samedi 30 janvier 2010

François Simon : Nicola Dal Falco (ter)

.



I

arte regia


ricuoce e spurga il vecchio muro, ronzante
d’api o d’acque, secondo le stagioni che
s’arruffano tra loro, spedendo giorni torridi
e fruscianti, molti mesi, a caso;

si tiene in spalla il melo sul suo zoccolo d’argilla
e un resto d’orto, bruciato, a pomodori e verze;
a volte, rimane affacciato un cane, ma senza
dar di voce, solo spaziando con il naso l’orizzonte;

anche i pensieri s’acquietano sotto quel muro
che quasi abbraccia la finestra, da dove
volano parole grosse, stampatello,
nomi di zolfi e mercuri, inseguendo la sirena
che, schiva, nuota lungo la marina



II

luglio dei differenti

nei cieli del canto dove chiocciano nuvole,
rotolano uova d'oro e destini,
l'imperio di un gesto è il gesto,
piangenti mani, braccia e violoncelli,

là, dove la fiamma
è più astratta e dolente,
dove scarseggia il senno,
trova rifugio il cuore,
freccia paziente,
luna finita in gorgo;

per addolcire il caso
s'arruffa e celia la promessa d'amore
che tanto appare finta e mortale
da farsi obbedire, seguire, quando
dei ciechi è la danza, degli zoppi
il salto mortale:

parole cantate, vere, estreme d'incanti




III

San Fiorenzo


Cede l’onda all’onda la luce
e splende la riva di un vento propizio,

dono marino che invola colombi,
sgrava di fiori gli ogliastri,

coprendo e scoprendo di panni celesti
l’olimpo dei monti.


.

8 commentaires:

Avignon a dit…

Heu... le traducteur Google, il me sort une traduction qui a bien sûr perdu toute poésie, mais surtout à laquelle je ne comprends pas grand chose.
Ne peux-tu pas publier une traduction ?

Mathilde a dit…

Euh Sergi, pareil que Michel, je ne comprends rien du tout du tout ! Je t'ai déjà dit j'ai du mal avec le français, ma langue maternelle, alors le provençal !!!
J'aurais bien aimé pouvoir te faire un commentaire plus intelligent, mais là tu vois, c'est difficile !

. a dit…

Difficile de traduire de la poésie!!!
Le moi prochain l'on par sur un exercice périlleux traduire du Français en Corse, en Italien, en Roumain en Cévenol en Languedocien en provençal Rodhanien &... plus encore !!! Là il s'agit d'italien, lisez le à haute voix avec les son du latin & ou de l'espagnol & vous verrez la lumière...
Salut
Sèrgi

Avignon a dit…

Avec la musique c'est pas mal non plus mais cela ne réveille pas le sens... et pire, s'il y a du second degré ou des formes idiomatiques particulières...

. a dit…

Je ne vais pas me repeter en disant tradutore traditore (traducteur traître) mais traduire le poésie est la choses la plus compliquée...& surtout en italien avec la concordances des temps comme en provençal, & plus de 500 000 mots de vocabulaire bonjour...

Avignon a dit…

Peut-être que pour que la langue chante du sens à l'oreille, il faut qu'elle parle de choses d'aujourd'hui.

. a dit…

C'est de la poésie très actuelle qui évoque la vie, un espèce de flash, un instant volé.
Je viens de tenter une traduction avec Google, sur une poésie & en l'arrangeant ensuite, mais rien n'y fit, imprécise, contre sens, faux amis, traductions littérales & surtout aberrations!!!

Voilà...mon pauvre Michel

Mathilde a dit…

Pour la traduction du français en corse, bon courage, le corse à l'écrit c'est quelque chose !