dimanche 30 décembre 2012

Peireto Berengier : Marsiho - La saga dóu saboun

.


La saga dóu saboun




Leva d’un article d’Enri Aubert dins « La Gazette »
n°73 dóu Coumitat dóu Vièi Marsiho.





Es pas de vuei que Marsiho es couneigudo dins lou mounde. Tre l’Age-mejan, lou saboun de Marsiho fasié deja soun renoum dins lou mounde entié.
 


L’espelido

La proumiero referènci que poudrié se rapourta à noste saboun, la trouban encò de Pline l’Ancian (23 à 79 ap. J.C.), dins soun « Histoire naturelle », ounte douno la coumpousicioun d’uno pasto facho de cèndre de fau e de sèu de cabro. Acò èro utilisa, dis, pèr li Galés pèr se tegne li péu de rous. Serviguè pièi de baume, de poutingo e fauguè espera l’Age-mejan pèr qu’arribe lou saboun pèr la bugado e la teleto.

Sèmblo que la receto proumiero siegue arribado à Marsiho au retour di Crousado. De roumiéu o de marchand aduguèron d’Alep la fourmulo d’un mescladis de graisso e d’alcali (al-qâli = cèndre) bon pèr l’igieno.

La Prouvènço èro l’endré perfèt pèr sa fabricacioun emé l’òli d’óulivo e de sòudo. Marsiho avié l’òli e la Camargo procho pourgissié la sòudo emé la Salsola soda de si palun. La sau de mar èro tout proche peréu.

En mai d’aquésti proudu de baso, Marsiho avié lou biais pèr entre-prene emé si marchand e sis entre-prenèire que sachèron faire gando pèr aqueste nouvèu proudu forço interessant.

Tre lou siècle XIV (1371), trouban à Marsiho un proumié sabounié : Cresca Davin.

Au siècle XV e mai encaro au siècle XVI, la fabricacioun dóu saboun, d’artisanalo qu’èro devenguè industrialo.

En 1577, Jorge Bronnenmayer s’istalè à Marsiho e prenguè pèr noum Prunemoyr. Marrida emé la neboudo d’un counsié au Parlamen e souto l’aflat dóu Gouvernour de Prouvènço, mountè uno grando sabounarié. Emé d’oubrié estrangié prouduguè uno meiouro qualiita e en 1579, daverè lou privilège dóu rèi de fabrica un « saboun de Paris »… Emé 360 touno/an inoundè lèu tout lou marcat prouvençau e n’en mandavo vers Rouen, l’Anglo-terro e lou Levant. Mai anè trop vite. Si banquié lou larguèronn e en 1585 barrè si porto. D’àutris usino se mountèron en Avignoun, à Tunis e en Touscano. Pamens, sa bello aventuro dins uno industrìo espourtatriço nous baiè un grand renoum que duro encaro.

Au siècle XVII, lou saboun de Marsiho prenguè sa grosso renoumado que la perdeguè plus. Colbert, menistre di fort quand falié reglamenta l’ecounoumìo dóu reiaume, veguè tout l’interès de noste saboun e ço que ié poudrié gagna. En 1698, apliquè au saboun de Marsiho un de sis edit que n’en reglamentè pèr long-tèms la fabricacioun : utilisacioun d’òli d’óulivo sènso ges de gras d’animau, plus de prouducioun quand fai caud l’estiéu, qu’acò es marrit pèr la counservacioun.


La fabricacioun

Fau 14 jour pèr faire noste saboun. L’òli emplega es tira di grignoun, es-à-dire de ço que rèsto de la proumiero pressioun à fre. Après quàuquis assai la proupourcioun d’òli uguè fissado à 72%.

En mai de la sau, fau apoundre 18% d’umide e subre-tout un saupre-faire que se meiourè long dóu tèms, trasmés pèr lou « mèstre de fiò » de generacioun en generacioun.

L’òli vegetau es mescla à la sòudo dins de gros peiròu, lou mescladis es mes à bouli e pèr uno reacioun chimico l’alcali lou trasformo en pasto. La sau lou rènd mai pur. Es l’empastage vo sabounificacioun. Acò duro vuech ouro.

La pasto es alor lavado plusiour cop emé d’aigo-sau pèr elimina lou trop de sòudo. Es lou relargage, uno óuperacioun delicado que se fai quouro la pasto boulis encaro.

Un cop tratado, entre 3 e 10 jour, lou mèstre sabounié verifico la qualita de sa pasto. Coume un grand cousinié que tasto si sauço, éu, tasto sa pasto e se trobo l’equilibre coume fau, la lavo un darrié cop pèr l’aproupri en plen. Es la liquidacioun.

A-n-aquéu moumen, la pasto es quàsi liquido, la fau leissa pausa dous jour, pièi la coula à 60°C, dins de mole de pèiro, li « meso ». Aqui, lou saboun vai seca dous jour au bon de l’aire.

Un cop se, es decoupa en pan de 35 kilò em’ un coutèu à tour, pièi en blo de 2,5 kilò, 1 kilò, 500g vo 400g segound la demando. Li blo soun alor pausa sus de cledo o de canisso. Dous jour plus tard, uno crousto s’es facho que ié podon estampa la marco, siegue à la man siegue sus machino e acò sus li sièis fàci dóu cube.


Un saboun especifi

Lou saboun blanc se fai emé d’òli de paume e de coupra, lou saboun verd emé d’òli d’óulivo (au mens 60%) e d’òli de coupra, lou saboun negre, en ramplaçant la sòudo pèr de poutasso.

Lou saboun de Marsiho es naturau, ecoulougi e bioudegradable, emé plen de vertu pèr l’igieno. Blanc o verd, agrado proun i bugadiero e i mestresso d’oustau pèr lou linge e li maloun. Lis industriau se n’en servon peréu pèr lis indiano, li lano, la bounetarié e la tenchurarié.

Pèr l’igieno dóu cors es ideau, mai que mai pèr li pèu delicado. Es antisepti sus li pichòti plago. Apasimo peréu li cop de soulèu e ajudo sourti li espino d’oursin !

Se n’en metès au founs dóu lié, segur qu’aurés plus de rampo e dins lis armàri fara fugi li arno.

Lou saboun negre, liquide o pastous, sèr subre-tout pèr li maloun à l’oustau e dins lis entre-preso. La Marino naciounalo l’utiliso sus si navire. Pòu escafa d’ùni taco de pinturo, servi pèr refresca lis animau o tuia li pesou de vòsti flour.


L’evoulun

Un proudu parié poudié qu’agué un gros sucès e un raiounamen moundiau.

Es à l’óurigino de noumbre d’escàmbi coumerciau pèr li matèri proumiero e li proudu fini. Fuguè un moutour impourtant dóu desvouloupamen industriau e maritime de Marsiho. L’òli de Prouvènço n’i’avié pas proun, n’en fauguè faire veni d’Africo, fuguè un proumié pas vers la coulounisacioun.

Lis armatour e li marchand fasien pressioun mai li proudutour resistèron pèr manteni la qualita d’óurigino, coume dins l’edit de 1688.

Pamens, de mai en mai l’òli de paume (Elaesis guineensis) faguè soun intrado e tambèn aquelo de coupra (Coco nucifera).

En 1791, lou chimisto Micoulau Leblanc troubè lou biais de faire de carbounate de soudion emé l’aigo de mar.

Fin qu’i darriéris annado dóu siècle XVIII, l’industrìo dóu saboun couneiguè la glòri. Mai de 100 sabounarié, 73 establimen, 331 caudiero à Marsiho e 14 à Seloun. Tout plen d’industrìo i’èron ligado e de milié d’óubrié n’aproufichavon. N’i’avié proun pèr touto la Franço e tambèn pèr l’espourtacioun de pertout.

Au debut dóu siècle XIX, averavo li 180.000 touno avans 1914 mai soulamen 53.000 touno après 1918. La mecanisacioun ajudè lou reviéure. La prouducioun aumentè fin qu’en 1939…
Guerro acabado, espeliguè la machino pèr lava lou linge e li detergènt chimi menèron nosto prouducioun à sa fin.



E aro ?

Avèn couneigu li marco Le Chat, La Tour, Le Naturel, Le Sapin, L’Abat-jour, Le Fer à cheval e bèn d’autre… En 2011, trouban plus que tres sabounarié à Marsiho : Le Sérail, la Savonnerie du Midi e La Licorne. N’i’a encaro dos à Seloun e quàuquis-uno dins li despartamen vesin.

La grando pountanado dóu saboun de Marsiho es acabado, mai coume lou vilage galés lou mai resistènt, Marsiho s’acroco emé forço pèr faire targo à la councurrènci moundialo que prepauso un « saboun de Marsiho » que de l’autre bout dóu mounde !

Malurousamen, li sabounarié marsiheso avien pas « despausa » la marco e tout lou mounde a lou dre de se la prene sènso rèn paga à Marsiho. Es parié coume pèr li coutèu de Laguiolle…

Lou saboun de Marsiho proudu en Prouvènço a pamens si fidèu en Franço e à l’estrangié, fin qu’au Japoun o en Australìo.

Li counsoumatour que soun pas trop nèsci sabon recounèisse lou saboun e Marsiho autenti que i’es marca « Extra pur – 72% d’acides gras ».


Lou mite dóu saboun de Marsiho se vai pas esvali tant lèu !




Peireto Berengier







.





vendredi 28 décembre 2012

N. Dal Falco : La Déesse sur l’Alto Nuvolao (traduction Française - Chapt 2 légende de Aurona - Mythes de la tradition Ladine)

.






La Déesse sur l’Alto Nuvolao




Traduction française François Simon







Ceci est l’histoire d’une chute, la chute d’un royaume. Des choses qui arrivent quand les destins changent et que le temps accélère sa course circulaire. C’est un moment confus, où le chevauchement de lumières et d’ombres agite le fond du miroir.  La lutte qui se déclenche, inévitable et terrible, alimente l’espérance, génère des aventures, mais elle est sans remède, parce qu’avec elle se referme le  cycle. 

Ici s’épuise toute l’énergie accumulée, la foi, l’avidité, l’honneur, l’astuce, la pureté, et surtout, la connaissance des choses sacrées. 

Il manque la possibilité d’aller ailleurs. Le héros  ne s’embarque pas,  il reste au bord de la rive, limite toujours disputée, et il accepte la fin. La scène initiale avec le ciel qui s’assombrit à cause de du vol de la Déesse, qui a pris son apparence de «variul», le vautour royal aux serres d’or, correspondra à la scène finale où la reine, privée de son royaume, sort du flanc de la montagne et fait le tour du lac sur une barque. Elle attend et peut-être que cette attente est la seule attitude qui puisse donner un sens à la  circularité de la vie. 

D’un côté il y a le regard, décoché d’en haut, et de l’autre, comme conséquence inéluctable, la fixité du lac, un œil terrestre qui ne capture que des images réfléchies. 
Toutefois, pour tracés qu’ils soient, les destins ne sont pas égaux entre eux: celui qui savait et ne dit mot ou celui qui ne veut pas savoir est perdu deux fois, et la Déesse le transforme en instrument de la fin, en serre. 

Peut-être est-ce aussi un récit de nuages, où un voile cache à la vue les signes célestes, annonçant ainsi la rupture du pacte. 
Rien ne pourra s’y opposer, car tout est écrit, mais le mal qui en découle est directement proportionnel à la somme des erreurs. 
Reste à savoir si la première erreur de la Reine, son aveuglement, est un effet direct de la lumière qui émane de la Déesse, et  si  par conséquent elle est due à un dessein ab aeterno? 
La réponse la plus cohérente est qu’entre Destin et destinées il existe de toute façon un espace infime, de l’épaisseur d’un cheveu, où se joue la bataille de la vie. 
Son offre mystérieuse permet au moins de choisir au nom de qui elle doit être livrée. 

L’alternance de victoires et de défaites entame à peine la synchronie des cycles. 
Ce qui compte, ce sont les césures où, comme dans le rythme des marées, croît et décroît la sagesse des hommes, de sorte que pour finir, c’est la connaissance qui constitue le véritable enjeu.
Depuis toujours une alliance secrète, connue seulement des rois et de leur famille, liait le sort du royaume des Fanes aux marmottes. C’étaient elles, racines vivantes, qui tenaient l’une des deux extrémités de l’existence, jetée comme une corde entre passé et présent. Si elles n’avaient plus rempli ce rôle, le temps aurait fait des remous, compromettant la succession des évènements, laissant en suspens dans un gouffre tout le peuple, à commencer par ses guides.

La Déesse intervint quand la Reine,  qui avait pris pour mari un prince étranger,  ne lui révéla pas le pacte avec les marmottes,  ancêtres qui lui semblèrent trop humbles pour pouvoir subjuguer l’esprit de son époux.  C’est pourquoi, au lieu de l’en informer, elle préféra se taire. Bien qu’un tel silence soit grave, les noces furent célébrées, et par sa volonté  l’étranger devint roi des Fanes.  Cédant à un faux orgueil, la Reine privait son mari de la vraie consécration, elle lui ôtait le droit à la couronne, plaçant toute action future en conflit ouvert avec l’ancien équilibre. En un certain sens, elle le condamnait à rester ce qu’il était : un étranger, le poussant ainsi  à se comporter  d’abord en usurpateur, puis à trahir.


Un jour que le roi suivait une harde de chamois sur le Alto Nuvolao, il trouva un petit vautour au milieu d’un pierrier. Cela ne lui était jamais arrivé, et il décida de s’emparer. Il l’avait mis dans sa besace quand il se sentit enveloppé dans un courant d’air.  Tournant les yeux, il eut à peine le temps de protéger son visage du bec de la Déesse qui lui arracha un pan de son manteau.  Il avait laissé son cheval plus bas et dut se mettre à courir, en levant son bouclier.  De temps en temps, quand les attaques se faisaient plus menaçantes, il s’arrêtait  et essayait de frapper l’oiseau avec sa lance. Le vautour, en plongeant, crachait des flammes, et ses serres d’or brillaient. Puis brusquement il s’envola plus avant et atteignit un rocher, juste au début  du sentier qui descendait vers la vallée. Ayant replié  ses grandes ailes, il commença à parler : « Je viens de l’île des Hommes-qui-n’ont-qu’un-bras; c’est là que je règne. Libère mon fils et tu seras puissant ». Le roi se contenta de faire un signe sans répondre. Le  vautour n’était pas pressé, et il renouvela sa demande. Cette fois, le oui se fit clairement entendre.  «Alors, répondit le vautour, nous scellerons notre pacte par un échange». «Quel échange» ? 

«Chez les Fanes, il est d’usage que celui qui conclut une alliance offre à l’autre l’un des jumeaux à naître». «Le pacte, ajouta-t-il, ne doit être révélé à personne ». «D’accord, personne n’en saura rien - dit le roi - pas même la reine. Eh bien, reprends ton fils et si j’ai des jumeaux, l’un d’eux sera à toi».

lundi 24 décembre 2012

Nicolas Saboly : un Noël provençal

*




 
Noël provençal de 
Nicolas Saboly (XVIIeme)




Sur une idée de Catherine Lacroix
avec son choix de peintures de Th. Mayan  




Aï ! quouro tournara ?


 
Refrain
Aï ! quouro tournara lou tèms bregado,
... Aï ! quouro tournara lou tèms !


I
Qu'erian ensèn, Aquelo vesprenado,
Sus li coustau de Betelèn
ue veguerian Tant de flamado Que l'Ange dou cèu,
Venguè d'une voulato


II
Qu'ausiguerian
Un tan bello aubado
De voues e d'estrumen ensèn
Que de fredoun
E de tirado !
N'ai jamai ausi
Plus bello serenado




*+*+*+*












Traduction 


Ah ! Quand reviendra-t-il ?" 
 
Ah ! quand reviendra-t-il le temps bergère ?
Ah ! quand reviendra-t-il le temps ?
C'était un soir plein d'ombre et de mystère
Sur les coteaux, les bois les champs
A Bethléem vers la chaumière
Descendit du ciel un ange de lumière

Ah ! quand reviendra-t-il le temps bergère ?
Ah ! quand reviendra-t-il le temps ?

Tout pleins d'espoir, et de lumière,
Etaient remplis nos coeurs battants
Comme on courrait d'humeur légère
Par monts et par vaux, pour voir la Vierge Mère

Ah ! quand reviendra-t-il le temps bergère ?
Ah ! quand reviendra-t-il le temps ?

Quels doux accords faisaient dans la nuit claire
Les voix en coeur, les instruments
Fut il jamais sur notre terre
Des accents plus purs, un plus beau chant ?
 
 
 
 
 
*

samedi 22 décembre 2012

Jean-Baptiste Gra : Nouvè ceiresten

.



 

Une idée de Michello Craponne


Un Nouvè de moun vilage !


L'an passa,en vesito dins lou vilage de moun enfanço, Ceirèsto (Aup de Auto Prouvènço), ai croumpa un poulit libre «  Céreste  en Luberon » , e ai agu la souspresso de ié retrouba un «  Nouvè » que cantavian au nostre, quouro èro pichouneto ; me souveniéu pus que d'un coublet, lou que parlavo de l'ouncle Catusso, e sabiéu pas que siguè esta coumpausa pèr lou curat dóu vilage, Jan-Batisto Gra ( à Ceirèsto de 1874 à 1903)

M.C. - 2012

*+*+*+*




            Nouvè ceiresten

    Aquesto nuiè se fai gran festo
    De la vido ren de tant bèu
    Vénès entendre lou nouvèu
    Avancés-vous, gens de Ceiresto

    Es pas questioun d'ana durmi
    Fau souja qu'à se rejoui
    Aven aussi sus la Gardetto
    Quauque ren que nous a esfraya,

    Un angi cantan Gloria.
    Just vé l'amount,' mé sa troumpetto
    Nous a dit qu'eici trouverian
    L'enfant de Diéu qu 'esperavian

    N'arrivo jusque de Barbiero
    Bontemps, Pestèu, Frances, Grivet,
    Barbeli, San-Marc, Cartaret
    Blaques, Long-Roux, Mount-Blanc, Viguiero,

    Lei Prats, Carluec, Bouesse, Coùdoun,
    N'en ven de tout caire e cantoun.
    La bergiero de l'Aiguebello
    Li douné soun plus bel agnèu
    Qu'a trouva dedins soun troupèu

    Aquello bravo pastourello
    De la lano de sei moutoun  
    Li tricottè un parèu de caùssoun.
    Vaqui perèu l'ouncle Catusso
    Mé soun gros bounnet de coutoun,

    Fara bèn rire l'enfantoun
    En li presentèn sa merlusso.
    Dèuriè coumprendre, l'ignoren,
    Qu'es un pau rege per sei dents.

    Naùtre, tamben, te voulen faire,
    Bel enfant, nosti coumplimen.
    Jusqu'à la mort, d'aquest moument,

    Aùren gran soin de te coumplaire,
    Nostro amour e nostro plési
    Sara toujours de te servi.

                Jean-Baptiste Gra.
 



Tiré du livre :  Céreste en Luberon. Ouvrage collectif  ( Maury imprimeur 2004)




.

jeudi 20 décembre 2012

F. Mistral : Faraoun douno à Jacob la terro de Gessèn. La famino dins l’Egito : lis Egician au nis de la serp.

.
 
 
Faraoun douno à Jacob
la terro de Gessèn.
La famino dins l’Egito:
lis Egician au nis de la serp.


1. Jóusè adounc venguè dire à Faraoun la nouvello: “Moun paire, dis, mi fraire, si fedo e si manado, emé tout ço que poussedisson, soun vengu de la terro de Canaan e se soun aplanta dins la terro de Gessèn. ” 

2. E peréu davans lou rèi aduguè cinq de si fraire, li darrié.

3. Lou rèi ié demandè: “Dequé fasès ? ” Respoundeguèron: “Sian pastre de fedo, pèr te servi, nous-autre e li paire nostre.

4. Sian vengu campeja dins toun terraire, pèr-ço-que i’ a ges d’erbo pèr li troupèu de tis esclau, malo-di la famino que grèvo sèmpre mai la terro de Canaan: e te pregan que nous ourdounes d’èstre ti servitour dins la terro de Gessèn.”

5. Es pèr acò-d aqui qu’à Jóusè lou rèi diguè: “Toun paire e ti fraire soun vengu vers tu.

6. La terro d’Egito es en ta presènci: fai-lèi abita dins lou meiour rode e douno-ié la terro de Gessèn. E s’entre éli counèisses d’ome proun engaubia, coustituïsse-lèi pèr baile à moun avé. ”
 
7. Pièi après, vers lou rèi, Jóusè introuduguè soun paire e lou placè davans éu. Jacob benesiguè lou rèi.
 
8. E coume aquest ié demandè: “Quant as de jour e d’an, dins ta vido ?”,
 
9. Respoundeguè: “Li jour de moun pelerinage, pichoun e marrit, soun de cènt-trento an, e noun soun pervengu jusquo i jour de mi paire, i jour de soun pelerinage.” 

10. E, benesi lou rèi, éu sourtiguè deforo.

11. Basto, Jóusè baiè, à soun paire e à si fraire, la poussessioun de Ramessès, dins lou meiour rode d’Egito, segound l’ordre de Faraoun. 

12. E li nourrissié éli e touto la meinado de soun paire, ié dounant de viéure à
chascun. 

13. Car dins lou mounde entié lou pan mancavo e la fam quichavo la terro, mai- que-mai aquelo d’Egito e la de Canaan. 

14. E d’aquéli païs Jóusè acampè tout l’argènt emé la vendesoun dóu blad, e l’estremè au tresor dóu rèi. 

15. E quand la pecùni manquè i croumpaire, venguè touto l’Egito vers Jóusè, ié disènt: “Douno-nous de pan: fau-ti que mouren davans tu, pèr fauto de pecùni ?” 

16. Éu ié respoundeguè: “Adusès vòsti bestiàri, e vous darai de viéure pèr éli, s’avès pas pèr paga,” 

17. Quand lis aguèron adu, ié dounè de mangiho pèr li chivau e pèr li fedo e pèr li biòu e pèr lis ase; e, en escàmbi dóu bestiau, lis abaliguè aquel an. 

18. Venguèron mai, lou segound an, e ié diguèron: “Noun celaren à noste mèstre que, l’argènt defautant, peréu defauton li bestiàri e noun ignores pas qu’,aleva nòsti cors e la terro, avèn plus rèn. 

19. Perqué dounc mouriren à ta visto? Nous-autre e nòsti terro, saren tiéu: croumpo nous pèr esclau dóu rèi e baio-nous de semenço, de pòu que, perissènt lou faturaire, la terro noun vèngue soulèbro.” 

20. Jóusè croumpè adounc touto la terro d’Egito, en estènt que chascun vendié si
poussessioun, pèr causo de la grand famino. E l’assujetiguè à Faraoun,
 
21. Emé tóuti si pople, desempièi li darrié termenau de l’Egito enjusquo à si counfin estrème,
 
22. Aleva la terro di prèire, que i’èro estado, à-n-éli, dounado pèr lou rèi; car ié fournissien, d’usage, de viéure di granié publi e, pèr amor d’acò, fuguèron pas fourça de vèndre ço qu’avien. 

23. Adounc Jóusè diguè i pople: “Vaqui,coume vesès, que Faraoun es poussessour de
vautre emai do vosto terro: reçaupès de semènço e semenas lou bèn,
 
24. Pèr que pousqués reculi. Au rèi, de la recloto, dounarés di cinq part uno. Li quatre
autro, vous li laisse pèr semena, e pèr nourri vòsti famiho emé vòstis enfant.”

25. Éli respoundeguèron: “Noste salut es dlns ta man: que nous regarde soulamen lou rèi noste segnour, e countènt lou serviren.” 

26. Es despièi aquéu tèms qu’enjusquo au jour de vuei, dins touto la terro d’Egito, se pago i rèi lou quint. Acò s’es fa coume uno lèi, à la reservo dóu bèn di prèire que fuguè afranqui d’ aquelo coundicioun. 

27. Israèl abitè dounc l’Egito, valènt-à-dire, en terro de Gessèn, que n’en fuguè poussessour. E i’aumentè e ié coungreiè forço.
 
28. E ié visquè dès-e-sèt an; e, entre tóuti, li jour de sa vido fuguèron cènt-quaranto-sèt an.
 
29. E quand veguè aproucha lou jour de sa mort, sounè soun fiéu Jóusè e ié diguè: “S’ai trouva gràci à tis iue, pauso ta man souto ma cueisso, e fai-me la favour, emé l’asseguranço, de pas m’enterra dins l’Egito.
 
30. Mai, que iéu dorme emé mi paire; d’aquesto terro emporto-me e m’enseveliras au sepucre de mi majour.” Jóusè ié respoundeguè: “Farai ço que m’as ourdouna.”
 
31. E éu: “Alor, diguè, juro-lou !” Courne Jóusè juravo, Israèl, revira vers lou cabés de soun lié, adourè Diéu. 





.

mardi 18 décembre 2012

Sextius - Michel : PROUVÈNÇO E GASCOUGNO

.



PROUVÈNÇO E GASCOUGNO



Nôsti countrado de jouvènço,
Rèino dôu vièi pais rouman,
La Gascougno emé la Prouvènço
Vuèi venon se douna la man.
Tôuti H felibre soun fraire;
An meme cor, même refrin,
Quand dins la lengo dôu terraire
Canton Mistrau e jaussemin.

Sèmpre saran boni coumpagno
Souto lou grand cèu blu e clar;
L'uno visajo la mountagno
E l'autro visajo la mar.
Touti dos au soulèu flourisson
Dos roso d'un meme jardin.  
Aqui li cansoun s'espandisson
Pèr Mistrau e pèr Jaussemin.

Ciéuta de ma Prouvènço bruno,
Avès l'arange e l'oulivie;
Agèn de Gascougno a si pruno,
Si permenado, soun gravié.
Lou plesi, l'amour e la glori
Sèmpre ié sonon soun drin-drin,
E pèr entusi soun istôri
An Mistrau emé Jaussemin.

Mistrau emé la Rèino jano,
Emé Mirèio e Calendau
Sus lou mounde felibren plano
Coume l'aiglo peramoundaut.
De-fes, se Jaussemin l'apelio,
Peramoundaut au cèu latin,
Mistrau à travès lis estello
Douno la man à Jaussemin.

O ma Prouvènço douço e fiero
E tu pais di troubadour,
Bello Gascougno espitaliero.
Siegue aquéu brinde en voste ounour
Beguen, canten. que lou cor vibre
l'a de flamo dins lou rasin.
Canten Mistrau, lou grand Felibre,
E lou grand rèire Jaussemin. 



Agèn lou 10 d'avoust de 1890







.

dimanche 16 décembre 2012

J.E Castelnau : L'ASE - 1885

.


Pour le 700 ème article de Marsyas2, un des symboles du Midi, & de la Méditerranée ...L'Âne !!!






L'ASE

Entre naisse, l'Ase, subran
Couflant sa narra, brama, aupeta,
Tiba l'aurèia e, se cabrant,
L'iol ouvert couma un auferan,
Pica dau pèd, bandis la coueta;

Crèi sai-que pèr el lou bonur
Tout escarcaiat dins sa vida,
E n'entrevèi pas tout l'escur
D'aquel long cami de malur,
Que l'espéra un cop jout la brida.
De sa maire teta lou lach ;
A lou peu lis, la bâta fina;
Counouis pas de qu'es lou prefach ;
S'alonga sus lou traval fach ;
L'èr soûl  pesa sus soun esquina.

Pas res faire, aco 's lou bon tèras
Qu'a sèmpre un chival de parada ;
Mes l'Ase en pas n'a qu'un printèms
E n'es pas de-longa countènt,
Car lèu vèn la malemparada.

Tout-bèu-just finis de grandi
Qu'au trelus de l'auba estivenca
Soun mèstre, un jour, vèn l'agandi
E ié dis : « Pèr te dégourdi,
Vène veire ounte se majenca. »

E, zôu! lou bridèl pèr mourrau,
Pioi la barda subre l'esquina,
-Senglada au ventre couma eau,
Fau be que lou paure animau
Lande, sans trop faire la mina.

Aco n'es que lou premiè pas ;
Pioi, dau mai viéu, dau mai peneca ;
N'a pas pus una oura de pas
E n'atroba un briéu de soulàs
Que jout la carga que l'endeca.

Amai encara à soun detràs
Souvent sentis la bastounada;
A bèu courre : se tout-escàs
S'arrèsta, ou se baissa lou nas
A dau garrot la serenada.

Mai d'un cop au founs d'un valat
Pecaire ! legis la gazeta ;
Embé de bauca pèr tout plat,
De bona oura es assadoulat,
Amai sans tacà la servieta.


 
De-fes dinslou rastoul d'un camp
Rasât de fres de sa lusèrna,
Lou bourriscou vai quatecant
Rabalà soun mourre en souscant
Pèr esbroutà la fioia tèrna.

Se dins la vigna dau vesi
Vai pèr asard d'una escapada
Toundre l'èrba que vei lusi,
Sap que la tasta d'un plesi
A cops de barrots es pagada.

A bèu se vira de tout biais :
Que siègue franc ou que reguinne;
Que brounque escrancat jout lou fais,
Que rounque à l'estable, desplais :
Fau que lou sort contre el s'endinne.
E pamens dau travaiadou,
Vèspre, mati, dins la journada,
Es l'ajuda, es lou gagnadou,
Es lou mai fidèl coumpagnou
Que lou quita pas de l'annada.

Lou paure Ase sèmpre au traval
N'a dau bonur qu'una espouscada :
Es lou dimàs de Carnaval
Quand davans lou càrri rèial
Porta soun mèstre en cavalcada.

Lou lendeman, retorna mai
Jouta l'arpa de la magagna...
Crudèl destin ! couma se fai
Que lou chival sèmpre te plai
E que l'Ase toujour te lagna ?

Perqué chasquejour au gourrin
Fas traire un jas de fina paia,
Dins sa grepia tant de reprim,
Tant de civada, e siès tant prim
De pastura pèr quau travaia?

Oublides qu'antan sans engins
Lou jour d'una granda bataia
L'Ase en bramant : As assassins !
Sauvèt Gignac das Sarrasins,
Embé sa voués de bassa-taia.




Mes t'enchautes be que soun noum
Te remembre un jour de vitôri
E que lou bruch de soun renoum
Fague estavani l'escais-noum
Que sembla escrich dins soun istôri !

Urousamen que veiren lèu
Dau barri de la Capitala
Sourti l'Ase embé lou ramèu
Das counfraires de la Cigala.

Aquel jour, au valent drapèu
Lusirà la branca verdala
D'éuliviè qu'esvarta tout flèu
E fai la glôria miejournala.

Sus l'Ase que van courounà,
Poudèn pas toutes caminà...
Pople ou bestiau de touta mena,

Reguinnen pas contra lou sort :
Que done drech, que done tort,
On reculis ce qu'on semena.





Lou 10 de Mars de 1885
.

vendredi 14 décembre 2012

Victour GELU : LA BOURSO

.




LA BOURSO

 
Fasieou toujou moun tour dei Rouguesoun, é ma prouvisien dé parloto creissié d’ouro en ouro... Un jou, en virooutegean aperaquito en visto dei Boulevar, qué soun lei grandeis Aleio, lei gran Cous mounte van dé preferanço toutei lei quichié dé Paris, voou fa testo davan la Bourso!

Aquesto Bourso es un grandissime é beou palai tout apouncheira d’aoutei colono, eme uno bèlo grïo dé ferri en defouero, qué n’en fa tou lou tour. Lei moussu, é meme lei pa tan moussu li courroun coumo l’avé à la saou, perqué lou Gouvernamen, qué defende toutei leis aoutro meisoun dé jué, leisso taia dins aquelo (senso carto ni das), dé vandomo dé la marodicien!... Aqui l’a ni joua ni plesi d’angi per lei pountou; mai souven lei banquié qué soun fouesso ancra trovoun mouyen dé li faire dé volo aboouminablo. Vou fan soouta la coupo oou bouen moumen mies qué d’escamoutur, é li via ren que dé fué!...  
La Bourso es doun un gran jas mounte toundoun lou bestiari! Es un marca mounte dé  sensaou richissime qu’an souven paga soun brevè mai d’un millien, vou quieloun à  pleno gulo, doues ouro su vinto-quatre, quoouquei mò, toujou lei meme, d’un  baragouein judieou qué voueloun dire: “ Pito! pito! faioou! vène sangea tei boueis escu  contro dé paquetoun d’assigna vo dé liasso dé touarco-cuou en papié fouele!... ” Mai ieou mi marfisi d’aquelei palai mounte va tan dé mounde per croumpa dé papié; mounte dé finochou vous encitoun à faire voueste resto à tou moumen, é mounte ni si li mangeo, ni si li buou, coumo dirian à l’egliso!... 


Doou tem qué remarquavi la bastisso d’aqueou mounumen (uno logeo dé negoucian à sa  maniero; mai uno dei pu superbei càvo dé Paris), n’en vigueri sorti Jan-Andrè, l’encian  porquetié dé Marignano, qué counoueissè toutei. Vougueri m’entreva dé sei nouvèlo en  dé particulié qué m’avien l’er dé ben saoupre l’us d’aquelo espèci dé boues dé Cugeo vo dei Taiado, é qué duvien estre dé sambi dei sensaou dé dintre.
Sabien l’istouaro dé Jan, é si moustreroun à flò per mi la dire, cresen dé mi prendre à la  lequo en mi fasen ligueto. Mi sigué doun counta per un d’elei qué lou porquetié, en parten à l’azar dé vinto-cin louei (tou soun paoure san Crespin!) en men dé trei semano, avié talamen ben encapa, qu’avié fa fortuno, mai uno grosso-dissimo fortuno, à n’aquelo Bourso! qué va trouvavo bouen, coumo dé juste, é qué suivié la cambado!... Ajusté, lou  bouen-apotro, qué, per moun conte, sé n’en voulieou faire ooutan, èro tan eisa coumo dé  bouaro un veire d’aiguo!... Mouyenan la bagatèlo dé cent escu, avieou qu’à bada!...
 

Jean-Andrè boufavo coumo un vapour en decenden leis escalié dé la gran-façado; sieou ben segu qu’en aqueou moumen si doutavo gaire qué Nouvè Grané dé Vitrolo èro aquito à douei pas, pensatieou, qué lou regardavo passa!... E dé soun caire, Nouvè lou Vitroulen, si soungeavo:
“ Vai! boufo, Jan! n’ai vi taia ben d’aoutre qué sabien plu tan paou mounte va metre! Qu’avien lou corsé, lei braio, la vesto, la camié, lou mouchouar touei plen é touei teza!  Leis ai pui vi sorti doou cabaré, doues ouro aprè, pu prin qué dé solo, é plu mancou en  meme dé faire din!... Si duou paga fouesso chier, la cagnoto dins aquelo chambrado!  Jan-Andrè, moun cambarado, vui lou Rei serié pa toun porquié! Prèguo Dieou qué dure! Mai ai poou dé noun! Faries beleou mies dé tira en terro tou dé suito é dé parti deman per Marignano!... Lun dé mi fa veni lou gros enterigou, toun ben-estre tan leou gagna é tan moouvadis mi farié pieta-coumpassien!... Coumo ieou su l’Estan as agu vi dé pesco espatacloué. E pui, aprè lei gro boou ven toujou lou tem mounte lou pescadou trovo plu qué d’aouguo à l’arrè!... 
Patroun Bouenasso, garo la brefounié!... Boufo, Jan! Oou jué qué tènes, lei braio li toumboun, ei pu fin!... L’espitaou leis espero toutei, lei jugo-tou! La souleto diferenci qué lei pountou d’un gro bouenur l’arriboun vesti dé papié; é lei fava, nus coumo dé verme! Ah! boufo, Jan-Andrè!... Li sies pa encaro oou nis dé la ser!...”



.

mercredi 12 décembre 2012

Albert ROUX : CANSOUN DIS OULIVADO

.



CANSOUN DIS OULIVADO
 


Aquelo poulido cansoun
Que duro touto la journado
Maougré lou fré de la sésoun,
Es la Cansoun dis Oulivado.

Escoutas la, vé, que vaï ben,
Parla l’amour de moun village
Et soun couplet que s’endeven,
Din l’oulivié faï soun ramage.

Din qu’un tem, ia maï de cent an,
Un réi vouié’spousa Pastresso.
– Sian per aqui ver la Toussan –
Lou réi iè fasiè de proumesso.
La Pastresso aïmé maï soun Jan.
 
Aïmé maï mi bedigo
Que touti ti diaman,
Aïmé maï mi garrigo,
Aïmé maï moun béou Jan. 




Albert ROUX
Decembre 1911
 
 
 
 
.

lundi 10 décembre 2012

N. Dal Falco: 3 poesie ... di stagione !!!

.


Laure Della-Flora - 2012 (Sète)


*+*+*+*


Trabocca improvviso
Il prato o il noceto
Di versi ignoti
D’uccelli a stormo

Voci volanti
Che appena posate
Si tengano stretto
Il gran vuoto azzurro

Tra le foglie
Inonda
E poi
S’asciuga
Il canto


*+*+*+*


quel dio - uno che viaggia - verrà
alla tavola profumata, verrà
vinto dalla festa come primizia,
sarà luogo e tempo, luce che si posa,
lingua e bosco innamorato


*+*+*+*


autunno dei melograni
                             
e d’ogni albero
tinto d’indigente bellezza
del proprio finale splendore

su cui come un affresco
scialba la nebbia.



N. Dal Falco 
autunno 2012




  



samedi 8 décembre 2012

Sextius-Michel : EN RADO DE MARSIHO - EN RADE DE MARSEILLE

.
 

 
EN RADO DE MARSIHO
 
1839

 

La nau emé si blànquis alo
De la rado frusto lou bord.
Quau, l'amo pieno d'estrambord,
lé canto en lengo prouvençalo?

Dins la niue que plan-plan davalo
La voues resdantis. Lou vièi port
N'avié pancaro ausi l'acord
D'aquelo muso miejournalo.

Li gènt duerbon si fenestroun
Afin d'escouta la cansoun
Que fouito, esgaio, enauro, encanto.

Un pilot gré dis « Es belèu
Quauque Teoucrite nouvèu;
Mai, si dialogue, li canto. »




*+*+*+*





EN RADE DE MARSEILLE

1839
 

Le bateau aux blanches ailes effleure le bord
de la rade. Quel est celui qui, l'âme pleine d'en-
thousiasme, y chante en langue provençale?

Dans la nuit qui peu à peu descend, ia voix
retentit. Le vieux port n'avait pas encore entendu
l'harmonie de cette muse méridionale.

Les gens ouvrent leurs fenêtres pour écouter
la chanson qui flagelle, amuse, élève, enchante.

Un pilote grec dit: « C'est peut-être quelque
Théocrite nouveau; mais, ses dialogues, il les
chante. ».

jeudi 6 décembre 2012

BENEZET BRUNEAU : LOU PALAIS DI PAPO - bilingue

.




LOU PALAIS DI PAPO


De qu'es aquéu palais emé sis auti tourre
Que testejon, sereno, amound'aut dins lou cèu,
Qu'au mai regarde en l'èr, au mai fau,que m'auboure
Pèr vèire, de la cimo, envoula l'aubanèu ?

Que soun aquèli barri agrafa sus un mourre 
Que coton lou mistrau, afrounton lou soulèu,
De la noblo cieuta douminari lou tablèu
E dou Ventour mourgant la forço de si roure ?

Es l'ounour prouvençau, soun drapèu i'a flouta
Alor que nosti reire èron en liberta
E mantenien si dré contro l'iro di raço ;

N'en sian fier, é s'un jour nosto barco d'àpro
Soumbravo, aurian encàro après la traito aurasso
La glôri d'Avignoun escricho sus soun ro.



 *+*+*






 LE PALAIS DES PAPES 


Qu'est-il ce vieux palais, dont les tours souveraines
Montent au fond du ciel dans l'azur se noyer,
Si bien que l'oeil, tourné vers leurs cimes sereines,
En peut à peine voir s'envoler l'épervier?

Que sont, sur ce roc fier, ces murailles hautaines
Qui vont là-haut mistral et soleil défier,
Dominant de leur masse Avignon tout entier
Et narguant, ô Ventoux, là force de tes chênes ?

C'est l'honneur provençal, et c'est là qu'a flotté
Le drapeau des aïeux, quand de leur liberté
Ils maintenaient les droits contre une hostile rage !

Eh bien! si notre proue un jour vient à toucher
Et sombre, nous aurons encore après l'orage
Notre gloire gravée au flanc de ce rocher !


*+*+*


BENEZET BRUNEAU
(M.Bénézet BRUNEAU, né à Avignon en 1852, secrétaire de l'école félibréenne de cette ville, qui: porte le nom d'école du Flourège, a eu quelques unes de ses poésies couronnées dans les concours du Midi notamment aux Jeux Floraux d'Apt en 1877, aux fêtes de la Cigalet célébrées la même année à Arles et à la tête de Florian, à Sceaux en 1879 ; Il n'a pas encore recueilli ses poésies qu'il a semées dans lés diverses publications périodiques ouvertes aux productions des Félibres : Il écrit en dialecte d'Avignon et d'Arles) 



.

mardi 4 décembre 2012

Dr E. MARIGNAN : LA MIOUGRANO

.




LA MIOUGRANO
 
 
 
 
Sounet qu’a gagna la proumièro joio i Jò flourau di felibre de Paris.




Emé sa cresto roujo e sa coumo creissado,
A l’uscle dóu soulèu, dins l'aire que fernis,
Lou valènt mióugranié de long de baragnado,
Mesclo si flour de sang à la cansoun di nis.

Noble enfant dóu Miejour 'mé sa mino alucado
Dóu pu liuen que vous vèi dirias-ti pas que ris?
Es brave, ruste e fièr, e quand vèn l’autounado,
La mióugrano, coume un grand cacalas, s’óuvris.

Retrai bèn nosto raço, ardido, un pau feroujo,
E que, tambèn coume éu, porto la cresto roujo
E que douno, coume éu, tambèn de frucho d'or,

E que sèmpre galoio, independènto e forto,
E generouso, e bello, e fièro, e sèmpre en orto,
I quatre vènt dóu cèu jèto sis estrambord!




Dr E. MARIGNAN.
Marsihargues, 1900
 
 
 
 
 
 
 
.

dimanche 2 décembre 2012

J.E. Castelnau : LOU CACHA-FIOC

.



LOU CACHA-FIOC



A L'ABAT C. MALIGNOUN




Vèn d'espeli dins moun oustau
Lou Cacha.-fioc, gènta branqueta,
Que brusuquejarai un pau
Tout en faguent nosta riqueta.

Es pas lou gros souc de Nadau
Que fai de brasa una mesada,
Ni lou grand sourel d'amoundaut ;
Mes n'i'a bèn prou pèr la veiada.

Quand cremarà couma un flambèu
Que recaliva la famiha,
A chasca béluga, moun bèu,
Petounejarà ma ramiha.

E dire qu'es vengut, dau biais
Que vèn lou jour que nous esclaira,
En s'alandant couma lous rais
D'una planeta barrounlaira !...

Vese que jout sa rusca as mes
Mas rengadas de Cabussellas ;
Tout ce que toun Figuiè proumés
Tèn, couma sas figas roussellas.

A prepaus de figuiè, lou miéu
Sai-quedéuguèt passa pèr maia
Au fielat, bel ami de Dieu,
Que pesquèt pèr tus la medaia ?

L'avièi plantât e vist grandi
Pèr ausi cantà la cigala,
Amai pouguèt pas agandi
Lous ramèus de la capitala ;

Era vèrd, ramut e prou gènt.
Grefat d'un fruch de bona mena,
Mes la grella ou lou marrit vent
Dau grand païs i'an cercat rena.

Es que soun pas fier à Paris :
La mendra fioieta tarada
Fai mètre au paniè barradis
La fruchaque souvent agrada...

Riguespas, s'aimancatmoun tour;
Veiràs que pèr l'autra fournada
Engulirai miel lou bestour
Dau draiôu de la renoumada.


*+*+*



MANDADIS 

Dins l'espéra d'aquel bèu jour
Que fai cantà tout lou Miejour,
Se vos agradà ma pensada,
loi, vau te manda ma brassada,

Lou gramecis e lou bon jour
Que moun cor alarga toujour,
Maugratlou frech, l'oura avançada;
Se mous vers n'an qu'una bressada,

Garde l'espèr que jout ta man
Troubaran cabussèl charmant;
Couma au soureiàs que grasiha

Jout toun téulat, felibre-priéu,
Rejounchas pèr l'amour de Dieu
Troubaran pas e pouësia. 




Lou 25 d'Outobre de l884.




.

mercredi 28 novembre 2012

Sextius-Michel : LA CIÉUTA DE TOULOUN - LA VILLE DE TOULON (bi-lingue)

.







LA CIÉUTA DE TOULOUN 


Ciéuta de la guerro, Touloun,
Coume Minerbo siés armado.
Elo avié la lanço daurado;
As, tu, lou brounze di canoun.

Coume la divesso i péu blound
Que, bello, gisclè de l'oundado,
Te siés tambèn, bello, enaurado
De l'oundo i flanc dôu Mourrihoun.

Vaqui perqué, vers la sereno,
Tant d'iue t'espinchon, o sereno,
Couchado sus un lié de flour.

Mai lou que se pren à ti morso
Atrobo, se te vôu de forço,
La mort, en liogo de l'amour.


*+*+*


LA VILLE DE TOULON 

Cité de la guerre, ô Toulon, comme Mi-
nerve tu es armée. Elle avait la lance dorée
tu as, toi, le bronze des canons.

Comme la déesse à la blonde chevelure qui,
belle, sortit de l'onde, toi aussi, belle, tu t'es
élevée du sein des flots aux flancs du MourilIon.

Voilà pourquoi, vers la brune, tant de re-
gards t'épient, ô sirène couchée sur un lit de
fleurs.

Mais ce! ni qui se prend à tes charmes trouve,
s'il veut t'avoir de force, la mort au lieu de
l'amour.



.

lundi 26 novembre 2012

Mirèio Meyrueis-Charasse : Tratat de bonur

.



Un jour, d'ami m'óufriguèron un tablèu un pau ancian, dins un poulit cadre en bos ; aquèu tablèu depinto un pèis que nado dintre d'augo, e subre-tout, i'a un tèste que vous retipe çai-souto !






                Tratat de bonur



    Lou bonur !...
« 'De qu'es lou bonur ? me diras. Pense, coume lou definisson li saberu, que lou bonur es un estat de bèn-estre fisi e sicoulougi,
Mai,  pèr estre urous, es segur, alor, que fau, estre en bono santa, e joui tamben d'un bon equilibre,
Dins aquèu cas, eiço n'es pas tant segur.
Avès bèu esclata de rire o bèn vous rejoui, s'avès uno bono gripo e de fèbre, acò pòu pas s'apela lou bonur !...
Alor, lou bonur, de qu'es ?
Te dirai encaro uno verita touto simplo : lou bonur es diferènt pèr chascun de nautri .
Pèr lis un, senti, segound la sesoun, la calour vivificativo d'un rai de
Soulèu, o bèn la frescour d'uno alenado pèrfumado, sara lou bonur tout simple.
Pèr d'autri, mai eisigènt, pèr este urous, ié faudra ressenti dins tout soun cors, un estat proche de la beatitudo.
    Tout acò pòu estre lou bonur !
De tout biais, pòu n'estre que la felicita d'un moumènt, uno sensacioun fugitivo, e, belèu, de mens en mens frequènto à fur e mesuro que se fasèn viei.
    Acò n'es pas segur noun plus, pèr ço que lou bonur, au fiéu dis an, se trasfourmo : l'amour foù de nosti vint an se tremudo à cha pau en tèndresso.
    De touto façoun, crese pas que lou bonur siegue un estat, es pulèu uno counsequènci, uno counquisto ligado à l'òutimisme.
    Nous vèici bèn luen de la definicioun sientifico, bord que la voulounta intro dins aquelo sensacioun !
    Se regardènt la sicoulougiò, l'osmoso o bèn la trasmissioun de pensado, segound li mot que se voù emplega, te dirai, qu'es un inter-escambi o bèn uno agradivo recepcioun d'oundo emesso pèr nostis cors e nostis esperit ; E,  dins aquèu cas pode t'afourti que , pèr tu , ma voulounta de bonur es grando !
    Belèu que lou bonur es tambèn e subre-tout un ensemble de circounstanci, de mot, d'acioun, de certitudo, un mouloun d'aquest materiau e sicò-afetiéu que soun pas li meme pèr touti.
    Coume n'ai pamèns pas la pretencioun de te faire un long discours sus lou bonur, te dirai, pèr fini, que lou tiéu sara- car avèn chascun lou nostre-noun soulamen aquèu que «  te toumbara sus la testo » mai tambèn aquèu que saupras coungreia.

    Longo vido à toun bonur counjugau !



                            Mirèio Meyrueis-Charasse



    Traducioun en prouvènçau Solange Lafont
     Sus uno idéio de Michelo Crapone

samedi 24 novembre 2012

J.E. Castelnau : LA SABOUNAIRA (les lavandières) - 1884

.





LA SABOUNAIRA

 

(Pèça courounada à Beziès)
  

Eren au tèms que la cigala
S'envai, de l'auba au calabrun,
Alandà soun casaquin brun
Dins l'oumbrina, ounte se regala
Emb'un sèga-sèga infernal;
Alor, dau trelus eternal,
L'aubeta subre la ribièira
Davala en esclairant plan-plan
La sabounaira matinièira
Que fai trempa soun linge blanc.

Lou roussignôu, sus la branqueta,
Pas lion de soun nis amagat ;
De soun bèc, encara embriaigat
Das perlas que teta l'aureta,
Fasiè resclanti sa cansou
D'entre las fioias dau bouissou ;
E l'eigueta de la ribièira
Cascaiejava, en davalant,
A la sabounaira premièira,
Que bacelava à grand bal an.

La flou pounchejava crentousa,
Dau grel ramut plen de sentou,
Ount anava lou parpaiou
Espandi soun ala amourousa
Pèr mesclà l'alen melicous
De la floureta à sous poutous ;
Couma l'aiga de la ribièira,
Quand poutouneja en treboulant
Lous boutels de la bugadièira,
Que fan guinchà mai d'un galant.

Lou ventoulet, dins lou bouscage
Que porta lou noum de Platèu
Das Pouètas, de tant qu'es bèu,
Risiè sai-que dau pantaiage
De quauque inmourtal barrancur
Que rimejava dins l'escur ;
Antau l'aiga de la ribièira
Barranca sai-que en tremoulant,
Quand la sabounaira tardièira
Ris pèr embandi lou malan.

Lou pastour embé sa pastoura,
Darriès lou troupèl bras-à-bras,
Cercavou dins l'èrba das prats
La flou proufetissa de l'oura
Qu'au reloge de l'aveni
Déu sounà pèr quau vôu s'uni;
Quand, sus lou bord de la ribièira,
A ginouls couma un capelan,
A-de-re fasiè sa preguièira
La sabounaira en bacelant.

Au caud sourel que dardaiava
De sous rais lusènts e daurats,
Tranquinleta e sans embarras,
La lauseta se miraiava,
Lion das cassaires enemis
Que l'aurien campejada au nis.
D'enterin, proche la ribièira,
Sus un bartàs en l'espinlant,
Pèr lou secà, la gènta oubrièira,
Quitava pas soun linge en plan.

Eren au mitan de l'annada;
Tout juste espinchava l'estièu ;
Dau grand jour argèntat, lou riéu,
Jusqu'à la graba amoulounada,
Escarcaiava la frescou
Qu'anava poumpà la calou ;
Antau poumpa ela de fresquièira,
Miè-cors, de susou regoulant,
La sabounaira à la ribièira,
Quand bacèla en s'escambarlant.

D'aquel tèms, dins l'èrba lusènta,
Boutas, s'ausissièn lous poutous
Petà couma d'esclafidous
Subre la bouqueta risènta
Dau calignaire amistadous
Que fringava de rescoundous.
Mes dins l'aiga de la ribièira,
A soun lavadou martelant,
La sabounaira prefachèira
De-qu'ausissié? balan! balan!

Quand lou bord de l'Orb èra en fèsta,
Força fihas de l'oubradou
Trasièn l'agulha... Au lavadou,
Sans derrancà, d'una man lesta,
Quau grifava, quau brandissiè
Lou linge, e quau trefoulissiè
Dins l'eigueta de la ribièira?
— La sabounaira, en brandoulant,
Qu'acampava pèr sa verquièira
Ce qu'on perd souvent en fiéulant.

A l'auboi, chasca doumaisella
Que dansava lou rigaudoun
N'aviè pas frech au coutihoun;
Tambèn voulava la dentello
Que fasiè ventouèr au couifet,
Amai lou riban dau courset.
Souleta au bord de la ribièira,
Couma un grel flourit se gimblant,
Demourava la lavandièira
Sout lous rais d'un sourel brunlant.

Louplesi veniè faire lega...
Mais s'enchauta d'aquel refrin,
La sabounaira qu'es en trin ;
S'encouris pas de petelega:
Au traval pren tant de plesi
Que l'amour pot pas l'enclausi...
Atabé, long de la ribièira,
Lou gandard, que vai barrunlant,
Passa lis... e dis : « La ladrièira
De sabounaira a ges de flanc ! »

La sabounaira es pas fantasca ;
Es piéucella de tout perfum ;
Triha pas sas nièiras, au lum,
Dins las regas d'una pèl flasca....
Despioi lou front jusqu'à l'artel,
Res la fringa que lou sourel
E l'eigueta de la ribièira,
Que rauba as rais de l'estelan
Una lustrada vertadièira
Pèr soun miralhet pendoulant.

Couma la cigala es galoia,
Cascaia couma un roussignôu,
Es pu viva qu'un esquirou...
Tant soun cor es clafit de joia,
Que sèmpre on vei sa bona imou,
Embé las lunas de sabou,
Mirgalhejà sus la ribièira ;
E, s'un chagrin vèn en miaulant,
Sa man barra la catounièira
E lou trais dins lou nivoulan.

Dametas e doumaiseletas,
S'avès de linge blanquinous
Qu'asengàs embé tant de goust
Pèr engabià vostras carnetas,
Oublides pas lou bras garrut
Que lou brandis, lis ou bourrut,
Se jamai long de la ribièira
Anàs veire, en vous regalant,
Coussi fai la manifacièira
De sabounaira, en bacelant.


14 de Jun de 1884






.