vendredi 30 mars 2012

David Le Gravissime : Le pianoforte

.



Marie-Antoinette
au pianoforte




Le pianoforte
Éloge sonore et bilingue à la lenteur




par
David Le Gravissime





Toi tu jouais du pianoforte
Tu en jouais piano piano
Moi j’allais au cinématographe
Au lieu d’aller au taf
Et tu trouvais ça forte
Che non suonavi niente sul vivacissimamente
Ma ti piaceva molto l’andantino
E ti piaceva tanto l’adagio famoso
L’adagio che cantammo tante notte :

Chi va pianoforte va sano
Chi va sano va lontano
Invece chi va forte va alla morte
Toi tu jouais piano sur ton pianoforte
Moi j’allais au cinématographe

Sis rue du maréchal Philippe Leclerc de Hautecloque
Ce cinématographe un peu baroque
On y jouait des films noirs et blancs et muets
L’écran brillait des yeux de Lon Chaney
Moi par erreur j’étais rétif à la lenteur
À l’adagio famoso piano piano
J’étais jeune et beau comme Rudolf Valentino
Je voulais vivre vite et je tombais dans le panneau
Les mythes occidentaux s’exécutent allegro con moto
Mais le tempo du James Dean mène à l’accident tôt




Chi va pianoforte va sano
Chi va sano va lontano
Invece chi va forte va alla morte
Toi tu jouais piano sur ton pianoforte
Moi j’allais au cinématographe

Pour vivre en allegro je t’ai quittée sans dire un mot
Je t’ai laissée pianoter pianissimo
Un démarrage en trombe à la James Valentino
Le moteur a couvert ton adagio
Je ne l’ai regretté qu’après longtemps, carissima
Ton clavier refermé à tout jamais
Une mélodie douce, blessante, pas à pas
Une gravure à l’eau-fortissima

Chi va pianoforte va sano
Chi va sano va lontano
Invece chi va forte va alla morte
Toi tu jouais piano sur ton pianoforte
Moi j’allais au cinématographe

Toi tu jouais du pianoforte
Tu en jouais piano piano
Moi je buvais du bianco frizzante
Au cinématographe et tu trouvais ça forte
Che non suonavi niente sul vivacissimamente
Ma ti piaceva molto l’andantino
E ti piaceva tanto l’adagio famoso
L’adagio che cantammo tante notte





.

mercredi 28 mars 2012

Sextius - Michel : EN RADO DE MARSIHO - EN RADE DE MARSEILLE

.





EN RADO DE MARSIHO


1839


La nau emé si blànquis alo
De la rado frusto lou bord.
Quau, l'amo pieno d'estrambord,
lé canto en lengo prouvençalo?

Dins la niue que plan-plan davalo
La voues resdantis. Lou vièi port
N'avié pancaro ausi l'acord
D'aquelo muso miejournalo.

Li gènt duerbon si fenestroun
Afin d'escouta la cansoun
Que fouito, esgaio, enauro, encanto.

Un pilot gré dis « Es belèu
Quauque Teoucrite nouvèu;
Mai, si dialogue, li canto. »





*+*+*+*



EN RADE DE MARSEILLE

1839
Le bateau aux blanches ailes
effleure le bord
de la rade.
Quel est celui qui, l'âme pleine d'enthousiasme,

y chante en langue provençale?
Dans la nuit qui peu à peu descend,
la voix
retentit. Le vieux port
n'avait pas encore entendu

l'harmonie de cette muse méridionale.
Les gens ouvrent leurs fenêtres
pour écouter
la chanson
qui flagelle, amuse, élève, enchante.

Un pilote grec dit:
« C'est peut-être quelque
Théocrite
nouveau; mais, ses dialogues,
il les
chante. ».





.

lundi 26 mars 2012

J Desanat : MA PROUFESSIOUN DÉ FÉ - 1825

.






MA PROUFESSIOUN DÉ FÉ


1825
.

Air: Du haut en bas, etc…



Sieou libéraou,
D'aqueou titré mé n'en foou gloirou,
Sieou libéraou,
Sieou ni troumpur, michant, ni faou,
Ren mé plaï tan coumou l'histoirou
Dé nosti bravé dé la Loirou,
Sieou libéraou,
Sieou libéraou.

Sieou libéraou.
Légissé pas la Quoutidiennou,
Sieou libéraou,
Chérissé lei courrié légaou
M'abeouré pas din seis antiennou,
Es trop cafardou la vaurriennou,
Sieou libéraou,
Sieou libéraou.

Sieou libéraou,
Vivé pa per l'ancien régimé,
Sieou libéraou,
Brulé pas d'avé lou mourraou,
Volé qué cé qu'es légitimé,
Tout aoutrou caousou m'es un crimé,
Sieou libéraou,
Sieou libéraou.

Sieou libéraou,
Quoiqu'habitan dé la Prouvençou,
Sieou libéraou,
N'aï jamaï souhéta lou maou,
Entré lou Rosé et la Durençou
Germou d'hounour, d'indépendençou,
Sieou libéraou,
Sieou libéraou.

Sieou libéraou,
Détesté lou vraï fanatismé,
Sieou libéraou,
Abhorré lei Réy dei caraou,
Aï en hourrour lou despotismé,
Lei tartufou et l'absoulutismé,
Sieou libéraou,
Sieou libéraou.

Sieou libéraou,
Amé l'escolou mutuellou,
Sieou libéraou,
Un enseignamen mé faï gaou.
Per eou la jouinessou acurellou,
Un jour sara spirituellou,
Sieou libéraou,
Sieou libéraou.

Sieou libéraou,
Amé soulagea l'indigençou,
Sieou libéraou,
D'estré fran vaqui mon défaou,
Oouraï toujours dé répugnençou,
Per lou crimé et per la vengençou,
Sieou libéraou,
Sieou libéraou.

Sieou libéraou,
Mesprésé l'hommé qué variou,
Sieou libéraou,
La Chartou es moun soulet miraou,
Amé la gloirou et l'industriou,
Dieou, l'hounnour, moun Réy, ma patriou,
Sieou libéraou,
Sieou libéraou.




.

samedi 24 mars 2012

L’Aiòli - 2 poèmes !!!!



.




L’Aiòli

De nòsti jardin veno perfumado,
O veno d’aiet qu’emé l’òli rous
Dins lou mourtié fas aquelo poumado
Qu’i cor prouvençau lèvo lou desgoust;

Dequé nous enchau que nosto alenado
Noun ague dóu musc l’aflat capitous!
Que mangen l’aiet e la remoulado,
Gradan pèr l’amour noste teta-dous.

Bèn segur que fai veni la salivo,
Aquéu jaune d’iòu dins l’òli dóulivo;
E se l’arrousan de vin de la Crau,

Vai, podes boufa, quand quitan la taulo
Neto de merlusso e de cagaraulo,
Vai, podes boufa, bougre de Mistrau!


Mèste Eisseto
Mas deVers en Camargo
1888


*+*+*+*



L’Aiòli

Que pèsto! que pouisoun! en fasènt la grimaço
Après avé tasta l’aiòli prouvençau
Dison li Parisen, qu’amon gaire la sau,
Lou pebre e li pebroun dins tóuti si fricasso.

Iéu li replique alor: — Pèr saupre coume passo
Lou desgoust d’aquéu plat, venès ‘mé iéu à Sault,
Moun bèu païs gavot, courre prendre d’assaut
La cimo dóu Ventour, qu’eilamount s’espaço.

Quand n’auren escala, despièi l’aubo à miejour,
Dins lou gres, dins l’ermas, péu trempa de susour,
Mai vèntre aloubati de mounta dins li nivo,

Dirés, en vous lipant dóu ragout agradiéu
Que marida à l’aiet, l’òli fin de l’óulivo:
Es pamens bèn verai qu’es un mèisse de Diéu!



Celestin Bonnet




.

jeudi 22 mars 2012

F. Mistral : La genesi - L’eidracado - CHAPITRE VIII

.





CHAPITRE VIII


*+*+*

L’eidracado




1. Mai Diéu s’estènt souvengu de Nouè, e de tóuti lis animau e de tóuti li bestiau qu’èron em’ éu dins l’arco, mandè ‘n vènt sus la terro, e lis aigo demeniguèron.

2. E se barrèron li font dóu grand aven e li resclauso dóu cèu; e li plueio dóu cèu fuguèron arrestado.

3. E lis aigo se levèron de la terro en anant e venènt; e coumencèron de merma après cènt- cinquanto jour.

4. E l’arco se pausè, au mes seten, lou vint-e-sèt dóu mes, sus li mountagno d’Armenìo.

5. Pamens lis aigo, jusquo vers li dès mes, s’enanavon e beissavon: e veici qu’au mes desen, lou proumié jour dóu mes, li cresten di mountagno pareiguèron.

6. E au bout de quaranto jour, Nouè aguènt dubert la fenèstro de l’arco, qu’avié facho, bandiguè ‘n courpatas

7. Que partiguè, e que noun tournavo plus, d’aqui-que sus la terro lis aigo se sequèsson.

8. Après lou courpatas bandiguè ‘no couloumbo, pèr vèire se lis aigo avien deja fini subre la fàci de la terro.

9. Aquesto, noun troubant ges de rode pèr pausa soun pèd, revenguè vers éu dins l’arco, car i’avié’ncaro d’aigo subre la terro entiero: éu estendeguè la man, e l’aguènt arrapado, l’estremè dins l’arco.

10. En aguènt espera sèt àutri jour, bandiguè mai de l’arco uno couloumbo.

11. E aquelo venguè à-n-éu lou vèspre, en pourtant à soun bè un brout d’óulivié que verdejavo. Nouè coumprenguè dounc que sus la terro lis aigo avien fini.

12. Esperè pamens sèt àutri jour; pièi bandiguè la couloumbo, que retournè plus vers éu.

13. Adounc l’an sièis-cènt-un de l’age de Nouè, lou proumié mes e lou proumié dóu mes, lis aigo s’escoulèron sus la terro; e Nouè, en durbènt la cuberto de l’arco, regardè e veguè qu’èro eissugado la surfàci de la terro.

14. Au segound mes, lou vint-e-sèt dóu mes, la terro fuguè eidracado.

15. E Diéu alor ié parlè à Nouè, en disènt:

16. “Sorte de l’arco, tu ‘mé ta mouié, e ti fiéu, e li mouié de ti fiéu emé tu,

17. E tóuti li bestiàri que soun ermé tu, e touto car, tant aucelino que feruno, coume tout lou grouün que se rebalo sus terro, largo-lèi emé tu, e rintras sus la terro: agués de crèis e coungreias sus terro.”

18. Nouè sourtiguè dounc, emé si fiéu, sa mouié, e li mouié de si fiéu em’ éu.

19. E tóuti lis animau, tout lou bestiau, tout lou grouün que se rebalo sus terro, meno pèr meno, sourtiguèron de l’arco.

20. Nouè bastiguè pièi un autar au Segnour, e prenènt de tout bestiàrie de tout aucèu pur, óufriguè d’ouloucauste sus l’autar.

21. E la bono sentour au Segnour n’agradè, e lou Segnour diguè: “Maudirai jamai plus la terro pèr l’encauso dis ome, car de l’ome lou sèns e l’esperit de l’ome soun,de-jouinesso, aclin vers lou mau: picarai dounc plus jamai sus touto amo vivènto coume ai fa.

22. E tant que mounde sara mounde, la semenço e la meissoun, la fresquiero e la calour, l’estiéu e l’ivèr, lou jour e la niue, n’auran plus ges de pauso.”




.

mardi 20 mars 2012

Peireto Berengier : Lis Armana

.



Lis Armana

Couneissèn tóuti l’Armana Prouvençau. Pèr nautre, es L’ARMANA, l’armana pèr eicelènci. Pamens, LIS armana soun noumbrous, an uno istòri e cadun soun identita. An d’aiours proun de cousin emé lis agenda, semanié, cartabèu e, en francés, lis ancian « athénées » e « bouquets », nòsti flourilège.


Dins soun TDF, Mistral douno pèr definicioun « almanach » e apound « v. calendié ». Parlo tambèn d’ome estrange, maniacle, etc. Cito pièi diferènts armana dialeitau. Douno li mot de la famiho : armanacaire, armanacarié (scènci de l’armana), armanachoun, armanaqueja (espeluca menimousamen). Tout acò, que i’a pas de mot en francés pèr dire parié, fau tout esplica.

Li citacioun soun plasènto : « messourguié coume un armana », « es lou plus pichot sant de l’armana », « quand sias vièi, sias plen d’armana » (de doulour), « dèu avé un bèu paquet d’armana » (de printèms).

L’istòri dis armana remounto liuen dins lou tèms e s’ameritarié touto uno tèsi. Lou CIRDOC de Besiés es d’aiours à travaia aqui subre. I’avié d’armana ancian, encò nostre, avian pèr eisèmple : « Lou Rabaiaire », n’i’avié peréu en francés e un pau dins tóuti li regioun. Se lis « athénées » e àutri « bouquet » èron pulèu saberu, lis armana se voulien tóuti poupulàri. Ero sa marco.



Sabèn coume, tre 1854 e la foundacioun dóu Felibrige, Mistral e li primadié decidèron de founda l’« Armana Prouvençau » que lou proumié pareiguè en 1855. Esplicon dins lou proumié soun idèio, sa toco e coume volon fissa la grafìo. Mistral e Roumanille s’achinissien à recampa e courregi. Ié falié empura la voio di pouèto e dis escrivan de tout péu (dins lou proumié i’a pas que 12 coulabouraire) e plega si tèste i nouvèlli normo ourtougrafico. Un travai de beneditin que faguèron tout de long de sa vido e que lis armanacaire d’après countunièron. E i’a toujour de voulountàri afouga pèr se counsacra à-n-aquelo toco.

Sabèn que, dins l’idèio de Mistral e de si coumpan, la toco d’aquel armana èro de touca lou pople e la cuberto lou dis bèn que dèu « pourta soulas e joio au pople dóu Miejour ». Anavo dins tóuti li mas e bastido de l’encountrado, dins li fougau li mai poupulàri. Tirèron à 15000 eisemplàri e l’armana faguè grando pèr la Reneissènço. Dins lou TDF, Mistral nous dis qu’èro « un recuei de literaturo ». En realita, l’A P èro mai qu’acò, èro un vertadier armana, emé lou calendié, li sant, li luno, lis eclisso, li fiero e li roumavage, de prouverbe, tout ço que fai qu’un armana es un armana. En mai de la literaturo se ié poudié legi tambèn li gràndi dato de l’istòri de Prouvènço, li discours di capoulié, l’atualita dóu Felibrige e un mortuorum que nous es bèn precious à l’ouro d’aro. Devèn pas óublida ço que lou fasié lou mai poupulàri : li conte e li cascareleto !


L’« Armana Prouvençau », edita proumié pèr Aubanel pièi pèr Roumanille, poupulàri que poupulàri, ié caupié pamens de grand tèste que fan vuei lou founs de nosto literaturo. Mistral, bèu proumié, ié publiquè talamen tant de tèste que lou Capoulié Devouluy li recampè plus tard dins tres voulume : « Proso d’armana », « Nouvèlli proso d’armana » e « Darriéri proso d’armana ». Roumanille ié publiquè sis oubreto, Pau Arène si conte e Daudet tambèn (ramentaren que li tèste de « La Cabro de moussu Seguin » e « La Miolo dóu Papo » soun escrich en prouvençau de la man de Daudet). Charloun Rieu faguè counèisse si poulìdi cansoun e Leoun de Berluc-Perussis si proso tant bèn escrincelado. Faudrié cita un mouloun d’escrivan coume Batisto Bonnet, Fèlis Gras, li Jouveau, etc.*

Se passan is armana mai recènt, citaren Reinié Jouveau que n’en fuguè lou baile un mié-siècle de tèms e publiquè : conte, pouèmo, receto, cascareleto, discours, etc. Cadun se ramento coume esperavian, cade an, lou conte de Carle Galtier, lou prince de la nouvello, que li recampè pièi dins si recuei à sucès. Cade an peréu, esperavian lou conte dóu majourau Fouque de Touloun, ai-las, acò durè pas proun. Es encaro dins l’Armana que legissian Marìo Mauron, Francés Jouve, Francés Gag, Marcello Drutel, Farfantello e tout plen d’autre que li poudèn pas tóuti cita e voulèn parla que d’aquéli que nous an quita.

Bèn entendu, noste armana cambiè proun de noum ; d’annado aguè un coumpan qu’avié pres lou noum e que ié disian « lou jaune » ; l’armana tradiciounalamen publica pèr lou Felibrige èro alor devengu «Armana di Felibre ». I’aguè encaro quàuqui noum e d’« armana paralèle » mai l’esperit restè e vuei encaro, l’Armana, qu’a retrouba soun noum, fai soun proun pèr resta digne de si davancié. Poudèn que n’en gramacia lis oubrié !


En Prouvènço, l’Armana Prouvençau, se faguè flòri, aguè lèu de fraire coume l’ « Armana de la Pignato » à Touloun, « l’Armana dóu Ventour », « l’Armana marsihés », « Lou Bartavèu », « La decada nissarda » e de desenau d’autre. Dise de fraire, bord que mai o proun, retrouban souvènt li mémi noum dins cadun…

Mai la Prouvènço avié pas l’esclusiveta e lèu pareiguèron : « l’Armagna cevenòu » en 1874, « l’Armanac de Louzero », « l’Armanac Rouergas », « l’Armana cettòri (cetòri)» e d’autre à Bourdèu, en Gascougno : « l’Almanac noubel de l’Ariejo », « l’Armanac dera mountanho », en Roussihoun, etc. N’i’aguè mai de 50 entre 1870 e 1914 ! Tout acò ajudè la reneissènço de la lengo e de la culturo, tout acò empurè lou gavèu dins li diferènt fougau dialeitau e ajudè manteni fin qu’à nautre.

« L’Armanca de Louzero » avié respeli i’a quàuquis annado bonodi Milo-Milou, Emilo Tichet. Es liga à la revisto « Lou Païs » e countugno de parèisse desempièi 1970. « L’Armanac rouergas » fuguè, pendènt de desenau d’annado, publica pèr l’escolo felibrenco « Lou Grelh rouergat ». Vuei, publicon uno revisto e plus d’armana. Dóumage. S’eilà « acò respond plus à la demando », nautre, en Prouvènço, d’armana n’en demandan toujour.


Tèms en tèms e fin qu’aro, se vèi un armana qu’assajo de tourna espeli o un nouvèu que vòu creba l’iòu : « Armana dóu Flourège », « Armana de la Targo », « Armana de la Tour Magno », etc. L’an passa, la revisto dóu Felibrige saludavo la reneissènço de « l’Armagna Cevenòu » is edicioun Aigo-Vivo. Ero pas qu’un fiò de paio bord que lou segound es sourti pèr 2012.

Peireto Berengier


* N’aproufichan pèr vous ramenta que Bernadeto Zunino a recampa tout acò, de 1855 à 2004, dins 7 cartabèu publica pèr lis edicioun Aigo-vivo. Un vuechen cartabèu es counsacra à l’Armana de la Pignato.

Aigo-Vivo : ive.gourgaud@orange.fr



.

vendredi 16 mars 2012

Lou journalet dóu Pont de Garanço : N° 2 - Mars de 2011

.



Tros de Lou journalet dóu Pont de Garanço : N° 2 - Mars de 2011





Lou Viset e sa Viseto


« Mounte es lou Viset ? Amé sa Viseto ». Aquèli dous èstre s'èron jamai quita. Se couneissien dempièi sa plus jouino enfanço bord que vivien dins lou meme vilage de Vedeno e qu'èron cousin german. Se maridèron meme : Es alor que nasquè ma Grand, Aurelio. Vivien carriero dou « Poulit Camp » jusqu'à coustat de l'oustau di Magnan. Perèu, quouro moun Grand venié tout jouine encò sa sorre, Aurelio l'arremarcavo e se n'en seguiguè quàuquis annado mai tard soun maridage e la neissenço de ma maire Janetoun.

Lou Viset e sa Viseto anèron viéure encò sa fiho au quartié dou Chivau Blanc dins l'oustau que n'eiretèron : Viset èro counsierge en Aguio e Viseto s'oucupavo de l'oustau e fasié de courdurage. Moun Grand reguignavo à chasque cop que pourgissié un plat pèr lou dina e que l'acoumpagnavo d'aquèli mot :
« Fau que n'en resto pèr aniue! ».

Viset èro un ome doucile : fasié tout ço que sa femo ié demandavo. Mai ai!las ! un jour venguè la separacioun e Viset fuguè tout destimbourla. A nounanto an, si vido s'èron entremesclado e se soustenien l'un l'autre ; lou que demoro es alor desempara.
Un mes après aquesto desparicioun crudelo, un sèr, Viset se virè vers sa Janetoun en ié disènt « Fai-me uno poutouno bello! » e Janetoun que l'amavo forço soun Viset, se leissè poutouneja. Partiguè alor se jaire dins la chambro dóu bas qu'es aro moun burèu.

L'endeman matin, Janetoun fuguè souspreso de pas vèire veni soun Grand ; anè pica à la porto de sa chambro ; deguno respounso ! Durbiguè. La fre la sousprenguè : La fenestro e li contro-vènt èron dubert. S'entournè lèu dins la cousino un pau esfraiado quouro s'ausiguè pica tres cop sus la porto de l'oustau. Moun Grand anè durbi. « Dardar » èro aqui tout despoutenta: « Marcèu, lou Viset s'es jita dins la Sorgo e soun cors es sus l’escampadou! »

La desparicioun de sa femo èro estado trop crudelo. Chasco minuto èro devengudo uno eternita de souleso e de tristesso. « Viset, vai-t'en querre de poumo d'amour au jardin! » vo « Viset, vai ié dire qu'es l'ouro de manja! » e Viset óubeïssié. Aco l'óucupavo e dounavo un sèns à sa vido : Aro que sa retirado èro bèn avançado, la mendro ajudo pourgido à sa femo la fasié emé plasé e lou reviscoulavo. Participavo ansin à la vido de l’oustau ; èro pas soulamen un pioun que se desplaçavo d’uno cadiero à l’autro e que sarié lèu devengu uno gèino. Mai aro, plus rèn. Avié perdu si marco : Pèr èu, lou soulèu esbrihaudarié plus jamai ; èro devengu inutile. Perèu, avié pres sa decisioun ; aqueste sèr, après uno escourregudo de dous kiloumetre, sènso esitacioun avié encamba la parabando e s’èro abandouna dins lou riéu au crid de « Me vaqui, ma Viseto! »

Michèu


*+*+*+*




Vedeno avié si bugadiero


Vedeno avié dous lavadou : Lou pichot sus la calado dóu Chivau Blanc e l’autre sus la grand plaço di pichot pont qu’èro lou mai grand. Chasque jour, se ié vesié forço bugadiero de tóuti lis age. Fasien bugado mai óublidavon pas de barjaca. Aqui, tout se sabié : li neissenço, li bòni e li marrìdi nouvello.
N’avié uno que ié demouravo enjusqu’à miejo ouro. Quouro s’entournavo, s’arrestavo bèn souvènt à l’oustau pèr se pausa e prene lou café. Reviscoulado, s’enanavo alor amé sa barioto coumoulado de linge propre pèr l’ana estèndre sus l’erbo dóu prat.


Jano-Mario


*+*+*+*



Lou pont de garanço, mai qu'es acò ?




Aquelo assouciacioun fugué creado en 1985, à l'iniciativo de quàuqui vedeneso * desirouso de perpetua e promòure la culturo prouvençalo, si tradicioun e sa lengo, la «lengo-nostro ».

Vint e sièis an après, aquelo associacioun countunio d’oubra dins lou percas de la toco que s'èro fissado à la debuto.

La toco proumiero de l 'assouciacioun es d'acampa de persouno que perseguisson lou meme ideau e afourtisson nost'identita prouvençalo, valourison nosto culturo, tout acò dins un esperit amistous e couviviau.

Tout de long de l'annado, un cous de lengo prouvençalo es douna chasque semano pèr li sòci que lou souvèton ; aquest cous es anima pèr lou president de l'assouciacioun, e perèu dins mant uno escolo primàri.

L'assouciacioun ourganiso, dous o très cop l'an, de sourtido-vesito de rode diferènt, chausi pèr soun interès istouri, touristi e culturau.
De repas e matinado recreativo dins l'esperit de la culturo prouvençalo soun perèu ourganisa, emé de tiatro, de cantadis, espousicioun, charadisso, etc..

Despièi aquest'an, avèn crea lou Journalet, pichot recuei de tèste redegi en lengo prouvençalo pèr li que participon au cous, evoucant de pajo de l'istòri de Vedeno, o encaro tratant d'àutri sujèt, à la chausido de chascun. La toco d'aquèu journalet, en mai de l'eisercice linguisti, es de crea de liame demié li sòci e lis abitant dóu vilage.

Se n'en voulès assaupre un pau mai sus nosto assouciacioun, nous poudès escriéure e douna vost'adrèisso eleitrounico o voste numerò de telefouno sus lou « blog » de Marsyas 2, que lou trasmetra à la secretàri, Michello, que vous respoundra.


* vèire lou numero 1 dóu Journalet


.

.

mercredi 14 mars 2012

Pierrette Berengier : Mort e Memòri en Prouvènço

.




Mort e Memòri en Prouvènço



Lou darrier oubrage de Regis Bertrand, proufessour emerito d’istòri de l’Universita de z-Ais, nous parlo de la mort e de la memòri en Prouvènço, dóu siècle XVIII au siècle XX, tout acò estudia emé l’iue e l’esperit d’un istourian. L’autour recampo aqui d’article e de coumunicacioun qu’avié presenta dins de revisto e de coulòqui e i’apound noumbre d’estùdi nouvèu pèr coumpleta uno presentacioun gigantasso de tout ço que toco à la mort e ligo li mort i vivènt encò nostre.

Regis Bertrand estùdio dounc li biais tradiciounau, li biais liga à la religioun o à la laïceta. Vai ansin que pinto e estùdio li cementèri emé li carrat diferènt, li toumbèu e li mounumen especiau. Mai la mort se trobo tambèn dins li vilo, en deforo di cementèri, emé li lauso sus lis oustau, lis oustau-museon (Maiano, Serignan, etc.), li noum de carriero e diferènt mounumen pèr eisèmple.

L’autour coumenço em’uno presentacioun di pratico e di representacioun ounte trouban lis enteramen dis escabin de Marsiho, la mort dis enfant, li terro jalado dins lis Aup e li mort que poudien pas toujour lis enterra, li mort en mar o li trevo dins li « memòri » de Mistral.

Aprenèn tambèn l’istòri e lou biais di repas d’enterramen e coume li flour venguèron de tradicioun sus li toumbo e li multiplicanto que nous sèmblon tant naturalo que daton pas que d’un siècle aperaqui… Regis Bertrand se foundo tant sus lis estùdi de Van Gennep que sus lis estùdi istouri e lis archiéu.

Dins la segoundo partido, nous esplico li cementèri e li memouriau. Demié li cementèri estudia plus menimousamen, trouban bèn entendu lou celèbre cementèri Sant Pèire de Marsiho emé si mounumen e si toumbo ufanouso que lis mai grands escultaire ié baièron tout soun art. En particulié, li mounumen Oulive e Clos-Bey emé soun estile mouresc…

Lou cementèri d’Arle, éu, se devino un di bèn ràri de Franço que daton d’avans la Revoulucioun e soun sèmpre utilisa. Lou cementèri de Four-cauquié emé si tuei taia (tuei, qu’en prouvençau ié disèn justamen « aubre-de-vido »…) es bèn couneigu. Tambèn li cementèri di Turc dins li galèro de Marsiho o Touloun, li toumbo di proutestant e tout ço que rèsto pèr garda memòri dis grands ome e dis escrivan.

Un oubrage saberu e forço interessant que toco un tèmo un pau à despart e qu’aqui s’avisan qu’es gaire aliuencha de nosto vido-vidanto emai caminessian souvènt en virant la tèsto…

Encaro un bèl oubrage de grand interès que nous pourgisson lis edicioun La Thune, de Marsiho, beilejado pèr lou Paire Quan.


Pierrette Berengier


« Mort et Mémoire » de Regis Bertrand, un oubrage de 420 pajo que costo 24 éurò (lou port en mai), ISBN 978-2-913847-50-7. Se pòu coumanda à : La Thune, 30 rue Thubaneau, 13001 Marseille. Tel. 04 91 91 52 48, info@la-thune.com

lundi 12 mars 2012

SULLY-ANDRÉ PEYRE : MISTRAL SANS FIN - N° 379 de Marsyas (septembre 1961)

.





MISTRAL SANS FIN





texte collecté & mis en forme
par Ive Gourgaud




Ruth Pitter, la plus grande poétesse anglaise vivante, nous a donné ce vers étrange :

…Thy grief is like shrill gnats in lovely eves.


(Ta peine est pareille à d'aigus moucherons dans les soirs adorables).


Par un lapsus oculi (c'est le cas de le dire) j'avais lu d'abord eyes au lieu de eves, soit : « Ta peine est pareille à d'aigus moucherons dans des yeux adorables », ce qui aurait été plus hardi, plus original, mais moins beau. Quant à l'épithète adorable, elle peut paraître bien usée en français, à cause évidemment de l'abus qu'on en a fait ; mais les poètes sont de grands rédempteurs de mots ; nous sommes d’abord choqués de lire dans les Stances de Moréas :

Le printemps agréable a perdu son odeur.

Nous aurions préféré adorable, devant lequel Moréas a peut-être hésité, car, après tout, adorable se rédime mieux qu'agréable. En anglais lovely est encore plus gâté par l'abus que ne l'est adorable en français, et la langue anglaise, qui a pourtant deux verbes to love, et to like, contre le seul verbe français aimer, se sert de l'épithète lovely pour n'importe qui, pour n’importe quoi, exactement comme la langue française de l'adjectif adorable.
Pourtant, l'une des caractéristiques du beau vers est que l'on n'y puisse changer un seul mot ; et l'on ne saurait modifier celui de Ruth Pitter sans en détruire la beauté.
Cette digression nous éloigne-t-elle de Mistral ? Non pas ; car Mistral est poète, et, lorsque nous l'approchons, nous ne pouvons rester indifférents à rien de ce qui touche la poésie. Ne sont-ce pas d'ailleurs les moustiques, moucherons-tigres, qui raniment Mireille après l'insolation, de sorte qu'elle peut se traîner jusqu'à l'église des Saintes pour une mort chrétienne ? On peut le regretter, dit le cynique, devant la désinvolture béate avec laquelle les Saintes Femmes la laissent mourir, l'y encouragent même !
Il ne s'agit point d'une digression, mais de l'introduction d'un reproche. Aussi irritant que l'intrusion d'un moustique dans les yeux est de lire, sur la couverture, dans les éditions de l'oeuvre de Mistral, avec la traduction en regard, le seul titre Mireille en français ! Cela peut paraître une vétille, et la réédition suisse Mirèio (Editions Rencontre, à Lausanne) ne fait que suivre en cela le regrettable exemple des éditeurs français de Mistral. C'est un peu comme si Mireille, fille pauvre d'une langue considérée comme inférieure, n'osait pas avouer son nom provençal. Hugo, que l'on trouve partout où l'on arrive, a proclamé :

La Suisse, dans l'histoire, aura le dernier mot.

En voici une preuve dans le domaine littéraire. La présentation de cette réédition de Mirèio, en belle typographie, sur beau papier, bien reliée, nous comble et nous fait désirer de semblables initiatives pour les autres poèmes de Mistral ; et surtout son vrai chefd'oeuvre Lou Pouèmo dóu Rose (Le Poème du Rhône). Malheureusement, des contrats draconiens donnent à certains éditeurs un monopole de fait, sinon de droit, sur la plus grande partie de l'oeuvre de Mistral, et ces éditeurs semblent ne rien faire pour une plus grande diffusion, mettant ainsi leur boisseau sur sa lumière. C'est sans doute pour cela que Mirèio, dont la diffusion ne connaît pas ces empêchements, a pu être si souvent rééditée en France et à l'étranger, soit dans le texte provençal avec la traduction française, soit traduite en langue étrangère. Peut être aussi le poème de Mirèio doit-il une partie de sa vogue, comme le Faust de Goethe, à la musique de Gounod ? C'est ainsi que, pour trop de lecteurs encore, Mistral est surtout, sinon essentiellement, le poète de Mirèio. Mais l'intérêt de cette édition suisse de Mirèio, s'il s'impose comme une preuve nouvelle de l'accélération de la culture provençale, tout freinée qu'elle soit par l'inertie de certains éditeurs, s'impose aussi par la préface de Louis Bayle. L'expression « sans fin » que Goethe employa le premier, que je sache, en l'appliquant à Shakespeare, et que j'ai reprise pour Hugo et pour Mistral, indique assez que les glossateurs et les exégètes n'achèveront jamais leur travail attentif et fécond.



Certes, sur le Racine mort le Campistron pullule, mais s'il y a longtemps qu'on ne lit plus les piètres imitateurs, on se laisse encore prendre à lire les glossateurs qui pullulent aussi sur Mistral comme sur les autres génies. Pour ce qui est de Mistral, il a eu peut être deux ou trois Zoïles ; mais il a eu surtout des commentateurs de bonne volonté, voire de talent, qui l'ont momifié dans les bandelettes de la tradition, de la convention, du folklore, du régionalisme, et, il faut bien le dire, de Ia politique et de la religion. Louis Bayle se range avec ceux, encore peu nombreux, qui nous restituent Mistral et qui sont Ies collaborateurs du génie, et les servants de sa gloire, comme Ie sont aussi les générations de lecteurs à la fois attentifs et éblouis. Louis Bayle le redit fort bien lui-même :
« Il se peut d'ailleurs que Mistral n'ait pas voulu délibérément charger son poème de tous les sens que nous lui découvrons. Mais que ces sens existent et s'ajoutent à celui, ou à ceux évidents, qu'il lui a sciemment donnés, nous ne pouvons en disconvenir. C'est le propre du génie d'être plus riche qu'il croit l'être ».
Je sais bien que certains marquent encore quelque hésitation, quelque arrière regret, d'origine peut-être séculaire, sur la création de la langue provençale et sur sa graphie. Mais, en réalité, Mistral a transcendé le dialecte rhodanien pour en faire la langue provençale, comme Dante a transcendé le dialecte toscan pour en faire la langue italienne. C'est Pierre Devoluy, l'apôtre paulinien de Mistral, qui nous en donne, dans Mistral et la Rédemption d'une langue (Grasset, Paris 1941) la raison, la cause essentielle, ce que dans la métaphysique provençale on appelle l'Astrado (Ia destinée astrale) :

«Une langue littéraire n'est jamais un compromis entre les divers parlers d'une langue naturelle ; elle est un de ces parlers qui a réussi littérairement. Pourquoi le destin atil voulu que Mistral naquît à Maillane, qu'il eût du génie et qu'il s'en servît pour faire de son parler local un Vulgaire illustre ?
Pourquoi, d'autre part, le hasard ou la Providence a-t-il fait que ce parler fût justement un des plus évolués des parlers d'oc, un des plus dépouillés, des moins archaïques, des plus modernes ? Mystère. Le fait est là ; il faut le constater et en tenir compte. (Il est aussi à noter que le parler d'Arles est un de ceux qui possèdent le plus de nuances de voyelles et qui ont, d'autre part, le plus vocalisé certaines consonnes pour aboutir à des diphtongues. Il en résulte que le vocalisme de ce parler est particulièrement riche ; et nous verrons aux chapitres de la Poétique de Mistral, que cette richesse est d'une importance considérable pour la musique du vers, ou, mieux, son « orchestration verbale »).

Mais en quoi la langue littéraire de Mistral, issue du parler d'Arles, dépouille-t-elle ses frères, comme on le lui reproche parfois, de leur légitime héritage ? Elle leur rend, au contraire, la pleine conscience d'eux-mêmes, leur apporte ses méthodes d’épuration et d'enrichissement. S'ils ont pu sortir de l'ornière des patoisants, c'est à elle seule et à ses méthodes qu'ils le doivent. Elle les arme, en somme, pour le combat littéraire, semble leur dire : Suscitez une autre Mireille et je vous céderai, tout heureuse, la palme de la poésie ».

Quant à la graphie, Mistral explique lui-même ce que lui et ses amis conçurent et réalisèrent (Memòri e Raconte) :

Roumaniho, en legissènt, à la biblioutèco d'Avignoun, li manuscri de Saboly, fuguè frapa dóu bon efèt que fasié nosto lengo ourtougrafiado aqui segound l'engèni naciounau e d'après lis usanço de nòsti vièi Troubadou. Éu vouguè bèn, tout jouine qu’ère, prene moun aveiaire pèr rèndre au prouvençau soun ourtougràfi naturalo ; e, tóuti dous d'acord sus lou plan de reformo, d’aqui, ardimen se partiguè pèr pèumuda. Istintivamen sentian que, pèr l'obro incouneigudo que nous esperavo alin, nous falié’n óutis lóugié e amoula de nòu.

(Roumanille, en lisant à la bibliothèque d’Avignon les manuscrits de Saboly, fut frappé du bon effet que produisait notre langue, orthographiée là selon le génie national et d'après les usages de nos vieux Troubadours. Il voulut bien, si jeune que je fusse, prendre mon sentiment pour rendre au provençal son orthographe naturelle ; et, d'accord tous les deux sur le plan de réforme, on partit hardiment de là pour muer ou changer de peau. Nous sentions instinctivement que, pour l'oeuvre inconnue qui nous attendait au loin, il nous fallait un outil léger, un outil frais émoulu.)

(J'ouvre ici une parenthèse : même si « d'après les usages de nos vieux Troubadours » n'est pas une simple clause de style, tout ce qui suit montre bien que Mistral n'avait que faire de l’orthographe des Troubadours).

La graphie troubadouresque était bien loin d'être unifiée et fixée. Cf. d'ailleurs la graphie de la langue française avant le XVIIe siècle ; graphie française qui devait s'améliorer encore.

Est-il besoin d'ajouter que les langues ne sont pas la création des grammairiens, mais qu'ils n'en sont que les codificateurs. Heureusement, car si les grammairiens présidaient à leur naissance, les langues ne seraient jamais à l'état naissant mais seraient mortnées. Plus encore que dans les premières éditions de Mirèio, peut-être, on peut voir dans les premières années de L’Armana prouvençau, les hésitations inévitables, inhérentes à tout commencement. Mais les langues à la fois les plus évoluées et les plus fixées gardent heureusement de leurs hésitations, ou, pour mieux dire, de leur profusion première, des synonymes, des doublets et même des variantes de graphie, grâce à quoi elles offrent à l'expression des ressources nuancées.
C’est ainsi qu'en français nous écrivons tantôt lys, si nous voulons évoquer des fastes ou du mysticisme, et tantôt lis, si nous voulons exprimer une innocente simplicité. Pourquoi le poète Louis Bayle se laisse-t-il trop subjuguer par le grammairien et semble-t-il oublier de tels prestiges lorsqu'il écrit, par exemple :

En revanche, les problèmes soulevés par l'orthographe proprement dite sont nombreux. Force nous est de constater que Mistral n’a pas apporté à les résoudre toute la rigueur qu'on eût souhaitée; d’une strophe à l'autre le même mot, en positions semblables, est orthographié différemment (bèstio, bèsti par exemple) ; au début du poème, Jèuse est la forme adoptée, mais Jèsu est celle qu'offrent les derniers chants. Les oeuvres postérieures à Mirèio témoignent à cet égard, incontestablement, d'une doctrine mieux établie. Mais Mirèio porte à l'évidence la marque des hésitations que connurent les écrivains au début de leur Renaissance, et s'il est intéressant, pour un historien de la langue, de posséder des textes qui conservent ces hésitations, nous avons pensé qu'une édition destinée au grand public n'avait pas à en faire état : qu'elle gagnerait même à ne les point connaître.

Louis Bayle n'a pas tort de relever de telles hésitations de graphie, mais il s'est produit pour la forme bèsti et pour la forme bèstio, le même phénomène sémantique qui s'est produit, mutatis mutandis en français pour lys et lis ; et il me semble que la langue provençale ne peut que gagner à garder à côté de la forme bèsti comme adjectif la forme bèstio comme substantif. Joseph d'Arbaud a intitulé son chef d’oeuvre en prose : La Bèstio dóu Vacarés, et ce titre serait bien moins évocateur si nous lisions La Bèsti dóu Vacarés.
De toute façon, la sémantique est la vie des langues et c'est cette vie même qui assimile les hésitations, les erreurs, voire les barbarismes (et même les lapsus de plume ou d'impression) et leur donne une incantation à laquelle le génie même, en son temps de néophyte, n'avait pas songé. Dans les premières éditions de Mirèio, à la fin de la strophe mélancolique dans laquelle nous voyons s'éloigner le berger Alàri refusé par Mireille, on lisait ce vers
Estremè soun vasèu e planplan à l’ahour...
Dans les éditions définitives, on lit : « e planplan à l'errour », c'estàdire à l'heure crépusculaire, propice aux erreurs, ahour n'étant qu'un barbarisme populaire, une corruption dans la prononciation. J'ai toujours regretté le repentir puriste de Mistral et le rejet de ce vocable ahour, chargé d'incantation sauvage, et son remplacement par un mot qui est bien plus de raison que d'incantation.
De même, à la forme Jèsu, je préfère la forme Jéuse, avec la tonique sur la pénultième ; celleci a une résonance plus provençale que celle-là.

Mais combien Louis Bayle a raison de blâmer la forme impurement phonétique employée par les premiers félibres : pu (ou pus) au lieu de plus. Même le poète Charloun Rieu, qui composait des chansons populaires, employait la pure forme plus. Je suis donc bien d'accord avec le poète Louis Bayle et je suis persuadé qu'il ne condamne pas, comme le font certains puristes impurs, une abondance de synonymes. Le français a rêve et songe, et chacun de ces mots, avec ses dérivés, nous offre sa signification propre. Or le provençal a non seulement : raive et sounge, mais il a aussi pantai, ce qui porte de la seconde puissance en français à la troisième puissance en provençal la force onirique. Ceci nous amène naturellement à une nouvelle citation de la préface de Louis Bayle :

Tel est, sommairement parcouru, ce grand poème où la pensée et l'art s'accompagnent sans cesse. Mais cet art de Mistral, si sensible à qui peut lire le poème dans le texte, perd malheureusement beaucoup à la traduction. La prose peut, quelquefois même sans grand dommage, passer d'une langue dans l'autre. Il en va autrement de la poésie, où compte, au moins autant que la pensée, le jeu des sonorités et des rythmes, et où le pouvoir incantatoire des mots est proprement intransmissible. Or, le provençal est d'une grande richesse de termes, d'expressions, d'idiotismes souvent sans équivalents en français. Par suite, la traduction, que Mistral a faite lui-même et qu'il a voulue aussi fidèle, aussi littérale que possible, estelle souvent d'une incomparable lourdeur. Jamais traduction n'a été davantage trahison. Que le lecteur français veuille bien en tenir compte dans le jugement qu'il sera amené à porter sur Mireille. Qu'il se représente le provençal, à mi-chemin entre la grâce italienne et la grandeur mâle de l’espagnol, avec ses dominantes en ou et en o, ses voyelles sonores, sa gamme de nasales, ses innombrables diphtongues et triphtongues, son vaste vocabulaire : il entreverra tout ce qui sépare, sur le plan de la beauté formelle essentielle à la poésie, l’original de la version française.

Il a même été dit que l'une des raisons pour lesquelles l'Académie suédoise hésita pendant cinq ans à décerner le prix Nobel à Mistral, fut cette déplorable traduction. On sait bien que Mistral l'a donnée surtout comme une sorte de guide pour initier à la langue provençale le lecteur français. Et peut-être aussi avec l'arrière-pensée de faire éclater la supériorité du provençal sur le français ; mais en fait, il ne réussissait qu'à décourager le lecteur français de s'initier au provençal, dont les beautés étaient ainsi voilées, voire défigurées. Une traduction doit tantôt être littérale et tantôt transposée, pour que l'incantation, c'est à dire la poésie passe d'une langue dans l'autre. Une traduction directe d'une langue dans une autre est, si le traducteur est aussi maladroit que Mistral le fut pour celle de son oeuvre même, une trahison à la première puissance ; elle passe à la seconde puissance si la traduction n'est qu'une traduction de la traduction, ce qui est le cas pour les traducteurs étrangers de Mirèio (sauf, sans doute, les Catalans qui connaissent le provençal, et peut-être quelques professeurs très érudits mais généralement incapables de sentir la poésie et, a fortiori de la transposer) lorsque le traducteur étranger, dis-je, travaille sur la médiocre version française de Mistral ; mais il y a encore une trahison à la troisième puissance : on m'assure que l'on se propose de traduire Mirèio dans une langue orientale, en partant non pas même de la traduction mistralienne, mais d'une des traductions anglaises faites d'après celle-ci (et je ne parle pas des tentatives, malheureusement réalisées, de traductions rythmiques et rimées, dans lesquelles la catastrophe devient cataclysme !)
Laquelle traduction de Mirèio est la meilleure, demandait-on un jour à un mistralien ?
Vous devriez plutôt, répondit-il, demander laquelle est la moins mauvaise.
Il y a de beaux mensonges, qui sont plutôt de beaux songes.



Louis Bayle, par une heureuse initiative, donne à la suite de sa préface des extraits du Quarantième entretien, par lequel Mirèio entra d'emblée dans la gloire. Il a supprimé entre autres choses le passage où Lamartine confond les mûriers et les oliviers. Mais il y a bien d'autres erreurs, qui ne sont plus végétales mais biographiques, et des conseils absurdes : ne plus rien écrire après Mirèio. Oui, mais il y a l'éblouissement d'un coup de lumière ; le salut du génie au génie, le grand cri antique : Tu Marcellus eris, et au delà de Virgile même le salut à l’écolier d'Homère, et quoi de plus émouvant que la vieille gloire de Lamartine proclamant la gloire encore inconnue du jeune Mistral :

Oui, ton poème épique est un chef d’œuvre ; je dirai plus, il n'est pas de l'Occident, il est de l’Orient ; on dirait que, pendant la nuit, une île de l'Archipel, une flottante Délos, s'est détachée de son groupe d'îles grecques ou ioniennes, et qu'elle est venue sans bruit s'annexer au continent de la Provence embaumée, apportant avec elle un de ces chantres divins de la famille des Mélésigènes. Sois le bienvenu parmi les chantres de nos climats ! Tu es d'un autre ciel et d'une autre langue, mais tu as apporté avec toi ton climat, ta langue et ton ciel ! Nous ne te demandons pas d'où tu viens, ni qui tu es :

Tu Marcellus eris !

Lorsque Bayle écrit :

Si, depuis les troubadours, la langue d'oc, divisée, de la Provence à la Gascogne, en quelques grands dialectes, n’a cessé d'être parlée et même écrite, elle s'est toutefois dégradée au point que vers le milieu du XIXe siècle, au moment où Mistral et ses amis entreprennent leur oeuvre de Renaissance, elle est unanimement considérée comme un patois impropre à l'expression des idées. Ceux qui l'emploient, ce sont les paysans et le petit peuple des villes. La bourgeoisie, qui sans doute la connaît encore et l'utilise dans ses rapports avec ce petit peuple, généralement la méprise. Quant aux écrivains qui lui sont fidèles, ils n'ont à quelques exceptions près, ni respect pour elle, ni talent, ni science. Leurs oeuvres ne s'imposent en aucune façon. Elles ont toutefois, à défaut d'autre mérite, celui de prouver que la langue est toujours vivante, et qu'il peut ne pas être vain d'en tenter la restauration.

Il ajoute en note, après avoir parlé des exceptions :

Nous mettrons à part, entre quelques autres, l'Agenais Jasmin, et surtout le Marseillais Gelu, dont le réalisme de bon aloi eut peut-être, sur Zola, alors écolier à Aix, une certaine influence .

Il importe de préciser que si Jasmin et Gelu furent en quelque sorte des précurseurs, l'un avec un don d'élégie et d'épopée, l'autre avec une truculence sociale annonciatrice de La Chanson des gueux de Richepin et de La Pauriho de Valère Bernard, ni l'un ni l'autre ne respectent leur langue. Jasmin écrivait un patois gascon qui confinait souvent au charabia ; et Gelu en dialecte marseillais moins disparate ; mais l'un et l'autre en cacographie. Jasmin avait pour les premiers félibres un mépris un peu jaloux sans doute, et Gelu refusa farouchement leur graphie. Leur incompréhension est condensée dans une préface de leur émule Charles /sic, pour : Antoine/ Bigot, qui affirmait avec une tranquille ignorance :

Je n'ai pas la prétention d'écrire une langue, mais un patois, le patois de ma ville natale, l'idiome de nos travailleurs, avec sa rudesse et son harmonie.

J'ai essayé de noter ce bruit qui s'éteint ce bruit que j'ai entendu autour de mon berceau, qui a séché mes premiers pleurs et provoqué mon premier sourire.
Pour conserver à l'idiome nîmois sa physionomie propre, j'ai écrit, autant que je l'ai pu, comme on prononce, et donné à chaque lettre la valeur qu'elle a dans la langue française. C'est en définitive par ceux qui parlent ou qui peuvent parler le français que je puis être lu, ceux qui ne parlent et ne comprennent que le patois ne sachant pas lire.

Il serait peut-être cruel de commenter une à une ce ramas d'inepties. L'exégèse de Louis Bayle rejoint, complète, nuance ou contredit celles des autres exégètes, qui ont rompu avec les vieux ressassements. Il a compris que (selon Hugo)
Un poète est un monde enfermé dans un homme.
En outre, il fait mourir Mireille sur une plage méditerranéenne. Mais ici, il est vrai, il ne s'agit plus d'une occasionnelle échappée vers des horizons proprement étrangers à l'action : cette plage est un des hauts lieux de Provence. Elle est, sur le plan mystique, ce que sont les Baux, ce second pôle du poème, sur le plan héroïque. La mort chrétienne de Mireille ne pouvait prendre tout son sens que sur cette plage par où le christianisme, selon la tradition, pénétra en Gaule.




Louis Bayle a fort bien vu que le poème n'est pas une histoire d'amour, pas même un pauvre épisode plus ou moins mouvementé comme l'Iliade (l'humble écolier dépasse d'emblée le maître) :

D'emblée ainsi, modifiant la donnée initiale d'une simple passion humaine qui eût suivi son cours capricieux selon les hasards de la vie, le poète introduit dans son oeuvre la notion éminemment tragique de la fatalité. Le poème y gagne en pathétique. Notre tendresse pour Mireille, livrée à ses seules forces humaines et que nous devinons condamnée d'avance, s'accroît. Il y gagne en profondeur. Des faits, en eux-mêmes purement épisodiques, s'éclairent d'un jour nouveau, apparaissent, brusquement essentiels à l'action, inséparables d'elle, liés à sa trame secrète et lourds d'un sens insoupçonné. Ainsi la lutte de Vincent contre Ourrias n'est plus seulement le sursaut généreux de l'amant en face de l'insulteur ; elle devient, dans le solennel enchaînement des puissances supérieures mêlées désormais aux activités humaines, le combat du bien contre le mal, de la lumière contre la nuit. Et elle préfigure ainsi cet autre combat que se livreront, au chant douzième, les forces du ciel et les forces de ce monde – l’amour maternel, l'amour charnel, toutes les pitoyables passions et les attachements terrestres de notre être humain.

Louis Bayle nous a déjà montré, comme nous l'avons marqué un peu plus haut, la collaboration que la postérité de lecteurs apporte au chef d'oeuvre.
Je ne suis pas toujours d'accord avec Louis Bayle dans ses analyses des personnages du poème, de leurs attitudes, de leurs caractères ; mais ce désaccord même, prouve, justement, cette collaboration sans fin.
J'ai déjà eu l'occasion ici même et ailleurs, et comme l'ont fait quelques-uns des derniers exégètes de Mistral, de peser Vincent, et de le trouver léger. Mais je n'ai jamais songé, et je ne crois pas que d'autres l'aient fait, à le présenter comme un Don Juan de village.

Louis Bayle a bien pénétré la pythonisse Taven :

Quant aux femmes, même la mère de Mireille, leur rôle est toujours secondaire. En pouvait-il être autrement dans une société si proche encore de l'antique Rome ? La seule qui paraisse au premier plan est la vieille Taven. Mais estelle femme ? Elle est avant tout la sorcière, la détentrice des hauts secrets, l'intermédiaire entre le visible et l'invisible, la messagère de l'ombre.
Auprès de Taven, les Saintes Femmes sont bien cruellement conventionnelles (quoi de plus cruel que la convention !).

Louis Bayle est peut-être moins heureux quand il écrit :

Tous ces personnages cependant, si effacés soient-ils, ont leur personnalité. Andrélon, l'enfant émerveillé qui parle d'Arles avec les mots de l'amour; Vincenette, la soeur de Vincent, ombre claire et fugitive; Laure, Clémence, les magnanarelles dont les rêves de gloire et d'amour, sont, pour Mistral, l'occasion d'évoquer les fastes de l'histoire provençale. Car ce poème de la Provence serait inachevé si un regard n'était jeté sur le temps des troubadours – dont se réclament les félibres et les cours légendaires d'amour. La difficulté était grande, d'ailleurs, d'introduire ce passé royal dans le présent rustique sans qu'on sentît l’artifice du raccord. Mais l'habileté du poète a été de faire parler des jeunes filles, à l'imagination vive et , par ce biais naturel qui implique en outre que la tradition des plus humbles a conservé le souvenir de cette antiquité poétique, de remonter aux sources du lyrisme provençal et, tout se tenant, de lier à ce lyrisme un chant populaire comme celui de Magali .
Mais si : Mistral, prenant pour truchement de ses émerveillements de provençal, à travers l'espace et le temps, un petit enfant de Camargue ou des magnanarelles, est bien artificiel.

Dans Calendau, il a déjà compris son erreur, et, sans rien laisser perdre du passé, il a recours tantôt à la culture d’Estérelle, voire celle de Calendal, tantôt aux assiettes du festin où les grands faïenciers provençaux ont reproduit les épisodes historiques ou légendaires de la Provence. Mais combien Louis Bayle a raison de mettre à leur place essentielle la chanson du Bayle Suffren et celle de Magali.

Il voit froidement et clairement à travers la religion de Mistral :

Bien des choses seraient encore à dire, par exemple, sur le sentiment religieux de Mistral. Le onzième chant du poème, tout entier consacré aux Saintes Maries que la légende fait débarquer en Camargue avec Lazare et Trophime, interrompt fâcheusement l'action. Est ce parce que cette action approchait de sa fin, qu'il était impossible de prolonger l'agonie de Mireille par quelque accident nouveau, et qu'il fallait cependant trouver la matière d'un chant entier pour que le poème en comptât douze ? Est ce pour une raison plus profonde, de foi sincère et militante ? Quand on connaît la vie du poète, on peut en douter. Estce parce que la religion apparaissait à Mistral, au même titre que les autres traditions qu'il voulait conserver à son peuple, un de ces corsets de fer qui maintiennent droits les hommes ? Si cette raison est la bonne, reconnaissons que ce chant, qu'il a voulu édifiant, reste froid et ne convainc guère.
J'ai déjà indiqué la réaction du cynique contre l'intervention malencontreuse des moustiques... Nous venons aussi de voir la préférence implicite de Bayle pour Taven contre les Sainte Femmes. Je ne dirai peut-être pas avec lui que ce chant est trop édifiant pour convaincre ; mais qu'il est bien fait pour éloigner davantage encore un mécréant de la religion.

Louis Bayle est-il devant la foi en la Provence ce que Mistral était devant la foi chrétienne :

C'est vraiment à une renaissance qu'on assiste et de nos jours, un siècle après Mirèio, ce qu'on a parfois appelé le miracle mistralien continue. De grandes et belles oeuvres ne cessent de paraître, dans cette langue pourtant en péril, plus menacée que jamais par les puissances de nivellement que sont la presse, le cinéma, la radiodiffusion, l'école obligatoire, la caserne, la loi. Incontestablement, chaque jour, le français gagne du terrain. Jamais pourtant il n'y eut en Provence plus d'écrivains de langue provençale qu'aujourd'hui, et surtout si divers : poètes, dramaturges, romanciers, essayistes. Est-ce le chant du cygne ? Ou la chanson d'aube du Troubadour ?
Quoi qu'il en soit de l’avenir inconnu, du destin de la langue, l'oeuvre des poètes du moins est là, portant témoignage. D'Aubanel à d’Arbaud, de Baroncelli à Peyre, elle s'est harmonieusement développée, multipliée.

Pourquoi s'arrête-t- il à moi, au moins dans sa nomenclature ? Mais le contexte prouve qu'il n'a pas oublié les Nouveaux Poètes Provençaux dont je suis au commencement dans l'ordre chronologique. II n'a certainement pas oublié ce demi-siècle depuis l'avènement de Joseph d'Arbaud.

Le miracle de Mirèio continue. Cette réédition de Suisse et la préface de Louis Bayle en sont une preuve de plus.




S-A-P
1961



.

samedi 10 mars 2012

P. Amargier : Franz Mayor de Montricher

.




Franz Mayor de Montricher

Despièi de tèms, Marsiho assousto lou sèti dóu Counsèu moundiau de l’aigo. Bello situacioun de capitalo pèr Marsiho, à l’ouro que, lou sabèn proun, li targo pèr l’aigo van deveni un enjò mage dins lou mounde. Nosto bono vilo dèu aqueste privilège à-n-un ome que devèn saluda coume un di grand de nosto pountanado : Franz Mayor de Montricher.
Tiravo racino de Morges (dins lou cantoun de Vaud, en Souisse), mai se devino pamens francés, bord que lou 19 d’abriéu de 1810, jour que neissiguè, aqueste païs elveti èro pas que lou despartamen francés dóu Mount-Blanc, counquista pèr Napoléon.

Soun paire èro vengu planta caviho à Marsiho en 1823, lou fiéu venguè emé lou rèsto de la famiho tres an après, pèr lou retrouba e presenta lou councous de l’Escolo Pouliteinico que capitè tout d’uno. Maudespié sa jouinesso, faguè d’estùdi de proumiero e sourtiguè de l’Escolo dins li proumiéri plaço. Pousquè ansin causi li Pont e Caussado. Dins aquesto darriero istitucioun faguè tres an de tèms d’estùdi e restè sèmpre dins li proumié. Capitè lou councous finau coume majour de sa proumoucioun.
Lou nouvèu diplouma aguè uno vido proufessiounalo di mai esbléugissènto. Coumencè de travaia en 1831, e acabè sus li ribo dóu lau Fucino, proche de Naplo, en 1858. Avié pas que 48 an.

Fuguè à soun trelus, quand capitè de realisa lou canau que devié mena lis aigo de Durènço fin qu’à Marsiho. Entrepreso espetaclouso qu’avié decidado lou municipe Consolat, en 1834, quouro la vilo s’anequelissié dóu manco d’aigo.
Ié fauguè quatre an d’estùdi à Montricher, pèr alesti soun proujèt dins lou menu. L’obro fuguè coumplido quouro l’aigo arribè dins lou bàrri marsihés de la Gavoto, lou 8 de juliet de 1847, restavo plus alor que de la mena fin qu’au cèntre de la vilo; lou gros dóu travai èro fa.

Mai pèr èstre digno d’aquelo obro mage, l’arribado se devié d’èstre mounumentalo. Vai ansin qu’Enri Esperandieu maginè lou meravihous Palais Longchamp, castèu d’aigo coume pas un, font majestouso emé sis aigo que cascaion entre lis esculturo, li jardin e li museon e que fuguè inagura lou 15 d’avoust de 1869.

Uno obro pariero fai vuei, e fara encaro deman, la glòri de l’ingeniaire de Montricher que lou bicentenàri de sa neissènço capitavo en 2010. Lou falié pas manca de saluda !

Nimai l’architèite Esperandieu.


P. Amargier (PB)



.

jeudi 8 mars 2012

SULLY-ANDRÉ PEYRE :Poésie - n°379 de Marsyas (septembre 1961)

.



HOMMAGE À SULLY-ANDRÉ PEYRE
(suite)



Une présentation &
informations recueillies
par
Yves Gourgaud




Le numéro 379 de Marsyas (septembre 1961) ne présente qu’un seul poème de SA Peyre, mais ce sonnet est d’une grande profondeur, et nous fait penser à quelque tableau surréaliste à la manière de Dali ou de Delveaux, où l’esprit erre dans un paysage fait d’étranges absences, sous un « grand ciel de lambeaux et d’angoisses »…




ERIAN DINS UN PAIS ...

Erian dins un païs de pèiro preciouso,
Un abounde de gemo e pas proun de caiau,
Souto un cèu qu’avié mens de clarour que d'uiau,
De muraio de maubre, nuso, noun trihouso.

Erian dins un païs de dicho especiouso,
Emé trop d'esplendour, sèns simplige leiau ;
Meme li man qu'i pous tiravon li treiau
Avien mens d'aigo i det que de bago tihouso.

Li terrasso avien plus de pauso de pijoun,
Ni li palun trop clar de rano dins li jounc
Mai toujour aquéu cèu d'estrassamen e d'ànci.

Te disiéu : « Mounte fau cerca pèr èstre pais ? »
Debado bouscavian, dins la vuejo distànci,
De bauco emé de code, un escabot que pais.



*+*+*+*



Traduction : C’ETAIT DANS UN PAYS...

C'était dans un pays de pierres précieuses, profusion de gemmes , et trop peu de cailloux sous un ciel bien moins pur que déchiré d'éclairs, des murailles de marbre, nues, sans nulle treille.


C'était dans un pays de dires spécieux, avec trop de splendeur, sans simplicité vraie; les mains même, tirant sur les cordes des puits, avaient aux doigts moins d'eau que de bagues tenaces.


Plus de pigeons posés sur les terrasses hautes, de rainettes aux joncs des marais trop limpides, mais toujours ce grand ciel de lambeaux et d'angoisse.


Et te disais : « Où pourrons nous être paisibles ? » Mais nous cherchions en vain, dans la vide distance, les galets, l'herbe rêche où paissent les brebis.






.


mardi 6 mars 2012

Fernand Prax : Lo tristo bilhado




.




Joaquin Sorolla
La bastida




Lo tristo bilhado


Dempièis lou mati les parpalhòus bloncs
Sou toumbats sarrats, e loi semenados
Jious aquel mantèl duèrmou plô catados.
Lou vent negre aval, estuflo pes comps,
Demô les carraus seròu arasados.

Davont les cantous escleirats
Les homes fòu "pfft" ol cat que s'afouco
Quond ougit crequejia lo souco.
Loi fennos petassou debas;
Lou toutou caquìjio, un det ò lo bouco.

Defuoro lou temps es escur;
Cadun, raz del fioc vo prendre so plaço;
E lou cantou que les embrasso
Les puorto toutes dins soun cur.
Cadun vo senti lou bounur que passo.

Mès ò l'orle del bouscatèl
Dinc un vièlh casau que l'ecir sanflouro
E que semblo muort d'aquesto houro
Talomen se fo pichinèl,
Un home soulet es ati que plouro.

Des hivèrs, n'o vist quatre-vints
Lou paure Tenou, jious lo suo clugiado,
Sons coumta quel d'aquesto annado
Que vo dempourta pes camins
Les tros de soun cur dinc uno bufado !

Quond cau fa veni cinq efonts,
Lo vido n'es pas touchiour douço.
L'on camino pas per lo mousso
Dabons que siagou venguts gronds.
Li cau lou temps ol blat que pousso.

Jiomai lou pô lour o mancat ;
Toutes levats quond lou gal conto ;
Lo Catinèl èro esparnhonto ;
Per pourta les iòus ol mercat
Prendio pas lo cuèifo pus jionto.

Aqu'èro lo primo aquel temps !
Lou printemps flourit de lo vido
Mès Tenou, jiomai n'o culhido
Lo recoumpenso des valents ;
Quelo flour, per guel, èro froustido.

Agaro o darcat lou barrié ;
Un meissont vent bufo ò lo puorto ;
Lou malur, en biasso se puorto ;
Se n'es pas dabons es darrié
N'o sièis ons que so fenno es muorto.


Les efonts, toutes sou partits;
Françuès, lou pus bèl en Esponho;
Juon o fugido lo mountonho;
Lo Morgorido es ò Paris,
Qu'es ati que l'argint se gonho !

Lo guerro prenguèt Piorrounèl;
Lou pus jiouve s'es fat gindarmo;
Soul ol cantou, lou paure vièlh
Sent lou darrelonc dins soun armo.
Uno estelo li muonto à l'uèlh;
Quau vendrò bouissa 'quelo larmo ?!


Fernand Prax
(Lo glebo mairalo - 1929)




.

dimanche 4 mars 2012

Vedène (Vaucluse) : Lou journalet dóu Pont de Garanço

.



Lou journalet dóu Pont de Garanço


Nèu de fébrié
Remplis lou granié.

N°1 - Fébrié 2011



Creacioun dóu Pont de Garanço


Un jour de l’an milo nòu cènt quatre vint cinq, veguère arriba encò iéu, Martino.
-Oh ! Martino, dequé t’arribo ? Es bèn rare de te vèire.
-Vo ! me respoundeguè ; vous vène dire qu’avèn idèio de crea uno assouciacioun de lengo prouvençalo ; alor, coume sias à la retirado, avèn pensa à vous. Avès lou tèms aro !
-Vo ! acò es verai e pièi sias de Vedeno.
-Vo ! e tu tambèn.
-Oh ! sabe mounte n’en vos veni.
-Bon…siéu d’acòrdi.
Martino aguè un pichot riset en disènt : « Sabiéu bèn que sarié emé nàutri. » E me gramaciè. Quàuqui jour mai tard, la proumiero acampado fuguè pèr douna un noum à n’aquelo assouciacioun e tambèn pèr fourma lou burèu : Fuguè lèu fa.
-Avèn pensa, diguè alor Martino, sus l’idèio de moun fraire, que ié diren « Lou Pont de Garanço ».
Es ansin que nosto assouciacioun es nascudo e que perduro dempièi mai de vint siés an.

Longo-mai à n’elo e à si sòci
La seguido vendra belèu lou cop que vèn



Oudeto

Erian en agoust de 1944
.


*+*+*+*


Lis alia avien reüssi soun desbarcamen en Nourmandio e èro aro lou tour de lou de Prouvènço. Li Vedenen èron à l’escouto di nouvello. Lis alia anavon de segur passa dins lou vilage e sarié ansin uno joio inmenso de recoubra e festeja la liberta.
Mai veguèron arriba un bataioun d’Aleman que remountavo Rose pèr fugi lis alia. Avié recegu l’ordre de ralenti l’avançado de si troupo en cavant de valat.
Perèu, quouro arribè dins lou vilage, soun capoulié dounè l’ordre au conse d’acampa sus lou relarg tóuti li ome valide sénso óublida de se muni chascun d’uno palo.
Fuguè un esmòu grandaras dins tóuti lis oustau : En represaio, anavon-ti pas èstre tua e manda dins si cros qu’avien cava?
L’infourmacioun venguè dusqu’au quartié dóu Chivau Blanc qu’èro i counfino dóu vilage e que ié demouravon mi gènt.
Lis ome dóu vilage èron adeja noumbrous sus la plaço quouro veguèron arriba moun Grand. Fuguè aculi pèr lis un, pèr de picamen de man e pèr lis autri, pèr de reproche bord que la situacioun èro critico. Fau dire que moun galejaire de Grand avié estaca au bout d’uno longo cano uno paleto dóu carboun pèr lou pèile e que l’aubouravo bèn aut sus soun espalo.
Aquesto istòri la tene d’un ami de moun Grand e auriéu talamen l’ausi dire pèr èu !


Michèu



*+*+*+*



Ma passioun pèr li planto

Dóu mai liuen que me souvene, ai toujour agu uno passioun pèr li planto. Quouro ère pichouneto, coume tóuti li de moun age, anave culi un fube de flour sóuvage qu’adusiéu à ma maire. En ivèr, de viòuleto, à la primo, li printaniero, li pensado, li margarideto. Pièi venien li flour meissounenco qu’anave culi à brassado : roubisso, gaugalin, niello barbudo, margarido, blavet.
Aviéu perèu aprés à culi lis ensalado sóuvajo : lachuguetto, mourre-pourcin, sauto-voulame, pimpinello, creissounetto, barbabou…e me coungoustave tant de li culi que de li manja ; amave senti sa bono oulour d’erbo fresco, un pau amaro. Acò se culissié subre-tout l’ivèr o à la debuto dóu printèms.
Couneissiéu perèu un fube d’àutris erbo, e me demandave se li couneissiéu d’istint, o se le lis aviéu apreso ; èron subre-tout de bònis erbo que tóuti emplegavon en aquelo epoco. Me mandavon culi li flour de sambuquié pèr lava lis iue, l’espargoulo pèr neteja li carrafo, la dindouliero pèr sougna li berrugo, de maulo blanco o de grèu de róumi pèr quouro avian mau de gorjo. Un jour ma maire me mandè culi d’agrimeno pèr sougna uno plago que moun paire avié au bras e que se voulié pas gari. Lou creirès-ti ? Me siéu pas enganado, aviéu remarca ounte n’en avié e i’aduguère la bono planto !
E finalamen, acò m’a jamai passa, bèn au countràri ! Ounte qu’anave, culissiéu de tros de planto, de grano, pèr li faire crèisse dins moun jardin.
Aro, ço que m’agrado lou mai, es de li recounèisse, lis óusserva à la lùpi, e aqui ai l’impressioun d’intra dins un mounde meravihous, acoulouri, lou mounde de l’infinidamen pichot.
Lou mai, es de counèisse si noum poupulàri que nous assabenton sus lis usage que se n’en soun fa dins la soucieta e vous pode afourti que soun noum prouvençau vous parlo de si liame emé l’ome.

Uno istòri vertadiero


Quouro siéu vengudo demoura emé mi gènt au camin Capoduro, i’avié pas mai de tres bastido dins lou quartié. Erian soulamen dos chatouno.
La proumiero bastido èro la de Moussu Vidié Maurise e de sa femo Margarido ; èron de bràvi gènt e d’artiste : èu fasié d’esculturo sus lou bos e elo pintavo de tras que poulit tablèu.
Quouro èro la Sant Janenco, falié acampa pèr faire lou fiò, de branco cargado de si fueio : Ansin quouro èro aluca, lou sautavian mant d’un cop , pèr pourta bonur un cop pèr li gènt e un cop pèr li bèsti.
Iéu, quouro m’entournave de l’escolo, me falié passa vèire la Margarido ; me dounavo alor de quintounino en me disènt : « Acò te vai fourtifica ». La quintounino douno bono mino coume afourtissié la reclamo.
À la vihado, anavian amé ma maire escouta lis istòri encò la Margarido ; uno vesino, que demouravo un pau mai liuen, venié à la niue toumbado, bouta soun auriho contro la sourtido dóu tuièu de la pilo e escoutavo ansin ço que se disié. Quouro Margarido s’en avisavo, vuejavo alor dins la pilo un vèire d’aigo que bagnavo tout dre l’auriho de la curiouso que lèu s’esbignavo nèco coume un panié trauca.


Jano-Mario


*+*+*+*


Neissènço barioutado

Margot dóu Chivau Blanc èro prenso. Un matin diguè à soun ome qu’anavo èstre de segur l’ouro. Coume faire ? Avien ges de veituro. La sajo-femo, Jousefino Coupard, demouravo à coustat dóu pichot pont qu’es bèn à dous kiloumètre de soun oustau.

Falié faire lèu : Margot venié de perdre sis aigo. Soun ome, sènso esitacioun, la boutè dins la remorco e l’atalè à la biciéucleto di rodo envelado e la carrejè coume pousquè en travessant tout lou vilage à la grando souspreso di vedenen.
Erian en 1942. Quouro arribèron i quatre camin, Leónci Ourson qu’èro esta designa pèr surviha li desplaçamen di gènt dins lou vilage, se boutè en travès de la routo en bretounejant : « Pou, pou, pou,….., pouliço ! » Faguè pamèns pas de zele quouro veguè Margot qu’avié si proumiero ramado. Glaudo-Mario veguè lou jour sènso dificulta : Fau dire que sa maire èro estado bèn boulegado bord que li carriero dóu vilage èron pas quitranado coume à l’ouro d’aro. Encò la sajo-femo, i’aguè tambèn en aquel jour la neissènço de Jan-Glaudo que sa maire fasié que de dire à Margot :

« Que ta pichoto es poulido ! Que moun drole es laid ! »

Vuei, Margot manjo dins si cènt dous an e la saludan amistadousamen.

Michèu


.

vendredi 2 mars 2012

S.A. Peyre : REPREN TA RAUBO BLANCO... 1911




.


REPREN TA RAUBO BLANCO...

Repren ta raubo blanco e davalo dins l'orto.
Pèr li camin marrit mi pèd soun matrassa.
Li jour de vuei voulien noun me leissa passa;
Pèr l'acóurchi d'aièr ai retrouba la porto.

Lou jardin d'autre tèms, flouri de roso e d'ile
Es qu'un pantai ninoi d'enfant que sian esta,
Mai de-bado li jour an vougu m'arresta,
Li sounge m'an dubert, dins lou vèspre tranquile.

Repren ta raubo blanco e dins l'orto davalo,
Me veiras davans tu coume antan me clina;
Recouneiras alor — ai long-tèms camina —,
La roupo di vièi jour, sourno sus mis espalo.



1911




.