpre vist lusi de l'esperança
Lou grand calèu qu'a tout reviscoulat.

Urous aquel que, contra touta espéra,
A vist cremà sa fe couma un flambèu
Davans lou Dieu qu'a trach d'en naut soun flèu,
Pèr esprouvà l'orne subre la terra !

Urousamen qu'au càrri rampelous
Que vai e vèn trepihant nosta vida,
L'ange de pas dins sa man pren la brida
E laissa au sôu de-fes toumbà de flous.

Belèu deman, à l'auba clarinella
Que de rais purs vendran poutounejà,
L'ange amistous farà voulastrejà
Dau grand relarg soun ala blanquinella.

Aquel espèr es assoulaire e bèu!
D'aimà, de creire, es un trésor pèr l'ama,
Un fioc que res n'en damoussa la flama,
Un brout flourit que pendoula au ramèu.

Es lou printèms de l'eternala prada,
La voués divina, au cor, que trefoulis
Pèr faire ausi qu'es au ciel qu'espelis
Lou rai qu'esclaira e Pauba e la vesprada...


*+*+*




MANDADIS
A l'oura que l'ange d'en naut
Cantarà de sa voués clareta,

0 Musa, que me fas tant gau,

Ounte seras, gènta sourreta?


Voudrièi, la vèia de Nadau,

Qu'espeliguèsses, pecaireta !

Au bèu mitan d'aquel oustau,
Entre lou paire e la meireta !


Anen, camina, landa, vai;
Sans te chautà dau frech que fai,

Doubris toun ala, ama galoia,


Pèr escunlà touta la joia

E dounà la felecitat

Embé ta gracia à l'amistat !



24 de Desèmbre de 1884

*+*+*+*+*




POUR NOËL


A MADAME ET MONSIEUR BENOIT-LEENHARDT


Nous sommes arrivés à la fin de cette année — qui
a fait partir plus d'une âme joyeuse, — qui a fait fuir
tant d'espoir, tant de joie, — sous le souffle de l'affreuse
terreur.

Prairie, château, bocage, âtre, patrie, — vallée,
sentier, mer transparente, monts brunis, —ombre,
clarté, ont senti l'amertume — que le monstre a engendré
dans tous les coins.

Aussi y en a-t-il eu des fleurs et des rameaux —
courbés, meurtris, entraînés par les champs, — dans
cette année qui derrière elle emporte — comme un
voleur les trésors les plus beaux !...

Aussi en ai-je vu, dans cet espace de temps, — des
oiseaux tressaillir de peur dans leurs nids... — Si
quelque chant s'entendait retentir,— c'était celui du
hibou ou de la chauve-souris.

J'en ai vu des étoiles pâlir au zénith, — et fermer
l'oeil comme quelqu'un qui boude ; — puis dans l'obscurité
la lune, — de honte, cacher son flambeau qui
n'éclairait plus.

J'en ai vu s'éteindre de joyeux éclats de rire, — et
ruisseler des larmes sur le sol, — aux tourbillons de
commerce, de deuil, — qui ont détruit tant de gens et
tant de grandes maisons !

Heureux celui qui, sous son toit, — le coeur non
affaissé par l'infortune, — a vu sans cesse luire de
l'espérance — la grande lumière qui régénère tout.

Heureux celui qui, contre toute attente, — a vu
briller sa foi comme un flambeau, — devant le Dieu
qui a jeté d'en haut son fléau — pour éprouver
l'homme sur la terre !

Heureusement qu'au char criard — qui va et vient
piétinant la vie, — l'ange de la paix dans sa main
saisit les rênes — et laisse parfois tomber à terre
quelques fleurs.

Peut-être demain, à l'aube diaphane — que des
rayons purs viendront caresser, — l'ange affectueux
fera voltiger — dans l'immense espace son aile blanche.

Cette espérance est consolante et belle ! — d'aimer,

de croire, c'est un trésor pour l'âme, — un feu dont

rien n'éteint la flamme, — un brin fleuri qui pendille

au rameau.


C'est le printemps de l'éternelle prairie, — la voix

divine qui vibre dans le coeur — pour dire que c'est

du ciel qu'éclôt — le rayon qui éclaire de l'aube au

crépuscule..


Photo Hervé Bernon
Autorisation Lou Régrèu


*+*+*


ENVOI

A l'heure où l'ange dans le ciel — chantera de sa
voix pure,
— ô Muse, qui me causes.tant de joie, — où

seras-tu, gentille petite soeur ?

Je voudrais, la veille de Noël, — que tu apparus
ses,
pauvrette ! — au milieu de cette maisonnée, —
entre le père et la mère !


Allons, chemine, vole, va; — sans t'inquiéter du

froid qu'il fait, — ouvre ton aile, âme riante,

Pour déverser toute la joie — et donner la félicité

- avec ta grâce à l'amitié !


24 décembre 1884

.

jeudi 22 décembre 2011

Alan Broc : Sofi Oksanen - Puhdistus & Stalinin lehmät

.



Sofi Oksanen es uno escrivano fineso de 33 ons. Soun paire es finlandés, sa maire es estouniano.

Se la crouzavi dien la charrèiro me pensario bessai "Quau es aquelo panturlo ?" e pamen es una grondo escrivono.


Faguè l'on passat un enorme succès ammé soun lhibre Purgo que coumtavo duoi vidos de fennos estounianos que se rescountrou.

La primièro, Zara, quitè Vladivostok à l'epoco souvietico per visca la vido richo de l'oèst e se retroubè bagasso à Berlin.

Aiide, mai vièlho d'una generaciou, fouguè coundennado al goulag après la segoundo guerro moundialo, acusado « d'avèdre pourtat de boutarots à de bandits » (la resisténcio estouniano).

Las duoi fennos aun counegut li fourçomens e lis umiliacious. En 1992, un on après l'independéncio de l'Estounio, Zara torno al païs en grondo fugido de soun macarèl. S'estavanis per astre dien lou jardi d'Aiide, que descoubris aquelo fenno terrourisado e batudo, ço que drevilho soun pròpie passat.


Purgo èro d'en primier una pèço de teatre, que recassè tau succès que l'escrivono n'en o fat un rouman.

Zara quito Vladivostok. Fetivomen, la grondo umiliaciou del coumunisme es d'avèdre passejat li gents lonh de lour patrìo (coumo faguè e coumo fo lou jacoubinisme francés), notamen li gents jouves, dien l'espèr que se maridarau entre etnìos diferentos, e que la generaciou de daprès sarò sounque russofono. Fetivomen quand uno estouniano espouso un kazac'h ou un geourgian, lis efonts parlou russe e sounque russe.

Me sèi ispirat d'un resumat qu'èi troubat endacon. Purgo, Puhdistus, en finés, es pas arribat dien ma prouvìncio.

Mas èi legit Lei vachos de Stalino, Stalinin lehmät.

( Lei vachos de Stalino sou las piètros chabros d'Asìo centralo ou de la Russìo poulàrio que faziou li troupèls dis estounians desplaçats per lou jacoubinisme coumunisto, en lioc dei vachos grassos d'Estounio.)

Lei vachos de Stalino es l'obro primièro de Sofi Oksanen. Avio vint-o-cinq quand l'escriguè e sabio pas se sario publicado.

Lou rouman coumto duos istòrios en paralèu ; la de l'erouïno qu'es anourexico. (Acò m'embèstio de vous hou dire puèi que iéu, se legissi uno talo infourmaciou, me dirèi que lou rouman es pas per iéu) e la de sa maire, estouniano abelido à l'epoco de l'oucupaciou souvietico, estouniano que parlo estounian sounque quand torno visita la familho al païs d'ourigino, e que s'acapriço à parla sounque finés en Finlando, en empachant sa filho de dire un soul mot d'estounian, lengo que pamen entend perfètomen.


Pendent la mitat del rouman lou legèire vèi pas de ligam entre las duoi fennos, sounque lour parentat, mas lou lhibre es passiounant.

Puèi dapassou, l'erouïno descoubris que soun anourexìo o bessai uno ourigino familialo, soun anourexìo fisico es bessai la seguido de l'anourexìo mentalo de sa maire, tout lou temp cachado e auto-censurado à l'epoco souvietico, vergounhouso també d'èsse uno pacandasso gaire civilisado de l'Est.

S'approcher du non-dit et tenter de l'articuler, n'est-ce pas l'essence même de l'écriture ?" ço-diguè Sofi Oksanen dinc uno entrevisto.

Cò'i vertat que soun segoun rouman Baby Jane parlo de la « generaciou prozac » mas també de la viouléncio dien li parelhs lesbians, realitat plô counegudo mas qu'es pas jamai estado mençounado per escrit, inquèro min dien la letraduro abans guelo.



Ж


I o chicom mai dien lou lhibre qu'interessarò li mistralencs, tout ço que toco à la lengo, ei lengos.

Saban que l'estounian es counsiderat per François Fontan coumo un dialècte finés, mas li persounatges de Sofi Oksanen lou tratou coumo una lengo diferento, prou vezino mas diferento.

Sofi Oksanen parlo souvent de lengo. Dis per exemple que la negaciou es "ärä" en estounian, e "älä" en finés, e que pels estounians la negaciou fineso semblo lou mot estounian prounounciat per un efantou que fo inquèro lis èrros coumo d'èlos.

Sèns s'en entracha, que soun sujet es pas la lengo, quicho soubre una doublo doulour dis estounians, d'avèdre una lengo mesprezado per li russes durant touto l'epoco souvietico e inquèro d'uèi, e una lengo mesprezado per li finlandés.

Aqui nous entrachan qu'acò'i pulèu un coumplèxe dis estounians. Se trobo pas jamai cap de marco de mespretz de la part di finlandés per l'estounian. Dien lou pìri di cas, una grondo indiferéncio.



Per exemple, li touristos finlandés en Estounio à l'epoco souvietico (coumo lou futur marit de la maire) s'espantou de descoubri que i o una lengo fino-ougrïano dien lou païs. Pensavou que tout lou mounde parlo russe e sounque russe. Chau dire que li menaires de taxi sou toùti russes.

De lour coustat lis estounians pretendou parla sounque l'estounian davant li finés, quand en realitat sabou toùti lou russe.

De detalhs de socio-lenguistico d'aquelo meno ne trouban cado duoi paginos, e cò's estat per iéu un di gronds interés del lhibre.... abans que m'entrachèsse que quitomen sèns acò èro uno obro pouderousomen ouriginalo, plô bastido, aizido de legi, uno istòrio de "dinastìo feminino" coumo dizou lei sicoulogos qu'aun estudiat lis eretatges sicoulougiques entre maire(s) e filho(s).

Amm' acò, quand troubarèi "Purgo" ou "Baby Jane", li legirèi.






Alan Broc



.

mardi 20 décembre 2011

Peireto Berengier : Engano en galèro , de Bernat Giély

.





Engano en galèro



Ai toujour pensa que lou majourau Giély èro un crespina que si journado fasien quaranto-vuech ouro. Un cop de mai, n’en vèn de douna la provo.

Dins lou numerò d’avans de nosto revisto, lou baile fasié lou comte-rendu dóu tome I de la gramatico prouvençalo que nous vèn de pourgi Bernat Giely. Ramentavo que beilejo lou Counsèu de l’escri mistralen e qu’es lou baile redatour dóu mesadié « Prouvènço Aro ». Vuei, me revèn d’apoundre qu’aquel ome multiple, lenguisto, leissicougrafe, journalisto, enventaire de plen d’idèio novo, se devino tambèn roumancié. Un roumancié que decesso pas de publica.

Soun proumié rouman « Flour de camin » i’avié vaugu lou Pres Mistral e lou Grand Pres de Literaturo Prouvençalo de Ventabren. Despièi nous avié pourgi « L’Auro fugidisso », « Lou pavaioun de la tartugo », « Fiò de bos », « L’incouneigu de Maraisso », la biougrafìo de Jan Roche e aquelo de Batisto Bonnet « Dins li piado d’un pacan ». Vuei, après li guerro de 14‑18, de 39‑45, d’Algerìo e d’Indouchino, vaqui que nous fai remounta lou tèms emé li galèro.

Aquéu nouvèu rouman nous fai descurbi tout au cop lou mounde di galèro, de la marino, lou Marsiho d’aquéu tèms emé soun arsena, si couvènt e si vièii carriero. Nous permeno en Gavoutino, en valèio roudanenco, sus li costo de la Mediterragno. Nous ramento de pount d’istòri, nous parlo de religioun, de geurro, de la vido di saunié, e mai que mai d’aquelo di pàuri galerian qu’èron pas toujour de maufatan ! Bèn entendu, coume cade cop, fau uno istòri d’amour coume fiéu pèr mena lou debana.

Rouman que rouman, aquel oubrage e capito tambèn un oubrage de leissicougrafìo. Acò dèu pas faire empache mai, tout au contro, vous douna envejo de legi. Se sian pas acoustuma à tout aquéu voucabulàri de la marino e di galèro, se sentèn un pau mai saberu, un cop agué legi (meme s’óublidan li teinico de navigacioun e de guerro…).

« Engano en galèro », un rouman di miés escanti. Coume cade cop, avèn envejo de dire qu’es lou meiour mai, coume n’esperan d’autre, avèn idèio que sara pas aquéu lou meiour ! Bernat Giely es capable de faire sèmpre miés. L’a prouva. Esperan !



Peireto Berengier



« Engano en galèro », de Bernat Giély, 316 pajo, 14 x 21. Costo 15 €. Ed.Prouvènço d’aro, 18 rue de Beyrouth, 13009 Marseille


.

dimanche 18 décembre 2011

Òscar Banegas Garrido : Les llengües en el sistema educatiu català






.


Palau de la Musica
Barcelona



Les llengües en el sistema educatiu català

Òscar Banegas Garrido
Universitat de Bolonya


Com és sabut, a Catalunya es parteix del principi de no-separació de l’alumnat per raó de la seua llengua habitual i s’hi aplica el criteri d’utilitzar el català com a llengua vehicular de l’ensenyament, amb programes d’immersió en llengua catalana a les zones on les condicions sociolingüístiques ho demanen, però també d’atenció individualitzada en castellà a petició dels pares. Per tant, pense que l’aprenentatge del castellà hi està garantit. No puc creure que un xiquet o una xiqueta a Catalunya, en acabar l’escolaritat obligatòria, desconega el castellà. En canvi, l’opció del català solament com a assignatura o com a llengua d’algunes matèries prompte es va demostrar ineficaç per adquirir la mínima competència bilingüe que exigia el currículum escolar, raó que justifica l’aposta del Govern català per estendre els programes d’educació bilingüe i per garantir l’assoliment d’un domini igual de les dues llengües oficials.
D’altra banda, els nombrosos treballs sociolingüístics publicats sobre la immersió educativa en català conclouen que l’ús ple del català a l’aula no modifica l’hàbit lingüístic de l’alumnat castellanoparlant, ja que continuarà usant el castellà majoritàriament en l’expressió quotidiana.




Per tant, la immersió lingüística no pretén, ni de bon tros, substituir el castellà pel català, sinó aconseguir que l’alumnat castellanoparlant conega i domine igualment les dues llengües oficials, la de casa i la de l’escola. És un sistema educatiu que afavoreix, doncs, l’enriquiment lingüístic. Es tracta de sumar, mai de restar, tot garantint l’ús de la llengua materna (el castellà) per damunt de la nova llengua apresa (el català). Crec que desaprofitar aquesta oportunitat que ofereix el sistema educatiu català és, sens cap mena de dubte, una barbaritat.

En resum, crec que els beneficis de la immersió lingüística són més que evidents. Que algú no els vulga veure és una altra cosa. Som en el segle XXI i el coneixement de llengües és, senzillament, imprescindible. No té sentit, en el món actual, voler ser pretesament un bon monolingüe. Ja ho va dir fa alguns anys l’escriptor libanés Amin Maalouf: “sempre serà un inconvenient no saber anglés, però encara ho serà més saber solament anglés.” Qui diu anglés diu català o castellà, tant se val.




.

vendredi 16 décembre 2011

Sully-André Peyre n° 374 de MARSYAS - Mars 1961 (pages 2647-2654) - Suite Critique Misttralienne

.





Présentation & choix
Ive Gourgaud
décembre 2011




Suite de l’ensemble des contributions de Sully-André Peyre au numéro 374 de MARSYAS, daté de Mars 1961 (pages 2647-2654) :



Critique provençale


MISTRAL SANS FIN LA FATALITÉ MISTRALIENNE

Celui qui osa dire, le premier, que Mireille mourut d'amour et d'insolation passa pour sacrilège. Pourtant, Mistral lui‑même n'a pas manqué de nous prévenir :

Mai soun capèu de Prouvençalo, Soun capeloun à gràndis alo Pèr apara di caud mourtalo, Oublidè, pèr malur, de s'en curbi lou su...

(Mais son chapeau de Provençale, son petit chapeau â grandes ailes pour défendre des mortelles chaleurs, elle oublia, par malheur, de s'en couvrir la tête…)

De là l’insolation.
« Le nez de Cléopâtre, s'il eût été plus court... » Son chapeau, si Mireille ne l'eût pas oublié… Elle ne fût point tombée en défaillance. A peine ranimée ensuite par les piqûres des moustiques pour se traîner, morte plus qu'à demi, jusqu'à l'église des Saintes‑Maries, elle y fût arrivée, l'esprit troublé, certes, mais le corps moins affaibli, et même si, alors, elle avait cru entendre la cruelle homélie des Saintes, cette homélie n'aurait pas été en même temps une sinistre oraison funèbre. Mireille aurait survécu. On peut alors imaginer un autre ou plusieurs autres dénouements du poème. Mais on pourrait ici en faisant d'une citation latine un contre‑sens (comme cela est arrivé quelquefois pour d'autres citations) dire que les livres ont aussi leur destin. Ce qu'il faut retenir c'est, je le crois, la différence entre l'antique fatalité grecque où le destin intérieur se pallie sous les Dieux, et la fatalité moderne telle qu'on peut la voir, notamment, dans deux grands romanciers anglais : Georges Meredith et Thomas Hardy, et dans le caricaturiste Bosc. Nous voyons là une sorte de connivence mauvaise entre les causes. fortuites et les causes intimes ; le résultat, généralement lamentable, étant ce que Thomas Hardy appelle, par euphémisme désabusé, « les petites ironies de la vie ».
On a dit que Mistral était un poète épique, et il y a longtemps que l'on avait défini l'épopée comme une action humaine avec l'intervention des Dieux. Mirèio est dans cette tradition classique, les Dieux y étant représentés par les Saintes‑Maries et aussi par Taven la sorcière, plutôt manichéenne. Nerto, aussi, est un poème manichéen où nous voyons agir d'abord le diable, secondé par Rodrigue de Lune, et ensuite, sans parler du pape d'Avignon, de l’Ermite, ‑représentant Dieu à des degrés divers, par l'Archange Gabriel et par la seconde personne de la Trinité (au moyen d'un signe de Croix).
Dans Calendau, la « fatalité » suscitée par l'étourderie de la jeune Estérelle, est tranchée dès le début de l'aventure par l'irruption quasi‑spectrale du père de Séveran dans la salle de noces, d'où la fuite dEstérelle et sa délivrance définitive par CalendaI. Ni le ciel ni l’Enfer n'interviennent.
Pas davantage dans le Pouèmo dóu Rose. Mais les puissances, à la fois folkloriques et mystérieuses, qui sont d'abord la cause d'une aventure qui aurait pu n'être qu'une passade et du dénouement qui lave d'avance dans les eaux du Rhône ce qu'elle aurait pu avoir de sordide.
Jean‑Calendal Vianès, dans L'Ananké provençal et dans L’inévitable destin de Mireille [Marsyas N° 357, mai 1959, N° 365 avril 1960] a analysé, avec une subtile pénétration, les causes profondes de la mort de Mireille et du triomphe d'Estérelle et de Calendal. Il aurait pu étendre son analyse aux deux autres poèmes, montrer par quel terrible jeu manichéen Nerte, vendue au diable par son père, se donnerait volontiers à Rodrigue, ne le fait point, mais est, finalement, enlevée diaboliquement, puis rédimée chrétiennement, par lui. (Si le manichéisme adopté par les Albigeois fut atrocement extirpé par le Pape et le Roi, n'est‑ce point justement parce que ce manichéisme-là laissait en doute la victoire entre Ormuz et Ahriman tandis que le manichéisme chrétien assure à Dieu la victoire sur Satan). Jean‑Calendal Vianès aurait pu aussi montrer que l'attirance de l’Anglore par le Drac procède d'une affinité similaire à celle qui fait se joindre Estérelle et Calendal. Mais Calendau est, des quatre poèmes de Mistral, le seul où les pieds sont bien posés sur la terre, et où la tête, à hauteur humaine, reste claire.
Quant à la catastrophe du Caburle, qui annonce la fin de la vieille navigation fluviale et qui sauve l’Anglore et Guilhen, elle est causée par la morgue têtue du patron Apian et par la collision du bateau à vapeur et des barques.
Cette catastrophe fluviale équivaut à l'insolation de Mireille.
Cette fatalité mistralienne, Mistral l’a sans doute mise dans son oeuvre, sans trop s'en préoccupe, car l'inspiration ne s'analyse point elle‑même.
De toute façon, nous voyons dans ces quatre poèmes la liaison à la fois profonde et familière de la vie quotidienne, et cet amalgame de circonstances fortuites, de promptitudes étourdies et de passions profondes qu'il est commode d'appeler fatalité.
Ne faut‑il pas le concours des choses ordinaires pour que Dieu puisse faire « les choses inconnues » ?

Mistral était‑il fataliste ?

Il était peut‑être sinon optimiste du moins serein (d'autres diraient égoïste) :

Aro pamens se vèi, aro pamens sabèn
Que dins l’ordre divin tout se fai pèr un bèn…

(Maintenant pourtant il est, clair, maintenant pourtant nous savons ‑ que dans l'ordre divin tout se fait pour un bien ... ) et le refrain d'un poème mineur dis Oulivado dit bien cette confiance tranquille :

S'acò's pas vuei, sara deman

(Si ce n'est aujourd'hui, ce sera pour demain). Cela rappelle aux cyniques la pancarte du barbier : Demain on rasera gratis ! mais cette promesse fallacieuse pourrait être aussi bien la devise de l’Eglise qui promet aux malheureux des compensations dans l'autre monde. A cette facilité, nous préférons l'amertume du Parangoun : cette « préhension » de l'éternité la plus belle « dans l'ombre transitoire des siècles ».




.

mercredi 14 décembre 2011

Sully-André Peyre n° 374 de MARSYAS - Mars 1961 (pages 2647-2654)



.



Présentation & choix
Ive Gourgaud
décembre 2011


L’ensemble des contributions de Sully-André Peyre au numéro 374 de MARSYAS, daté de Mars 1961 (pages 2647-2654) :


Poèmes provençaux



ES UN VIÈI POUÈMO...

Es un vièi pouèmo d’autouno,
Au despampage de la touno,
Davans Iou regard que s’estouno.

I’a plus rèn que li vise tors ;
Dins la mueio soubro un pau d'or,
MaIautié de l'aigo que dor.

Li camin se fan ivernouge,
Lou soulèu tremounto mai rouge,
Lis agnèu buton lis anouge.

La fre descoulouris lou cèu,
La lus es un cristau de gèu
Qu'emplis la manco dis aucèu.


Traduction : C'EST UN VIEUX POÈME...
C'est un vieux poème d'automne ; la tonnelle a perdu ses pampres, devant le regard étonné.
Il n'y a rien que les sarments tordus ; dans la mare il reste un peu d'or, la maladie de l'eau qui stagne.
Les chemins se font hivernaux, le soleil se couche plus rouge, et les agneaux d'hier poussent ceux de l'année.
Le froid décolore le ciel, et la lumière est un cristal de glace qu'emplit l'absence des oiseaux.



LI MOUSTRE ...

Li moustre que soun dins la mar
L'empachon jamai d’èstre bello ;
Li preguiero dins la capello
Esvarton pas li jour amar.

La mar es semo e reboumbello
Davans l'areno e lis estèu,
I’a’n escourpioun sus lou pestèu,
Sus lou balen uno paloumbo,

Lou mounde es un grand viravòut
Que s’estransino e que trampello ;
Dins un espai Diéu se rapello,
E la paloumbo pren soun vòu.

Lou jour reviho li parpello
Après li sounge de la niue ;
Agues jamai pòu de tis iue
Quand la lumiero te rampello.


Traduction : LES MONSTRES...
Les monstres qui sont dans la mer ne l'empêchent point d'être belle ; les prières dans la chapelle n'écartent point les jours amers.
La mer est calme ou se soulève devant la plage et les écueils; un scorpion est sur le pène, et sur l'auvent une palombe.
Le monde est un grand tourbillon qui s'exténue et qui halète ; pour un instant Dieu se rappelle, et la colombe prend son vol.
Le jour réveille les paupières après les songes de la nuit ; ne redoute jamais tes yeux lorsque la lumière t'appelle.



T’ENSOUVÈN...

T’ensouvèn de la glèiso en foro de la vilo,
Dins lis aubre e lou prat,
De la clastro d’óublit terriblamen tranquilo,
E dóu desir mau tra.

A l’entour dóu Ventour la routo viro encaro,
Emé lou souveni ;
Mai qu’es l'eternita, ‑ la mai secrèto caro, ‑
Morto sènso aveni ?

Traduction : SOUVIENS‑TOI ...
Souviens‑toi de l’église en dehors de la ville, dans les arbres et la prairie, et du cloître oublié, si terriblement calme, du désir mal jeté.
A l’entour du Ventoux la route tourne encore, avec la souvenance ; mais qu'est l’éternité, ‑ le plus secret visage - morte sans avenir ?


TRAS LOU RETOUR DIS ANNADO...

Tras lou retour dis annado, li terme
Dins l'estrechun creissènt dóu calendié,
Te fasien pòu, memamen que dins l’erme
De souco morto, e toun cor pressentié

Que de pegin, Cassandro de ta vido.
Que pousquèsson mi man, avans lou fiò,
Te faire ama quàuqui roso ravido...
I'a de jardin perdu, que soun en‑liò.

Traduction : À TRAVERS LE RETOUR DES ANNÉES...
A travers le retour des années, tant de bornes, [dans] le retrécissement croissant de nos calendriers, te faisaient peur, comme dans une friche des souches mortes ; ton coeur ne pressentait que peines, Cassandre de ta vie. Que ne peuvent mes mains, avant le feu, te faire aimer quelques roses ravies... Jardins perdus, qui ne sont nulle part.



N.B. J’ai rajouté, entre crochets, le mot DANS, qui figure dans l’original en provençal et permet de saisir le sens de la phrase. Y.G





.

lundi 12 décembre 2011

Ive Gougaud HOMMAGE À SULLY-ANDRÉ PEYRE - 50 ans après ...

.




Il y a 50 ans Sully-André Peyre nous quittait, Ive Gougaud nous dresse un tableau, précis de sa vie & de son oeuvre, demain mardi 13 décembre souvenons-nous!!!




HOMMAGE À SULLY-ANDRÉ PEYRE



Voici tout d’abord une petite chronologie bio-bibliographique établie par Yves Gourgaud à l’occasion d’une présentation du poète devant un auditoire protestant (grâce au pasteur et poète en langue provençale Annie Bergèse) :

XVIe siècle : ses ancêtres, des Piémontais huguenots, s’installent en Provence.

9 septembre 1890 : naissance au Cailar (Gard), 60 ans et 1 jour après Mistral. C’est le pays de sa mère.
Enfance et adolescence entre Mouriès, au Mas du Destet (à 20 km d’Arles), pays de son père, et Le Cailar.
vers 1900, il écrit ses premiers poèmes
1904 Premier poème publié dans l’Armana Prouvençau 1905 : « Moun endré »
1905-1908 Poèmes publiés dans l’Armana Prouvençau et Prouvènço ! Dévoluy l’encourage par lettre.
1909 Crée LA REGALIDO (qui n’aura que 12 numéros)
Il crée (« invente ») ESCRIVETO (50 ans après Mirèio)
Quitte Mouriès et son père
1910 Employé à la Source Perrier. Vit au Cailar
1911 Epouse Amy Sylvel le 26 septembre
1914 Réformé pour rhumatisme cardiaque
1918 Crée LOU SECRÈT (avec F. Pouzol et le père de JC Vianès)
1921 Prépare et préface les POUÈMO de Pouzol
Crée MARSYAS
1924 Prépare et préface les œuvres de Bigot (de Nîmes) en mistralien
1929 Publie son CHOIX DE POÈMES (trilingue) au Cailar : poèmes français 79 pages ; provençaux 60 pages (bilingue) ; anglais 28 pages (bilingue)
1931 S’installe à Aigues Vives (Mûrevigne)


1942 Marsyas interrompt volontairement sa publication
1946 Reprise de Marsyas. Lutte contre l’occitanisme.
1948 Publie LA BRANCHE DES OISEAUX, Prix Mistral 1947
Dans FE (mai-juin), MF Delavouët dit de SAP : « Lou cant de si pouèmo es nus coume lou di saume uganaud »
1952 Rejoint le Félibrige, quitté en 1909
1954 COLOMBIER, 42 pages, prose en français. « Jean et Jeanne ne me parlaient jamais de Dieu, car ils savaient que Dieu n’existe pas encore. Mais par leur vie même, toujours ajoutée à la mienne, ils m’enseignaient à créer Dieu. » (page 11)
Dans une dédicace, cette clé de lecture : « Pour Renée Rivet qui eut une mère, ce songe d’une enfance »
1955 FOLCO DE BARONCELLI
1956 Anthologie des POUETO PROUVENÇAU DE VUEI (pages 10-25 : sept poèmes de SAP, bilingue)
1959 ESSAI SUR F. MISTRAL, sommet de la critique mistralienne LECTURES DE MIRÈIO (chant V : « la falotte Mireille »)
1960 MIREILLE, POÈME CHRÉTIEN ? SAP y est présenté comme « agnostique d’origine protestante »
1961 Mort le 13 décembre. MARSYAS a publié 2726 pages (plus de 1500 depuis 1946).

post mortem :

1963 LECTURES DE CALENDAU (SAP traitait le chapitre XII)


SAP : Sully-André Peyre



.

samedi 10 décembre 2011

Peireto Berengier : Éléments de grammmaire cettoise - Uno gramatico pèr Sèto


.






Uno gramatico pèr Sèto



Sian esta tardié pèr descurbi un oubrage que s’amerito, meme dès an après, de n’en parla.


Éléments de grammaire languedocienne,
dialecte languedocien cettois,
précédés d’une étude
sur les Origines, les Caractères, la Littérature de ce dialecte
et suivis d’une liste des principaux idiotismes
et d’une liste des principales comparaisons populaires
par un félibre Cettois
Cette – Avril 1900

Vaqui pas que l’IEO, emé la seicioun despartamentalo de l’Erau e lou Ciéucle Occitan Setòri, en 2002, tournèron publica aquel oubrage em’uno presentacioun de Gastoun Bazalgues. E, bonur ! aquelo nouvello edicioun, respèto la grafìo d’óurigino de l’autour felibre : Gustave Théron.

Lou proumier editour èro la Revue des Langues Romanes, la nouvello edicioun nous pourgis, dins li margue, de noto esplicativo.

Gastoun Bazalgues presènto, dins un bèl espausa, l’autour, sa vido e touto soun obro de felibre e bouto aquel oubrage dins lou countèste de soun tèms.

La taulo di matèri nous mostro un travai menimous e forço coumplèt que ié trouban en mai dous chapitre sus li coustrucioun e idioutisme e li coumparesoun poupulàri, dóu mai grand interès.

Lou parla rouman, la lengo d’O, lou souto-dialèite de Mount-Pelié, lou parla setòri, li felibre setòri, l’ourtougràfi e la gramatico, Gustàvi Théron capitè un oubrage de proumiero que vuei pòu qu’ajuda miés counèisse lou parla vertadié de la regioun e mai que mai la prounounciacioun tipico que se retrobo just e just dins sa grafìo. Uno bono idèio de l’agué pas nourmalisado. Gramaci à l’IEO.


Peireto Berengier

Éléments de grammmaire cettoise : ISBN : 2-85910-307-4


.

jeudi 8 décembre 2011

Sully-André Peyre : MARSYAS n° 373 janvier-février 1961, pages 2635-2646 (suite)

.


Une recherche d'Ive Gourgaud




2. CRITIQUE PROVENÇALE

Sous le titre générique « Mistral sans fin », S.-A. Peyre a accumulé, tout au long de Marsyas, des pages de critique de l’œuvre mistralienne parmi les plus pénétrantes. C’est nous qui avons mis en gras quelques mots ou expressions du texte, afin de rythmer quelque peu cette lecture foisonnante. :

MISTRAL SANS FIN
LE FIL DE MIREILLE

Au chapitre XI de ses Mémoires, Mistral conte comment il commença Mirèio :
« De plan, veritablamen, n'aviéu qu'un à grand dèstre e soulamen dins ma tèsto. Veici : m'ère tabla de faire naisse un calignun entre dous bèus enfant de la naturo prouvençalo, de coundicioun diferènto, e pièi, de leissa courre au sòu lou cabedèu, tau que dins l'imprevist de la vido vidanto, à la bello eisservo ! »
(De plan, en vérité, je n'en avais qu'un à grands traits, et seulement dans ma tête. Voici : je m'étais proposé de faire naître une passion entre deux beaux enfants de la nature provençale, de conditions différentes, puis de laisser à terre courir le peloton, comme dans l’imprévu de la vie réelle, au gré des vents !)


Introduction plutôt plate au chefd'oeuvre. Je ne sais qui a dit que la métaphore est la plus traître des figures de rhétorique. En fait, les plus grands poètes emploient souvent des métaphores incohérentes ; celleci n'est que banale. Mais si nous songeons que tout poète, en pénétrant dans son oeuvre, s'engage dans un labyrinthe sans bien savoir comment il en sortira, ne pouvons-nous pas regarder ce peloton de Mireille comme un fil d'Ariane ? Après tout, Mistral n'étaitil pas un grand païen ? Et ne l'interprêteton pas mieux par les mythes grecs que par la théologie chrétienne ? Etait ce à cause de la cherté du papier ou à cause d'une méticulosité (qu'il ne faut pas dénigrer car elle est, dans la mesure convenable, une sauvegarde contre le désordre, et si « un beau désordre est un effet de l'art », l'art ne surgit pas nécessairement du désordre) Mistral, lorsqu'il voulait apporter une variante à son manuscrit, au moins pour Mirèio, collait minutieusement sur le vers original une étroite bande de papier où il avait inscrit la variante. De curieux, de patients glossateurs ont pris la peine de décoller les petites bandes pour retrouver le texte original et nous ont appris que Mirèio commençait d'abord ainsi :

Cante uno chato que, pecaire,
Noun pousqué 'vé soun calignaire.
Dempièi soun mas de
Crau enjusco i bord sala
...............
Iéu me siéu di dins ma pensado

D'espandi sa malemparado.


(Je chante une jeune fille qui, hélas ne put avoir son bienaimé. Depuis son mas de Crau jusques aux bords salés...Je me suis dit, dans ma pensée, de publier son infortune.)
Cette platitude félibréenne devint miraculeusement in extremis :

Cante uno chato de Prouvènço.
Dins lis amour de sa jouvènço,

À travès de la Crau,
vers la mar, dins li bla...

Vole qu'en glòri fugue aussado

Coume uno rèino...


(Je chante une jeune fille de Provence. Dans les amours de sa jeunesse, à travers la Crau, vers la mer, dans les blés… Je veux qu'en gloire elle soit élevée comme une reine ...)


J'ai d'abord regretté l'indiscrétion des chercheurs ; mais, en songeant, j'ai eu un accroissement de joie devant les métamorphoses que le génie suscite. Qui analysera pourquoi les bords « salés » sont insupportables à notre goût, alors que la «puissance salée» du Cimetière Marin donne une étonnante saveur au vers de Valéry ? Mais où le génie de Mistral éclate, c'est surtout dans les deux premiers vers refaits :

Cante uno chato de Prouvènço.
Dins lis amour de sa jouvènço...


Malheureusement, et peutêtre une fois sur deux, la citation qu'on en fait est mal ponctuée. Ce n'est pas en effet « Je chante une jeune fille de Provence dans les amours de sa jeunesse » qu'il faut lire, mais : « Je chante une jeune fille de Provence. » Le point isole le premier vers et expose en quelques syllabes significatrices toute la donnée du poème et la situe. C'est la première mesure bien détachée de « l'Ouverture » qui, à travers la simplicité de la terre et des blés, s'élève jusqu'à la Branche des Oiseaux. Il y a beaucoup de faiblesses dans l'exécution de Mirèio et l’on dit que Mistral aurait voulu les faire disparaître des éditions qui suivirent la première ; mais que « les amis de sa jeunesse » s'y opposèrent affectueusement par sentimentalité, par culte des reliques si l'on peut dire. Il semblerait, pourtant, que Mistral luimême regrettait un peu les vers primitifs de l'invocation, non pas sans doute dans leur pauvre expression verbale mais dans leur signification de simple pitié, puisque son second grand poème Calendau commence ainsi :

Iéu, d'uno chato enamourado
Aro qu'ai di la mauparado,

Cantarai, se Diéu vòu,
un enfant de Cassis,

Un simple pescaire d'anchoio...


(Moi qui d'une amoureuse jeune fille ai dit maintenant l’infortune, je chanterai, si Dieu veut, un enfant de Cassis, simple pêcheur d'anchois ... ), et que ce n'est qu'à la fin de la première strophe, après ce rappel, familièrement pathétique, que Mistral commence la vraie «Ouverture» de Calendau :

Qu'emé soun gàubi e'mé sa voio
Dóu pur amour gagnè li joio,
L'empèri, lou trelus. Amo de moun païs...

(qui, par la grâce et par la volonté, du pur amour conquit les joies, l'empire, la splendeur. Ame de mon pays ...)

Nous venons donc de sentir sous nos doigts le premier déroulement du fil de Mireille ; mais il est suivi de beaucoup d'autres. Je ne prétendrai pas les trouver tous, au moins dans cette première étude sommaire... Mistral sans fin.
Le thème du couvent paraît d'abord à la fin de la Chanson de Magali, et reparaît ensuite dans Nerto ; mais dans Magali il n'est que l'avantdernière métamorphose, le tertre sombre où l'amour achève le jeu dans une lumière telle que les étoiles y pâlissent. Dans Nerto, le couvent n'est pas une métaphore de lafuite amoureuse, j'allais dire galatéenne, mais un séjour réel et redoutable, d'où l'amour même ne peut délivrer Nerte qu'avec l'aide du diable, mais pour une rédemption finale audelà de la mort.
Le couvent est le symbole essentiel dans le sirventès La Coumtesso, image, croient les uns, de la centralisation française, figure, croient les autres, de l'asservissement de la Provence par la France. Mistral lui-même, au moment où il composait ce sirventès, savaitil au juste ce qu'il voulait y exprimer ? Nous pouvons discerner maintenant, à travers l'ordre chronologique des diverses déclarations de Mistral, ordre modifié comme il convient par l'ordre philosophique (pour reprendre une formule de Hugo dans sa Préface de la Légende des Siècles) nous pouvons maintenant affirmer que la position finale de Mistral, sinon sa position constante, n'a pas été le séparatisme, mais l’eûtelle été, ne fût-ce qu'à certaines périodes d’exaltation, la position séparatiste est maintenant aussi intenable que la position colonialiste.
Un autre thème mistralien est celui du « château ». Il apparaît d'abord dans Mirèio avec l'évocation au chant III où les rustiques magnanarelles, pour servir de porteparole au poète, font figure, sinon de femmes savantes, mais au moins de dames de Cour d'amour. Or, elles ne pouvaient être ni les unes ni les autres, par définition ; d'ailleurs les Cours d'amour n'ontelles pas existé seulement dans l'imagination de Jehan de Nostredame ?
Dans Calendau le château n'est plus qu'un repaire d'aventuriers, et dans Nerto le çhâteau suscité par le diable n'est qu'une exagération du château réel dans Calendau.
Mais il apparaît surtout dans l’Amiradou (Le Belvedère) aux Isclo d'Or ; Mistral y contemple l'espace rhodanien ; mais agrandit cet espace non seulement jusqu'à la Provence tout entière, mais jusqu'à la possession du monde :

E tout ço que soun iue tèn...
A bèl èime i'apartèn

(Et tout ce que son oeil tient... lui appartient sans mesure).


Et enfin, dans Lou Parangoun, des Óulivado, où, en deçà et au delà du présent trouble et quasiapocalyptique, la contemplation de l'histoire provençale fulgure par des éclairs temporaires de beauté jusqu'à l'éternité.
L'indiscrétion des chercheurs nous a montré aussi que le quinzième vers de l'Invocation de Mirèio : « Tu, Segnour Diéu de ma patrìo... » fut d'abord : « Diéu d'amour, Diéu de ma patrìo », et il semblerait que Mistral, malgré la tradition johannique, ait hésité à placer ainsi sous la protection divine l'amour de Vincent et de Mireille ; mais je crois qu'il a voulu seulement exalter davantage son Invocation. Cela ne l'empêche point de dire à la fin de cette Invocation « Bèu Diéu, Diéu ami ». Si le premier terme fait penser au beau Dieu d'Amiens, quoique l'expression soit spécifiquement provençale, on voit dans le second terme la familiarité du génie. On retrouve cette familière amitié avec Dieu dans un poème de jeunesse : La Fin dóu Meissounié, que Mistral a recueilli dans Lis Isclo d'Or : « Sant Jan, l'ami de Diéu, patroun di meissounié ». Cette amitié de Dieu, si différente de la dureté des Saintes. D'ailleurs, malgré le dicton : « Il vaut mieux s'adresser à Dieu qu'à ses Saints », le peuple a multiplié les médiateurs entre lui et Dieu par une foule de saints, substitués quelquefois aux petits dieux païens. Dans Memòri e Raconte, Mistral nous montre son père sur son aire en train de vanner le blé :

E quand leu vènt moulavo, o que, pèr escoutado, de fes, boufavo plus, moun paire, emé lou drai estadis entre li man, se reviravo vers lou vènt; e serious, l’iue dins l'espàci, coume s’avié parla, ma fisto, ànun diéu ami, ié disié : « Anen, boufo, boufo, boufo, boufo, mignot ! », e'm'acò lou mistrau, óubeïssènt au patriarcho, zóu ! alenavo mai en empourtant la póusso ; e lou bèu blad de Diéu toumbavo en raisso rousso sus lou mouloun redoun qu'à visto d'iue mountavo entre li cambo dóu draiaire.

(Et quand le vent faiblissait, ou que, par intervalles, il cessait de souffler, mon père, avec le crible immobile dans ses mains, se retournait vers le vent, et, sérieux, l'oeil dans l'espace, comme s'il s'adressait à un dieu ami, il lui disait: « Allons, souffle, souffle, mignon ! » Et le mistral, ma foi, obéissant au patriarche, haletait de nouveau en emportant la poussière ; et le beau blé béni tombait en blonde averse sur le monceau conique qui, à vue d'oeil, montait entre les jambes du vanneur).
(Cf. La Chanson pour un vanneur de blé de Joachim du Bellay, imitée de l'Anthologie grecque, mais plus belle que son modèle)

Malgré l'exception monstrueuse, mais nécessaire des Saintes Maries, cette amitié avec Dieu, par la médiation du Fils et des Saints, cet adoucissement du Père par le Fils, ne sontils pas compensation implicite à la rigidité des pères dans Mirèio et dans Calendau ? à l'égoïsme du père de Nerte, vendant sa fille au Diable, et à l'insignifiance, quand ce n'est pas l'absence, des autres pères ? L'Anglore, fille invraisemblable du gros pilote, pourrait bien être aussi orpheline. Nous ne savons rien des ascendants du Prince d'Orange. On a dit pendant longtemps que dans maître Ramon et maître Ambroise, Mistral avait voulu évoquer deux aspects complémentaires de son propre père, en y ajoutant ensuite quelques touches lorsqu'il fera le portrait du père de Calendal. Mais on commence à s'apercevoir que Ramon et Ambroise, plutôt qu'ils ne se complètent, s'opposent l'un à l'autre et que cette opposition, si elle éclate dans la dispute du chant VII de Mirèio, n'est pas due à l'échauffement de la querelle, mais que la querelle est due à la disparité entre deux mentalités, deux races presque, celle du terrien et celle du vagabond. Il fallait, pour découvrir une évidence pourtant si manifeste dans la présentation des deux pères, dans l'exposition de leurs caractères, dans le déroulement même de leur dispute, il fallait, disje, se débarrasser des oeillères de la tradition, de la convention, et lire Mistral avec des yeux neufs. C'est ce qu’a fait Jean-Calendal Vianès [Voir Mirèio et 1’Ananké provençal, Marsyas N° 357 de Mai 1959, et L'inévitable destin de Mireille, N° 365 d'Avril 1960]
On peut pousser l'analyse encore : Maître RamonFrançois Mistral ; Maître AmbroisePoulinet (soit un rappel très discret de la mère du poète). Et la projection aussi de Frédéric Mistral luimême: ce qu'il était, mêlé à ce qu'il aurait voulu être. Homo duplex, homo multiplex.

Si on a beaucoup écrit sur les deux pères dans Mirèio, et accessoirement sur le père de Calendal, on ne paraît pas s'être préoccupé beaucoup du pèrepaysan du faux gentilhomme Séveran; il ne joue, en effet, dans Calendau, qu'un rôle épisodique après lequel on ne parle plus de lui ; mais combien son passage au repas de noces d'Estérelle et de Séveran est pathétique dans son indignation et dans sa dignité. On pourrait même dire, poussant les choses à la limite, qu'il ressemble à un spectre de Shakespeare, mais un spectre vivant. On pourrait aussi dans réalité quotidienne le relier aux pères de Mireille, de Vincent, de Calendal, et sa dignité à la fois humble et grande le met au moins aussi haut que maître Ambroise.
Quant aux mères, elles sont pratiquement absentes de 1'oeuvre de Mistral, qu'elles soient mortes comme celles de Vincent, d’Estérelle et de Nerte, ou qu'elles paraissent à peine comme celles de Calendal, de l'Anglore. La seule qui ait quelque existence est la mère de Mireille, et nous eussions préféré ne jamais la connaître, tant elle se montre odieuse d'abord, et inutilement sentimentale au dernier chant. Cette absence, et ce que la seule présence réellement manifestée a d'odieux, étonnent douloureusement, d'autant plus que Mistral, comme le montrent ses Memòri, et une élégie dans Lis Isclo d'Or, était surtout un « enfant de mère » ; et que, s'il doit à son père les loisirs sinon indispensables mais favorables à l'inspiration, c'est à sa mère qu'il doit sinon cette inspiration car l'inspiration est spontanée, mais la culture primitive qui peut l'éveiller plus tôt. J'entends, par culture primitive, ce folklore naïf de chansons et de récits populaires dont sa mère fut pour lui la première dispensatrice.
On peut désirer et redouter à la fois que la psychanalyse s'empare un jour du mystère que nous croyons deviner entre Mistralet sa mère. Mais, sans aller chercher plus loin, je crois qu'il s'agit tout simplement d'une pudeur intime du fils devant la mère, sans rien de trouble ; nous pouvons même nous demander si l'abondance avec laquelle Mistral parle de son père ne participe pas de la tradition, de la convention, auxquelles il n'a jamais su échapper entièrement, c'estàdire de l'homme factice, cependant que sa réserve, son quasisilence sur sa mère, émanent de son intimité la plus secrète. Les femmes avaient, au temps de l'enfance et de la jeunesse de Mistral, dans un milieu patriarcal comme celui du Mas du Juge, un rôle de soumission, d'effacement, et ces circonstances ne pouvaient qu'être de connivence avec la réserve de Mistral. Mais la mère de l'Anglore, à peine nommée, fut pourtant pour sa fille l'initiatrice aux légendes du Rhône, et n'estce pas là une réminiscence discrète de la mère du poète ?


Lou Pouèmo dóu Rose commence déjà à couler dans les chants V et X de Mirèio, et peutêtre la danse des Trèves, sur le pont de Trinquetaille, après l'engloutissement d'Ourrias, estelle une prémonition de la catastrophe du Caburle contre les piles du PontSaintEsprit ?
Le thème des métamorphoses, qui paraît avoir reçu dans la Chanson de Magali son expression définitive, est pourtant repris dans Lou Pouèmo dóu Rose ; mais ici, il est inhérent à la vie même de Guilhem et de l’Anglore, au lieu de n'être comme dans Mirèio qu'un agréable interlude.
Nous ne savons pas bien, en effet, et peutêtre Mistral s'estil laissé aller à ne plus le savoir luimême, si Guilhem est le Prince d'Orange ou le Drac et si l'Anglore est la jeune orpailleuse ou la mystérieuse fleur des eaux ; mais si, à la fin de la chanson de Magali, la mort n'est qu'un dernier jeu plus grave dénoué par le matin, l'inhérence des métamorphoses dans le Pouèmo dóu Rose, achève de s'accomplir par la mort dans les eaux du fleuve. Mireille à l'agonie se voit conduite au paradis dans la barque des Saintes. Mais on ne sait, ou l'on sait trop, dans quel destin le Rhône engloutit Guilhem et l'Anglore.
« Putofin » dit Maître Apian, ce que Mistral traduit assez platement par triste fin ; même male fin serait encore un euphémisme, et il semblerait que, dans la péjoration putofin, maître Apian ait voulu exhaler sa rancune contre « cette malheureuse qui devait tôt ou tard amener sur nous quelque malencontre », et comme c'est contre l'Anglore seule que la rancune se tourne ! En effet, on paraît oublier que l'Anglore est pour les mariniers beaucoup moins mystérieuse, donc beaucoup moins inquiétante, que le Prince d'Orange qui avait sauté un jour sur la maîtresse-barque, surgi on ne sait d'où. Ne retrouvonsnous pas là le patriarcat et ce qu'il implique d'abaissement pour les femmes, même pour les jeunes filles ? Et le portrait de maître Apian n'apportetil pas les dernières touches au triple portrait du père de Mistral ?
De quelle idylle d'adolescence l'aventure de Guilhem et de l'Anglore estelle peutêtre une transcendance réalisée dans la maturité de l'âge ?
Le fil de Mireille nous conduit aussi de la soumission à la révolte ou plutôt nous fait côtoyer l'une et l'autre depuis Mirèio même. Mais dans Mirèio, la révolte avorte en soumission ; Mireille, Vincent, maître Ambroise sont plutôt velléitaires que révoltés, et Ourrias est le seul rebelle jusqu'au bout ; il est devenu par son crime un horslaloi et ne tarde guère à subir le châtiment. Dans Calendau, la hardiesse des méchants est châtiée, mais l'intrépidité de Calendal et d'Estérelle finit en apothéose terrestre. Dans Nerto, c'est Rodrigue qui représente la révolte, mais il se rédime pour le ciel, en même temps que Nerte, par un très catholique signe de croix. Dans Lou Pouèmo dóu Rose, Guilhem et l'Anglore s'évadent mystérieusement des conventions plutôt qu'ils ne se révoltent contre elles. Comme Ourrias, mais sans avoir commis de crime, ils sont rejetés par la terre et s'engloutissent aussi dans le Rhône. On songe à un colloque entre les trois noyés. Calendal et Estérelle seuls s'engloutissent dans le triomphe de la vie. « Lequel vaut mieux, Seigneur ? » dirait Hugo que l'on trouve partout où l'on arrive.
Les Saintes Femmes font à Mireille mourante un long sermon sur la vanité des choses et des amours de ce monde. Mais ne fautil pas choisir la vie et ne jamais accepter la mort ?
Mais Mistral, qui dans l'un de ses discours de Sainte Estelle a exalté « l'illusion féconde » et dans Lou Parangoun la beauté des instants éternels « dans la transition ténébreuse des siècles », a ressenti plus que beaucoup d'autres la nostalgie, la languisoun, le désappointement après l’action enthousiaste. [Touto afecioun Après l'acioun Es nèco (Isclo d'Or). Le provençal, s'il a, comme toutes les grandes langues, ses manques, a aussi, comme elles, ses ressources propres. En provençal, « espera » c’est « attendre », mais c'est aussi « espérer ». « Afecioun », c'est « affection », mais c'est aussi « zèle, ardeur, enthousiasme ». L'étymologie est la dissection des langues ; la sémantique est leur vie.]
Aux lendemains des récits de sa mère sur le Drac :

L'Angloro, l'endeman d'aquéli conte
Qu'emé li rai dóu soulèu s'esvalisson,
Noun ié pensavo plus...

(L'Anglore, le lendemain de ces contes qui s'évanouissent aux rayons du soleil, n'y pensait plus ... )

Mais elle ne les avait pas oubliés et elle les retrouve devant le Prince d'Orange.
Il y a aussi, dans Memòri e Raconte, l'évocation des enfants de Maillane allant le soir de l'Epiphanie à la rencontre des Rois ; et c'est une des plus belles pages de prose que le poète ait écrites avec ce leitmotiv de mélancolie :

- Ounte an passa li Rèi ?
- Darrié la mountagno.


(Où ont passé les Rois ? Derrière la montagne).


Mistral sans fin. Le fil conducteur est désirable, mais sortons- nous jamais du labyrinthe ?
MaxPhilippe Delavouêt [Lectures de Mireille, chant IV, Ed. du G.E.P., StRémy, 1959] regrette que Mireille n'ait pas préféré, au vannier Vincent, le berger Alàri, et évoque l'idylle de transhumance que l'on trouve dans les Oulivado : Dins lou Trescamp (Dans la Lande). Ce n'est là qu'un exemple de plus, non pas le dernier, des ressources inépuisables que nous offrent les chefsd'oeuvre.
Puisque je dois me borner, je voudrais seulement marquer, pour terminer une étude qui sera toujours inachevée, que j'aurais voulu surtout, implicitement, montrer aux lecteurs que le fil de Mireille, Mireille Ariane de la Renaissance provençale, n'est pas le fil de chanvre du folklore et de la tradition, ni le fil de laine de la convention et la religion, mais le fil de lin de la poésie à la fois la plus simple et la plus intime.

Textes extraits de : MARSYAS n° 373 (quarante et unième année), janvier-février 1961, pages 2635-2646


.

mardi 6 décembre 2011

Sully-André Peyre : MARSYAS n° 373 janvier-février 1961, pages 2635-2646

.



S.A. Peyre
G. Pinna
Le blog Graphique
Autorisation de l'auteur




HOMMAGE À SULLY-ANDRÉ PEYRE
(1)

Il y a 50 ans, le 13 décembre 1961, mourait l’un des plus grands poètes provençaux : S.-A. Peyre venait de terminer le numéro de décembre de sa revue littéraire MARSYAS, qui comptait alors plus de quarante ans d’existence, 382 numéros et 2726 pages. Sa veuve, la poétesse Amy Sylvel, fit paraître en mai 1962 un dernier numéro de Marsyas (pages 2727-2742) qui n’était qu’une petite anthologie des divers écrits et des diverses facettes du génie littéraire de S.-A. Peyre.
MARSYAS 2, qui se réclame si directement de l’œuvre et de la pensée de S.-A. Peyre, lui rend un hommage tout particulier en redonnant l’ensemble des écrits provençaux du poète dans la dernière année de sa vie. Nous entendons par « écrits provençaux » à la fois l’ensemble de ses poèmes (avec leur traduction) et l’ensemble de ses critiques mistraliennes, telles qu’elles parurent dans les dix numéros de MARSYAS de l’année 1961. Nous les redonnerons dans l’ordre de leur parution, en commençant ici par le numéro 373 de janvier-février.
Yves Gourgaud.


*+*+*


1. POEMES PROVENÇAUX


Dans les dernières années de sa vie, S.-A. Peyre avait republié et arrangé des poèmes de jeunesse ; il avait aussi repris des poèmes plus récents, comme celui-ci, daté de 1949 :

ENCANTAMEN


S’èro perdu dins la garrigo,

Au tèms di ferigoulo, avans lou tèms di figo ;


S'esmarravo dins li perfum,

Liuen di routo, di pous, di téulisso, di fum.


Quand pièi retroubè lou vilage,

Di causo emé di gènt recouneiguè plus l’age ;


E fuguè subran ourfanèu

Au mié d'un nouvèu siècle e d'uno vièio nèu.


Traduction : ENCHANTEMENT. Il s'était égaré dans la garrigue, au temps du thym en fleur, avant le temps des figues ;

il se perdait dans les parfums, loin des routes, des puits, des toits et des fumées.

Quand il retrouva le village, des choses et des gens il ne connut plus l'âge. Et soudain il fut orphelin dans un siècle nouveau, dans une vieille neige.



LOU RÈI ...

Lou rèi, qu'es à l'angòni,
S'ensouvèn dóu demòni
À miejour rescountra,
E d'aquelo sinfòni
Que n'en avié tira.

0 secrèto memòri,
Bèn mai secrèto glòri,
Dins quete flume as tra
La clau de soun istòri
E l’oumbro de si tra ?

Ni mistrau, ni favòni,
Ni lou soulèu, grand fèni,
Letiéu, t'agoutara,
Vièi flume malancòni,
Pèr queto mar astra ?

Eterne languitòri
De l'amour, de l’engèni...
Quau dounc la cercara,
Aquelo clau de fèrri,
Quau dounc la pescara ?

À la fin dis esglàri,
Quand la peno es un glàri,
Qu'es à peno retra,
Tant d'amour, tant de glòri,
Quau bèn li couneira ?
Au radié raubatòri,
D'uno mort sèns tafòri,
Lou rèi dispareira.
Pescadou, dins la bòri,
Es que reneissira ?

S'estounant, sèns memòri,
D'aquéu vièi tros de fèrri
Pèr la mar desoundra,
Qu'astrado e que tempèri
Dins soun tis auran tra.

Traduction : LE ROI ... Le roi, qui agonise, se souvient du démon à midi rencontré, et de ce grand poème qu'il a tiré de lui.

0 secrète mémoire et gloire plus secrète, dans quel fleuve jetée, la clé de son histoire et l'ombre de sa face ?


Nul vent fort, nulle brise, nul soleil, grand phénix, ne tarira Léthé, antique fleuve triste, voué à quelle mer ?


Nostalgie éternelle de l'amour, du génie, qui donc recherchera la clé, la clé de fer, et qui la pêchera ?


À la fin des effrois, quand la peine est un spectre et qui ressemble à peine, tant d'amour, tant de gloire, qui bien les connaîtra?
Après le dernier rapt, d'une mort sans tumulte le roi va disparaître. Pêcheur dans la cabane, renaîtra t il un jour ?

S'étonnant, sans mémoire, d'un vieux morceau de fer que la mer a gâté, que destin et saisons jettent dans son filet.






LES PAPIERS DE CHARLES RAFEL

Sous ce titre, S.-A. Peyre accumulait des pensées hétéroclites, énigmatiques ou paradoxales, le plus souvent en français mais parfois en provençal, comme ici :



ISTÒRI SACRADO (Histoire sainte)

1
Abraham reinardejo,
Isaa flaugnardejo,
E Jacob panardejo.
(Abraham le renard, Isaac le traînard, et Jacob le panard).

2
Saül lou brassejaire,
Dàvi barratejaire,
Salamoun l’assajaire.
(Saül le pourfendeur, David le marchandeur, Salomon le sondeur)

3
Saro dins lou sarai,
Agar souto l’engar.
(Sarah dans le sérail, Agar sous le hangar).

4
Ezequiéu a pèr lùssi
Li coumun de l’Apoucalùssi.
(Ezéchiel vous a pour luxe, lieux secrets de l'Apocalypse).

5
Isaïo redis
Lou proumié paradis.
(Isaie, tu redis le premier paradis).



.

dimanche 4 décembre 2011

Benevento : Isole di Nicola Dal Falco e Luciano Ragozzino

.



Vulcano d'oro,
tecnica mista
di Nicola Dal Falco




Isole

di Nicola Dal Falco e Luciano Ragozzino




15 dicembre, ore 18
Libreria Luidig
Palazzo Collenea
Corso Garibaldi, 95
Benevento

0824. 54783
www.luidig.it


Una raccolta di opere su carta che riunisce tecniche miste, acquaforti ed acquarelli, racconta la navigazione o il volo per eccellenza, quello che ha per meta l’isola.
In tutte le tradizioni, da est a ovest e viceversa, compiendo un giro completo del pianeta, l’isola è la rappresentazione di un centro.
Non le si sfugge, perché se anche la sua esistenza non fosse legata alle carte geografiche e ai viaggi, dimorerebbe nell’inconscio. L’isola sta al mondo come l’ombelico al resto del corpo. Poterla scorgere all’orizzonte e raggiungerla, vagheggiando la fine della traversata, è la speranza di ognuno, qualunque sia la situazione in cui si trova a vivere.
Nicola Dal Falco e Luciano Ragozzino, seguendo esperienze e stili diversi, hanno riunito un piccolo, emblematico arcipelago;
il primo andando dietro alla pura e semplice apparizione di una luogo, fisicamente separato, magico per la sua stessa compiutezza; il secondo, cogliendo nella spasmodica attesa di arrivare, una possibile beffa.
Durante l’inaugurazione, verranno lette sia prose, sia poesie, dedicate al tema dell’isola, tratte da un prossimo libro, intitolato Undosum, scritto da Dal Falco e in cerca di editore.
Luciano Ragozzino presenterà oltre alle sue opere alcuni titoli della doppia collana Scripsit Sculpsit e Sculpsit Scripsit di cui è editore all’insegna de Il Ragazzo Innocuo.
Lo scopo della collana è di “obbligare” un poeta a incidere



Balena,
acquarello
di Luciano Ragozzino


un’acquaforte e un incisore a scrivere.
Compito perfettamente onorato da allievi incisori come Valentino Zeichen, Mario Benedetti, Franco Buffoni, Corrado Calabrò, Luigia Sorrentino, Maurizio Cucchi, Arturo Schwarz.

Accanto all’editore è prevista anche la presenza dell’Uomo delle isole, uno scheletro a grandezza naturale, composto di innumerevoli legnetti, trovati e modellati da Ragozzino nei suoi interminabili giri per l’Egeo.

La mostra resterà aperta fino all’8 gennaio


.

vendredi 2 décembre 2011

Peireto Berengier : Maison du Mineur - L’Oustau dóu Minaire

.


L’Oustau dóu Minaire



Vaqui un endré patrimouniau classa Mounumen istouri qu’es di pas ourdinaire.

En Prouvènço, avèn, proche z-Ais e Gardano, à Greasco, un museon de la mino di mai interessant. Dins li Ceveno, es li mounge de l’Abadié beneditino de Cendras, foundado au siècle X sus li soubro d’uno vila roumano, que foundèron l’arrancage dóu carboun. Acò’s esplica à l’ecò-museon de Cendras. Pamens pèr li travai prati, rèn noun vau la vesito de l’Oustau dóu Minaire, à La Grand-Coumbo, aquelo vilo que greiè coume un champignoun en 1846, dóu tèms de la Revoulucioun industrialo.

L’Oustau dóu Minaire pourgis un panourama dóu travai dóu minaire e de sa vido bonodi lis óutis, li mecanico mai peréu li testimòni d’ancian minaire. Se trobo dins li bastimen de la valèio Ricard, la mai dificilo di valèio de l’endré bord que dins aquésti mino fasié 45°C liogo de 20°C vo 25°C dins li valèio vesino.

Dins la grand salo, bastimen di lavabo ounte li minaire se venien prene la doucho quand remountavon dóu founs (« salo di penja »), vesèn de penja au plafouns de vèsti de minaire dins si panié (es li vièsti propre que leissavon avans de davala e que li reprenien à la sourtido). Se vèi tambèn 180 doucho emé caduno soun porto-saboun (quand li maufatan lis an pas esclapa…) e un sòu de biscànti pèr faire parti l’aigo. Ges de paret ni de ridèu… Li minaire à-de-rèng se fretavon pièi fretavon l’esquino dóu vesin de davans… Aquéli qu’anavon tuba deforo e arribavon li darrié avien plus gaire d’aigo caudo. I’a de vièi minaire que refusèron sèmpre de se desvesti davans li coulègo e qu’amavon miés de se neteja dins un baquet dins sa cousino ounte falié carreja l’aigo dins un ferrat…



Dóu tèms de la mino, de panié, n’i’avié 1600 emé cadun soun numerò. Aro n’i’a mens que falié de plaço pèr lou rèsto dóu museon, bord qu’aquelo salo es vuei uno salo d’espousicioun emé fotò, lampo de minaire de tóuti lis pountanado (despièi aquéli que fasien lume coume ¼ de candello… fin qu’i lampo un pau mai mouderno e mai seguro), de briqueto e de boulet de carboun de diferènti qualita, de plan e la recoustitucioun d’un dedins d’oustau de minaire.

I’a tambèn de recoustituï, l’ataié pèr fabrica li lampo de minaire, dins soun estat d’óurigino de 1873, que la vilo avié agu la bono idèio de lou croumpa quouro anavon tout foundre pèr recupera lou metau… Aqui, fau faire uno parentèso : emai i’aguèsse tóuti lis óutis, tóuti li machino, lou biais de faire s’es perdu e degun es plus capable de fabrica uno lampo. Meme à l’escolo di mino d’Alès, an pas sachu. De vesitaire, tournaire de mestié e que sabon encaro soun mestié, soun à reflechi pèr assaja de retrouba lou biais. Uno bono idèio sarié, me sèmblo, que l’Acadèmi de Mount-Pelié meteguèsse tóuti li licèu proufessiounau sus aquéu proublèmo dins uno meno de councous pèr apetega li jouine.

Dins aquéu bastimen, tout es d’óurigino, tout nous mostro lou dur de la vido vidanto di minaire.

Sourti d’aquéu bastimen, li vesitaire van sus lou carrèu de la mino vers la salo di machino. Aqui, lou cavalet dóu Pue Ricard fai uno grosso empresisoun, subre-tout quand vous dison que permetié de faire davala li gàbi (li mémi pèr lis ome e pèr remounta lou carboun) sus 801 mètre à 10m/s. Acò fai 36 km/ouro. Sus uno routo es gaire, mai imaginas à la verticalo, dins lou bataclan di gàbi de ferre… Aquéu pue dato de 1932-1935 e barrè en 1978. Es classa mounumen istouri e fuguè proun bèn restaura en 2010, pèr èstre dubert e presenta au publi.

Coume à Greasco, dins la salo di machino se vèi lou tambour einorme que se i’enviróutavon li cable de la machino que remountavo carboun e minaire. Aquelo machino èro unico en Europo. Fàci, aquéu tambour, uno pichoto gàbi de bos e de vèire ounte i’avié lou machinisto. Aquéu qu’avié la respounsableta de la machino e de la vido di minaire dins la gàbi èro toujour un ome ama de tóuti. Se vèi encaro li sistèmo de segureta. Mai voulèn bèn crèire lou guide quand esplico qu’èro l’ome miés paga pèr la respounsableta qu’avié e pèr lou « stress » que patissié subre-tout quand se ramentan lou brut d’infèr qu’aquelo machino fai à Greasco… Eici, marcho plus que li cable èron esta leva quand lou carrèu barrè fin d’espargna d’aucidènt e de mau-voulènci. Vuei, soun ramplaça pèr de cordo negro. Es lis ancian minaire bountous que vouguèron sauva ço qu’èro esta sa vido e mantenguèron fin que lou gouvèr classèsse tout acò mounumen istouri, vuei souto la respounsableta de dous ajoun dóu patrimòni saberu dóu mestié e d’istòri.

Tout à l’entour d’aquéu pue, poudèn vesita li « receto », un pau coume li « receto dis impost », èro l’endré mounte « recebien » lou carboun dins si vagounet e lou persounau que davalavo o remountavo dins sa gàbi. Rèsto tambèn lis ataié especialisa ounte radoubavon tout ço qu’èro utilisa sus lou carrèu Ricard.

Aquéu noum de Ricard vendrié d’un di foundatour, un armatour marsihés.

Aquel Oustau dóu Minaire, douno uno idèio di mai coumplèto sus lis istalacioun de surfàci di carbouniero cevenolo. Coume à Greasco, se pòu plus davala dins lou pue bord qu’an rampli emé tóuti li galarié pèr que lou sòu s’afoundrèsse pas e lou pue pèr empacha lou metane de sourti. I’a qu’à la mino escolo d’Alès que se pòu vèire vertadieramen lou dedins d’uno mino e de si galarié. Mai es uno mino escolo e i’a pas de davala. Me rappelle pamens d’uno mino en Walounìo qu’avian davala dins lou founs. Impressiounant.

Ço qu’ai trouba de bèn simpati en rintrant, en mai di panèu esplicatiéu e dóu filme testimòni, es de panèu en óumenage au « felibre Mathieu Lacroix » qu’èro fiéu de La Grand-Coumbo e escriguè en cevenòu. Mai acò’s uno autro istòri. N’en parlaren un cop mai.

Dins tout, La Grand Coumbo vau lou courre tant pèr soun Oustau dóu Minaire que pèr l’Oustau di mestié ancian, tóuti dous recampa sus lou meme parcage…



Peireto Berengier



Maison du Mineur, Tel. 04 66 34 28 93
maisondumineur@wanadoo.fr

.