jeudi 14 mai 2009

Mario-Nadalo Dupuis nous propose «Clardeluno» vo Jano Barthès 1898-1972


Alchimie du verbe, modernité du trait, Marie Noëlle Dupuis, évoque en ces jours précédents Sto Estello, celle qui fut sa devancière au seins du consistoire du Félibrige (assemblée de 50 majoraux). Cette poètesse de Béziers nous a laissé une oeuvre simple naturelle, bien consciente de son temps & surtout enracinée dans cette tradition, où un jour un conquérant dit " Tuez les tous & dieu reconnaîtra les siens".
Arnaud Amaury parlait des bitterois lors de la croisade contre le Languedoc hérétique du XIIIème siècle...

Parlan gaire de femo e pamens sus « Jano Barthès 1898-1972» i’a matèri d’un oumenage. Fuguè la proumièro femo a rintra au counsistòri en 1941, elegido à la santo-Estello d’Avignoun, sus la cigalo de Beziés, la pouëtesso avié pres l’escais-noum de « Clardeluno » Jano Barthès nasquè pouèto naturalamen e la lengo d’O, que tenguè dóu brès, fuguè soun moutour principau.
A óusserva e estudia, soun tèms, soun envirouno, li mestié di champ, lis art e tradicioun lengadoucian. Lou cor matrassa, troubè soun ispiracioun dins la niue masco, la niue embelinairello. Soun obro eclectico touquè : lou tiatre, la pouësìo classico, l’etnougrafìo emé uno quisto rigourouso, de la tradicioun de-bouco (conte, cansoun, preguiero, nouvè, estùdi dóu costume, danso tradiciounalo, musico), dóu païs bezeiren. Foundè l’escolo de Trencavel e la revisto dóu mume noum. Fuguè tambèn musicologo e publiquè un cansounié e 1 disque, poudèn legi vo relegi quàuquis un de si libre :

- Lous Emmascaments e lous sounges (pouèmo)
- Escriveto (pouèmo)
- L’imagier (pouèmo)
- La Nèit d’estiú (dramo païsan)

Vaqui un de si pouèmo sus la lengo d’O qu’es mume à mand de mouri : CREDO soun crid pèr nous dire que la lengo mourira jamai. A retrouba lou tèms d’uno espousicioun jusqu’à la fin de juliet la lus e la recouneissènço pèr soun obro ufanouso.

Lou 28 d’abriéu 2010 à Beziers, mounte soun bust sara desvela au Platèu di Felibre,
i é sarem... coume se dis à Bésiès...


CREDO

NOUN ! MOURIREM PAS !...

Noun ! mourirem pas, nautres, lous Pouètos !
Mêmes se la niu un jour agouloupo
Aquel firmament ount beluguejàbem,
Menut estelum, astres manifics.
Mêmes se la Bèutat debiô fougir lou mounde,
Nautres renaissèrem
Tal lou Fènis antic !

Car pot plan, lou ciment mourgar la pèiro duro,
Sus la garrigo amount, la cabano liguro
A desfisat lou temps.
Se l’olgo del petrol debiò tuar las rosos,
Sus la garrigo amount demourariò ‘no roso
Tant que i aura ‘n agalancier...

Nautres mourirem pas, tant que dins lou campèstre,
Joust l’ouliu argental rebufelat pel Cers
Remountara del cor d’un mascle de la raço
La cansoun qu’autrescops i cantabo l’aujol.

Tant qu’un brout de rampan sus la muralho blanco
Exhalara soun amo al pèd d’un Crucifix ;
Qu’un goufre vielh recatara sus uno laisse
Uno antico Biblo de quièr.

Tant que dous èlhs umans s’alandaròu per veire
Flourir lou tapis mirgalhat de las sasouns ;
Tant qu’un jouve parel dins la nèit que s’estèlo
Agachara mountar la luno à l’ourizoun !

Tant qu’un crid de doulour mountara de la terro,
Que dous brasses se pararou, desesperats ;
Qu’uno amo de vingt ans fougira, vergougnouso ,
Un amour qu’on bigato, en trasso de mercat.

Tant que la Sereno de Mar,
Lous Esperits de la garrigo,
Cantarôu per un cor la cansoun des Mirages,
De l’aspro soulitudo
Ou del Païs Estrange,
E qu’un amo d’enfant descoubrira, ravido,
Lou Païs de Perrault, Walt Disney ou Bessou !

Mêmes s’uno affrouso menèstro
Proufano cado jour la Coupe de Gyptis !
Mêmes se Viviano a fougit Brouceliando
Ount rabaloun papiers, flàscous e ferre blanc !
Mêmes se lou tam-tam sauvage
Fa calar per un temps la liro de l’Elias !

Un jour reflourirem, amount, dins las estèlos.
Dins lou trésor qu’antan Dius nous abiò fisat,
Per un pople adalit pousarem à manados ;
E lou mounde, affamat, à la manno divino
Tourna parara sas dos mans.



CREDO
(Non ! Nous nen mourrons pas !...)

Non ! nous ne mourrons pas, nous autres, les Poètes,
Même si la nue un jour environne
Ce firmament où nous étincelions,
Modestes étoiles, astres magnifiques.
Même si la Beauté devait fuir de ce monde,
Nous sommes marqués pour renaître
Ainsi que l’antique Phénix.

Car le ciment peut bien marquer la pierre dure
Là-haut, sur la garrigue, la cabane ligure
A défié le temps.
Si l’odeur du pétrole devait tuer les rosés,
Sur la garrigue, il subsisterait une rosée
Tant qu’il y aura un églantier...

Non, nous ne mourrons pas tant que dans la campagne,
Sous l’olivier d’argent que rebrousse le Cers
Remontera du coeur d’un mâle de la race
La chanson d’autrefois que chantait son aïeul.

Tant qu’un brin de laurier sur la muraille blanche

Exhalera son âme aux pieds du Crucifix ;
Tant que l’on trouvera dans une vieille armoire
Une antique Bible de cuir.

Tant que deux yeux humains regarderont, avides,
Refleurir le tapis diapré des saisons.
Tant que deux jeunes coeurs dans la nuit étoilée
Regarderont monter la lune à l’horizon.

Tant qu’un cri de douleur montera de la terre,
Tant qu’on verra se tendre deux bras désespérés
Qu’une âme de vingt ans fuira, le rouge au front,
Un amour que l’on brade en rebut de marché.

Tant que la Sirène de Mer,
Les Esprits de la Garrigue,
Chanteront pour un coeur la chanson des Mirages
De l’âpre Solitude
Ou des Pays étranges ;
Tant qu’une âme d’enfant découvrira, ravie,
Le Pays de Perrault, Walt Disney

Même si d’affreuses mixtures
Profanent chaque jour la coupe de Gyptis !
Même si Viviane a fui Brocéliande
Souillée de papiers gras, verre vide et fer blanc !
Même si le tam-tam sauvage
Fait taire pour un temps la lyre de l’Hellas !

Un jour nous renaîtrons là-haut, dans les étoiles.
Dans le trésor que Dieu jadis nous confia,
Pour un peuple épuisé nous puiserons, prodigues.
Et le monde, affamé, vers la manne divine
De nouveau tendra ses deux mains.

1 commentaire:

Dedieu Jean-françois a dit…

un grand merci Marsyas. Te tourni veire beit que moun païre ven de me parlar de Clardeluno justoment à propou d'un article sur Antoni Ros, son ensemble de poemas Pescalunetos. Veni de publiar Lou Pastre e aven parlat de los pesco-luno de Lunel.
Al cop que vèn. Loucarigna.