mercredi 6 janvier 2010

uno receto de Peireto Berengier : La Poumpo à l’òli

.


Vous êtes gourmand(e) et ne savez pas lire le provençal?
Eh bien tant pis pour vous, ou prenez une bonne résolution pour 2010 apprenez-le !!



Poumpo à l’òli


500 gramo de farino
80 g de levaduro fresco
100g d’òli d’óulivo
125g de sucre fin
1 iòu 1 cuié à soupo d’aigo nafro (fleur d’oranger)
1 cuié à soupo de gran d’anis
Un pau de sau
----------------------------

Faire foundre la levaduro dins un pichot got d’aigo tèbo.
La leissa s’espoumpi.
Apoundre proun de farino pèr n’en faire uno pichoto boulo de pasto.
Metre aquesto boulo dins uno casseirolo d’aigo caudo (foro fiò). Remounto à flour d’aigo.
D’un autre las, mescla tóuti lis àutris ingrediènt emé lou rèsto de farino.
Apoundre la bou de levame.
Bèn pasta lou tout (apoundre un pau d’aigo, se besoun n’es).
Fourma dos boulo pariero.
Lis aplati au bestourtié.
Li metre dins de mole vougnu.
Lis entaia e li tapa d’un seco-man (pataioun).
Leissa leva 7 ouro pèr lou mens, dins un mèmbre caud e barra (bagnadou, proche lou radiatour).
Caufa lou four (200° vo termousta 6).
Bouta couire 13minuto.


.

3 commentaires:

Mathilde a dit…

Un pau de sau ? Un peu de sel ?
Si c'est juste, alors j'ai tout compris !
Mais Sergi, j'ai déjà du mal à bien parler français, je n'ai jamais été capable de parler le corse pendant 20 ans, je parle anglais avec l'accent espagnol et les espagnols ne comprennent rien de ce que je dis ! Tout le monde n'est pas doué !
Ceci dit, sympa la recette du pain !

fardoise a dit…

J'ai essayé d'apprendre, j'arrive à le lire, à le comprendre un peu lorsqu'on le parle, mais pour le lire c'est plus facile. J'ai aussi appris à faire la pompe à huile, mais il faut un tour de main que je n'ai pas.

. a dit…

Je suggère à ma chère Fardoise d'essayer avec la main gauche si elle est droitière, & inversement si sa dextérité est contrariée...
& puis pourquoi s'embêter le 31, nous étions à Sault nous nous sommes arrêtés chez un spécialiste, le résultat fut excellent un peu cher, mais bon le plaisir reste...

Merci de vos contributions


Lou Sèrgi