lundi 30 mai 2011

Peireto Berengier : Pèr l’Aigo !

.







Pèr l’Aigo !



Se saup que Marsiho es en tèsto pèr li recerco sus l’aigo e que l’aigo que ié bevèn se devino sèmpre la meiouro de Franço ; acò meme dins de countourole fa pèr de parisen… es tout dire !


Marsiho es tambèn un cèntre moundiau pèr l’aigo e l’an que vèn se ié debanara de manifestacioun moundialo. Mai lou 22 de mars de 2011, Marsiho e la SEM (Société des Eaux de Marseille) marquèron bellamen la Journado moundialo de l’aigo.

E vo, la SEM faguè grando pèr l’educacioun di pichot, pèr l’aveni dis aigo mai peréu pèr nosto lengo ! Vaqui lou coume.

Aquéu 22 de mars, uno classo de 5enco dóu coulège Pasteur, faguè la vesito dóu tratamen dis aigo de Santo-Marto à Marsiho. Vesito tout au cop en francés e en prouvençau emé soun proufessour, Jan-Miquéu Turc, que i’ensigno lou prouvençau tout de long de l’annado. Fuguèron li bèu proumié de reçaupre uno BD sus « Leis aventuro de Louleto e Loulou », dous degout d’aigo bèn simpati.

Aquelo BD, ilustrado pèr Didié Sorelli, eisisto de segur en francés mai fuguè peréu revirado en prouvençau pèr Jan-Miquéu Turc. Uno lengo granado, un marsihés que vous ravi, pèr counta l’istòri de l’aigo que bevèn e que souvènt degaian de trop.

Louleto e Loulou nous dison tout despièi la neissènço de Marsiho e lis aigo dóu riéu e di palun qu’utilisavon li Grè fin qu’à l’aigo de vuei, en passant de l’Age-mejan emé lou port-aigo de la Porto de z-Ais o lou canau de Marsiho de Montricher emé lou porto-aigo de Roco-favour e lou palais Longchamp. Touto la teinico de vuei pèr assani l’aigo es esplicado e noste devé de l’apara.

Louleto e Loulou parton dis aigo di nevié aupen e se rerobon fin-finalo dins nosto mar Mieterrano pèr ana faire un tour en Africo… Louleto esplico tout à Loulou. Saup se ié prene pèr faire coumprene clar e eisa ; e s’aquelo BD es virado pèr li pichot, li grand i’aprenon forço tambèn sus l’istòri e la teinico. Sièis chapitre pèrtout nous dire :

- « Louleto s’aprefoundisse dins l’istòri »,
- « Louleto e lou canau de Marsiho »,
- « Louleto meiouro gouto de Franço »,
- « Louleto retrobo la mar »,
- « Louleto lampo ei quatre cantoun de la vilo »,
- « Louleto fai lou viage en Africo »,

Un bèu travai, uno bello idèio de la SEM, coumpleta pèr :

- L’eau est notre trésor un caièr pèr lis animacioun dins lis escolo,
- Un jo de l’auco de Louleto pèr esplica lou tratamen dis aigo
- L’aquapiste, un autre jo emé de questioun coume dins un Trivial poursuit.

Despièi lou 22 de mars, poudès telecarga la BD sus lou site : www.eauxdemarseille.fr

E pèr mai d’entre-signe poudès prene lengo emé Soufìo Vague : Tel. : 04 91 57 60 76 vo 06 1 41 83 77.


Peireto Berengier


.


samedi 28 mai 2011

La Boulaya en Rébooulucioun - 1861 - inconnu

.




« Rampélayrés é bracougnès,
Bou métraï lous gouapous après,
Car anfin, Messius, on se laya
Dé manjà pas que dé boulaya,
Ou de bianda dé bouchayé.
Se fazias pas fin d'aou chibié ,
Quan la leï bou défen la cassa ,
Ara farieï-ti la grimaça
Dabân un rétal de parot,
Béleou pu du qu'una margot ?
Crézès-ti que yeou bolé biouré
Per estré magré coum' un ciouré ?
Sérié béou qu'un juste mitan
S'éspaouzess' à mouri dé fan !...
Tel n'es pas l'ordre d'aou ministre.
Cépandan aï passat per cuistre,

Faoula d'abédr' en carnabal
A ma taoul' un soûl perdigal,
É sans una guinda trufada
Que dé Toulouz' èràribadâ ,
Mous inbitas sans apétis
M'aourien pas dich un gramécis. »

Lou gouvernnr antaou parlaba,
É d'aou tén que se réquitaba
Dessus las huitras dé Bourdéou,
Que lou Champagna dé rampéou
Fazié fuma l'or din soun beyré ;
Lou moundé courissié per beyré
La pancarta que lou tambour
Publiab' aou cop dé rniéchour.

Or, béj' aïci ce que pourtaba :
« Enfans, séraï toujours l'esclaba
» Dé moun debé ; bous aïmé ben ;
» Mais aoussi coumbendrés qu'es ten
» Que la leï siéché respectada :
»On cassa pas touta l'annada.
» D'aou quinze mars à fin d'aous
»Acoutirés lous parpayous,
» Ou se cassas, met' en campagna
»Déqué bou guéri dé la cagna,
» Gendarmas, gardas, douaniès,
» Tels qu'une muta dé limiés ;

» Es bé may ; coum' à la bataya
» Caoucun pourié passa per maya,
«Défende que din Mounpéyé
» Intr' una péça dé chibié.
» Lou s lébacars à las barieïras ,
» Lous alguasils per las carrieïras ,
» A la plaça, sus lous taouyés ,
» Chez lous hostés et lous saouciés,
» Sésiran sans miséricorda ,
» Per fayré dansa sus la corda
» L'impruden qu'aoura mesprisat
» Lous ordres dé l'aoutouritat.
* Bolé méma que las chambrieïras,
» Qu'à fraouda soun pas las dernieïras,
» Siégou paoupéjadàs, se caou ,
» Mais soulamen sus lou mantaou.

Maï d'un que se fiz' aou cassayré
Dé soun naturel for bramayré ,
Pensa déjà d'aou goubernur
Qu'aco yé pourtara malhur ;
Lou beï peltira per la besta
Din lou bourlis d'une batesta.
Se troumpa ben ; car es dé fèt
Que lou pus grand calmé régnet ;
Toutes (hormi mous camaradas
Qu'an toujour las botas graïssadas)
Pléguérou pantas é fusils
E désempioï cassou dé grils.

Mais se lous homes en silença
(Yoï soun fas à l'obéïssença) ,
Quinquérou pas; d'aoutré bestiaou
Troubaba l'arestat for maou ;
Car bésié bracas sus l'esquina
Toutes lous coutels dé cousina.
Per estré gens dé bassa-cour,
N'achérou pas mén lou rétour,
Miou que n'aoutrés, dé comprendre
Qu'es toujour tén dé se défendre,
Quan lou despotisme cruel
Boou dé victimes sus l'aoutel.
L'ordre dounat, à l'Esplanada
La révolta ses assemblada,
Aourias bis coussi per moulous
Erou bengus poulas , guindous,
Paouns, lapins, pichouns, canardas,
Porqués dé mar, gais é pintardas,
Toutes anfin , jusqu' as capous
Qu'à la benjença abien prés gous.

Aïci coumença la séença.
Couma souben la présidença
Es lou partagé d'aou pu sot,
Lou présiden séguet un piot.


1861
Montpellier


.

jeudi 26 mai 2011

Peireto Berengier : Li glèiso dóu Mercantour

.



Li glèiso dóu Mercantour :


SANTO-CROUS DE SANT DALMAS

GrasEntre li valèio de Vesubìo e de Tinèio, la poulido Vau de Bloro escound de tresor precious. Vous diren, vuei, qu’aquelo glèiso SANTO-CROUS, À SANT DALMAS.

Santo-Crous fuguè bastido aperaqui, l’an 1000 pèr de mounge vengu de San-Dalmazzo dins li valèio prouvençalo dóu Piemount. Èro bastido coume uno basilico, em’uno souleto croto. Lou priour n’èro un di mai impourtant dóu dioucèsi de Niço.

Au siècle XII, apoundeguèron li crouteto nord e sud quouro reçaupeguèron li relicle de la Santo Crous que ié baiara soun noum. Vuei, de tout un priéurat, nous rèsto que la capello vengudo glèiso dóu vilage.

Dins li siècle XVI e XVII, fuguè proun trasfourmado e vuei avèn dounc uno glèiso marcado de dos gràndi pountanado (lou proumier Art Rouman Loumbard e lou Barrò) e classado Mounumen Istouri (coume si campano) tre 1943.

Mai vaqui la souspresso…

Lou païs fuguè sèmpre marca pèr de terro-tremo e se pènson qu’au siècle XVII, lou darrié d’uno longo tiero faguè coula un flume de terro qu’empliguè la glèiso e la croto dóu nord en partido. Aquesto, devenguè oussuàri e coume lou sòu avié mounta emé touto aquelo terro, durbiguèron uno nouvello porto e cavèron quatre escalié pèr davala dins l’oussuàri.

Coume, au siècle XVIII, li reclicle fasien plus veni lou mounde, li gènt de l’endré acabèron de rampli la glèiso sus 1,50 m aperaqui, pèr èstre tout bèu just à la nautour de l’autar.

La proumiero croto, aquelo dóu centre, se ié poudié plus rintra que pèr la crouteto dóu miejour. Ramplaçèron l’enfustage de bos pèr uno vòuto de pèiro trop pesanto pèr li pielo e fauguè alor mounta d’arcoulo deforo. Lou dedins fuguè rebouca e pinta dins lou biais dóu barrò. Apoundeguèron d’autar sus li coustat e bastiguèron uno tribuno à l’intrado que vuei eisisto plus.

Remountèron lou clouquié qu’avié toumba dins lou terro-tremo e un porge davans, emé lou martire de Sant Dalmas de pinta.

Pièi un bèu jour,, i’a quàuqui desenau d’an, s’avisèron que i’avié quaucarèn souto aquéu sòu e cavèron. Vai ansin que tournèron destapa lou sòu ancian, li sèt escalié que mounton à l’autar e li quatre que menon dins li croto.

Vuei, se pòu tout vesita en fasènt lou tour coumplèt di croto souto l’autar. Pèr rintra, es bas e se fau plega… (bord que plegan souto lou pes di pecat nostre). Aqui se pòu vèire uno fresco de la Passioun, un vas de nard, uno courouno d’espino, un autar poulicrome. Pèr ressourti de l’autre coustat, poudèn resta de dre. La grando arco lumenouso es simbèu de la pureta qu’avèn retrouba en pregant.

Dins la grand glèiso, amount, se pòu vèire de pinturo dóu siècle XVI (Sant Francés, Sant Jan lou Batiste, Santo Madaleno pecadouiro, etc., de lauso de toumbo caroulengiano, d’autar di siècle XV e XVI, e plen de tresor à descurbi.


SANTO CLARO DE VENANSOUN

En fàci de Sant-Martin de Vesubìo, un vilajoun quiha recato un tresor espetaclous. Es Venansoun emé sa capello Santo Claro à l’intrado.

Li pinturo e li fresco dóu siècle XV, de Jan Baleison, la rèndon unico qu’atapon la toutalita di paret e de la vòuto. Aquéu pintre, vertadié enluminaire, faguè uno obro que nous espanto pèr la frescour de si coulour e sa counservacioun.

Li caro soun fino, pintado menimousamen. Li persounage, dins de pauso simplo sèmblon calme. Tout i’es gracious. Ié trouban Sant Sebastian, li sant aussiliàri e garissèire dis Aup. Li vice e la vertut ié soun representa e tambèn la bono e la marrido preguiero (la dóu mounge e la dóu gentilome). Tout es simple emé li eisino de cade jour (fielouso, drai, trancadou, moulin, etc.)

Un retable emé lou Crist crucificat represènto lou martire de Sant Sebastian trauca de flècho.

Souto la vòuto, i’a li malur de la vido de Sant Sebastian : uno vertadiero BD en trege fresco ! Mai Sant Sebastian i’es pas soulet que de fresco nous ramenton peréu li sant prouteitour: Santo Apoulino, Santo Barbo, Sant Blàsi e Sant Laurèns, Sant Micoulau, Sant Bernat dis Aup, Sant Maur, Santo Catarino, Santo Margarido, Santo Claro (que baiè soun noum à la capello), etc.

Li vertu ié soun representado pèr l’Umelita, la Casteta, la Carita, la Fraternita, la Temperanço, la Paciènci e la Vigilènci.

Pèr li vice avèn : l’Ourguei, l’Avariço, la Lussùri, la Coulèro, l’Envejo, la Paresso, representa pèr de Prince mounta sus de lioun, de mounino, de bòchi, de pantèro, de porc, de reinard e d’ase…

E pièi, fau pas desóublida Santo Lucino que faguè péutira lou cadabre de Sant Sebastian de la fango pèr lou faire ensepeli dignamen, de sceno d’epidemìo, de miracle, uno maternita, etc.

Aquelo capello es un tresor, un vertadié catechisme en BD !



LA MADONO DE FENÈSTRO

La Madono de Fenèstro es un paradis dins l’auto mountagno, un di grand site dóu pargue dóu Mercantour, dins la valèio de Vesubìo, à-n-uno ouro de camin d’à pèd de l’Itàli e, un pau mai liuen de la famouso Vau di Meraviho…

Aquéu santuàri, à 1904 mètre d’auturo, es recata dins un ciéucle de mountagno que lou Gelas, lou doumino de si 3143 mètre. Se capito la cimo la mai nauto dis Aup-marino. Es marca dins li doucumen tre lou siècle XIII mai de segur que se devino mai ancian (belèu siècle IX). Proumié di Beneditin de Borgo San-Dalmazzo, passè pièi au chapitre de la catedralo de Niço, e fin finalo à la curo de Sant-Martin de Vesubìo. N’i’a meme que n’en fan, segound la tradicioun ouralo, un doumaine templié e un endré poupla de fado.

Tre l’Antiqueta, uno vìo passavo d’aqui pèr mena vers lou còu de Fenèstro (2474 m) e lou Piemount italian. Èro la routo de la sau, entre li Vau de Bloro e de Vesubìo e la Vau de Gesso.
L’etimoulougìo de Fenèstro vendrié de “Finis terro” (coume lou Finistère), aquéli frountiero latino que seguissien li serre d’alentour. Nosto Madono sarié dounc la « Madono dóu bout dóu mounde ». Mai uno legèndo se i’es vengudo encerta bonodi uno traucado, que se ié pòu vèire lou cèu de l’autre coustat, dins lou Caire de la Madono, uno roco darrié lou santuàri. La Vierge i’aurié fa d’aparicioun.

Aquéu santuàri es lou mai naut de tout lou dioucèsi de Niço e lou mai ancian. Soun istòri es aquelo di pople de la regioun.

Lou dedins de la glèiso es barrò mai patiguè, long di siècle, de plusiour incèndi. Au siècle XIX, restaurèron lou bastimen e touto la decouracioun. Es lou moudèle di santuàri dis Aup.

L’autar majour es dedica à Nosto-Damo de Fenèstro que soun estatuo poulicromo, de cèdre dóu Liban, datarié dóu siècle XIV. Degun n’en saup l’óurigino. Li miracle soun noumbrous que lou mounde i’estacon (e lou proumié miracle es de l’agué encaro talamen bèn counservado maudespié lis incèndi…) Un doucumen data de 1647 la farié remounta à Sant Lu l’evangelisto. Marìo-Madaleno l’aurié aducho à Marsiho e d’aqui li Templié vers lou santuàri… Ço qu’es dificile de crèire es que datarié de Sant Lu, mai tant es bèn poussible que vènguèsse de l’Óuriènt e que li Templié l’aguèsson menado au nostre, bord que soun bos vèn d’eilà !

Li proucessioun, dous cop l’an (15 d’avoust e 8 de setèmbre), menon un fuble de mounde dis alentour. Vuei, en setèmbre, l’estatuo, ié fan prene pensioun dins la glèiso de Sant-Martin de Vesubìo ounte l’avien deja escoundudo dóu tèms de la Revoulucioun. La menon en proucessioun e la remounton en jun, dins uno autro proucessioun.

Segur qu’aquéu santuàri beneditin èro mai que mai un santuàri-refuge pèr li viajaire e subre-tout dins li tempèsti. Aquéu refuge founciouno sèmpre pèr li randounejaire (oustalarié e retaurant).

A l’entour, s’espacejon de chamous à bóudre e li marmoto que siblon à plasé. Li flour de printèms e d’estiéu ié fan tepiero. La routo que ié mounto rescontro lis aigo cascaiejanto de la Vesubìo. Un vertadié paradis!



Peireto Berengier


.

mardi 24 mai 2011

Ive Gourgaud : Cévenol et montpelliérain

.


Bon-jour en toutes !

Voici un article qui va paraître dans le prochain n° de CALICE (Cahiers de Littérature Cévenole) en grande partie consacré à la littérature en cévenol méridional. Je vous en souhaite bonne lecture, en vous rappelant que toute critique sera la bienvenue. Par parenthèse : la revue Lou Felibrige vient de faire paraître, anonyme, une courte critique de mon Armagna Cevenòu que j’ai trouvée excellente : sans concession et sans animosité. Si l’auteur se trouve parmi vous, je le remercie et l’en félicite !

Ive Gourgaud.



*+*+*+*+*+*+*




Cévenol et montpelliérain

On sait que, pour les tenants de l’occitan / langue d’oc, le cévenol et le montpelliérain sont deux « sous-dialectes languedociens », ou plus exactement deux « sous-sous-dialectes » qui ensemble formeraient un « sous-dialecte languedocien oriental ». Mais que le cévenol et le montpelliérain soient des « langues » ou des « sous-sous-dialectes » n’est pas ici notre propos : nous constatons que ces deux groupes sont assez proches, étant voisins, mais qu’ils sont dissemblables puisque tous les linguistes ont établi une distinction entre eux.
Pour nous, tenants de l’existence concrète d’une langue cévenole et d’une littérature engendrée par elle, la délimitation entre les deux groupes est à l’évidence une question d’importance : où s’arrêtent précisément, au sud, les parlers de type cévenol ? Jusqu’ici, nous avions donné comme limite méridionale le pays de Sommières, mais nous avons éprouvé le besoin d’étudier de plus près ce « montpelliérain » voisin. Nous nous attacherons donc, dans un premier temps, à établir ce qui différencie ces deux unités linguistiques. Pour cela, nous prendrons une typologie classique du montpelliérain et en extrairons les éléments qu’on ne retrouve pas en cévenol : on obtiendra ainsi une typologie contrastive qui permettra de définir plus clairement le « sous-dialecte » montpelliérain.
Normalement, c’est l’écriture qui doit prendre en charge les caractéristiques d’un dialecte ou sous-dialecte : on sait que les occitanistes nient largement cette obligation, avec leur idéologie de la « graphie-support » (une seule graphie pour une multitude de prononciations), mais même eux sont bien obligés de reconnaître qu’on ne peut pas écrire « cant » à la place de « chant », ni « mèl » à la place de « mèu ». Quant aux félibres, inspirés par l’exemple du Tresor dóu Felibrige, ils devraient aussi admettre (et bien plus largement, bien plus spontanément que les occitanistes) que c’est la prononciation qui guide l’écriture. On verra les limites de cette pratique de la graphie mistralienne à Montpellier…
Notre premier but est donc d’établir une mini-typologie du montpelliérain en ne retenant que les faits stables, massifs et qui font contraste avec les faits voisins du cévenol et du provençal : c’est la PRONONCIATION, les faits de phonétique ou de phonologie, qui seront mis en avant : personne n’attendrait que des groupes voisins opposent de façon aussi nette leur lexique ou leur morphologie.
Une seconde raison qui nous pousse à privilégier la phonétique, c’est l’existence d’un Atlas Linguistique du Languedoc Oriental (ALLOr) qui comprend l’ensemble des départements de l’Hérault et du Gard : on aura donc l’occasion de vérifier concrètement le fonctionnement de notre typologie.
Une troisième raison sera l’attitude même des linguistes qui se sont occupés du problème : les mistraliens (ou prétendus tels) TOURTOULON et LAMOUCHE, le mistralien RONJAT puis les occitanistes (on sait que l’Université de Montpellier en est un vivier depuis que Lafont y fit son entrée), tous ont mis en avant, dans leurs études dialectales, le fait suivant : ce qui caractérise le « dialecte languedocien », c’est la confusion des phonèmes /b/ et /v/, ou si l’on préfère la disparition du phonème /v/. Lamouche donne ce fait comme constitutif de « tous les parlers languedociens SAUF LE CEVENOL » (souligné par nous) dans sa Grammaire (Campana de Magalouna n°171). Nous aurons bien sûr à commenter cette contradiction entre le « fait constitutif languedocien » (inexistence de /v/) et l’inclusion du cévenol dans ce même « dialecte languedocien »…



Typologie du montpelliérain



C’est TOURTOULON qui le premier établit les caractéristiques du montpelliérain, dans le premier volume de la Revue des Langues Romanes en 1870. Si l’on ne tient compte que de ce qui oppose sa phonétique/phonologie à celle du cévenol, on obtient la mini-typologie suivante :
1 finales atones en –A : même si le fait est connu ponctuellement en Cévennes (à Saint-Jean-de-Serres, canton de Lédignan), on admettra sans peine qu’il s’agit d’un trait caractéristique du montpelliérain. (cévenol, provençal : -O)
2 confusion des phonèmes /č/ et /ğ/ : aucun parler cévenol ne fait cette confusion entre (la pacho) et (la pajo)
3 confusion des phonèmes /b/ et /v/ : on a vu que c’est le trait considéré comme le plus caractéristique du languedocien. On constatera qu’une partie du domaine cévenol (dialecte occidental) connaît cette confusion, mais le dialecte cévenol méridional (celui qui touche le domaine montpelliérain) ne confond pas (la boto) avec (la voto).
4 prononciation [ö] du phonème /ü/ : même remarque que pour 1 : cette prononciation ne touche que quelques points cévenols ou provençaux en contact, justement, avec le domaine montpelliérain.
5 prononciation [d] du R intervocalique : cette prononciation est totalement inconnue du cévenol .


Quelques formes contrastées entre montpelliérain et cévenol

1 una fada uno fado
2 una chalada uno jalado
3 beni veni
4 chuesta* justo
5 lou beide lou veire
* Nous appliquons ici au « sous-dialecte montpelliérain » la graphie mistralienne classique, utilisée par Mistral pour noter le [ö] du provençal.
De telles différences devraient être immédiatement perceptibles à la lecture des auteurs d’expression mistralienne, mais on aura la surprise de constater que, très volontairement, les félibres de La Campana de Magalouna ont choisi d’effacer de leur graphie QUATRE de ces cinq particularités : c’est ainsi qu’ils recommandent expressément de ne pas confondre B et V d’une part, CH et J d’autre part, et de maintenir les graphies U et R là où on prononce [ö] et [d].
Nos graphies (pourtant bien mistraliennes) 2, 3, 4 et 5 sont remplacées par :
2 una jalada
3 veni
4 justa
5 lou veire.

La Campana de Magalouna, organe officieux voire officiel du Félibrige à Montpellier, appliquera dès ses débuts cette normalisation graphique, qui préfigure et prépare la normalisation occitaniste…
Heureusement, il nous reste deux sources de renseignements : d’une part les textes patois, d’autre part les données phonétiques de l’Atlas Linguistique du Languedoc Oriental (ALLOr) qui couvre l’ensemble de l’Hérault et du Gard.




La Grammaire de Lamouche

C’est justement dans La Campana de Magalouna que le linguiste Lamouche fait paraître sa Grammaire du montpelliérain. Il l’accompagne d’une carte de son domaine : elle englobe dans le Gard Sommières (« le langage de Sommières est complètement montpelliérain », n° 168) et même Aubais et Gallargues, mais elle exclut par contre Ganges et Saint-Bauzille qui sont déclarées cévenoles, et Marsillargues qui est tenue pour provençale.
Le problème est que Lamouche ne dit nulle part sur quel(s) critère(s) il trace les limites de son « montpelliérain » : c’est cette limite que nous voulons établir d’une façon un peu plus précise, en utilisant la mini-typologie en 5 points établie plus haut et en l’appliquant aux bourgs de cette zone.

Castries et Galargues

L’atlas ALLOr présente, à l’est de Montpellier, deux points que Lamouche revendique pour son domaine : 34.15 (Castries) et 34.16 (Galargues, à ne pas confondre avec le Gallargues gardois). Nos 5 points de phonétique/phonologie sont très simples à vérifier car de nombreuses cartes les présentent : nous écrivons OUI quand l’atlas confirme la typologie, et NON quand il l’infirme. Nous donnons en référence la première carte d’atlas que nous avons consultée : il est évident qu’on retrouvera ces données à de multiples reprises dans d’autres cartes. Le sigle MTP donne la forme recueillie autour de Montpellier :
1 (-a final) : carte 2 (étoile) OUI : estèla
2 (J = CH) : carte 30 (pluie) OUI pour Castries mais NON pour Galargues qui dit plòja (comme Marsillargues), MTP : plòcha
3 (V= B) : carte 18 (vent) OUI pour Castries mais NON pour Galargues qui dit ven(t), MTP : ben(t)
4 ([ö] pour U) : carte 19 (souffle) OUI pour Castries mais NON pour Galargues qui dit boùfa, MTP : buefa
5 ([d] pour -R-) : carte 93 (rivière) NON pour Castries qui dit ribièira et NON pour Galargues qui dit rivièira, MTP : ribièida
Résultats : Castries OUI 4 NON 1
Galargues OUI 1 NON 4


Sommières


Très clairement on constate qu’une frontière passe entre Castries (qui se rattache à Montpellier) et Galargues qui ne peut en aucune façon être défini comme « montpelliérain » : or Galargues est tout proche de Sommières, et la graphie du plus grand écrivain de cette région, l’abbé Jean-Baptiste FAVRE, ne fait que confirmer ce fait : les points 2 à 5 lui sont inconnus. (Dossier critique, CRDP Montpellier 1988 pages 112-113). Voir à ce sujet notre étude détaillée dans Grammaire cévenole 4e partie (les dialectes), Aigo Vivo n°77, pages 39-45
Résultats : Sommières OUI 1 NON 4


Lansargues


Nous avons pu séparer facilement Sommières et Galargues du domaine montpelliérain pour les rattacher au domaine cévenol ; une autre étude de Tourtoulon, toujours dans la Revue des Langues Romanes, va maintenant attirer notre attention : en 1873, il publie sa « Note sur une sous-variété du dialecte de Montpellier » pour décrire la langue d’un futur majoral du Félibrige, Alexandre Langlade, originaire de Lansargues. Or Lansargues ne se trouve qu’à quelques kilomètres à l’est de Montpellier, et Tourtoulon dans sa présentation (sommaire) présente les résultats suivants pour notre mini-typologie :
1 OUI
2 NON
3 NON
4 ?
5 NON

L’ALLOr permet d’affirmer que Lansargues prononce [ö] (point 4). On trouve donc 2 traits montpelliérains (points 1 et 4) mais 3 « non-montpelliérains », que l’on ne peut pas qualifier de « provençaux » parce qu’à Lansargues l’article pluriel est LOUS, LAS… mais qu’on pourra sans crainte qualifier de « cévenols », surtout si l’on y rajoute d’autres caractéristiques du parler de Lansargues tel que décrit par Tourtoulon :
formes « sian, saren »,
formes en AU- (aublida),
chute des -T, -C et –CH en fin de mot,
formes en -OU comme (capelou), (vènou),
traitement de -LL- dans (brunla, barunla),
passage de (lioc) à (io),
prononciation -IU et non -IEU,
préposition EMBÉ, etc.,
toutes formes qu’un Cévenol reconnaîtra immédiatement comme siennes…Lansargues et son écrivain Langlade sont nettement de langue cévenole, langue agrémentée de quelques traits montpelliérains. Voici donc un nouveau canton (Mauguio) qui est (partiellement ?) de langue cévenole.


Lunel et Lunel-Viel


Il reste à étudier le troisième canton de l’Hérault situé à l’est de Montpellier : celui de Lunel. Canton pour nous très intéressant, car il a fourni au moins deux auteurs importants : le Majoral Louis Abric (de Lunel), même s’il s’est surtout fait connaître par ses poèmes en provençal, avait aussi édité en 1910 une œuvre tout en lunellois : Espigas e flous vidourlencas ; quant au felibre Antoine (ou Antonin) Roux, de Lunel-Viel, c’est un auteur très abondant (15 lignes dans le Dictionnaire de Fourié !) qui a édité deux gros ouvrages : La Cansoun dau Dardalhoun (386 pages) et Pescalunetas (283 pages)
Nous l’avons dit, on ne peut guère faire confiance à la graphie des félibres pour notre micro-typologie, mais les cartes de l’atlas semblent bien montrer que Lunel et Lunel-Viel ne connaissent, exactement comme Lansargues, que les traits 1 et 4 pour les rapprocher du montpelliérain, alors qu’ils refusent les traits 2, 3 et 5.
Il y a une logique de terrain dans tout cela : à l’est de Montpellier, le « trait caractéristique du languedocien », à savoir l’inexistence de /v/, semble bien avoir disparu … On peut alors avancer (mais prudemment cependant : nous n’avons aucun rêve d’annexion) que les parlers entre Montpellier et Nîmes sont soit provençaux comme à Marsillargues, soit cévenols comme à Lunel, les deux localités n’étant séparées que par 4 kilomètres.
Un coup d’œil sur l’énorme étude de Ronjat (Grammaire istorique…, 4 volumes) devrait conforter notre affirmation : le tome 4 parle justement des dialectes, et de la zone qui nous intéresse :
« Montpellier… prononce U [ö]… -A reste ; CH, J confondus en fonèmes de tipe [č] » (page 14) : on retrouve ici nos traits 1, 2 et 4. Le trait 3 est, pour Ronjat comme pour Lamouche, constitutif du « groupe languedocien-guyennais », cf. page 5. Notre trait 5, pourtant bien établi et très caractéristique, ne semble pas avoir retenu l’attention de Ronjat… Mais voici ce qu’il ajoute, page 15 :
« A l’est, la région de Lunel et de Lansargues distingue V de B, CH de J » : on retrouve donc chez Ronjat la même contradiction que chez Lamouche, ce qui arrive à faire douter du sérieux de leur classement dialectal : tout le « languedocien » (et donc le « montpelliérain ») confond B et V… sauf Sommières, le cévenol, Lunel et Lansargues ! On définit aussi le montpelliérain avec nos traits 2 et 4… mais on y inclut des zones qui ne les connaissent pas !
On dira ce qu’on veut de notre lecture des faits, mais la prise en compte de la réalité « langue cévenole » permet au moins d’introduire une cohérence dans ce calamiteux fouillis des linguistes-félibres…bafouillage qu’on retrouve, du reste, pour le nord de notre domaine : nous avons déjà analysé cette impossibilité à faire rentrer les parlers ardéchois et lozériens dans les cadres « languedocien » ou « auvergnat » de « la langue d’oc / occitan », que ce soit chez Ronjat ou chez les occitanistes, cf. notre Grammaire cévenole, 4e partie, pages 30-36.



Que reste-t-il du « sous-dialecte montpelliérain » ?

Peu de chose entre Montpellier et le Gard, si l’on songe que Lansargues n’est qu’à 18 km à l’est de Montpellier… Ce qu’il nous importe ici de constater, c’est qu’entre le chef-lieu de l’Hérault et celui du Gard, on rencontre trois variétés de langue d’oc, et non deux comme les dialectologues l’ont prétendu : le montpelliérain rencontre le cévenol du côté de Lunel ou Lansargues, et le provençal du côté de Marsillargues.

Une phrase aussi simple que « je veux les voir » se dira :
à Montpellier LOUS BOLE BEIDE
à Lansargues / Lunel LOUS VOLE VEIRE
à Marsillargues LEI VOLE VEIRE

Comme nous l’avons souvent fait remarquer, le cévenol est un groupe linguistique qui est irréductible aux groupes « languedocien » et « provençal », sauf à produire les contorsions dénoncées plus haut : « tous les parlers languedociens ignorent le V sauf le cévenol ». Il est vrai que le père de la linguistique occitane, Alibert, nous avait habitués à ce genre de contradictions puisqu’il affirme dans sa Gramatica que tous les parlers languedociens sont en CA- sauf en Lozère où l’on peut aussi dire CHA-. Mais si l’on veut aborder sérieusement les problèmes, en dehors justement de toute idéologie simplificatrice et centralisatrice, on évitera ce genre d’affirmation contradictoire pour s’en tenir aux faits et à eux seuls : il ne s’agit pas de nier l’existence d’une réalité linguistique montpelliéraine (notre typologie est fort claire à ce sujet), mais de rendre à César ce qui lui appartient : la carte du « montpelliérain » dessinée par Lamouche correspond à une seule réalité linguistique, la seule que les félibres de Montpellier aient accepté de noter dans leur graphie : c’est la présence du –A en finale de mot. Avec un seul critère phonétique, on crée un sous-dialecte… qui, pendant qu’on y est, pourrait tranquillement inclure une bonne partie du domaine provençal gardois, le pays niçois et la moitié du Velay…
Notre propre typologie, basée sur 5 faits (dont celui-ci) qui touchent des milliers et des milliers de mots, apparaît comme bien plus apte à déterminer les limites du vrai « sous-dialecte montpelliérain » : on pourra sans peine rattacher à Montpellier un parler voisin qui connaît 4 des 5 traits (Castries en est l’exemple, cf. plus haut), et peut-être même 3 sur les 5 ; mais on devra absolument exclure de la zone montpelliéraine un parler qui, comme à Lansargues ou Lunel, n’en présente que 2… quant au rattachement de Sommières au montpelliérain, ce n’est au mieux qu’une aimable plaisanterie, et au pire un des nombreux essais d’impérialisme languedocien, le Félibrige local ayant ici joué le rôle (peu enviable à nos yeux) de précurseur de l’idéologie graphique occitaniste.

Linguistique et idéologie

Pourquoi n’avoir choisi qu’un seul critère pour définir le montpelliérain ? C’est Lamouche lui-même qui donne la réponse dans les premiers paragraphes de son étude sur la question, et on va découvrir que cette réponse est toute idéologique : j’ignore si cette présentation de son travail a été reproduite dans les éditions ultérieures de 1902 et 1942 (la version accessible sur le web ne la donne pas), mais on y trouve, clairement exprimés, tous les fantasmes de l’occitanisme : dialecte de référence, dialecte central, importance capitale donnée à une seule lettre (le –A final), mystique des Troubadours et de la Catalogne, regrets que Mistral ne soit pas né en Languedoc ( !). Bref, le Félibrige languedocien a construit un beau nid douillet dans lequel le coucou occitan n’a eu que la peine de s’installer…
Voici ce qu’écrit Lamouche dans la Campana de Magalouna, n° 166, en juin 1899 (ce qui est souligné en lettres grasses l’est par moi) :

« Enfin, une autre considération vient encore augmenter l’importance du montpelliérain. Parlé dans une région moyenne, à l’extrémité orientale du Languedoc, limitrophe du domaine linguistique provençal qui commence au Vidourle, le parler de Montpellier tient à la fois des deux grands dialectes voisins et forme une transition naturelle de l’un à l’autre. Sur un fonds nettement languedocien, sa phonétique, sa grammaire et son vocabulaire offrent plus d’une analogie avec le provençal. Grâce à la conservation en finale de l’A, la véritable lettre de noblesse d’un idiome roman, suivant l’expression de notre savant maître M. Chabaneau, son aspect rappelle celui de l’ancienne langue classique des Troubadours, ainsi que du catalan. On peut donc considérer le montpelliérain comme une sorte de moyenne entre les différents dialectes de la langue d’Oc, et il serait permis, à ce propos, de regretter que la pléiade qui a procuré par ses chefs-d’œuvre une si glorieuse renaissance à la langue méridionale, n’ait pas chanté sur les bords du Lez plutôt que sur ceux du Rhône. Mireille ou la Vénus d’Arles y auraient sans doute perdu en grâce et en harmonie, car la sonorité un peu rude du languedocien, frère de l’espagnol, ne peut se comparer à la molle douceur que le provençal doit, comme l’italien, à la chute des consonnes finales, mais elles eussent été plus accessibles à la masse des populations de toutes les régions du Midi, de l’Adour à l’Hérault et des Monts d’Auvergne aux Pyrénées et à l’Ebre. »

Je laisse les gens « de l’Adour et des Pyrénées » décider si le montpelliérain leur est plus accessible que le provençal (la réponse, à mon sens, étant « ni l’un ni l’autre »), et de même pour les gens des « Monts d’Auvergne » (là je crois savoir leur réponse : c’est le provençal qui leur est nettement plus accessible). Quant aux gens « de l’Ebre », il y a bien longtemps que ce genre de fantasme les fait sourire de pitié…
On touche ici du doigt les méfaits d’une idéologie centralisatrice que Mistral, par naïveté linguistique ou par mauvais calcul politique, a laissé s’installer au cœur du Félibrige. Son « empèri dóu soulèu » se cherche un centre, voire une capitale, et chacun va tirer la couverture à soi : pour Mistral c’est Arles, pour les Languedociens c’est Montpellier (comme ci-dessus chez Lamouche) ou Toulouse. Mais ce n’est jamais Nice, ni Foix, ni Aurillac, et on peut comprendre que les « dialectes périphériques », Gascons, Auvergnats ou Niçois, ne se soient guère sentis concernés par ce genre de débat, et même qu’ils l’aient ressenti comme une menace pour la conservation de leur propre « dialecte » face aux visées clairement impérialistes d’Arles, Toulouse ou Montpellier. C’est sans doute là une des principales difficultés du Félibrige à « régner » en-dehors de son champ-clos provençal, et de l’occitanisme à vouloir imposer, au-dessus des « dialectes », un languedocien-montpelliérain qui n’a même plus le goût du terroir, grâce au travail préparatoire de déconstruction opéré par les félibres languedociens.

Ce sont là des difficultés d’ordre psychologique (personne n’aime à admettre la « supériorité » d’un parler sur le sien, d’une région sur la sienne), mais aussi et avant tout d’ordre linguistique : tous les Félibriges et tous les Instituts d’Etudes Occitanes du monde n’arriveront pas à faire croire à un Niçois et à un Gascon qu’ils écrivent ou parlent la même langue. D’ailleurs, combien de Niçois achètent-ils de la littérature gasconne, et combien de Gascons se délectent-ils d’ouvrages en nissart ? A quelques kilomètres de distance, le montpelliérain tel qu’il est réellement parlé sonne déjà assez étrangement aux oreilles d’un Cévenol pour que la démonstration n’ait pas besoin d’être poursuivie. On peut bien sûr (c’est même un devoir) affirmer une unité de principe qui est surtout une unité de destin : c’est l’honneur du Félibrige de continuer à affirmer haut et fort cette unité-là. Mais en faire un dogme linguistique intangible risquerait de détourner du Félibrige ceux qui, détenteurs d’un trésor linguistique familial ou étroitement régional, n’auront nulle envie ni nul besoin de lâcher la proie pour l’ombre et leur parladure authentique pour une « langue d’oc » aussi vague que chimérique à leurs yeux, surtout si on la maquille comme l’ont fait les félibres de Montpellier.

Mistral, en l’occurrence, aurait été mieux inspiré de rappeler ces félibres de Montpellier (et des Cévennes) au respect de sa philosophie graphique et de les empêcher d’en entreprendre sournoisement la démolition comme ce fut le cas dans la Campana de Magalouna.
Remarquons, pour modérer et relativiser notre propos, que Lamouche n’a jamais été une figure de proue du Félibrige, et que le Majoral de Tourtoulon finit par en démissionner : les félibres d’aujourd’hui peuvent donc appréhender avec sérénité le problème, toujours actuel, de l’adéquation entre la réalité d’un parler et sa graphie. Rappelons aussi qu’en matière de linguistique et de politique linguistique, Mistral ne s’étant pas montré sans défaut, il est de notre devoir de linguiste et de félibre d’apporter des critiques constructives ; et rappelons finalement qu’on ne peut en aucun cas incriminer le Félibrige actuel pour les erreurs ou les manquements du Félibrige du XIXe siècle.


Ecrire en montpelliérain

A vouloir dissimuler 4 des 5 grandes particularités de leur parler (et bien d’autres, cf. plus bas), les félibres de Montpellier auront réussi ce pitoyable tour de force : rendre l’écriture patoise plus authentique et fiable, donc plus digne de respect que la leur ! Voici pour preuve quelques graphies tirées d’un petit opuscule anonyme de 1878 (signé B.B.) qu’on peut lire sur internet et qui s’intitule A l’occasioun de la réunioun das latins, avec pour sous-titre : Ensach de rimas popeulèras. Sur 5 petites pages de texte, nous retrouverons sans peine les traits 2 à 5 qui faisaient honte à nos félibres de La Campana de Magalouna :

2 J > CH : « chinouls », « achas » (= ajas), « oublicharen », « chour », « chés » (=ges)…
3 V > B : « bey », « bòus », « bouguen »…
4 [ö] pour U : « popeulèras » dans le sous-titre, « creuels »
5 [d] pour -R- : « ranimadai », p.8 ; « padiè », p.6, « èdes », « abeouda »…

Un rapide survol de l’ALLOr va permettre de se poser bien d’autres questions sur la curieuse façon qu’eurent les félibres montpelliérains d’écrire leur langue :
- pourquoi écrire LH ce que partout on prononce [y] comme en Provence (cartes 615, 815, etc) ? Que diraient les félibres provençaux si on leur imposait d’écrire « Dins si quinge an èro Mirèlho… / Coustiero bluio de Font-Vièlho… » ?
- pourquoi écrire des –S du pluriel qu’on ne prononce pas dans l’est de l’Hérault (cartes 500, 589, etc) ? Que diraient les félibres provençaux si on leur imposait d’écrire « Car cantan que pèr vautres, o pastres e gènts di mas » ?
- pourquoi écrire des finales de verbes en –OUN, alors que dans toute la région on prononce –OU (cartes 615, 616, etc) ? Que diraient les félibres provençaux si à l’inverse on exigeait d’eux qu’ils écrivent, comme les Cévenols, « pàrlou au catou » en lieu et place de leur « parlon au catoun » ?
Ronjat signale en outre que les occlusives finales ne se prononcent plus à « Alès, Sommières, Lunel et Lansargues », c’est-à-dire dans cet espace que nous appelons « cévenol » parce qu’à l’évidence il n’est ni « languedocien/montpelliérain » ni provençal.
À Lunel, nous rencontrerons le Majoral Louis Abric, qui écrit ses premiers poèmes en « languedocien » (Espigas e flous vidourlencas, 1910)… c’est-à-dire en cévenol : on comprend mieux pourquoi un de ses poèmes a été adopté comme un texte du folklore local au cœur de nos Cévennes gardoises, à St-André-de-Majencoules ! Abusé par les affirmations de l’auteur du blog reproduisant ce texte, je l’avais moi-même donné comme « anonyme » dans mon Anthologie des auteurs discrets (CALICE n°6, Aigo Vivo 2011).
Voici donc deux Majoraux (Abric de Lunel et Langlade de Lansargues) qui échappent à la gloutonnerie montpelliéraine : mais la capitale régionale a assez de bons auteurs locaux pour se dispenser d’annexer les nôtres (même si on peut comprendre que des noms comme Abric, Langlade et surtout Favre puissent avoir aiguisé les appétits).
Il faut dire que les félibres montpelliérains se sont placés d’eux-mêmes dans une position curieuse : à vouloir écrire leur propre parler en cachant toutes ses particularités, ils en sont arrivés à écrire une langue certes bien plus « classique » (ce purisme félibréen étant à l’occasion tout aussi détestable que l’occitaniste), mais du coup leur « montpelliérain » trafiqué ressemble furieusement à du cévenol authentique !
Comme nous n’avons pas de sentiment hostile à leur égard, nous recevons le fait comme un hommage rendu à la langue cévenole… tout en déconseillant fortement aux écrivains de Montpellier et d’ailleurs de vouloir pasticher leurs voisins, leur propre langage étant tout aussi respectable et la graphie mistralienne étant parfaitement apte à en reproduire les caractéristiques.
Et dans le cas contraire (car c’est le droit le plus absolu d’un écrivain d’oc que de se donner une graphie de son choix), si on veut vraiment écrire du « languedocien de référence » et pasticher les Troubadours et les Catalans, alors j’avoue que la graphie occitane me semble et plus efficace et plus digne, car elle affiche clairement ses objectifs.

(Yves Gourgaud, mai 2011)


.

vendredi 20 mai 2011

Chjar di luna - Monte cristu

.





Chi a so ghjustizia un hè chè barbaria
Chjar' di luna - Monte cristu
Dapoi tanti anni sentu lu mare batte
In issu vechju castellu tante prigio so piatte
Un sentu chè catene lu mio core si spenghje
Tanti ghjorni à sperà è tante notte à pienghje
Di la moi vita n'anu fattu ruvina
o merce tese o prumessa regina
Di tè solu mi ferma un ricordu sbanitu
U soffiu di e to labre hè silenziu feritu
per l'interessu m'anu chjappu a vita
Signore chi senti a chjama di u dulcente
chi more soluziosu chjinate l'ombre spente
A petra hè freda è un ci mancu un lume
Ma in la mio mente oghje ci core un fiume
Quellu di a vindetta u sangue di furdani
Di la mio manu fiera hè lampatu à li cani
Luce sta notte a stella a stella di a sperenza
O libertà fiore di a mio suffrenza
Salteraghju in lu mare ancu se perdu la vita
Pensendu à la vindetta per l'anima tradita
Trimate voi chi l'ora s'avviccina
Sognu secretu di port'à la marina
Parlera u fucile parigi sera tristu
Senterete canta l'ombra di monte cristu
Parlera u fucile parigi sera tristu
Senterete canta l'ombra di monte cristu.


un idea di Larenzu Mondoloni

.

mercredi 18 mai 2011

LOU BARBIÉ D'OUREOU. (1815) Le Barbier d'Auriol

.






(introduction & présentation originale de l'édition 1815 - auteur anonyme)




FACÉTIES PROVENçALES
ou
RECUEIL de diverses Pièces bouffonnes,
originales et inédites , en idiome
Provencal, dont le Manuscrit a été
trouvé, en 1796 sous les ruines de
l'Eglise des Accoules , contenant
entr'autres la Comédie du Barbier
d'Auriol & plusieurs dialogues curieux
et amusants.

Dédié aux amateurs de la grosse gaité.

"Un fou du moins fait-rire et peut nous égayer,
Mais un froid écrivain ne fait rien qu'ennuyer"
BOILEAU.


*+*+*+*+*+*+*



ACTOURS.

M. PARRETY.
Mll0 SOPHIO, fìllo de M. PARRETY.

M. TOUPIN , Barbié d'Oureou.

M. QUINQUINA, Medecin.


*+*+*+*+*+*+*


LOU BARBIÉ D'OUREOU,
1815



*+*+*+*+*+*+*

S C E N O II.
PARRETY, SOPHIO.

SOPHIO.
Bouenjour, coumo va, moun cher pero ?
Couragi ! veissi lou beou ten,
Tout aquo n'es qu'uno chimero ;
Escoutés plus tan vouestre mau
Et prenés mio autro metodo,
Es ce que fa toumba malau ,
Emé lou ten tout s'accóumodo ;
Vouestre sang s'es trop espessi;
Foou fugir tout ce que tracasso ,
Quand lou cerveou s'es adoussi
Tout repren sa premiero plasso ;
Spungés plus qu'à vous rejouir,
Sur-tout évitas la tristesso,
Faren tout per vous divertir.

PARRETY.
Sophio , fai m'uno caresso ,
Vesi que seras lou soustien
De ma santa din ma vieillesso ,
Counouissi ben toun attentien ,
De moun houstau siés la mestresso ,
Aprovi tout ce que faras,
Vai prendre meis claus din l'armari,
Disposo n'en coumo vouras ;
De bouen couer leis ti desempari,
Voueli faire ben mai per tu ;
Cresi que- seras pas facliado
Qu'en recoumpensan ta ver tu ,
Ti douni leou un camarado ,
Car d'abor que serai gari
Et que n'aurai plus ren à faire ,
Ti sarquarai un bouen mari,
Es segur, n'en fau moun affaire.

SOPHIO.
Leis marquos de vouestro bounta
Dedin moun cerveou soun gravados
Noun cresi pas, en verità,
De leis ave ben meritados ;
Tant que vous sentirai malau.
Couneissés tout to'ma tendresso
N'aurai ni pauvo ni repau,
Serai toujours din la tris tesso,
Nomi ami pas lou changgamen,
Cresés-vtìiis que serieu fachado
S'erias un jour doou sentimeli
Que de-vous ibussi separado.

PARRETY
Ti remercieu , vesi fouer ben
Ce que poou su tu la naturo,
Car lou sang mente rarameli.

SOPHIO.
Ma paraulo es toujours seguro ,
Doou resto vous respoundrai ren ,
Voueli que m'assurés, d'avanso,
Que tous leis jours seren ensen.

PARRETY.
Pesarai tout din la balanso.

SOPHIO.
Lou mariagi acceptarai
D'abord qu'aura vouestre suffragi,
Et à toueis dous partagearai
Et ma tendresso et moun aumagi.
saclie ce qu'es moun mau,
Car es tout ce que mi chagrino ,
Si va trouvaves à prepau
Consultarieu la medecino ;
Crigni fouesso , fau pas lou fin,
Que noun m'arribe un escaufestre ;
Toujours triste, toujours chagrin,
Voudrieu sache ce que poou estre ;
Senso i'ebro, sieu languissen
Et abima din la tristesso,
Meis eueils coumo un marlus puden,
Si resentoun de ma feblesso,
Fau de songis toutto la nud ,
Resauti coumo uno rascasso,
Em'encaro un gaveou sieu cué,

SOPHIO.
Vouestreis man sembìoun à la glassò ;
Foou assagea , riscas pas ren,
Sur-tout prengues gés de remedi,
Aquo farà ni mau ni ben ,
Es lou secret de la coumedi,
Voules-ti moussu Quinquina,
Es un medecin à la modo ,
Fourra ben tout examina ,
Car an tous la memo metodo,
Après lou mandaren sai*qua ,
Segur si l'ara pas attendre ,
Mai gardas-vous de v'embarqua,
Doou bouticari l'oou ren prendre,
Es un cousinié dangeiroux ,
Doueis pouelouns em'uno toupino ,
De meou , d'iierbos, em'un bouen pous
Es lou cabas de sa cousino.



*+*+*+*+*+*+*


SCENE III.
PARRETY, SOPHIO, MAUBASTY.

PARRETY.
Lou trouvaran à soun houstau ,
Maubasty farà lou messagi.

SOPHIO.
Vai leou, dien qu'isto à n'un plus bau,
Tout-à-lait au bout doou vilagi.

PARRETY.
Es à prepari de l'escouta ,
Foou pas mangèa lou pan deis sagis,
N'aurai pas l'esiupidita.

SOPHIO.
Gardas-vous de seis abeuragis,
Es facile do si troùmpa ;
Car lor-'-que cresen de ben faire,
Lou plus souven sian attrapa,
Foou prendre garde de mau'traire.

PARRETY.
N'agués pas paou, risquarai ren ,
Sabi ce qu'es la médecino ,
Aqueou que si fiso.à l'euguen ,
Soou pas que mette à la tornitine

SOPHIO.
Maubasty, ti sies despacha,
Nomi si poou ana plus vitte,
Aquotto s'apello marcila,
Ei Cambos a tout toun meritte ;
Ausi venir lou medecin ,
Escouten ce que nous va dire ,
Dien que toujours parlo latin ,
Es segur que nous fara rire.

lundi 16 mai 2011

Alan Broc : Aimez-vous Dashiell Hammet ?

.






Aimez-vous Dashiell Hammet ?




Ieu, pas tant qu’acò.

Belcop d’Americôs te dizou qu’o inventat lou rouman poulicier mouderne e ieu pensi qu’acò’i pulèu David Goodis. (Aven ja parlat de guel soubre Marsyas2) Me dirés qu’acò depend de ço que sounes lou rouman poulicier mouderne.

Trobi las intrigos d’Hammett souvent trop coumplicados, e que si persounatges parlou trop. Amm’ acò cò’i bessai la vertat qu’es un di primiers qu’es sourtit del rouman à enigmo. Se bouto pas en rivalitat ammé lou legèire per sabér quau es l’assassi. Lou legèire o pas cap de mejan d’hou sabér.
Dounc, cò’i vertat, li roumans pouliciers de Dashiell Hammett pourriou èsse un primier pas vel rouman negre.

Alèro d’ounde ve lou plazi d’agacha « the maltese falcon » de John Huston ?
De sigur lou joc d’Humphrey Bogart es excepciounau dien aquel film ; mas per tant bèl que saio un actour, se lou film es pietre, l’actour sufis pas à n’en faire una grondo obro.


La Warner Brothers qu’avio croumpat li drèits d’adaptaciou del rouman avio ja fat duos autros versious :
- uno en 1931, que se sounabo « Una fenno del mounde ». Se centrabo soubre l’erouïno feminino que meno un double joc de seducciou e de coubeitat, talomen que chambiabo l’equilibre de la narraciou e que l’enquisto n’en devenio segoundàrio.
uno en 1936 ammé Bette Davis en fenno fatalo. Lou film se sounabo « Satan o rescountrat uno damo ». Lou detective Sam Spade èro jougat per Warren Williams, actour seduzent, que faguè justomen un play boy mai qu’un detective.
Amm’ acò lou realisatour avio decidat de beila un toun coumique à l’ensemble, e lou falcou maltés, l’estatueto, èro estat remplaçat per una corno de brumo dien laqualo lis eròs bufabou en counflant lei gautos de manièro ridiculo. Ero també malaizit de counsidera aquelo corno coumo chicom de precious que justifiquèsso qu’on tuèsso per guelo.

Maugrat lou prestìgi di dous interprètos principaus lou film aguè pas de succès.
John Huston èro scenaristo à l’epoco e cò’s un pauc per astre qu’Howard Hughes li fizè la realisaciou, essencialomen per que lou film, que se coumpausabo de dialogues, avio un budget tout pichou.
John Huston pensè cossé à Bogart per interpreta lou rolle de Sam Spade, mas la prouducciou voulio George Raft, plô mai counegut.
Per quonho razou Raft refuzè lou rolle ? cachet trop pichou ? scenàri que l’interessabo pas ? film sèns ambiciou ?
Tant i o, aquel refus aurò lançat la carrièro d’Humphrey Bogart.

En refuzant aquel rolle en 1941, George Raft faguè siguromen una grondo errour.
So qu’espanto es que la tournè faire en 1942 en refuzant lou rolle de Rick dien « Casablanca » quand pamen John Huston èro devengut plô celèbre !


De sigur Bogart soulet aurio pas fat lou succès del film se lis àutris actours èrou pas excelents també. Lou rolle de Peter Lorre es lou milhour de sa vido à moun vejaire, e sèi estat countent de legi recentomen qu’acò’i ço que dizio guel també.
Peter Lorre, austïan refugiat is Estats-Units per anti-nazisme, èro un actour recounegut.

(Pel mounde que s’interesso ei lengos aujoulencos, chau sabér que sa lengo mairalo èro l’eslouvaque. Soun lioc de naissenço es agaro en Eslouvàquio.)

Mas aquelo mountonho, aquel petassau d’ome que jogo lou meissont, Sydney Greestsreet, avio pas jamai fat de cinema à l’atge de 61 ons.

Acò èro un actour de teatre, qu’aguè la ganso tout lou temp d’aquel primier film. On hou dirio pas à lou vèire talomen à soun aize, en aparéncio, dien soun rolle.

E pamen damandabo timidomen après cado sceno : « Acò vai ? Sèi estat boun, enfi vole dire, acciptable ? »

Acò’ s amm’ aquelo umilitat que faguè lou rolle de sa vido guel també.


Ж


D’esplicacious americanos del succès del film



Belcop d’especialistos d’Hollywood ou que se crezou taus dizou que lou succès del film ve de la tensiou de Sam Spade entre l’amour e lou devér. Sario amourous d’aquelo fenno manejairo mas coumo guelo o tuat ou fat tua soun coulego detective, pot pas deveni soun coumplìci e la liéuro à la poulìcio.


Acò’s una visto de persouno qu’o legit lou scenàri à coustat del film.

Mas per quaucun qu’es un fintaire lambda, qu’o agachat lou film sèns ris n’en sabeire à l’avanço, Spade parèis pas forço amourous. Aguèri pulèu l’impressiou que jougabo al chat e à la mirgo amm’ aquelo fenno, jougado per Mary Astor, per que, un cop qu’o coumprés qu’èro messourguièro coumo digu, o coumprés també que chalio li soutira la vertat dapassou.


Per ieu l’encant del film es endacon-mai, amai se podi pas l’esplica coumpletomen.

Pensi qu’acò ve en grondo partido de la beltat de la foutougrafìo. Amai se tout se passo en vilo e se la finèstro del burèu di detective douno soubre un païsatge industriau sèns amo, lou biais de filma e de jouga ammé la lutz, tant impourtanto en negre e bloc, beilo uno impressiou permanento de pouesìo.
Qu’acò saio uno persouno que chamino soubre un trepadour, ou l’erouïno que prend l’ascensour e qu’agacho per li traucs de la grasilho de la porto, tout es jinte.


Bessai qu’à coustat d’aquelo coustataciou counsciento, i o un encant sub-counscient.
Lis « especialistos » d’Hollywood dizou que toùti li persounatge aun de counsisténcio, d’espessour, brèu uno persounalitat ben dessinhado, li quites segounds rolles.

Bessai que i o també cò, de persounatge intenses, e dirio, chicom de mai, de caros, de caros vertadièros.

Acò’i pas coumo dien li films americôs de uèi (e pas soulomen americôs çaquedelai) toujour la mèmo istòrio entre un drolle fat per èsse manequin e una bloundo de magazine.

Qu’enchau del scenàri. Hou torni dire, li scenàris de Dashiell Hammet m’interessou pas.

La qualitat del scenàri es que li persounatges sou pas estats destrïats segoun un esquèmo estetique à la modo. Aun lours caros, lei caros de lour epoco, lei caros de lours gènes, ammé la diverstitat encantarèlo de l’espécio umano.


Amai se mostro la coubeitat la mai cruzèlo e de persounatges ben ambigus puèi que lou quite erò pousitieu es be criticable – coejo ammé la fenno de soun milhour amic, es batoustier, messourguier, manejaire – « lou falcou maltés » es un imne à la beltat de l’ome.





.

samedi 14 mai 2011

J E Castelnau : LOUS PASSEROUS DAU CLOUQUIÈ

.



LOUS PASSEROUS DAU CLOUQUIÈ

AS AMIS DAU VILAGE




Ai vist au clouquiè dau vilage
De passerous basti soun nis.
Lous tuies pas, série daumage :
Regardas couma soun poulits !
Portou lou noum de gïroundellas ;
Soun pas impourtuns à nourri...
Au printèms, negras ribambellas,
Chasque an, lous vesès reveni.

Vautres qu'aimas lou printèms e las flous,
Devès aima lous passerous.

Van se gaià sus la ribièira
Que raja au pèd de Castelnôu ;
Amai volou sus la pessièira,
Lous mouliniés ié fan pas pou.
Bècou, tout en batènt de l'ala,
L'esterigagna au cruvelet ;
E fan pas couma la cigala,
Que pèr cantà mouris de set.




*+*+*+*+*+*+*




LES OISEAUX DU CLOCHER
AUX AMIS DU VILLAGE

J'ai vu au clocher du village — des oiseaux construire
leur nid.— Ne les tuez pas, ce serait dommage:
— regardez comme ils sont jolis ! — Us portent le nom
d'hirondelles; —ils ne sont pas importuns à nourrir...
— Au printemps, noires ribambelles, — tous les ans,
vous les voyez revenir.

Vous qui aimez le printemps et les fleurs,— vous
devez aimer les oiseaux.

Ils vont s'égayer sur la rivière — qui coule au pied
de Castelnau 1; — quand même ils voltigent sur la
chaussée, — les meuniers ne leur font point peur. —
Ils becquettent, en battant cle l'aile,— l'araignée dans
sa toile; — et ne font pas comme la cigale, — qui pour
chanter meurt de soif.




.

mardi 10 mai 2011

Paul Froment : ESPERENÇO - 1897 - Villeneuve sur Lot

.





ESPERENÇO


*-*-*-*-*



A l'amic A. Salères.

Lou roussignol m'a dit : « Cantaire,
Que t'enrauces ô paure amit ;
Galo te, bai,'podes te taire,
Ço qu'as dit, pla d'autres z'an dit !
Tu, pouèto ?... nou, rimalhaire !
Ta muso, bestido en pelhaire,
Dins soun èl n'a pas un esclaire,
Sus soun frount n'a pas cat de rai !
Ta liro s'esclafalho touto,
Tindo coumo uno esquilo routo...
Resto dounc mut, crei m'en ; escouto
Ma cansou que belèu bal mai... »

La margarido de las prados
M'a dit : « Jouvent, perque canta
Se las aurelhos soun barrados,
Se digun ben per t'escouta?
Perque fa pintra la berduro,
Lou soulel que nous escauduro,
La beutat que passo ou que duro,
— Lun sans oumbro e flambo sans fun —
Lilas, rosos, pimpareletos?...
Parles pas mai de las flouretos :
Al loc de canta mas sourretos
Culis los, beu-n'en lou parfun...

La filheto bruno e mignardo,
Al parla tant dous, à l'èl biu,
Que, risento, sus soun frount gardo
La frescou d'uno nei d'estiu
Mesclado à la blancou del lire,
Aro m'a feit, en un sourire :
« Dins tous bers aï loc de tant dire
Que sei bèlo e que m'aimarios;
Prend dins toun bras ma talho prino,
E perque tant crides famino
D'un poutou, sus ma gauto fino,
Cal t'arresto, se lou boulios?... "

E las estèlos que lusisson
De lassus m'an cridat : « Efan,
Per nous aus tous cants espelisson,
Mes de tas rimos nous trufan !
Boudrios sabe ço que se passo
Dins l'estendudo ount Diu nous casso?...
Mes ia pas caminol ni traço
Qu'aissi posque un jour te mena !
Daban lou cèl toun ourgul toumbo ;
Soùrtiras jamai de ta coumbo
Que per dabala dins la toumbo
Ount, per forço, te cal ana ! »

*-*-*




Atal m'an parlât l'esteleto,
La flou, l'antge e lou roussignol.

Te cantarei dounc, ô filheto
Sans doulou penjat à toun col ;
E se d'ausi moun cant d'agasso
L'ausèl del bos fai la grimaço,
Trobo mai de brut que de graço
Tant pis ! mes, jou, boli canta...
Pintrarei las flous qu'abrièl meno ;
E, se la terro es ma cadeno,
La mort ressegara sans peno
Lou nouet que m'empatcho à mounta ...



Flous de Primo
Rimos d'un pichot Paisan

de Bilonèvo sur Lot
1897
.

dimanche 8 mai 2011

Miquèu de Camelat : La couhessiou dou Yantin

.





La couhessiou dou Yantin


Que credet lhèu qu’en éy aymades quoandes e quoandes ? Nou, mics, sounqu’ûe. Qu’ère ûe yoenote dous sédze, péus blounds coume û cabelh de hourmén, dab lous oelhs blus e pregouns drin eslamats, d’aquets qui-b sémble dise : « Oun bas, gouyat, hè-t ença, estangue-t drin » e beroy hèyte, e û balans de la soue persoune quoan anabe sou cami qui-b dabe û truc dous pesants au co.

Quoan de cops m’en èri anat assède debat û espi-blanc, sabé quoan tournèsse de la borde ! Qu’èri tout sé a d’aquet arcost a demoura, a demoura. Que coumpreni lou truc dou sou esclop s’abè plabut, lou lis de la soue espartégne leuyère, se lou tems ère sec. Que bedi la soue oumpre suban l’escuride, de bèt tros loegn enla, ou sounque de près, soubentotes que cantabe d’ûe bouts clare, qui-m boutabe en ûe langou estounante. Quem passabe daban, sénse que s’en mench-hidèsse, e lou sou esclop, ou la soue espartégne que-s hasèn perdedis dens l’oumpriu de la noéyt.
Que la parley û cop de que y abè danse per la hèste au cap dou pount. Nou séy quin s’y èrem escaduts ûe doudzéne d’esbagats, tourneyan entre nous auts e espian se bère gouyate, au yessit de misse, e seré per aquiu ta l’estanga, ta l’estira drin de bou grat, drin per force, dinque au miey de l’aròu. Permou dou mè tems, sabet las gouyates n’èren pas mètches en fèyt de danses. Que las calè parla tout dous, de loungue ma ença, ha-us prouméte hère de dies per abance, e encoère n’èrem yamey segus de que bienerén. Are tant per tant se-s dits que y a bal en quauque loc, que b’en arribe û echàmi.
La Martine — qu’ère lou noum de la gouyate — e you, que-ns en dèm quauques tours amasse. E, lèu, de pòu de las machantes lengues e dous crits qui-u hasouren a case, que s’ère escapade, lèu hèyt.
Nou y a pas per dise, aquére que m’abè gahat ya. Que-ns e boulèm. E medich que coundaben de-ns marida ta la fî dous tribalhs. N’abi qu’a ha la demande e oérat quin, û sé, m’en anabi decap au sou pay: — Escoutat, mèste, la Martine que-m plats. Se la hasèm ? Se-b anaré de que-ns e maridèssem aquéste abor ?
L’òmi, mudat coume û bencilh qui-s desplégue, que s’ère quilhat e dab lou cap adendarrè, e ûe arrise trufandère sous pots :
—Quio, hòu, e aquére que t’as pensade ?
— E o, s’ou hey.
Lou me o, qu’ère û o tremoulent. Ta dise la bertat, nou sabi oun hica-m e la hounte que-m prenè, daban aquet bielh qui sénse disé-n mey m’espiabe dab lous sous oelhs ardouns, la bouque miey oubèrte, coum se se-m boulè minya.
S’ère estat de las mies traques, s’abè coundats sounque bint ou bint e cinq ans, que m’aberi yetat lou berret per terre, que m’aberi tirat la bèste e que l’aberi dit sénse mequeya : Tè, se-t sentéches nèrbi aus canets, que s’y bam ha drin touts dus. Amasse-m lou berret se gauses ! Mes, ta û òmi atau, tiran sus lous sichante, n’abi pas lou courau dou ha miasses. E puch, qui sab, oey nou-m boulè decha marida, permou de quauque hum qui-u gahabe, mes lhèu dab paciénse — e lous maourous qu’en an — tout que-s decidère autaméns. Labets que-ns en estèm sénse nat aute mout lous dus òmis. Et, û cop qui m’abi hort espiat, que-s tirè dou puchéu en hèn courre lous calhaus dou cami dab lou sou bastou d’agrèu, e, you, que-m birabi ta nouste pleyteyan en you medich. M’èri mancat de nou tourna-u cachau ?
Nou, nou, tout bis se debèm èste û die pay e hilh, s’aboussem a bibe debat lou medich teyt que balè mey de que m’at beboussi are, sénse set, ta que nou-m digoussen û die : Qu’abèt hèyt au patac l’aute cop !
Lou sé, coum de coustume, e la lue que courneyabe au pè dou cèu (qu’èrem dens û tèbe brespade de yulh), que m’escadi daban la frinèste de Martine. D’ourdenàri que y’ère a demoura-m ou senou ta que s’amièsse lèu que sabi pla balha tres trucs sou sòu, que coumprenè e nou trigabe de paréche. Coum n’ère enloc que dèy atau dab lou bastou, mes endeballes.
Sèt ores que sounèn. Que m’apressèy de la frinèste, e qu’entenouy lou pay a crida : Qu’ou bos aquet nou-m hasses dise que, qu’ou bos ? — O qu’ou bouy ! — E bé prén-lou-te, mes que-t sie per dit, nou tournes mey ta case. Oeyt ores qu’arribèn e yamey nade Martine. Mau qu’anabe ta nous auts. Batala ya hasèn deguéns, mes de mey en mey tout dous, e nou-n gahabi nat moutot. E calè demoura toute la noeyt enquio la maynade s’en biengousse abriga-s debat la mie cape ?
Ballèu n’entenouy mey nat marmoulh ; que mourin las candéles au cournè dou hoec, e que s’adroumin en case de Martine. Que hasouy dus ou tres passeys encoère e, tè, que m’en tournabi.
Lou sé despuch, a las mediches ores, que-m escadi au pè dou frinestot.
Mes, autalèu la porte que s’aubrech e, plouricouse, Martine que-m hè :
— Saube-t Yantin, a nouste nou bolen mey aço. Pay qu’a dit que meylèu
que de decha-m marida, que-m tuaré d’û cop de destrau !
— Bo, bo, tua-s la hilhe permou d’amourétes, mes nou bas pas escouta !
— Que bos que hàssi ! e tournè Martine
E aco dit, sense mey, que-m barrabe la porte d’û patac. E you, esbaryat, nou sabén mey oun da, que courrouy bères pauses dens la noeyt escure, que biengouy escouta encoère e ha dou pèc au ras de la frinèste. E, quin la troubats aquére, mes qu’èri hòu, coum s’ère tout aco û sauney, qu’anèy assedé-m au pè de l’espi-blanc a espia lous lugras qui acera hore, e lusiben e perpereyaben…
Quoan, a bèts cops e passi au ras d’aquet arboulet, au cap de tandes ans, que-m balhi ûe sarrade, mes pensat, nou m’y estangui mey.


Miquèu de Camelat,
Bite bitante,
1937.



*-*-*-*-*-*-*




La confession de Jeannot



Vous croyez peut-être que j’en ai aimé des mille et des cents. Non, mes amis, je n’en aimé qu’une — une seule. C’était un vrai bouquet de jeunesse. Seize ans, des cheveux blonds comme les blés, des yeux troublants d’un bleu sombre avec, au fond, une petite flamme, de ces yeux qui semblent dire : « Mais où vas-tu, jeune homme, viens donc par ici, arrête-toi un peu ». Elle était faite au tour et savait si bien bouger son corps en marchant que mon coeur en battait la chamade.
Combien de fois ne suis-je pas allé m’asseoir sous un buisson d’aubépine à épier le moment où elle sortirait de la grange ! Soir après soir, j’étais à l’affût et j’attendais, j’attendais à n’en plus finir. Je reconnaissais le clapotement de son sabot sur la terre gorgée d’eau et, par temps sec, le glissement léger de sa sandale. Je guettais l’ombre de son corps sur le chemin, longue et de loin venue, ou bien courte et toute proche, selon la clarté du jour. Il lui arrivait bien souvent de chanter d’une voix claire qui pénétrait mon coeur d’une étrange langueur. Mais elle passait sans me voir, et le bruit du sabot ou bien celui de la sandale allait se perdre dans la profondeur des ténèbres.
Un jour, je lui ai parlé pour la première fois, c’était la fête du village au bout du pont. Je ne sais trop comment on s’était trouvés là, une douzaine de gars à glandouiller et tourner en rond pour voir si quelque jolie fille, après la messe, ne passerait pas de notre côté. On l’aurait arrêtée, et de gré ou de force, un peu des deux, on l’aurait entraînée dans le cercle des danseurs.
C’est que, de mon temps, voyez-vous, les filles ne se laissaient pas si facilement inviter au bal. Il fallait leur parler avec ménagement, bien préparer son affaire et leur arracher longtemps à l’avance la promesse d’une danse, sans du reste être jamais sûr qu’elles viendraient. De nos jours, pour peu qu’on sache qu’il y a bal quelque part, il vous en arrive en veux tu en voilà.
Ce jour-là, Martine et moi — Martine, c’était son nom — on s’est fait quelques tours de danse ensemble. Mais, tout d’un coup, par crainte des commérages et des engueulades à la maison, là voilà qui s’échappe sans crier gare.
Il n’y a pas de doute, cette fille, elle m’avait tourné la tête. Et on voulait se marier. On avait même prévu la noce à la fin de l’été, une fois achevés les travaux des champs. Je n’avais qu’à faire ma demande. Un soir, donc, je vais voir son père et je lui dis :
— Voilà, maître, la Martine me plaît. Si on fixait une date ?
Ça vous irait qu’on se marie à l’automne ?
Tel une branche pliée qu’on relâche d’un coup, l’homme s’était redressé et, le menton en avant, un sourire narquois aux lèvres, il me lance :
— Ben voyons, t’as sorti ça de ta petite tête ?
— Ben oui, que je lui fais.

J’avais prononcé ce “oui” du bout des lèvres. En fait, je ne savais pas où me fourrer, j’étais saisi par la honte devant ce vieil homme qui, sans un mot de plus, m’examinait de ses yeux ardents, la bouche entrouverte comme pour me bouffer. S’il avait eu mon gabarit, s’il n’avait eu que vingt ou vingt cinq ans, je t’aurais flanqué mon béret par terre, j’aurais tombé la veste et je lui aurais fait, sans mâcher mes mots : « Eh, oh !, si t’en as, viens donc en tâter un peu. Ramasse-moi ce béret pour voir ! ».
Mais, étant donné l’homme que c’était, bientôt la soixantaine, je n’avais pas trop envie de le provoquer. Et puis, aujourd’hui il ne veut pas entendre parler de mariage, allez
donc savoir pourquoi, mais peut-être bien qu’avec un peu de patience — il en faut quand on est amoureux — il pourrait changer d’avis. Alors, lui et moi, on en restés là. Après m’avoir dévisagé tout à son aise, il a vidé les lieux en frappant les cailloux du chemin de son bâton de houx. Moi, je suis rentré à la maison en gambergeant. J’aurais dû lui en mettre une ? Non, non, tout compte fait, si on devait un jour être beau-père et gendre, si on était appelés à vivre ensemble sous le même toit, autant en avaler une de couleuvre, et sans renâcler, qu’on n’aille pas nous dire ensuite, un de ces quatre : « Vous avez tout de même eu une prise de bec ! ».
Le soir même, il y avait un croissant de lune à l’horizon — c’était une tiède soirée de juillet — je me pointe comme d’habitude devant la fenêtre de Martine. D’ordinaire, elle attendait mon signal et venait sans tarder ; je frappais le sol trois fois de mon bâton, j’avais pris le coup ; elle comprenait et se montrait bien vite. Ce n’était pas encore l’heure, mais j’ai quand même fait le signal. Pas de réaction. Sept heures sonnent.
Je m’approche de la fenêtre et j’entends son père crier : « Tu le veux ce… ne me fais pas dire quoi… tu le veux ? ». « Oui, que je le veux ! ».« Eh bé, prends-le, mais ne remets plus jamais les pieds ici, tiens-te le pour dit ! »
À huit heures, toujours pas de Martine. On était mal partis. À l’intérieur, ça discutaillait toujours, mais de moins en moins fort et à la fin, je n’arrivais même plus à distinguer un seul mot. Vous croyez que j’aurais dû rester planté là toute la nuit, attendre que la gamine vienne se réfugier au creux de mon épaule ?
Bientôt je n’ai même plus entendu le moindre chuchotement ; au coin du feu, les bougies s’étaient éteintes. Toute la maisonnée était endormie. J’ai encore fait les cents pas puis, que voulez-vous, je suis rentré chez moi.
Le lendemain soir, à la même heure, je reprends mon poste en face de la fenêtre. Aussitôt la porte s’ouvre et Martine vient en pleurnichant :
— Sauve-toi, Jeannot. Chez nous, on veut plus de ça. Papa m’a dit que plutôt que de me laisser t’épouser, il me tuerait à coup de hache
— Bah ! tuer sa fille parce qu’elle a un amoureux, tu ne vas tout de même pas le croire !
— Que veux-tu que j’y fasse ! me rétorque Martine.
Sur ces mots, pas un de plus, elle me claque la porte au nez.
J’en ai été tourneboulé, je ne savais plus quoi faire, j’ai couru longtemps dans la nuit noire, puis je suis revenu écouter à la fenêtre, pauvre petit imbécile que j’étais. Qu’est-ce que vous en pensez ? J’avais perdu la tête, c’était comme un mauvais rêve. Je suis allé m’asseoir au pied du buisson d’aubépine, perdu dans la contemplation des étoiles qui, tout là-haut, brillaient et scintillaient.
Quand, bien souvent, je repasse devant ce buisson, au bout de tant et tant d’années, j’ai comme un serrement de coeur, mais, croyez-moi, je ne m’arrête plus jamais.

Traduit du béarnais
par André Joly-Suberbielle
Sa bio en cliquant ce lien

.

vendredi 6 mai 2011

Nicola Dal Falco : 2 testi - prosa & poesia

.




ferrovia



va travasando immagini,
la ferrovia, dal paese all’occhio,
luoghi che, per questo andare
dentro la cornice di un vetro,
sono memorie, epiteti di cose
in vita,
come quel fico che abita
il casello,
lo copre e abbraccia
dall’interno, dall’unico scoperchiato vano,
ancor più grande, nudo
e grigio.




*-*-*-*-*-*-*






18 aprile 2011



Chiarone


Compare un paesaggio disposto su linee parallele: gli ocra bruciati, i verdi tenerissimi, quasi lilla e quelli argentei delle siepi che lasciano intravedere il baffo ventoso del Tirreno; un fiorire orizzontale, a strati, perpendicolare a cosa? a chi?
Né le nuvole, né il gregge, ma un uccello immobile è lume, foglia d’oro, eidos.
Lentamente, per via taumaturgica, troviamo posto anche noi, scivoliamo nel quadro con la luce del tardo mattino.
Non so se questo avvenga da un punto preciso, da un gorgo centrale, dalla ripa magnetica, mascherata ai piedi del pioppo nero, carico di rami spezzati o piuttosto ripetendo la traversata lungo le linee dell’ordito, scorrendo con lo sguardo da sinistra a destra e da destra a sinistra.
Ma è proprio in questo deambulare di margine in margine, in questo zigzagare, avvicinandosi inavvertitamente e fatalmente alla linea dell’orizzonte, che si raggruma tutto il fervore della visione; seguendo il movimento della spola e del pennello, allacciati all’immaginaria spirale che trasporta in su e in giù la luce del tardo mattino.
Così da versare (obliare) il fremito d’ore che come patina veste un tratto di costa e campagna, di levigata pittura, immemorabile, perché intrisa di chissà quanti sguardi.


Quali significati, allora, potrebbe mai svelarci il termine “astratto” se non una più appropriata trasmigrazione e sintesi nel suo opposto fino a preferire l’elegante facezia della parola “presenza” che dà corpo al ronzare del tempo?
Oltre, ubiqua e perfetta, regna l’assenza.




.



mercredi 4 mai 2011

Li Pimpinello ourganison pèr lou dissate 21 de Mai de 2011

.



Coquelicots à Bouzigues
Photo : Eric Goudard

de Bouziguas


L'asouciacioun « Li Pimpinello » ourganiso pèr lou dissate 21 de Mai, uno chanudo mièjo sus lou tèmo de la naturo e dóu jardin : « Un tantost au Jardin » .
Acò se debanara dins un jardin assouciatiéu, à Castèu-Nòu de Gadagno, 500 camin di Matouso, de 13 à 22 ouro.
I'aura lou tradiciounau tro de planto e un fube d'autris animacioun: espousicioun de planto sóuvajo manjadisso e la tastadisso de quàuquis uno de mis especialita; i'aura perèu la farandoulo dis espavèntau ( poudès adure lou vostre !) pièi pourès segui de pichots itineràri acoumpagna pèr descurbi li bestiouno di campas o di camin. Em'acò i'aura encaro un fube d'animacioun pèr li pichot:
atalié de dessin em'un artisto, counte e bibliouteco , countino e danso prouvençalo, jo eme lou pantin que fau descurbi e faire sauta. I'aura perèu de musician que barrularan demié li rego de lièume; à nue, poudren manja souto lis estello ! Intrado d'a gratis.

S'avès besoun d'entre-signe, me poudès souna au 04 90 22 00 83 Michello

( que sièu perèu la secretàri de l'assouciacioun « lou Pont de Garanço)





Faire couneissènço emé l'assouciacioun » Li Pimpinello »
de Castèu-Nòu de Gadagno


Aquesto assouciacioun es nascudo vaqui cinq an, de la voulounta de tres persouno desirouso de coungreia un maiun de jardinié afouga, e d'óufri, dins lou debana de nòsti rescontre, forço miés qu'un escàmbi de planto e de grano, un liò pèr lou partimen, un liò dedica à la naturo souto tóuti si formo, un liò pèr s'esmeraviha e s 'assabenta, mai perèu pèr estigança de pratico jardiniero respetouso de l'envirounamen..
Ansin, pau à cha pau, avèn avança, tóutis ensen, dins la preso de counsciènço d'un necite respèt de la bioudiversita.
Partènt dóu coustat qu'aprene à counèisse, es aprendre à respeta, aven adóuta de cambado de sensibilisacioun dins aquelo direicioun.
Aprendre que lis insèito, destrùssi pèr d'ùni, soun part acò de grands alia dóu jardinié, e que quand se classon pas demié lis « aussiliàri », sa plaço dins la tiero alimentàri es incountestablo.
Apprendre à counèisse la floro loucalo espountanivo, li planto de nòsti jardin e de nòsti camin: « indesirable, marridis-erbo »,n' en counèisse lis usage, e meme culinàri, n'en descurbi si vertu e sabour particuliero, es adeja li regarda d'un autre biais e ié counferi uno autro plaço dins noste envirounamen.
Apprendre à respeta lou mitan que nous enviróuto en tenènt comte que chasqu'espèci vivènto, planto o insèite a sa plaço dins aqueu fréule equilibre naturau, dins aquelo grando cadeno nourriguiero, que n'en sian, nàutri, uman, qu'un di maioun entre lis àutri.
Aguènt planta caviho à Castèu-Nòu-de-Gadagno, rode istouri marcant dóu Felibrige, lou liame emé la lengo prouvençalo, « Lengo-Nostro », s'es impausa de fa, pèr lou plasi inmènse de parteja aquelo culturo que nous caviho tant founs à noste terradou em'aquèli que rarejan dins aquelo bello aventuro.
De pèr sa dimensioun pouetico, la lengo prouvençalo, mai que tóuti lis àutri, nous parlo dis ome e di liame qu'an tèissa despièi toujour emé li planto.

Es ansin que dous cop l'an, nosto assouciacioun prepauso de journado festivo duberto en tóuti. N'en vaqui lou trin.

Au mès de Mai, « Un après-miejour au jardin » acueio li vesitour e trocaire dins un jardin associatiéu, jardin parteja. En mai dóu tradiciounau tro de planto, mant d'uno animacioun saran prepausado: fabricacioun e parado d'espaventau, la bioudiversita dins la sieto em'uno espousicioun tastadisso de planto sóuvajo manjadisso, conte pèr lis enfant, jo, e pèr acaba à la belesso e en musico, restauracioun souto lis estello !
Lou proumié dimenche d'Óutobre, noste « Jardin d'Autouno » acueio li vesitour au « Castèu de la Capello » de Castèu-Nòu-de-Gadagno. Touto la journado: counferènci, animacioun e espousicioun. ( en 2011, li tèmo de la journado soun :li parpaioun e li planto teissedisso e tenchuriero) Dins lou pargue, d'àutris animacioun e jo pèr lis enfant, intermèdi musicau, sènso óublida lou tro di planto. Restauracioun e begudo sus plaço. Intrado d'a gratis pèr n'en garanti l'abord en tóuti.

Pèr l'annado 2011, li dato à marca soun: lou 21 de Mai e lou 2 d'Óutobre.
Pèr lou detai, lis infourmacioun saran dounado pèr l'afichage, la presso quoutidiano loucalo, la radio loucalo e perèu pèr la presso naciounalo especialisado. Poudès perèu n'en cerca d'entre-signe sus la telaragno: www.les-pimprenelles.com o escriéure à lespimprenelles@sfr.fr

Michello Craponne