lundi 30 janvier 2012

Peireto Berengier : Gastoun Febus - Prince dóu soulèu - museon de Cluny

.



Gastoun Febus - Prince dóu soulèu



Se li museon soun noumbrous à Paris, n’i’a un que l’ame miés que tóuti : es lou museon de Cluny emé si couleicioun naciounalo de l’Age-mejan e si famóusi tapissarié de la « Damo de l’unicorno ». Enca miés, es un di rare que ié fau pas planta davans dos ouro de tèms pèr ié pousqué rintra… Aquest an, chabènço de mai, anounciavon uno espousicioun « Gaston-Fébus – Prince du soleil ».


Gastoun Febus (1331 – 1091) èro comte de Fouich, vicomte de Biarn, un prince pirenen que fuguè toujour à despart dis autre dóu tèms de la guerro de cènt an, fin pouliti e parteja qu’èro de longo entre Franço e Anglo-terro. Forço independènt, tenié un role estrategi dins la poulitico e li guerro d’aquelo pountanado. L’espousicioun lou bouto à ravi dins soun countèste istouri e pouliti.
Guerrié que guerrié, èro mai que mai un mecenas di mai alargant. Fasié tout pèr sa glòri e lou renoum de sa cour di mai poumpouso.

Aquesto espousicioun mostro dounc ço que fasié lou pivelant d’aquelo persounalita mesclado e legendàri e esplico tout ço qu’aduguè à l’Istòri. Presènto la vido e la famiho de Gastoun Febus emé de pergamin espetaclous emé si riban e si sagèu que n’en restan en badant. Dirai simplamen aquelo letro dóu Prince Negre à G. Febus vo aquelo de G. Febus à Jean III d’Armagnac, signado de sa man que Febus fuguè un di proumié de signa de soun noum pulèu que de metre un sagèu.
Ié vesèn peréu d’eisino de la « taulo de Gastoun Febus » em’uno eiguiero que fai lingueto e mai que mai lou famous « Libre de la casso ».

Gastoun Febus, prince letru e biblioufile, èro tambèn cassaire e nous a leissa un « Libre de la casso » qu’avié escri pèr soun fiéu, un cap d’obro coume tóuti lis oubrage e manuscrit d’aquéu tèms emé sis enluminuro requisto. L’espousicioun nous permet de remira lis oubrage mai ancian que l’ispirèron e que venguèsson de Sicilo o d’Europo dóu Nord.

Aqueste libre, touto uno salo i’es dedicado e, coume poudien pas moustra cado pajo, n’an fa uno video que passo sènso relàmbi e debano tóuti lis ilustracioun emé li citacioun que se i’entrason. Un vertadié moumen de bonur.
Uno espousicioun belèu un pau courto mai pleno d’ensignamen e d’emoucioun.



Peireto Berengier


Aquesto espousicioun (28 de nouvèmbre de 2011 – 5 de mars de 2012) sara pièi seguido d’uno segoundo partido coumplementàri, au castèu de Pau, dóu 17 de mars au 17 de mai de 2012



.

samedi 28 janvier 2012

J.E. Castelnau : BRINDE A L'AMISTAT - TOAST A L'AMITIÉ - 1896

.



Michel REYES
Béziers
2001




BRINDE A L'AMISTAT
A LA SOUCIETAT ARTISTICA DE BEZIÈS

Quand on a prou culit de flou, de frucb, de rama;
Quand on a près soun van en touta libertat;
Quand pèr l'amour, lou bèu e la patria flama,
On a fach ressoundi sa lira embé fiertat;

Couma un gai troubadou que canta pèr sa dama,
Couma lou meissounié sus sa garba de blat,
En poumpant lou soulàs après l'obra qu'afama,
On n'a pas pus qu'à traire un brinde àl'amistat.

Es dounc ce que vau faire en aquesta sesiha
Pèr célébra bèn aut la santa pouesïa,
Las damas de Beziès qu'an au cor tant de mèu,

Lous ostes agradiéus, mascles de bella mena,
Que la Soucietat artistica semena,
E que ma remembrança estaca à soun ramèu !


Lou 9 de Mai de 1896

*+*+*+*




TOAST A L'AMITIÉ
A LA SOCIETE ARTISTIQUE DE BEZIERS



Quand on a assez cueilli de fleurs, de fruits, de feuilles ;
— quand on a pris son essor en toute liberté ;

— quand pour l'amour, le beau et la patrie admirable,
on a fait retentir sa lyre avec fierté;

Comme un gai troubadour qui chante pour sa dame,

—: comme le moissonneur sur sa gerbe de blé
— en
puisant le repos après l'oeuvre qui affame,
— on n'a
qu'à porter un toast à l'amitié.

C'est ce que je vais faire en cette assemblée
— pour
célébrer bien haut la sainte poésie,
— les dames de
Béziers qui ont au coeur tant de miel,

Les hôtes gracieux, hommes de belle race,
— que
la Société artistique propage
— et que mon souvenir
attache à son rameau
!


Le 9 mai 1886


.


jeudi 26 janvier 2012

Joan-Daniel Bezsonoff : Seitarisme - sectarisme !!!

.



Picabia
« Jeune femme avec fleurs »




Seitarisme



Lou leissicougrafe Alan Rey, couourdinatour di diciounàri Robert, es forço couneigu en Franço. Fai quàuquis an, intervenié cade matin sus France-Inter. Liogo de disserta sus de poun interessant de la lengo franceso amavo miés de coumenta l’atualita emé de tapadouiro marsisto. La vèio de Calèndo, aguère lou nescige de croumpa soun darrié libre dóu titre que fai lingueto « Dictionnaire amoureux des dictionnaires ». A l'article dedica au Tresor dóu Felibrige, lou grand diciounàri de Mistral que, cènt an plus tard, rèsto lou meiour diciounàri de lengo d’O, lou segne Rey escriéu : « Malgré ses penchants maurrassiens, que je mets sur le compte d'un amour démesuré de la Provence, j'aime Mistral, plus que pour ses poèmes, “ Nerto “, “ Lou Pouèmo dóu Rose“ (le Rhône), ou encore “ Lis óulivado “, pour avoir incarné la volonté d'exister de la langue provençale malmenée par le français. » (p. 685) .

Quand lou segne Rey parlo dóu feble de Frederi Mistral pèr Carle Maurras, acò m’enrabio. Queto relacioun i’a entre aqueste diciounàri e lis idèio poulitico de Mistral ?
Lou segne Rey saup pas que Mistral mouriguè en 1914, vinto-sièis an avans l’óucupacioun alemando ?
Lou segne Rey saup pas qu’uno germanoufoufoubìo coustanto bagno touto l’obro de Carle maurras ? Lis inteleituau de la gaucho franceso ié fan reproche d’agué rejoun lou regime dóu marescau Pétain. D’acord, pamens que me fagon la grando favour de m’esplica queto relacioun i’a entre lou diciounàri de Frederi Mistral e l’ideau pouliti de Carle Maurras ?
L’autour de « Mirèio » èro un ome counservatour, un « mantenèire », pamens s’afouguè jamai de ges de counflit pouliti. Sèmpre disié à sis entreparlaire « As rasoun ». D’aiours, se saup qu’en 1907, quand Pèire Devoluy lou supliquè de participa i manifestacioun di vigneiroun dóu Miejour, lou grand pouèto diguè de noun. Maca, Devoluy coumentè : « Ai vist Calendau renega pèr soun paire ». Alan Rey coustituïs un eisèmple proun carateristi dis inteleituau francés de vuei.

Quand parlon, d’asard, d’un autour que s’entrais pas à sis idèio, dèvon mouli lou toun, afin que li poscon pas acusa pièi de coumpliceta emé la bèsti inmoundo. Acò’s un gènre literàri nouvèu, uno formo mouderno de l’aleissandrinisme.

Joan-Daniel Bezsonoff


Article pareigu en catalan dins « E-notícies » - (Traduction Pierrette Bérengier)

.

mardi 24 janvier 2012

Òscar Banegas Garrido : La storia di Jacob Xalabín - Anònim

.






Anònim, La storia di Jacob Xalabín,

edició crítica i traducció italiana
d’Anna Maria Compagna;
introducció de Núria Puigdevall i Bafaluy



L’inici de l’any 2011 ens va portar una nova edició crítica i bilingüe de l’anònima novel·la cavalleresca del segle XIV La història de Jacob Xalabín. Anna Maria Compagna, professora de llengua i literatura catalanes i de filologia romànica de la Universitat de Nàpols-Frederic II, se n’ha encarregat de l’estudi i de la traducció a l’italià, mentre que Núria Puigdevall i Bafaluy, de la mateixa universitat i de la també napolitana Suor Orsola Benincasa, n’ha tingut cura de la detallada però sobretot aclaridora introducció crítica.
La novel·la constitueix un relat breu d’aventures en què allò més destacat és la versemblança dels fets narrats. La presència de personatges reals que van existir, com ara el mateix Jacob Xalabín, el seu germanastre, el seu pare Murat i l’amic Alí Paixà, allunya aquesta obra de la tradició de llibres de cavalleria (no solament en llengua castellana) que es remuntaven a la matèria de Bretanya artúrica i que recreaven un món màgic molt poc creïble ja per al lector del moment. Aquest intent de l’anònim autor de fer més verídic allò que hi conta a través de l’aparició de persones de carn i ossos el porta també a situar l’acció en un espai existent, l’imperi otomà de final del segle XIV. Però que l’obra narre una sèrie d’esdeveniments que històricament van tenir lloc a Turquia entre 1387 i 1389 no significa que l’hàgem d’enquadrar en el gènere de la novel·la històrica, entre moltes altres raons perquè els fets històrics no són, precisament, del tot fidels, i això ens dóna dret a sospitar que l’obra no va ser escrita a final del XIV, sinó posteriorment. De fet, l’únic manuscrit que se’n conserva és de l’últim quart del segle XV. Això sí, no podem negar l’intent del desconegut autor, al nostre parer reeixit, de posar a l’abast del públic lector, d’una banda, una històriaque prèviament va circular oralment, i, d’altra banda, un món absolutament exòtic, si més no interessant, agradós i divertit, a ulls del receptor occidental: la Mediterrània oriental.

En la novel·la trobem tres grans accions que corresponen amb tres grans moments. En primer lloc hi ha la presentació dels personatges i la malaltia d’amor de la madrastra de Jacob, que segons un metge jueu només guarirà si menja el fetge del seu marit o del seu fillastre. Mitjançant l’engany preparat pel fidel amic Paixà, li donen el fetge d’una cérvola i és així com té lloc la salvació de l’heroi. Aquest trencament de l’ordre inicial respon plenament a l’estructura del conte folklòric. Com a conseqüència d’això, el protagonista inicia un procés de pelegrinatge amb Alí que constitueix una mena de redreçament o de tornada al punt de partida. Xalabín i Paixà, al llarg d’aquesta fugida, aconsegueixen assolir el reconeixement dels seus fets cavallerescos i, el que és més important, en el cas de Jacob, la consecució de l’amor, simbolitzada en el matrimoni amb la princesa Nerguis. Aquest seria el millor dels finals, però l’obra no ha acabat encara. Hi ha tres capítols més, el tercer moment de què parlàvem, en què l’anònim autor narra la batalla de Kosovo (1389) i la mort de Jacob a mans del seu germanastre, el príncep Baiazet.

És en aquesta cruïlla entre història i literatura que la novel·la esdevé més actual si cap, perquè la victòria dels turcs en l’esmentada batalla comportà la seua entrada a la zona dels actuals Balcans i són la gènesi dels conflictes que fins fa relativament poc s’hi produïen per raons d’ètnia i de religió. Allò que sorprén, però, és l’extraordinari coneixement de política i geografia turques que tenia l’anònim autor, de qui, per cert, sabem ben poca cosa, però precisament aquesta escassesa de dades sobre la seua figura o sobre la intencionalitat amb què va escriure l’obra, com ha fet notar Llúcia Martín, professora de literatura catalana medieval de la Universitat d’Alacant, no fa sinó augmentar, en tot cas, l’interés per aquest text cabdal, i alhora, bastant desconegut (malauradament) de les nostres lletres medievals.

Heus ací La història de Jacob Xalabín, la primera novel·la breu cavalleresca en català, amb una temàtica d’aventures i sentimental que la connecten, sens dubte, amb el Curial e Güelfa i el Tirant lo Blanc; una novel·la híbrida, plena d’elements i de concomitàncies amb altres gèneres i amb un deute evident amb les cròniques de Ramon Muntaner i de Bernat Desclot, però també amb un altre tipus de textos cronístics de caràcter oriental. I una novel·la, sobretot, versemblant, que rebutja la fantasia i cerca el realisme i, fins i tot, el detallisme.
Des que l’hispanista francés Raymond Foulché-Delbosc publicara per primera vegada la Istòria de Jacob Xalabín per a la Societat Catalana de Bibliòfils de Barcelona l’any 1906 fins a l’edició de Stefano Maria Cingolani per a Edicions 62 del 2008, sense deixar de costat la valuosa contribució de Lola Badia de l’any 1982 (amb successives reedicions), han passat més de cent anys i el Jacob Xalabín, com és conegut entre els estudiosos però també per l’alumnat, ha estat publicat diverses vegades en català i també, recentment, en castellà i en francés. Aquesta aportació des de Nàpols segueix ben de prop els treballs anteriors i es converteix en la tercera llengua a què és traduït aquest referent de la literatura romànica.

Posar a l’abast del públic italià aquesta obra mestra de la nostra literatura i, a més a més, fer-ho amb un resultat final de l’extraordinària qualitat de la introducció, l’edició crítica i la traducció que ens presenten aquestes dues professores de les universitats napolitanes ens sembla, com a mínim, merescudament destacable. Perquè, d’una banda, la part teòrica introductòria a cura de Núria Puigdevall constitueix una bona síntesi, molt didàctica, no solament de l’argument de l’obra i, per consegüent, de la història turca, sinó també d’aspectes com ara el gènere, la temàtica, l’estructura, la llengua i l’estil que pot resultar ben interessant al lector en llengua italiana. I, d’altra banda, el treball crític i traductològic fet per Anna Maria Compagna és, com en el cas de l’edició i la traducció italiana de La faula de Guillem de Torroella que publicà el 2004, acurat, fidedigne, objectiu, exigent i reeixit, amb les notes explicatives oportunes i al servei de les pretensions literàries del text. Així, doncs, estem davant no solament d’una traducció, sinó també d’una nova edició filològica de La història de Jacob Xalabín que constitueix, sens dubte, una contribució més en l’estudi i la difusió d’aquesta poc coneguda obra del nostre gran període d’esplendor, per descomptat que també literari.

Gràcies a l’ajut que l’àrea de Literatura i Pensament de l’Institut Ramon Llull atorga per a la traducció d’obres catalanes a altres llengües, aquesta història arribarà a les mans dels lectors italians i estem convençuts que el descobriment d’aquesta barreja d’elements occidentals i orientals en un mateix text els encisarà i els animarà a continuar redescobrint més autors i més obres del nostre patrimoni literari, traduïts o directament en la llengua original, la germana (o millor, la bessona) catalana.

Buona lettura!

Òscar Banegas Garrido
(Universitat de Bolonya)



Anònim, La storia di Jacob Xalabín, edició crítica i traducció italiana d’Anna Maria Compagna; introducció de Núria Puigdevall i Bafaluy,
Alessandria, Edizioni dell’Orso (“Gli Orsatti” 32), 2010, 179 pp.

.

dimanche 22 janvier 2012

Peireto Berengier : Arle reviéudado - Jean-Claude Golvin

.




Arle reviéudado


Couneissèn lou Museon de l’Arle antico pèr li gràndis espousicioun que nous pourgis e pèr si couleicioun permanento. Sabèn un pau mens qu’es peréu un cèntre de recerco impourtant. Aqui, ié travaio Jan-Glaude Golvin, un architèite-arqueoulogue. E vuei, es si trobo, lou resultat de si recerco, que nous pourgisson dins uno espousicioun de 150 de sis aquarello e dessin : « Jean-Claude Golvin, un architecte au cœur de l’histoire ».

Aquéu Direitour de recerco au CNRS, nous presènto soun travai sus l’Arle dóu siècle IV. Uno obro de vulgarisacioun que se foundo sus de recerco e de couneissènço scientifico di mai seriouso. Soun labouratòri travaio aqui dessus despièi mai de vint an. Es dounc en saberu e en artisto que fai reviéure la vilo antico, soun forum, tiatre e tout ço que fasié sa poumpo. Aquéstis aquarello sèmblon de fotò talamen soun fino e menimouso. « Le but est de reconstruire méthodiquement une image des monuments anciens pertinente et aussi proche que possible de la réalité » nous dis. Aprouficho pèr acò di recerco e di trobo sus li ciéutat antico de la Mediterragno que nous fai vesita en meme tèms qu’Arle que gardo pamens la proumiero plaço. Se permenan ansin d’Egito à Roumo , de l’Africo à la Gaulo e au Proche-Óuriènt.



L’artisto faguè douno d’uno bono part de sis obro pèr endrudi lis couleicioun dóu Museon, obro que restaran dounc sus plaço passado l’espousicioun que s’acabara lou 6 de mai de 2012. Avès lou tèms de faire lou courre d’Arle pèr l’ana vèire.

*

Nous es l’óucasioun de ramenta un grand e bèl oubrage pareigu en 1984, souto lou titre « En Provence gallo-romaine, évocation des monuments antiques ». Lou devèn à J. François-Robert, éu tambèn architèite, qu’avié treva li vilo roumano d’Africo e s’èro di de ressucita li mounumen anti de Prouvènço. Mai de cinquanto mounumen respelisson ansin e s’aubouron de si rouino (Arle, Nimes, li bàrri de Marsiho, Frèju, Ate, lou Troufèu d’Aguste, Glanum, etc.). A coustat di gràndi recoustitucioun, de dessin mostron ço que n’en rèsto à l’ouro d’aro e de tèste esplicon l’istòri.


Peireto Berengier

Jean-Claude Golvin, un architecte au cœur de l’histoire, Museon de l’Arle antico, fin qu’au 6 de mai e 2012



.

vendredi 20 janvier 2012

Yan de Membiole : LA COURONNE ET LES ÉPINES

.


LA COURONNE ET LES ÉPINES

Confession d’un enfant du siècle passé



Elle m’avait à l’œil. Je craignais son regard qui me suivait quand je traversais la chambre à petits pas pour aller chercher quelque jouet et que, tremblant, j’allais me cacher derrière le dossier du lit de campagne en merisier. Elle était belle dans sa robe bleue à parements rouges avec des dorures, belle et fascinante dans son cadre noir. Mais il fallait pour sortir de la chambre affronter de nouveau ce regard qui avait toujours la même expression, surnaturelle et terrifiante. Je ne savais pas ce qu’elle pensait de moi, mais, à me suivre de cette façon insistante, elle m’avait personnellement à l’œil, c’était sûr.

Ils l’appelaient la Sainte-Vierge. Les plus familiers disaient Marie, comme la fille de chez Malégarie, les voisins d’en face, celle qui boitait, la torte. Le fils de notre Marie, lui, je l’avais carrément pris en grippe. Pourtant, je ne l’avais jamais vu. C’était sans doute un plus grand que moi, quoique petit (c’était collé à son nom), un de la grande école, un de ceux qui te pinçaient les fesses en montant l’escalier. Comme eux, il faisait ses coups en douce. « Tu vas voir, si tu n’es pas sage, le petit Jésus va te punir ! ». Et quand je n’étais pas sage, j’étais effectivement puni, de dessert en particulier. Notez, je m’en contre-fichais, je préférais la charcuterie, lou trip e lous cherichous. Le petit Jésus, me récompenser ? Jamais. Pourtant il m’arrivait d’être sage, et même serviable, quand par exemple j’apportais ses chaussons à mon grand-père assis au coin du feu. Plus tard, en lisant les Évangiles, j’ai retrouvé ce petit Jésus, un peu grandi, chevelu et barbu, mais toujours aussi docte et prêt à punir des gens comme moi. Pas forcément des Pharisiens. Il en récompensait d’autres, c’est vrai. Alors, pourquoi pas moi ? C’était pas juste.

Tel fut mon premier contact avec la religion. J’avais alors quatre ou cinq ans.

----------

Quelques années s’écoulèrent. C’était la guerre et j’étais de nouveau en Béarn. J’avais retrouvé ma chambre et la Sainte-Vierge, mais elle ne me faisait plus peur. Pendant mon séjour à Paris, une amie de la famille m’avait traîné au musée avec son neveu, et j’en avais vu d’autres qui m’avaient à l’œil — d’autres Vierges, des à la pomme, des sans la pomme, des rois, de grands et sombres personnages. J’avais vaguement compris que c’était un phénomène d’optique et j’étais prêt pour une autre relation avec ma Vierge des Pyrénées et son fils. Ce fut d’abord à l’occasion du catéchisme.

-----------

Il faut que je dise auparavant quelques mots de la situation religieuse dans la famille et au village. Ma tante, alors célibataire, était plutôt bigote, by God ! Dans sa chambre, il y avait un crucifix noir avec un branchage desséché, des Bernadette en stuc blanc et bleu ciel rapportées de Lourdes, ainsi qu’un grand tableau qui représentait celui que, plus tard, je devais apprendre à appeler le Christ (Christ disait, sans l’article, une cousine de Pau un peu snob — comme s’il faisait partie de la famille !). Christ, donc, une couronne d’épines sur la tête, tenait sa poitrine ouverte et montrait du doigt un cœur sanguinolent. Ça me levait le mien, je trouvais ça vraiment dégoûtant. Au bas du tableau, on lisait, « Agnus dei ». Je ne savais pas que c’était mon premier cours de latin.

Mon grand-père n’était pas du tout bigot, lui. Forcément, il était rad-soc (radical socialiste), comme l’étaient beaucoup d’hommes à l’époque dans nos campagnes. À part quelques très vieux, les hommes, généralement anticléricaux par principe, n’allaient jamais à l’église, sauf pour les enterrements, et encore, ils restaient sous le porche. Mais mon grand-père y allait, c’était même un pilier de l’Église (avec une majuscule pour que ce ne soit pas ambigu, on ne sait jamais). Il avait une très belle voix, c’était le chantre attitré. Il fallait l’entendre là-haut, à la tribune. C’était puissant et beau, j’en étais tout fier. Après la messe, je l’accompagnais au cabaret, chez Alexandrine, où le rejoignaient ses copains. Ils buvaient des chopines et chantaient en chœur jusqu’à l’heure de la soupe. J’avais droit à ma limonade avec de la grenadine. J’aimais bien la messe du dimanche.

----------

Vous croyez que j’ai oublié le catéchisme ? J’y viens. Ce qu’à la ville on appelait pompeusement « éducation religieuse » avait lieu le jeudi matin. On y allait tous, petits et grands, filles et garçons. On aimait bien ça, le catéchisme. Il faut dire que Moussu Curè, grand, gros et vieux, du moins à nos yeux, était un personnage haut en couleur, selon le cliché, en dépit de son éternelle soutane râpée, d’un noir douteux, tirant sur le gris et le marron. Clémence, sa gouvernante, aussi corpulente que lui, était sans doute un peu négligente. Elle n’était pas aussi vaillante que la Mère Denis, la grosse dame de la pub.
Badi-Camî, qu’il s’appelait Moussu Curè (gasconisme non corrigé). Il buvait. Les jeudis à dix heures, il arrivait souvent éméché au catéchisme. C’était un rescapé de la « grande guerre », il buvait sans doute pour oublier, faut comprendre. Nous avons beaucoup plus appris sur cette guerre, sur les différentes campagnes et la vie dans les tranchées que sur l’histoire sainte — une histoire qui se passait loin, très loin là-bas, dans des pays chauds où il ne pleuvait pas, où il n’y avait pas d’arbres, pas de palombes, une histoire aussi peu réelle pour nous que les contes des Mille et une Nuits. Marie, Joseph, la crèche et le petit Jésus avaient autant de réalité — en tout cas la même — que Haroun ar-Rachid. C’était finalement une bonne initiation à la fiction que ce contraste entre les deux types de récits, cette distinction implicite entre le réel et l’imaginaire. La force de l’imaginaire, le réel du possible, c’était ça, l’Histoire Sainte. Mais le réel tout court, c’étaient les histoires de guerre vécues, authentifiées, documentées, racontées par un des protagonistes. C’étaient les taxis de la Marne, le canon de 75, la meurtrière bataille de la Somme, celle, catastrophique, du Chemin des Dames et celle de Verdun. Et les millions de morts. Nous avions opté pour cette histoire-là au détriment de l’autre, la sainte. Cela nous passionnait, surtout nous les garçons. On en redemandait. Nous étions mûrs pour la lecture de Céline. Bien des années après, avec le Voyage au bout de la nuit, j’ai revécu ces lointaines heures d’éducation si peu religieuse, au sens étroit du terme, mais d’autant plus instructive qu’au cours de ma scolarité, on ne nous a jamais parlé de la guerre de 1914-1918. Donc, merci, Moussu Curè.
Il y avait, bien entendu un petit livre avec des questions et des réponses qu’il fallait apprendre par cœur, les dix commandements et tout le reste. Au début de chaque séance, Badi-Camî nous interrogeait, pour la forme. Personne n’avait appris, sauf les filles. « Antoine ! ». Antoine se levait. « Le quatrième commandement ?». Antoine balbutiait. Pey de Bignau soufflait. Antoine : « Ton père et (à voix basse : quoi ?)… ta mère euh heuno-re-ras… honoreras ». Charles : « Mais Moussu Curè, sa mère est morte. Et “honorer”, c’est comment au juste ? » Rires. Une baffe pour Charles. Mais la question n’était pas stupide. Il n’y fut jamais répondu. Honorer une femme, alors, c’est un péché ? Ça dépend de laquelle.
Les « impuretés » et le « désir impur volontaire » faisaient ricaner, même les filles. Nous, les plus petits, nous ne savions pas ce que c’était que la pureté et l’impureté (on savait ce qu’était l’« onde pure », grâce au Loup et l’Agneau), mais de voir les grands serrer les filles qui gloussaient, ça finissait par nous donner des idées d’impureté volontaire. Mais si, après tout, c’était involontaire ? Si c’était plus fort qu’eux, plus fort que moi, « beyond my control » comme dit John Malkovitch en Valmont dans le film Les liaisons dangereuses ? Voilà ! Il suffisait de dire que ce que nous avions fait était “involontaire” pour que ce ne soit plus un péché. Où l’on voit que la confession affûte l’intelligence.
Quand on a eu été suffisamment éduqués, et qu’on a eu les idées un peu plus claires, on nous a fait faire la communion « privée ».

----------

De la cérémonie elle-même, je n’ai aucun souvenir. En revanche, je me souviens très bien de l’épreuve préliminaire : aller à confesse pour pouvoir communier. La première fois a été l’oral le plus éprouvant que j’aie jamais passé, pire que ma soutenance de thèse, qui a pourtant duré plus de six heures. Mais là, au moins, je savais quoi dire, j’avais même du répondant. À confesse, j’étais sec, et en plus, le cœur battant. « Bénissez-moi mon père parce que j’ai péché. J’ai péché par parole, par pensée, par action, par omission ». Ça commençait comme ça. Après, tu devais te débrouiller avec tes péchés, les décliner dans le désordre que tu choisissais, au besoin les détailler. Par « parole » et par « action », je comprenais plus ou moins. Quand tu disais hillh de pute, double ban ou perdiu, tu jurais, c’était un péché par parole. Bien. Mais tous les hommes juraient une phrase sur deux, c’était culturel. C’était un péché, la culture ? Alors, c’était un péché collectif. C’était la collectivité qu’il fallait punir. Déjà à l’époque, je ne comprenais pas trop cette condamnation. Pourquoi c’est un péché, les gros mots ?
Enfin fallait bien déclarer quelque chose. Vous vous imaginez arriver au confessionnal et balancer dans une oreille collée à la claie : « Rien à déclarer ». Et vous croyez qu’on vous aurait donné l’absolution ? Par « action » je comprenais aussi, quoique vaguement. Par exemple, de temps en temps, je piquais un cigare à mon grand-père. C’était une mauvaise action, je sais, mais je partageais avec les copains, ça, c’était une bonne action et, en plus, ça me rendait populaire. C’était un péché, ça ?

Et pécher par « pensée » ? À neuf ans, je pensais aux héros de mes lectures, Vercingétorix, le capitaine Grant, Quentin Durward, David Copperfield. J’avoue que j’y pensais plus qu’à la Vierge ou à Bernadette Soubirous. C’était peut-être bien un péché, après tout. Un peu plus tard, c’est vrai que j’ai pensé aux jolis petits seins de Josette, ma voisine, avec qui je gardais les oies. Je les avais même caressés, ses petits seins mignons. C’était un péché ? On nous avait pourtant dit « Aimez-vous les uns les autres ». On s’aimait et j’aimais particulièrement sa poitrine naissante. Alors fallait savoir ce qu’on voulait, aimer ou pas s’aimer. Je trouvais déjà ce discours incohérent. Et pécher « par omission » : aucun de nous à l’époque, ne savait exactement ce que ça voulait dire. Nous aurions pu demander, mais nous ne voulions pas qu’on nous réponde « c’est étudié pour », ou quelque chose du genre.
Nous nous sommes donc confessés pendant des années jusqu’à la communion solennelle. Nous étions assis sur un banc en rang d’oignons, attendant notre tour. C’est celui qui sortait du confessionnal qui appelait le suivant. Nous discutions de ce que nous allions dire. C’était toujours un peu les mêmes péchés, mais nous ne voulions pas que ce soit dans le même ordre. Il fallait absolument déclarer quelque chose. Souvent on inventait, sinon, il nous posait des questions, et ça pouvait devenir très embarrassant. Un jour, j’étais encore jeune, il me demande « Est-ce que tu t’es touché ? ». J’ai été pris de court, je ne voyais pas au juste ce qu’il voulait dire, je pensais qu’il cherchait à savoir si j’avais triché dans quelque jeu, comme à chat perché, où il fallait toucher un adversaire. Alors j’ai bêtement répondu : « Non, c’est pas moi, c’est Charles qui m’a touché ». Charles était l’impertinent de service et le boute-en-train. Il voulait devenir chanteur d’opéra, mais il a fini par vendre des machines agricoles. Badi-Camî ne l’aimait pas trop. J’ai eu mon absolution sans problème, j’allais dire avec les félicitations du jury, moyennant deux Pater et un Ave. « Fais venir Charles ! ». Et Charles a passé un mauvais quart d’heure.
Pourtant, nous avons fini par bien aimer aller à confesse. C’était un bon plan. Comme nous étions forcés d’inventer des péchés pour renouveler notre stock de fautes, ça nous donnait des idées d’infractions de plus en plus graves, que nous commettions effectivement, tant qu’à faire, puisque dans sa grande bonté, Dieu nous pardonnait. Par exemple, on caressait les filles dans les tas de foin. On les déshabillait, elles protestaient pour la forme, mais elles aimaient bien ça et nous caressaient en retour. À confesse, il suffisait de déclarer nos turpitudes sans donner le nom des partenaires. Il voulait pourtant savoir, Badi-Camî. On résistait. Il nous engueulait un bon coup, mais nous donnait quand même l’absolution, avec un gros paquet de Pater et d’Ave. S’il nous l’avait refusée, ça se serait su et le parti anticlérical aurait fait du foin (rapprochement voulu avec ci-dessus). On récitait Pater et Ave à toute allure, sans penser à ce qu’on disait. C’était tout bénèf. C’est ainsi que nous devons notre éducation sexuelle précoce à la confession. En plus, la confession nous a appris la résistance. Mercé hère, Moussu Curè.

---------

Et puis le grand jour est arrivé— la communion « solennelle ». C’était en mai 1945, le mois de Marie, le mois le plus beau, juste après la fin de la guerre. Il y a eu ce qu’on appelle une « retraite » de deux semaines. « Prends ma couronne, je te la donne, au ciel n’est-ce pas, tu me la rendras ». Franchement, ce fut grand et beau. Il a fallu répéter, comme au théâtre, une vraie mise en scène. Nous montions les marches de l’autel par équipe de deux. Mon co-équipier était Pèy de Bignau, un garçon timide et réservé, qui pouffait de rire pour un oui et pour un non. On montait quelques marches, on s’arrêtait et, bien droits, avant de parvenir jusqu’à l’autel, on devait dire : « Je renonce à Satan, à ses pompes et à ses œuvres ». À chaque répétition, Pèy se mettait à pouffer. J’éclatais. En bas, les copains se tenaient les côtes. Badi-Camî était furieux. Mais personne ne nous avait dit ce qu’étaient les « œuvres » de Satan, encore moins ses « pompes ».
La dernière semaine on nous confia à un jeune ecclésiastique. Il était grand, il était beau tout vêtu de blanc. On aurait dit un légionnaire. Et il parlait bien, un peu pointu. Les filles en étaient amoureuses et, nous les gars, un peu jaloux, nous étions quand même sous le charme. On le voyait tous les jours. Il nous racontait des histoires merveilleuses. Le Christ était parmi nous. Tout le monde a fait sa petite crise de mysticisme, tous sauf Charles, toujours rigolard et cynique.
Enfin, le dernier dimanche, ce fut l’apothéose. Dans l’église toute fleurie, Badi-Camî était à l’harmonium qu’on avait placé près de l’autel, le jeune prêtre officiait. Nous montâmes les marches sans pouffer. Nous fûmes solennellement communiés dans nos magnifiques costumes d’un jour et nous descendîmes lentement la nef, deux par deux, entre deux rangées de femmes qui, debout, reconnaissaient les leurs et faisaient à voix chuchotée des commentaires critiques sur ceux des autres. « E spie aquéste ! O, as bist la raube ? Toutû !». À l’orgue, Badi-Camî avait attaqué le célèbre Tantum ergo. Tout le monde reprenait en chœur, à plein poumons. Les vitraux vibraient. En haut, la voix de mon grand-père dominait.

Tantum ergo sacramentum /
Veneremur cernui /
Et antiquum documentum /
Novo cedat ritui…Amen.

Grandiose. Et c’est avec ce viatique, moins léger qu’on ne pourrait penser, que nous nous sommes séparés, et que chacun pour soi, nous sommes partis dans le tourbillon de la vie.


Yan de Membiole

mercredi 18 janvier 2012

Alan Broc : L'Armanac d'Auvernho e de Velai - 2012


.


LEBOURG Charles Albert
La neige en Auvergne




L'Armanac d'Auvernho e de Velai

Una doublo meravilho



En deforo del countengut que si legèires jujarau mas que sen quauques uns à trouba bou siquenou n'en parlarion pas, aquel armanac es una doublo meravilho per dos autros razous.

1.Lou resultat d'un escoumesso

Ourio tô plô pougut naisse pas jamai. O chaugut l'escoumesso di redactours de l'Armagna cevenòu : "Perqué farias pas vous també un armagna d'Auvergno ?"

Coumo hou dis l'introuducciou de l'Armanac d'Auvernho e de Velai :

"Qué poudion respoundre, pechaire, sans perdre la fàcio ?

Alèro nous san mes à l'obro, e vaqui lou tout primier armanac quasimen tout en auvirnhat. Es pas tant calhòu coumo li recueis de moussu Bancharel, amai se viro vers la pouesìo e un pauc de letraduro de proso. Mas counté també d'istòrios sèns pretenciou, de galejados, de biais de dire... e de remarcos de lengo escritos en francés.

Amm' acò esperan que vous agradarò, e coumo dizio Bancharel à la debuto de soun recuei de 1891 quand fazio de vots de bouno annado :

... O lei drollos lours souète de galants que los aïmou e que los espousou..... Sabet de qué me souète à iéou ? Me souète de pas djomai bous desplaïre e de bous diberti. Cent-vint un ons après, fazan lou mème soet, lou mème vot.»


2 – D'escrivans e de pouètos que sabou pas se sarau publicats

L'introuducciou «Perqué un Armanac d'Auvernho ?» hou dis també. I o pas agut d'armanacs en Auvernho tant vau dire. N'i aguè sounque dous e ben abans la segoundo guerro moundialo. Erou en francés amai se l'Almanach d'Auvergne de 1931 publiquè quauques pouèmos de Biron.

Aqui vezen la segoundo meravilho : lis escrivans auvirnhats escrivou en lengo d'o sèns sabér soulomen se sarau publicats.

Vezen atau à la pagino 6 que lou pouèmo Doulours, Biron l'escriguè en 1920 e que pareguè pas qu'en 1931, que moun rouman Lou virovent l'escriguèri en 2004 e que pareguè en 2010 e que sèns Ive Gourgaud sario pas estat publicat qu'en revisto (revisto Olt d'à Còus) ço qu'èro ja una bèlo primièro recouneissenço.

Vezen també qu'un pouèto recounegut despuèi lis annados 1930 coumo Juon-Mari Gaston escriguè sa grondo obro Miounèlo en 1987, e que pareguè pas que dez ons daprès.

Amm' acò chau una crano fizeltat à la lengo d'o per countunia d'escriéure.


Donc une double merveille car née de la conjonction d'une gageure et d'une ténacité frisant l'éroïsme.





Aven boutat aquelo mapo del Cantau per que presinto lou departoment ammé si païs traidiciounaus que sou pas d'invencious ni de noustalgìos. Aquéssi mots faun partido del lengatge courrent e aparèissou dien l'armanac.

Lou parla de presintaciou dis article es lou parla de las planesos de l'oèst e de la Sentrìo, à l'oèst del Puèch Mari mas lis articles mèmes venou de tout lou Cantau e tout lou Velai, e n'avet un amai que ve del Givoudan.

La pouesìo o una grondo plaço sèns que Vermenouzo la prengo touto coumo souvent en Auvernho. I o sounque la debuto d'un pouèmo de Vermenouzo. Es nouste mai grond pouèto mas trop souvent fo doublida lis àutri. L'Armanac presinto dounc també Pèire Biron "Norib", lou pouèto souciau e filousofe de la Marjarido, Juon-Mari Gaston, lou centenàri, lou pouèto gracious de la Chastanhau qu'escriguè à 76 ons lou pouèmo en detz cants Miounèlo, presinto Louïs Debrons e Alfounse Boncompain.

Presinto també li roumanciers e li countaires, Alan Broc del parçô de Salèr, autour del rouman Lou virovent, e Fernand Prax d'à Marmanhac, ammé Jean Bonnefoi, del Puèi, Enri Verdier d'à Toulhat en Velai atabé, li saberuts coumo lou paire Labouderie que traduzio li tèstes sants dirèctomen de l'ebrèu e del siriaque, e las persounos sèns pretenciou literàrio que faun pamen de cranes pouèmos coumo Madamo Paulo Gilbèrt en Velai.
Crezi que l'Ensinhadour finau beilo una bouno idèio de l'ensemble :


- Perqué un Armanac d'Auvernho ?
- L'ivèr coumenço l'annado : Doulours (P. Biron)

«L'auvergnat est le même partout» «L'auvergnat change tous les dix kilomètres»
Mount-Ferrand e Glozel Lou temp dis Auvernhats Juon de las carbos (F. Prax)
Un jinte pouèmo auvernhat de 1804 (F. de Murat)
Lou gril (P. Biron) Quand ère pastre (P. Biron)
Lou virovent (A. Broc)

Lous nòvies de Sant-Juliô (E. Verdier)

Ounde se dis A, ounde se dis O ?
Lou Libre de Ruth (J. Labouderie)
Chansou de primo (F. de Murat)
En Pouzarot (V. Bonnefoi)
Lou Gargaoi de l'amistat (P. Gilbert)

«Take care» ? Nou ! «Meinajat-vous»! (Felibre d'Auvernho)
Per legi d'auvirnhat soubre internet
Nuèt de junh (L. Debrons)
L'automne des Auvergnats
La pluèio (A. Broc)
L'ecir (A. Vermenouze)
Ieu pare moun païs (F. Pelat)
Miounèlo (J-M Gaston)

L'Auvernho o de ribèiros
Lou Linhou (A. Boncompain)
Le domaine arverno-vellave aux éditions Aigo Vivo.


- Sans adissiat !


N'en voulet de troçs ? Cò'i vous qu'avet damandat !

L'annado coumenço toujour un pauc tristomen. La nadau es passado ammé touto sa joio, e demoro pas più que lou freid de l'ivèr.

La televisto nous parlo gaujousomen dis estacious d'eski, mas tout lou mounde vo pas eskïa, e tout lou mounde pot pas parti en vacanços d'ivèr.

Se dis souvent ammé razou qu'à la campanho on sentis lei sazous mièl qu'à la vilo e que sou mai plazentos. Acò'i vertat. Dien lou temp se dizio també que l'ivèr èro la sazou de repaus del pacand. Tant se pot. Mas i avio ja de païsôs qu'eimavou pas l'ivèr.

Pèire Biron, que sinhavo "Norib" en inversant soun noum, èro un païsô que lou detestavo, e qu'aziravo la nèu !

....
Èstre insensible à tout, cò’i pas bien de boun faire, Mès per tout l’on dèu prene una rasouluciou, Li chagris trop cruzèls fariou mouri, pecaire, Aquel que s’abandouno à la desoulaciou. Lei larmos que la terro en secret z’o biougudos Sigur fariou vira la molo d’un mougui ! Car la doulour fai mar, mai que sàssio escoundudo, Rend lou cor triste e frid coumo un jour sèns sougui.

Pèire Biron




«L'auvergnat est le même partout»
«L'auvergnat change tous les dix kilomètres».

Ces deux affirmations contradictoires sont aussi populaires l'une que l'autre, et aussi exactes l'une que l'autre. On dit courramment en Haute-Auvergne que «on parle haut-auvergnat jusqu'à Brioude» ou que «Le bas-auvergnat prononce le V et di -A à la fin des mots.»

La dernière remarque indique une conscience que ce n'est pas le vocabulaire qui change, mais certaines prononciations.

En effet il y a peu de formules spécifiques à un endroit précis. On notera juste que discuter et papoter se disent charra et japa dans le Cantal, souvassa en Haute-Loire, et faire la ralhado, ou plus simplement ralha, en Lozère.

Ce qui change, c'est la prononciation de V, l'évolution du L intervocalique en haut-auvergnat, vellave et gévaudanais, et quelques hésitations entre È et IA.

Ainsi dans la région d'Aurillac on dit l'estièlo, dans celle de Salers on dit aussi bien l'estèlo que l'estiago, alors que Mauriac dit l'estiàga, Saint-Flour l'estiàra, et que Le Puy dit l'estiàva.
Le ciel se dit lou cièu à Aurillac, lou cèu* à Salers, lou ciau* à Mauriac, Saint-Flour et Le Puy, lou cèl à Mende. (* prononcés /loushèw/ et /loushaw)

Lis exemples sariou noumbrous. Uno emissiou de televisto moustrè un sèti dien lou Jura que pouirio be èsse Alèsia, mas coumo la douctrino ouficialo l’o fixat en Bourgounho, digu dis chircadours ouficiaus es pas vengut ammé sis aplechos de trabalh.

Ount' èro la capiGrastalo dis arvèrnes ?

Despuèi que Napouleoun III o counfirmat ammé l’autouritat de l’estat ço qu’un avèsque avio afourtit ammé soun autouritat de Senhour à l’epoco de Francés Primier, la versiou ouficialo es que Girgòvio èro soubre la planeso de Merdounho, devengudo planeso de Girgòvio souto Napouleoun III.
Lei furgos faitos à Mountferrand que sou plô mai parlantos sou dounc pas recounegudos coumo interessantos ouficialomen.

Quau faguè lis estampèls de Glozel ?

Lou 1er de mars de 1924, Clàudi Fradin, dit lou Sergent, reglè de desbouziga lou found d’un pendis qu’on sounabo lou champ Duranthon.
Ammé soun gendre Antòni e soun felenc Emile, talhou li gaspalhats e lou talhadis de faus que lou coubrissou.

Lou merende

Souvent dizen eitau pel repas de miejour quand pensan que l'aven plô meritat. Fetivomen lou merende es la «cena merenda» en lati, lou repais meritat.
Mas lou repas de miejour se souno en vertat l'esparti ou lou desparti en auvernhat.
Lou merende vertadier es un repas de trabalhadours que se minjo al mitan de la matinado dounc vers dez ouros, e al mitan de la vesprado dounc vers quatre ouros.

Amm' acò dounc Guiral, l'erò del Virovent, coumençavo de dalha à sièi ouros del mati, e li filhs del coarre coumençavou à dez ouros.

21. Me sou ěnanadā tzardzadā, rěvěně tótā bouéidā: pra qué m'apelarias Nouémi (= dóhrçă) ? Lou bón dieou m’o ben aflědzadā, é m’o faït bércop de mahr.
22. Nouémi é sa nòra Ruth arribérou a Bethlém děr téns quě couminquavou a medre lous éurdis.

L'écriture du père Labouderie est une écriture personnelle, destinée à reproduire tous les détails du parler de l'arrondissement de Saint-Flour. Ce n'est pas notre écriture traditionnelle, c'est une transcription scientifique publiée par "la Société Royale d'Archéologie" dont l'ambition est de permettre même à ceux qui ne parlent la langue d'oc de la prononcer correctement. Reprenguession las tres notos de noste chapelô sabent : 1° Le signe ˉ sur l'a, ā, lui donne un son qui participe de l’a et de l’e, semblable à celui de l’a final chez les Espagnols. Par cette note Jean Labouderie explique que le A final est atone, et aussi qu'il se prononce entre /a/ et /ë/.

La Manjomounde arribè soubre aquel cop de temp e seguè dei mème avis : Ah, couiouno ! que faguè, te chau pas tua per mèi viéure. De te faire de bilo acò t'avanço pas ! Làissa-lou, aquei mour de catechème, s'arrestarò be de courre, aquelo gorjo de pouisou ! Sia(s) bièn bèstio de te faire de mouvas song per un ouce(l) coumo zei. Te dise que s'acamparò tout souvet, e à ta plaço me boutario en bourro per le faire marrouna.
V. Bonnefoi

....

L'ecir es sèns cuorp:
Cò's un vent, un alé que bufo;
Cò'i l'alé pouderous e fuort
De la mountonho que s'enrufo:
L'ecir, cò'i lou vent de la muort.
I vezet pas ris quand eciro;
Vezet pas terro ni cèu.
Sèt dinc un revoulum de nèu.
Lou vent que fo vous desaubiro;
Vous variat e la muort ve lèu...

Vermenouzo

*+*+*+*


Dimpièi que sabio la nouvèlo, Cado mati, la demuisèlo, Quond lou souguelh levont esclairo lou cièu blu Davont lou jour que l’acoumponho Lontems fissavo la mountonho En pensant: quond Piorrou quitorò la camponho Pendent quatre longs mes, ailas! nous veiren plu ! Zo bous declare, per ma fiato, Qu’èro uno poulido ouvernhato La filho de l’Alino e de Moussu Guiral, Lou cuarrou de la Granoulièro, Buòrio impourtonto de Vercuèiro, Un vilache qu’arroso uno fresco ribièiro E qu’oumbrachou, l’estìu, lou vergne e l’ouzeral. Cò’s ati que nostro erouïno, Filho unico, seje ons à peno, Ero nascudo en mai, quond les telhs sou flourits. Ambe sa fàcio rousinèlo, Ses uèlhs sourisents, Mïounèlo Ero la plus graciouso e gionto demuisèlo De soun vilache, amai cau dire, del païs.

Juon-Mari Gaston


*+*+*+*


Davales dei Mezinc, din Lèire vas mouri.
Mas fas tant de ditours, cranhes tant las drissèiros
Que, d’amount, lou mieulard que gaito lous pouzis
Crèi vire de voulans ateirats per las pèiros.

Coumo uno grosso sèrp que dèr sout la bruèiro,
T’agroumes au soulé dinc un lèit bian garnit
Vount l’auro ni lou frid nou te pòdan sazi.
En toun aigo souvent se sonho la bargèiro.


Alphonse Boncompain


*+*+*+*+*

Ve de sourti. Acò's uno auto publicaciou dis edicious cevenolo Aigo Vivo encò d'Ive Gourgaud 56 avengudo dau 8 de Mai - 30520 Sant-Marti- de-la-Val-Galgo


*+*+*+*+*


Li noums de lioc citats dien l'Armanac d'Auvernho e de Velai

De sigur li noums di departoments auvernhats tornou souvent, qu'acò saio en francés ou en auvernhat : Puy-de-Dôme, Cantal, Haute-Loire

De sigur la Louzèro, majouritàriomen auvernhato lenguisticomen es mençounado també, e la quito Ardècho l'es un cop ounde i o una bendo auvernhato.

De sigur li noums di païs auvernhats aparèissou souvent : la Chastanhau, la Marjarido, lou Cantalés...

Sèns parla dei ribèiros, valados e mountonhos : Puèch Mari, Artenso, Santòrio, Rùio, Marouno, Manilhou, Linhou...

Lei coumunos e masatges que dis l'Armanac sou : (en oc e / ou en francés, coumo aparèissou dien l'armanac)

Ourlhat /Aurillac, Salers, Mauriac, Saint-Flour (15), Le Puy (43), Mende (48), Glozel (03), Mountferrant (63), Ferrièros (03), Marmanhac (15), Riom-ès-Montagnes, Sainte-Eulalie / Santo-Agàrio, Fountanilhos (masatge de Santo-Agàrio), La Gasèlo d'Anglar, Ussèl (19), Sant-Juliô Chaptuei (Sent-Juliô) (43) Toulhat / Taulhac, Chalinargues (15), Lanjac (43), Vercuèiro (masatge de Marmanhac 15), Calvinet, Saint-Martin-Valmeroux / Sant-Marti-Val-Marouno,



.


lundi 16 janvier 2012

S-A Peyre : MARSYAS n° 375 d’avril 1961 (suite & fin) - Ive Gourgaud




.

Dernier étapde de la présentation de MARSYAS n° 375 d’avril 1961, par Ive Gourgaud, il nous propose la suite & la fin des critiques Mistraliennes de ce numéro ... exceptionnel de modernité



IV
ÉCOLE DU SOIR


Les intentions des Félibres qui veulent introduire l'enseignement du provençal dans les écoles des trois degrés, sont certainement excellentes ; mais c'est une fièvre que nous avons déjà connue il y a quelque cinquante ans. Et puisque nous remontons ainsi dans nos souvenirs, puis‑je ajouter qu'il y a un demi-siècle il était fort question de l'école du soir pour les adultes qui avaient été empêchés, pour des raisons diverses, d'atteindre même le niveau du certificat d'études ?
Eh bien, ne faudrait‑il pas maintenant instituer l'école du soir pour les Félibres qui sont incapables, malgré le zèle avec lequel ils militent, de prononcer et d'écrire correctement (et je ne pense pas seulement à l'orthographe) la langue provençale qu'ils opposent, à grande clameur, à la langue française ?
Je n’ai jamais reçu de circulaires d'organismes félibréens sans y trouver, à chaque phrase, voire à chaque ligne, quantité de gallicismes, de barbarismes et de fautes d'orthographe.
Je n'ai jamais assisté à des réunions de Félibres sans constater qu’au bout de quelques minutes tout le monde parlait français ! Dans leur correspondance même les Félibres sont assez enclins à employer la langue française. C’est qu’en fait, ils sont tous restés plus ou moins à la notion d'une langue provençale exclusivement propre à la poésie et au récit populaire, et incapable de servir à la culture générale.

Voilà bien une notion encore plus stupide que sacrilège.

Il suffit pourtant de lire la nomenclature des oeuvres provençales, notamment celles qui ont honoré, depuis 1946, le Prix Mistral, pour se rendre compte que la langue provençale se prête à toute expression de la pensée aussi bien que de l'imagination et que, par le fait même qu'elle est encore à l'état naissant, elle dispose, pour l'expression abstraite, de toute la sève des vocables concrets qui ne sont pas encore desséchés par un long usage.
Il faut donc instituer, et il y a urgence, l’Ecole du Soir pour les Félibres retardés.




V
L’OREILLE DÉCHIRÉE

Or, en même temps qu'ils rendent hommage de vassalité à la langue française, ils ne manquent jamais une occasion de s’élever contre sa primauté, sa présence légale et scolaire, et la déchirent à vilaines dents, d'où des représailles dont ils se trouvent fort marris. « Chien hargneux a souvent l'oreille déchirée. » Mais lequel chien a commencé? Lorsque Lamartine révéla Mirèio, il y eut bien quelques notes dissonantes autour de son dithyrambe. Mais elles ne résonnèrent pas toutes de Paris...

L’âne Martin, ‑ je veux dire Pontmartin, ‑ qui s'écria goujatement : «Quel dommage que cela soit écrit dans la langue de nos domestiques», n'était-il pas du Comtat Venaissin?

Les bigots d’Avignon ne protestèrent‑ils pas contre « l'immoralité » de Mirèio ?
De toute façon, on peut rappeler ici la boutade d'Alphonse Karr : «Tout ce que les médecins ont pu faire contre le rhume de cerveau, c'est de l'appeler coryza !»
Certes, il n'y a aucune comparaison entre la création d'une langue, comme Mistral le fit avec Mirèio, et l'invention du vocable coryza ; mais on pourrait dire, à la petite échelle, que tout ce que les Provençaux ont pu faire contre les Français, c'est de les appeler franchimand. Si cela n'allait pas plus loin que des nasardes, des mordillements d’oreilles accoutumés, de village à village, de ville à ville, de province à province, de nation à nation, on pourrait hausser les épaules. Mais n'est‑il pas dommage de voir Mistral, dans un passage ridicule des Memòri, se moquer du récit de Théramène, (tout gâté qu'il soit par la description du monstre, ce récit est une belle chose de Racine) ânonné par deux enfants de la bourgeoisie et y préférer la sornette de Jean‑du‑Porc que sa mère lui avait apprise ?
Nous savons que Mistral, poète de génie, manquait absolument de goût ; mais la présence du génie compense heureusement l'absence de goût. Ce qui est plus grave, c'est lorsque dans un des articulets qu'il écrivait pour l’Armana prouvençau ou les publications périodiques du Félibrige, il fait un sort au proverbe :
Parlo que francés, dèu èstre esta en galèro.
(Il ne parle que français, il doit avoir été aux galères).
La voilà bien, la hargne canine.
Heureusement que le génie nous réserve toujours de miraculeuses compensations ; et le même Mistral, dans la Rèino Jano, fait chanter aux galériens l'incomparable cantilène de l’Illusion, qu’il a inventée pour eux.
Il serait temps que la culture française et la culture provençale, dans la Région des Egales, cessent de se déchirer l'oreille, et commencent à s'écouter l'une l'autre.



VI
RUPTURE AVEC CE QUI AMOINDRIT

(C'est un titre emprunté à Hugo, Hugo que l’on trouve partout où l'on arrive).
Clémenceau disait que la guerre était une chose trop sérieuse pour être confiée à des militaires, et certains événements lui ont donné raison.
Faut‑il dire que la Renaissance provençale est une chose trop belle pour la laisser détériorer par le Félibrige qui, après l'avoir tenue dans ses premiers pas, l'entrave et la fait trébucher maintenant, en attendant peut‑être une lâche occasion de la livrer à l'occitanisme ?
Je me borne à poser la question, mais je l'ai déjà résolue pour moi.


.

samedi 14 janvier 2012

Peireto Berengier : Marcèu Pagnol - le chateau de ma mère - Lou castèu de ma maire




.




Lou castèu de ma maire


Despièi d’annado, li Marsihés se descounsoulavon de vèire lou castèu de la Busino, lou castèu de Marcèu Pagnol, toumba en douliho. Despièi quatre an, avien retrouba l’espèr e fin finalo, bonodi la vilo de Marsiho, lou castèu es restaura e torno vers sa destinacioun : lou cinema.

Setanto an de tèms, aquéu castèu quàsi legèndàri pèr lis ami de Pagnol, fuguè abandouna. De mounde se i’istalèron sènso respèt e lou vandalisèron. Toumbavo en rouino quand la vilo se groupè à l’obro just à tèms pèr s’espargna la vergougno d’uno disparicioun toutalo. L’architèite, Andriéu Sterne, en se foundant sus de centenau de fotò, capitè uno restauracioun requisto ; coume se lou castèu s’èro caia dins soun bon, i’a setanto an.

Vuei, lou « castèu de ma maire », devèn la Maison des cinématographies de la Méditerranée, liga à la cinematèco de Marsiho. Ié dèu caupre, bèn entendu, lis « image » mai peréu li libre, em’uno biblioutèco especialisado de plusiour milié de doucumen.

Dins cinq salo scenarisado, li vesitaire poudran revèire d’escapouloun de filme mediterran emé, de segur, lou proumié filme de l’arribado dóu trin dins la garo de La Ciéutat, di fraire Lumière. Se ié poudra peréu ourganisa de festenau, d’avans-proumiero, etc.



Lou castèu sara dubert en tóuti, escoulàri, estudiant, cercaire, toutisto e amourous de la Prouvènço o dóu cinema.

Pamens l’assouciacioun dis Ami de Marcèu Pagnol, se dis un pau deçaupudo de la trop pichoto plaço leissado à l’autour, academician e cineasto. 10% di 4000 m2, verai qu’es pas gaire. Es-ti encaro lou refus de Marsiho de se recounèisse dins la trilougìo ? Tant se pòu, mai es dóumage, e pièi i’a tambèn la famiho que gardo si doucumen…

Dins tout, uno bello restauracioun que rènd i Prouvençau uno partido de soun patrimòni e bouto Marsiho en bello plaço dins lou mounde dóu cinema.


Peireto Berengier


.

jeudi 12 janvier 2012

S-A Peyre : MARSYAS n° 375 d’avril 1961 (suite) - Ive Gourgaud

.



Voici maintenant un ensemble d’articles critiques consacrés entre autres à la « politique provençale », particulièrement à celle du Félibrige : on va lire ou relire des points de vue dont certains pourront paraître, cinquante ans plus tard, d’une brûlante actualité. Avec Sully-André Peyre et l’ école de Marsyas (je pense surtout à C. Mauron, M-F Delavouet et J-C Vianès), nous restons sur les sommets de la critique mistralienne.



Ive Gourgaud


[Les titres et sous-titres sont de S-A Peyre]

PROVENCE
I




Mon Apologie pour le Félibrige, publiée dans Marsyas (N° 257, novembre-décembre 1947) était si objective que les tenants et les détracteurs du Félibrige purent les uns et les autres y puiser des arguments pour leur admiration ou leur dénigrement.
Si je me permets de le rappeler, c'est pour mieux montrer que je ne saurais moi‑même être suspect d'admiration béate ni de dénigrement systématique. Je n'oublie point ce que le Félibrige a eu de tutélaire pour la Renaissance provençale ; mais on voit quelquefois un arbre grandir en portant trop longtemps les marques du tuteur sur son écorce inférieure, même lorsque le tuteur est tombé en pourriture.
Nous voyons depuis quelques années le Félibrige se détériorer de plus en plus rapidement, se laisser aller à la facilité, et même ses jeunes novateurs s’imaginer que des déclarations plus ou moins vagues, des initiatives sporadiques plus ou moins désordonnées, suffisent.
Ils ne comprennent pas même encore lorsqu'ils croient être mistraliens, le Droit de Chef‑d’Oeuvre, puisqu'ils favorisent encore les innombrables et médiocres dialectaux ; et finalement, les dialectaux se laissent noyauter par les occitans, lesquels sont eux‑mêmes noyautés par un parti politique...
Un vieux Félibre écrivait déjà, par une intuition prophétique, dans La Regalido en 1909 : Vaqui aro lou Felibrige tirassa de flour d’alis dins lou petròli.
(Voici maintenant le Félibrige traîner des fleurs de lys dans le pétrole) (1)

C'est ce que nous voyons se réaliser maintenant, par personnes interposées, l’astuce et la mauvaise foi des uns dominant facilement la candeur et la naïveté des autres.
Ironique retour des choses : à ses commencements, le Félibrige était essentiellement royaliste et catholique, et cela malgré le paganisme de Mistral, et son républicanisme de 1848 réprimé par son père. La chose nous est contée avec bonhommie dans Li Memòri, où le vieux François Mistral se montre plutôt persuasif. Mais est‑ce avoir mauvais esprit que de se souvenir de Mirèio, dans la bouche de Mèstre Ramon :

Acoumenço, pichot, de garda toun repau,
Ié vendriéu sènso mistèri,
Que s'à la fin ti refoulèri,
Ve ! fan esmòure lou tempèri,
Sarnipabiéune ! ve ! t'endóutrine em'un pau !

(Commence, petit, par garder ton repos, lui dirais‑je sans détour, car à la fin si tes caprices, vois ! font mouvoir la tempête, sacrebleu ! vois ! je t'endoctrine avec un pieu !)

Quoi qu’il en soit le Félibrige, qui naissait en même temps que le socialisme, ne savait -malgré la grande illusion : Car cantan que pèr vautre, o pastre e gènt di mas (car nous ne chantons que pour vous, ô pâtres et gens des mas)- qu’offrir au peuple des galéjades et des chansons. (Et pourtant Mirèio était bien autre chose. Margaritas ante pecus)
Dans l'une de ces galéjades, un « Monsieur » se promène dans ses propriétés et dit en guise de consolation au journalier qui s’y échine : «Dans l'autre monde les riches seront les ânes des pauvres». Ce à quoi le journalier se borne à répondre avec plus de soumission ironique que de révolte indignée : « Alors, Monsieur, je vous retiens pour le mien ».
Faut‑il donc s'étonner que le Félibrige n'ait jamais conquis vraiment le peuple ? et que celui‑ci ait continué à patoiser, gâchant ainsi de plus en plus la langue provençale et commençant ensuite à gâter la langue française ?
Mais voici que maintenant l'extrême‑gauche prend sa revanche sur l'extrême‑droite et que pour avoir trop marqué le bout de leur nez au pollen des fleurs de lys, les Félibres le plongent maintenant dans le pétrole... Si au moins ce gauchissement favorisait le langage ? Mais il le gâte, en transformant les pauvres dialectes, les indigents patois et la pure langue provençale de Mistral, en une koïné pédante, un esperanto artificiel, un sabir ridicule, censément repris aux Troubadours, comme qui voudrait ramener le Français d'aujourd'hui à celui des Trouvères !
Du « Gay saber » au triste sabir ; et tout cela finalement au profit d'une politique aussi excessive que le conservatisme était insuffisant.
Ainsi donc les Félibres s'éloignaient du peuple par le retard social. Mais les Occitans, dont une grande partie s'en rapproche par le progrès social, s'en éloignent par le pédantisme linguistique.

(1) Dans la phraséologie d'il y a un demi‑siècle, lorsque nous courrions aux portes ou aux fenêtres pour voir passer les premières « voitures sans chevaux » annoncées par le bruit du moteur, le pétrole n’était encore qu'un symbole de révolution. Maintenant, c’est une autre histoire.



II

DU ZÉRO À L’INFINI


On peut dire que la Renaissance provençale a commencé à zéro, dans le coup de lumière de Mirèio.
De la culture troubadouresque -et combien‑surfaite-, que restait‑il à travers les patoiseries dialectales dont les thèmes étaient tantôt empruntés à la poésie française et tantôt rabaissés à la scatologie, à la chansonnette et à la galéjade, ‑ galéjades et chansons étant peut-être le moins mauvais de cette accumulation de résidus ?
Il y eut au XIXe siècle trois petits précurseurs, qui écrivaient comme on l'avait fait avant eux depuis le déclin des troubadours, sinon en patois, tout au plus en dialectes cacographiques : l'avantageux Jasmin, d’Agen, qui avait quelque don élégiaque et épique ; le truculent Gelu qui donna, avant Richepin, une « chanson des gueux » et la fit, avant Valère Bernard, spécifiquement marseillaise ; Bigot, de Nîmes, qui écrivit en français des poèmes ridicules, fort loués par Lamartine et par quelques autres (car Mistral ne fut ni le premier ni le dernier à avoir beaucoup plus le désir d'être agréable que le goût critique) ‑ et une œuvre poétique patoise consistant en effusions plus ou moins sentimentales et en transpositions dans la vie populaire nimoise de quelques‑unes des Fables de La Fontaine. C'est une oeuvre qui ne manque ni de verve ni d'invention, car, on le sait, on peut inventer encore en imitant et en transposant. Son langage populaire, sous une cacographie stupide, ne contient guère de barbarismes, de gallicismes. Il a toujours été plus facile d’écrire selon le génie d'une langue dans les limites des thèmes populaires, et, en conséquence, d'un vocabulaire restreint.
Ces trois précurseurs furent loin d'être des Jean‑Baptiste, et boudèrent hargneusement et sottement la Renaissance provençale.
Mistral a exalté la langue jusqu'à la branche des oiseaux.
Roumanille, petit rimeur, prosateur populaire, a été bien surfait comme écrivain. Mais sait‑on bien tout ce que lui doit, ainsi qu'à Aubanel, par leur bon sens intransigeant, la juste mesure de la langue provençale ? Le génie s'égare quelquefois mais, parce qu'il est le génie, il sait reconnaître la bonne direction. Que servirait l’étoile polaire ou la boussole sans un bon pilote ?
L’oeuvre d’Aubanel pourrait être réduite en un seul volume assez mince. Et, s'il y a une résonance essentiellement personnelle chez Mathieu, on sait bien que son oeuvre poétique a été parachevée, sinon écrite en partie, par Mistral.
Après la double transition de Folco de Baroncelli et d'Alexandre Peyron, la littérature provençale est entrée, avec Joseph d’Arbaud, dans sa seconde phase, et, chronologiquement, avec moi‑même, ‑ qui dois tant à mon jeune maître Alexandre Peyron,- dans sa troisième phase.
La Bèstio dóu Vacarès a été à la prose de Provence ce que Mirèio a été à sa poésie. Depuis, les écrivains et prosateurs de la troisième phase ont achevé d'universaliser la Renaissance Provençale. Je dis achevé car cette Renaissance eût été mort‑née si, dès Mirèio, sous les voiles folkloriques, régionaux et conventionnels qui auraient pu l'étouffer, elle n'eût été déjà animée par l’expression du monde.
Pour changer la métaphore, un arbre doit être solidement enraciné dans l'ombre de la terre mais il ne porte ses feuilles, ses fleurs et ses fruits qu'en pleine lumière.
Seulement, faut‑il que la formule magique du zéro à l'infini soit renversée : de l'infini à zéro, par la persistance particulariste qui s'obstine encore à diviser la langue, consacrée par le Droit de Chef‑d’Oeuvre, en dialectes, voire en patois, d'une part, et, d'autre part, à l'artificialiser, par l'archaïsme pédant et l'offuscation jalouse, ‑ offuscation qui va jusqu'à remplacer le nom glorieux de Provence, lato sensu, comme l'entendait déjà le Moyen‑Age, et comme l'entendent encore les philologues, ‑ par le sobriquet Occitanie qui n'est qu'un barbarisme, et, pour mieux dire, un retour à la barbarie.
On peut dire que devant la splendeur provençale les Félibres sont myopes et les Occitans offusqués ; ce sont, les uns et les autres, de pauvres petits témoins.






III


Nous venons de voir que le Félibrige était dès son origine essentiellement catholique. Quel dommage qu'il n'ait pas été protestant ! En effet, les Félibres ont toujours aimé à protester, et ils continuent. Malheureusement, leurs protestations sont, le plus souvent, injustifiées ou à contre‑sens ; mais elles ne se manifestent jamais quand elles seraient justifiées.
Par exemple : il y a quelque deux ans, quelqu'un qui n'avait sans doute rien de mieux à faire, demanda à la Radio‑Télévision française de prendre Mistral comme thème de l'un de ses concours spectaculaires. La Radio‑Télévision, qui n'en est pas à une bévue près, n'échappa point à la hargne qui sévit dans certains milieux français contre la Renaissance provençale et répondit assez sottement qu'elle ne voyait aucun intérêt à ce thème. D'où une clameur de protestations dans les milieux félibréens et dans la presse méridionale.
Or, il convient de se féliciter de cet ostracisme qui a préservé la Renaissance provençale et la gloire mistralienne des pauvretés radio‑télévisées et d'une compagnie bien mêlée.
Mais, lorsque de grands éditeurs parisiens publient des histoires de la Renaissance occitane (sic) où tout ce qui n'est pas hérésie occitane est systématiquement rabaissé, sinon escamoté, personne, dans le Félibrige, ne proteste.
Nous avons vu sur les murs, pour le Centenaire de Mirèio, une Mireille péjorativement surprenante ; là les protestations étaient plus justifiées, mais ne vaudrait‑il pas mieux réserver l'indignation contre la défiguration de la Langue ?
Je sais bien que l’on veut protéger et promouvoir cette langue par tous les moyens, ‑ mais, là encore, le remède est pire que le mal. J'ai déjà eu l'occasion d'exposer ici le ridicule, l’absurdité de la loi Deixonne (1), cette loi par laquelle le Provençal entre dans l'enseignement officiel par une toute petite porte ; mais au milieu d'une cohue dialectale et patoise, sans parler de certaines soi‑disant « langues » qui n'ont pour elles aucun Droit de Chef‑d'Oeuvre, mais qui ont contre elles des tendances séparatistes avouées ou latentes, ce qui nous ramène de nouveau à l'intrusion politique dont je marquais tout à l'heure la malfaisance.

(1) Marsyas N° 278, Juin 1950, p. 1695 : « La Langue provençale à la Tour de Babel ».



.

mardi 10 janvier 2012

Nicola dal Falco : 2 poesie - una prosa

.




Accontentarsi



Al
caffè
delle dame,
il rosso ed il nero.

Suadente epifania,
sboccio,
un timbro profano
di cose divine,

mimando una stanza,
un luogo d’intese.

Non mi serve molto,
un po' di vino,
e ancor meno,
mi basta la luce
del vino,

il perdono
che della curiosità
è un dono,

qualche storia
da ripetere
e quelle strette
al cuore;

poi,
gambe e braccia abbandonate;
la mezzanotte
che suoni
ad ogni ora
o quarto d’ora…

risate serie
e un correre lieve
di carezze.



*+*+*+*




Commossa e lieve cade la neve,
svelando la natura degli angeli,
l’intima niveità del cielo;

non a coprire, ma ad aggiungere
un metro o un piano.

Vibrando una stretta più lunga e fraterna,
la carezza che dal sonno è assorbita,
un bianco arcobaleno, non più sospeso.


*+*+*+*





Ascolto Bellini mentre sulla terrazza una brezza che scende dal Grömm rovista nel glicine come se smuovesse carte e vecchi giornali.
È ancora Norma, in una foresta delle Gallie. La voce soffia sulla brace, accendendo occhi a dozzine. Qualcosa trema, s’incrina in fondo al cuore simile alla foglia prima di staccarsi dal ramo. Cadere non è ancora morire. Bisogna prima scendere in piccole spirali, volteggiare a mezz’aria.
La distanza che separa il ramo da terra è la vita stessa, tutta la vita. La forza di gravità spinge in basso, ma tutto dipende a che altezza siamo. Più su e più lenta la discesa e vasto il paesaggio.


.

dimanche 8 janvier 2012

S-A Peyre : MARSYAS n° 375 d’avril 1961 - Ive Gourgaud



.



Hommage à Sully-André PEYRE

(suite)


(mise en forme et commentaires :
Yves Gourgaud)




Nous poursuivons notre hommage au poète et critique mistralien en redonnant la totalité de ses contributions provençales à sa revue MARSYAS n° 375 d’avril 1961. Nous y trouverons le tout dernier poème que S-A Peyre a publié sous le nom d’ESCRIVETO : ce personnage féminin (il vaudrait mieux dire : hétéronyme, autre face de la personnalité multiple du poète trilingue), il l’inventa dans les vignes de son père, en 1909, alors qu’il n’avait que 19 ans… et le fit vivre jusqu’à sa mort.
L’amour (souvent charnel), la solitude, le jardin, la mort, la rose, la féminité : autant de thèmes qui reviennent dans une œuvre que l’on doit détacher de celle que SAP signait de son propre nom. Quelques-uns de ces poèmes furent d’ailleurs réunis après la mort du poète et publiés en recueil sous le titre : Escrivette et la rose, avec en bandeau cette incitation : « Ne cherchez point à tout comprendre… ».

Voici donc le tout dernier poème d’Escriveto
:

ES UN VIÈI POUS ...

Es un vièi pous, soulet dins lou campèstre vaste,
Sèns figuiero ; e, de pòu que lou rouvi li gaste,
Ges de carello, de cadeno, de ferrat ;
Se i’avié d'aigo, res poudrié l'avera.

La bauco es dessecado e mounte pas enjusco
L'orle rout ; ges de moufo à la paret s’enrusco ;
Au founs, sènso rebat de luno e de soulèu,
Un bestiàri casu pourris, e fai sóulèu.

Siéu vengudo despièi moun orto dis Aupiho,
‘Mé si roso, sis aigo oumbrouso e sis abiho,
E me siéu assetado, à l'agrat de fali,
Sus l'orlo, pèd descaus pèr li code abali.

Sounjave de Jacob, de Rachèu e de Lìo,
De Bremoundo, de iéu, e belèu d'Oufelìo,‑
En flour sus l’aigo longo e sout li sause vièi,
‘Mé lis aragno bluio e li rano e li pèis.

ESCRIVETO


Traduction : C’EST UN VIEUX PUITS...

C'est un vieux puits, seul dans la lande vaste, sans figuier ; et, de peur que la rouille les gâte, point de poulie et point de chaîne et point de seau ; nul ne pourrait puiser une eau toujours absente.

L’herbe rêche est séchée et ne peut pas atteindre la margelle brisée; point de mousse aux parois ; au fond, sans nul reflet de lune et de soleil, une bête tombée pourrit, levant le coeur.

Je suis venue depuis mon jardin des Alpilles avec ses roses, ses eaux ombreuses, ses abeilles, et je me suis assise, au risque de tomber, sur le bord, mes pieds nus à l'école des pierres.

Je songeais à Jacob, à Rachel, à Lia, à Brémonde, à moi‑même, et peut‑être Ophélie en fleur sur une eau longue et sous d'antiques saules, chez les insectes bleus, Ies poissons, les rainettes.






Ce poème d’Escriveto est suivi de deux poèmes signés, eux, « Suli-Andriéu Peyre » :

TOUN NOUM…

Toun noum creissira 'mé la rusco
De l’aubre, mountant plan enjusco
Que siegue plus aut que lis iue ;
E meme en aubourant la tèsto
Quau poudrié legi lou rèsto
D'aquel amour e d'aquéu jue ?

La sabo, qu'es toujour maduro,
Aura gounfla la gravaduro,
E lou soulèu e li plueiun
N'auran acaba la malandro,
Mentre que l'aubre se balandro
Emé si branco e soun fueiun.

Toun noum sara plus qu'uno deco
Sus la rusco leno, uno leco
Pèr la memòri e li pensié
D'un que vanegara pèr orto
Long‑tèms après que saras morto,
Après lou bonur e l’ancié.

Traduction : TON NOM

Ton nom croîtra avec l'écorce du peuplier, montant lentement, jusqu'à ce qu'il soit plus haut que le regard ; et même en relevant la tête, qui donc pourrait lire le reste de cet amour et de ce jeu ?

La sève, toujours mûre, aura gonflé l’écorce entaillée, et le soleil et les averses auront aggravé le mal tandis que l'arbre se balance avec ses branches et ses feuilles.

Ton nom ne sera plus qu'un défaut sur l'écorce lisse, un piège pour la mémoire et les pensées d'un qui errera par les champs longtemps après ta mort, après le bonheur et l'angoisse.


*+*+*+*


AQUELO CANSOUN ...

Aquelo cansoun, te sèmblo que vèn
De forço mai liuen que l’aigo e lou vènt.

Te sèmblo que vèn dóu founs dis espàci,
Dóu coumençamen di long tressimàci.

Mai vèn que de tu, d'aquéli founsour
Ounte, amoulouna, caupon li vièi jour,

E mounte deman e l’amaro glòri
se coungreion vuei pèr d’àutri memòri.


Traduction : CETTE CHANSON ...

Cette chanson paraît venir de beaucoup plus loin que l’eau et le vent.
Elle paraît venir du fond des espaces, du commencement des vicissitudes.
Mais elle vient de toi, des profondeurs où sont amoncelés les anciens jours, et où demain et la gloire amère se suscitent aujourd'hui pour d'autres mémoires.


.

vendredi 6 janvier 2012

Léon Armand : LOU LOUT E L'ANHEL - pouesìo carcinolo - une idée d'Alan Broc



.




LOU LOUT E L'ANHEL



Un chour un paure anhèl s'escartet de sa maire,
Oh, sans zo voulé fa !
Decha lou paure armou, pecaire,
Coumençabo de gremecha,
Car dempèi lou mati cercavo
E lou chour cèrtos s'en anavo,
Paure efont ! Ound' ana coucha !
N'ausabo pas bouta un pé dabont lous autres,
Soul dins d'un bosc : Coumo el aurias achut pòu vautres,
Chès ! Que batio soun pichou cor !

Tout d'un cot vèi un lout que dor,
Aquel lout èro un lout que venio d'un uflache
Abio lou ventre plo garnit ;
Mès d'un anhelou d'aquel ache
Un lout es touchour aganit ;
« Qué fas tu apr'aicis ?! » Li diguet en coulèro.


Helas, moussu, cerqui ma mèro.
N'es pas vertat. Es per me revelha
Que fas en semblant de ploura.
Qué vol dire acò, à toun ache
De counesse to pauc l'usache.
N'èi pas voulgut vous derencha »,

diguet l'anhel, m'en vau n'ana.

Nou, nou ! So-fet lou lout, aprocho
E tiro loi mos de la pocho,

Qu'es acò davont iou de touchour tremoula ?
Semblo qu'on volgo vous mancha ?
Agacho-me, per Sant Chan me panèrou
Un brave talhou de crabit
Que gardabi per un amit ;
M'òu dit qu'acò's tu, te vechèrou !


Iou, moussu lou lout, noun-pas cèrtos,
N'èri pas nascut per cubèrtos. (= per lei semenados)

Estai siaud, lou t'òu vist mancha.

Moussu, me poudès plo 'scusa...

Tè ! la counscienço te reprocho !

Ès tu que panes mous rascals ?
Iou moussu ? Foulhas-me la pocho !
Pardi ! Lous as manchat aval !

Coussi voudrias que lous trucessi ?

N'èi pas de dents.

Te disi qu'ès pas qu'un empudent ;

Meritorios que t'aprenguèssi

A t'escarta de toun troupel. »

Qué tramblabo lou paure anhel !

E l'in cal pas fa tort, pecaire.

Voulguet be prou s'escusa.

La pòu l'empachet de parla
.Italique


Anen ! So-fet lou lout, vési que vales gaire
Decha n'ès qu'un vau-rien,
Se venios grand sarios qualque Mandrin,
Ou qualque Nhato !
Te voli courricha ! » Tolèu d'un cop de pato
Lou toumbet mort !
Lou lendemô sa maire lou plourabo.


Voulé abé rasou am d'un plus fort
Acò's coumo se l'on cantabo.





Léon Armand

(escrit vers 1840, publicat en 1888)





Notos :

Remarcat que l'autour dis « la maire » din lou tèste e que l'anhèl dis « ma mèro » quand parlo.

Mous rascals : li rascals sou la partido utilo de la noutz



.