samedi 30 mars 2013

Sextius-Michel : La cièuta de Marsiho - La ville de Marseille (bilingue)


.
 


La cièuta de Marsiho



Fiho de la Grèço, divino
E superbo entre li ciéuta,
Tu qu'abraso la liberta,
Que lou grand cèu clar alumino,

Toun scètre sus l'oundo se clino,
E ti veissèu s'envan pourta
Toun engèni e ta reiauta
Liuen en dela di mar latino.

Pèr lou negôci e pèr lis art
Pièi-qu'ansin brihes à despart
Dins la resplendour naciounalo,

O Marsiho, o vivènt calèu,
Te saludan, o capitalo
Dôu noble Empèri dôu Soulèu.



*+*+*+*




La ville de Marseille


Fille de la Grèce, divine et superbe entre les
cités, toi qu'embrase l'amour de la liberté et que
le grand ciel clair illumine.

Ton sceptre sur l'onde s'incline, et tes vais-
seaux s'en vont porter ta royauté et ton génie
loin au-delà des mers latines.

Par le négoce et par les arts puisque tu brilles
à part dans le resplendissement de la nation,

O Marseille, ô vivant flambeau, nous te
saluons, ô capitale du noble Empire du Soleil.







*+*+*

jeudi 28 mars 2013

J.H. Castelnau : LA PRIMA PASCA - LA PREMIERE PAQUE (1884 - bilingue)

.
LA PRIMA PASCA


A LOUVISA DE COSTE
Pèr lou jour de sa premieira coumuoioun


Vèn de s'esclairà dins ma vida
Lou pus agradiéu souveni :
Daujour quenosta ama ravida
Es sèmpre urousa de béni.

Couma la floureta espelida,
Doubris toun cor, Dieu vai veni,
Subre la taula enfestoulida,
Dins lou pan qu'adus l'aveni.

E pioi, laissa de ta bouqueta.
Fina, rouginella e blanqueta,
Gisclà lou perfum melicous,

Pèr que toun ange, Louviseta,
Poumpe de ta prima pasqueta,
Pèr lou ciel, l'espèr, qu'es tant dous !


29 de Mai de 1884.


*+*+*+*

 


LA PREMIERE PAQUE



A LOUISE COSTE
Pour ie jour de sa première communion 

Il vient de s'éclairer dans ma vie — le plus char-
mant souvenir : — celui du jour que notre âme en ex-
tase —est toujours heureuse de bénir.

Comme la fleurette qui vient d'éclore, — ouvre ton
coeur, Dieu va venir, — sur la table sainte ornée pour
la fête, — dans le pain qui procure l'avenir.

Et puis, laisse de ta bouche — fraîche, rose et blan-
che, — jaillir le parfum mielleux,

Pour que ton ange, Louise, — puise de ta première
pâque, — pour le ciel, l'espoir, qui est si doux!


29 mai 1884
.

mardi 26 mars 2013

Andriéu DUPUIS : PREGUIERO DÓU GARDIAN

.
 
 
 
 sur une idée d'André Vidal,
Bellegarde
 
 
 
 
PREGUIERO DÓU GARDIAN



De la palun,ma voues t'apello,
Segnour,que m'as fa coume siéu.
Car moun amo vanegarello
... A garda cregnènço de Diéu.

Ai pas toujour canta ta glori,
Souvènti-fes t'ai renega,
Counèisses bèn moun espelori,
Mèstre, souto ta lèi fau plega.

Souto ma cabano de sagno,
Ai pas fa que prega ti sant,
Siéu peginous,ai la malagno,
De viéuvre coume un sacripant.

Se m'es arrba pèr sansouire,
De béure un pau mai que se dèu,
Perdouno à l'amo pecadouiro,
D'un gardianas de daladèu.

Mai d'un cop, ai manca la messo,
Que deviéu courseja li tau,
Me n'en gardes ges d'amaresso,
Toustèms,aparo moun oustau.

Fai que la grnd'porto azurenco,
De toun cèu bade largamen,
Davans moun amo Camarguenco,
Quand mourirai,Segnour......
Amen.
Andriéu DUPUIS
 
Rèire Majourau dóu Felibrige 
e Rèire Capitani de la 
Nacioun Gardiano .

dimanche 24 mars 2013

Ch. Poncy : Lou Broussin

.





Lou Broussin 



Lei felibre sus tout fan de bèllei cansoun
Qu’an souvènt foueço rimo e gaire de resoun,
Sus lou soulèu e sus la luno,
Lei fiheto, lei flous, la mar, l’ivèr, l’estiéu...
Eu, moun paure broussin, degun t’a fa la tiéu,
E pamens, n’en merites uno.
 
———————————————- 




Lei feiniant qu’an d’escut fan fi dóu couissignous;
Dison que pico au nas e qu’es tròup vermignous,
Mai lou peisan , que buscho ferme,
E qu’a besoun d’un pòu si remouta lou couer,
Trovo qu’un bon broussin sara jamai proun fouert,
E que lei verme tuen... lou verme.

L’araire e lou magau li curon l’estouma.
Sus lou cop de miejour rintro au mas, afama,
alor, pèr alesti lei mucle,
Sus sa lesco de pan estènde lou broussin,
Lou manjo em’ un cebau, l’acabo en tres boufin
E dins soun sang abro mai l’uscle.

Quand la fiero d’Ouliéulo au mes d’avous revèn,
Cadun va de broussin faire sa prouvesien
Au bèu païs deis inmourtello.
S’en chabi à bouiòu, à cournudo, à quintau,
E tout bouen meinagié n’en prouvis soun oustau
Pèr au mens jusqu’à Santo-Estello.

E d’espèci, de sau, de vinaigre, de roum,
Arroso soun broussin que cuoi coume un pebroun:
Agues pas pòu que degun boude,
Ni mèstre, ni varlet, qu’ensin lou manjara.
Au mai sera couiènt, au mai sera sarra,
Au mai fara dreissa lou couide.

Car, quouro que l’anès, nuech e jour, dins lei mas,
Dins leis aubergo qu’an pèr ensigno un ramas,
Quand sias las, que la fam v’abrigo
Sus la taulo, à coustat dóu pan blanc e dóu vin,
De-longo trouvarés la jato de broussin,
E ve n’en liparés li brigo. 


 
Ch. Poncy
Touloun, 
1880




.

vendredi 22 mars 2013

Hubert Nogaret, écrivain du Bleymard - Lozère

.



Hubert Nogaret, 

écrivain du Bleymard


    Nous avons déjà présenté le site ami « lou bluma » et un poète de ce canton, Jean Jouve de Saint-Julien-du-Tournel. Il nous reste à faire lire l’auteur du blog « lou bluma » comme prosateur patois.
    L’histoire qui suit, parce qu’elle est écrite en graphie patoise (ceux qui n’aiment pas le mot « patois » disent « graphie impressionniste » ou même « graphie sauvage »), est-elle si difficile à comprendre ? C’est cet argument que nous servent les occitanistes pour imposer leur graphie unique de Nice à Bordeaux et de Montluçon à Narbonne, mais c’est un argument fallacieux : il suffit de connaître la langue réelle, la langue vivante pour pouvoir lire sans effort ce genre de texte (alors que la graphie occitane a cet effet magique : il n’y a pas besoin de connaître la langue pour la lire, il suffit de connaître le latin, l’espagnol ou le portugais, avec le catalan bien sûr…)

    Mais notre site étant « occitan free », nous nous adressons à nos lecteurs pour les faire juges de la « difficulté » de la graphie d’Hubert Nogaret. Ils auront peut-être une autre difficulté : ce texte est rempli de mots et d’expressions typiques (encore une difficulté que les occitanistes, dans leur grande sagesse, ont su habilement éviter : leurs textes sont pensés en français puis traduits mot à mot dans leur volapük médiéval)

    Ici, nous le redisons, nous avons affaire à un écrivain qui connaît très bien sa langue, et qui de plus a le souci pédagogique d’éclairer son propos en proposant plusieurs mots autour de la même idée, cf. le début du texte.
    Si toutefois vous trouvez le texte trop difficile, nous vous invitons à retrouver sa version en français dans le blog LOUBLUMA : c’est la « répapiade » n°6.
 


Yves Gourgaud, 
mars 2013.




*+*+*+*




Anén faïré lou lat

    Fouossos péisons, per counserba al frés lou lat dé lus douos ou très bachios, sacabou la marmito dinc un traou, uno baoumo, al rajïou d'uno  sourço, d'uno fuon, d'un bésaou ou dinc un clapas bien abritat.

    Lou lat si paousabo touto la nuèt et, lou mati, èro presté a escréma per tira la burado qué serbio a faïré lou burè ; lou restant èro cousoumat al déjuna ou passabo én froumatchiè, caillado ou rébérou.
    Un parel dé cops din l'annado, lous drolès dé séchè à dazohuièt ons  s'acantounabou  per coumplouta : " Dé besprè pourrion ana faïré lou lat del Vidal (ou del Marius, del Mouonti...). N'y  sios ? "    Toutés n'èrount !
    La nuet èro pas toumbado qué lou troupel d'argaliès se métio en marchio, son brut, per ana enfoutiscla l'oullo de lat dé la bitimo qu'abiéou chiaousit.

     Pourtabo pas lou cop luèn : lou lat éro éndabalat lou mêmo besprè din l'un ou l'aoutré cafè del billatchiè. La patrouno dèl bistrot pensabo pas a maou (crésé pu léou qué fajio semblon dé pas saoupré d'oun bénio lou lat ... mais sioï  bélèou méchianto lengo ?), é per lous régala, lus fasio chiaouffa un crané "café au lait " qu'abiou léou fat dé chiourla accoupagnat de rirés et fouossos faribolos .
    Suffis qué, las agapos terminados, la marmito bien néttégiado régagnabo sou récantou, lou pus soubèn accoupagnado d'un paou dé mounédo. ( Lous galapians érount bé  un paou hounestés...)
    Manquarèt pas de mi diré : perdéqué aquelos caturos alors qué maï qué maï dé nostrès sacripans èroun éfons de péisons et, gaïré bé, poudiéou faïré cado jiours dé tibachiés dé lat ?
    La répounso es countégudo dinc uno soulo  idéïo : la traditiéou. Aquélos expédissiéous si perpétuabou désémpiéi fouossos annados, maï béléou maï d'un sièclé. Lous pèros dé nostrès  aïssaplés, et lus grans, abiéou fat pario din lus junesso ....mais béirèn qué l'abièou un paou esblidat.

    N'empachio qué lou lendemo quon la patrouno panlébabo uno péirolo viéoudo, fasio un mouré qué vous disé pas, ero inquiéto coumo néchi et badabo d'escornas qu'aousé pas répéta aïci .
     N'empacho qué si soun hommé, en anén toumba un paou d'aïgo al cla dé luno, abon dé s'ana jiaïré, sutabo sous piliars, manquabo pas dé lous campégia din lous trabèssés, tout achaulfat  én gulen coumo un pouor malaouté, et sé n'agantabo un, si giènabo pas per li mettré uno buono freto (d'aqueste téns acos èro pas interdit)
    Traditiéou ou pas, uno d'aquelos bestigios fouguet  tan talamén a riré qué mi chiaou bous la counta ;  
 
    Un besprè dé primo, lous drolès et lus marmito si préséntéroun al cafè del  P..., per s'endabala lou famus  cafè al lat. La patrouno faguet chaouffa lou brubatchié, régalèt nostrès lascars, néttégièt bien coumo chiaou l'oullo... et lou léndémo mati quon bouguèt tira dé sa réserbo un paou dé burado per soun cafè, soun cullio faguet pas qué tinta lu feré dé la marmito. Lou cabussel li toumbét dé la mo tan talamèn fouguèt mouchièto !  Quaouqués soous traoucats al quiéou dél toupi  l'empatchièroun dé si troumpa : abio fat lou cafè al lat dé l'équipo dé galapians  embé lou crané lat dé sas bachios !
    Coumo un malur arribo pas jiamaï soul, dinc lous voulurs y abio soun proprè drolè, lou F.... (Acos aquel amic d'éfonso qué m'o countat l'affaïré y o dous ou très ons ... aquesté cop "n'éré pas ")
    Quon lou péro si lebèt, o pas chiagut li parla  dé traditiéou . Per ma fe ! moun coupi prénguèt uno estiplassado qué sas maïssos dé darios s'én rappèlou encaro ! (aï déjia dit qué, adoun, abion ni lou dret ni l'embéjio dé nous plognè d'abèrè réçooupégut lous "châtiments corporels" qué béniou dé la familio, dé l'escolo, del curat et mêmo del bési quon nous agantabo din soun cilièirè.

     Per coumpréné qué la P...  abio pas récouneisségut sa marmito, chiauou saoupré qué toutos la fennos del Bluma et dés billachiès bésis croumpabou lus oullos, marmitos, casséirolos... à la quincaillario dé la Batistino qué ténio pas qu’un moudélo : toutos las marmitos érount fachos del mêmo mouslé .
      Crèsé mi soubéni qué la traditiéou se perdèguet un paou après la libéracièou, lou rétour dés prisouniès, en maï d'ostros agapos, fouguèt la darnièïro occasiéou  d'ana " faïré lou lat " .  
    Aro sario pas gaïré poussiplé dé récouménça : lou lat industrialisat, analysat, arréngiat, énsilagiat, és débengut uno "matière première " ensacado  dinc dé citernos resfrèigiérados et amassat per camious ou tout s'y mesclo. Dé qué ni siègié, lou  plasé sario pas lou mèmo et bous pouodé diré qué lou lat  sario pas ton goustous as nostrès  amaturs dé "nutella"  .

     Présémple ! sioï presté à parida qué sé lou P...s'amassabo, aro, del Paradis, sario bé un paou coufflè dé beiré qué dous éléburs, dé maï dé cinquanto bestios cadun, oou près la plaço dés quaouqués bins païsons et lus douos ou très bachios d'adoun. Et s'engarçario pas, trop countén qué sario, si la junesso li fasièou, d'un cop a l'antrè, péta la marmito  .




Hubert Nogaret 

(parler du Bleymard- Lou Bluma – en Lozère)
 
 




.

mercredi 20 mars 2013

J.H. Castelnau : LOU RETOUR D'UNA GIROUNDELLA - LE RETOUR D'UNE HIRONDELLE - 1886.

.


Dalì
 les hirondelles


LOU RETOUR D'UNA GIROUNDELLA 

 

AS AMIS E ART1STAS DAS BORDS DAU LEZ


Planigués plus la giroundella :
En revenguent à l'ancian nis,
A retrouvât dins la tourella
D'un pau d'amistat lou débris.
Pas lion dau clouquiè que belava,
Pensava à ce qu'aviè laissât,
Quand l'ecô dau cor ié parlava
Dau tèms passât...

Ara qu'avès l'ama countènta,
Toumbés pas lou nis dau téulat,
Car dejout soun ala doulènta
I'abarira ce qu'a couvât.
Parpaiounets, flous, doumaisellas,
Vièls e manits das bords dau Lez, 
S'aimàs toujour la giroundella,
L'aculirés.

Couma lou printèms de l'annada,
Embé lous bèus jours de plesi,
Sus l'èrba touta lajournada,
S'en voulastrejant vai brusi,
Laissàs-la de soun long vouiage
Se repausà tranquinlamen :
Qu'acabe soun pèlerinage
Sans languimen.
 


Mai de 1868.



*+*+*+*






LE RETOUR D'UNE HIRONDELLE 

 
AUX AMIS ET ARTISTES DES BORDS DU LEZ 



Ne regrettez plus l'hirondelle: — en revenant à l'an-
cien nid, — elle a retrouvé dans la tourelle — d'un
peu d'amitié le débris. — Non loin du clocher qu'elle
convoitait; — elle pensait à ce qu'elle avait laissé, —
quand l'écho du coeur lui parlait — du temps passé...

A présent que votre âme est satisfaite, — ne renver-
sez pas le nid du toit, — car sous son aile souffrante
—elle y élèvera ce qu'elle a couvé. — Papillons, rieurs,
demoiselles, — vieillards et enfants des bords du Lez,
— si vous aimez toujours l'hirondelle, —vous l'accueil-
-lerez.

Comme le printemps de l'année, — avec les beaux
jours de plaisir, — sur l'herbe toute la journée, — si en
folâtrant elle va gazouiller, — laissez- la de son long
voyage — se reposer paisiblement : — qu'elle achève
son pèlerinage — sans langueur.
 




Mai 1868


.

lundi 18 mars 2013

Carlin Porta : El sarà vera fors quell ch’el dis lu

.
 

El sarà vera fors 

quell ch’el dis lu



un'idea di  
Alberto A. Schiatti
...
 
 
El sarà vera fors quell ch’el dis lu,
Che Milan l’è on paes che mett ingossa,
Che l’aria l’è malsana, umeda, grossa,
E che nun Milanes semm turlurù.



Impunemanch però el mè sur Monsù
Hin tredes ann che osservi d’ona cossa,
Che quand lor sciori pienten chì in sta fossa
Ouij benedetti verz no i spienten pù.



Per ressolv alla mej sta question,
Monsù ch’el scusa, ma no poss de men
Che pregall a addattass a on paragon.



On asen mantegnuu semper de stobbia,
S’el riva a mangià biava e fen
El tira giò scalzad fina in la robbia.


+*+*+*+
 
 
 
 
(traduzione in Italiano)

Sarà forse vero quello che Lei dice,
che Milano è un paese che mette nausea,
che l'aria è malsana, umida, grossa,
e che noi milanesi siamo dei babbei.


Tuttavia, mio caro signor Monsù,
sono tredici anni che osservo una cosa:
che quando lor signori piantano qui, in questa fossa
quelle benedette radici, non le spiantano più.


Per risolvere alla meglio la questione,
Monsù mi scusi, ma non posso a meno
che pregarla di adattarsi a un paragone.


Un asino mantenuto sempre a erbaccia,
se arriva a mangiar biada e fieno,
tira giù calci perfino nella greppia
 
 
 
Carlin Porta
 
.

samedi 16 mars 2013

Fèlis Gras : CATECHISME DOU BON FELIBRE (points premier & second) + avant propos de F. de Bouscarlo

.





CATECHISME DOU BON FELIBRE



Fèlis Gras
Avignoun
1892 



L’autour d’aqueste librihoun es proun estouna de tout lou chamatan que se i’es fa à l’entour.
Mai ço que l’a estabousi es la pousture de cat de-revès qu’an presso contro éu dous journau felibren di miéus grana.
Pamens i’avié qu’à legi plan-plan e sènso passioun aquésti quàuqui pajo, pèr s’assegura que l’Autour noun avié vougu afrounta ni treboula, encaro mens mespresa la fe e li crèire de proun bon felibre sis ami.
Ié rèsto à dire que noun a nimai agu la pretencioun de presenta aqueste Catechisme coume óuficiau e definitiéu. Eu pènso, coume l’a dejà di lou Capoulié, que lou Consistòri soulet a lou dre de redegi e d’adóuta, se lou crèis necite, lou Catechisme dóu Felibrige.
Acò di, saludo li fraire, repren la fusto e remounte sus la tintèino.

F. de Bouscarlo.



CATECHISME DOU BON FELIBRE 

I



- Qu'es lou Felibrige?
- Es l’amo di Nacioun latino.
- Que vòu lou Felibrige?
- Vòu l'unioun de tóuti li prouvinço, de tóuti li Nacioun dóu Mounde latin, souto l'Estello di sèt rai.
- Perqué?
- Pèr que lou Bèn triounfle dóu Mau; lou Bèu, dóu Laid; la Pensado de la Pèiro e dóu Metau; dins qu'un mot: pèr que la Pouësìo fugue soubeirano sus touto causo!
- Quéti soun li devé d'un bon Felibre?
- Un bon Felibre dèu ama sa terro nadalo e l'apara; dèu ama sa lengo meiralo e la parla; dèu ama sa raço e pèr elo souleto coungreia.
- Que dèu mai faire?
- Dèu, fin qu'à la mort, ajuda la Causo felibrenco dins tóuti si toco.




II


- Quand i'a de toco dins la Causo felibrenco?
- N'i'a sèt.
- Veguen-lèi?
- Soun li toco naturalo, li toco pouëtico e la toco misteriouso.
- Quant i'a de toco naturalo?
- N'i'a tres.
- Quant i’a de toco pouëtico?
- N'i'a tres.
- Quant i’a de toco misteriouso?
- Aquelo es unenco, e se desvelara qu’à la fin di lucho.






.

jeudi 14 mars 2013

Fèlis Gras : CATECHISME DOU BON FELIBRE - 7ème & dernier point - 1892

.





CATECHISME DOU BON FELIBRE 


7ème & dernier point



- De que fau faire pèr manenteni ardènto e cremanto la flamo pouëtico?
- Fau ajuda lou Felibrige à camina dins sa draio lumenouso.
- Coume se fai que lis ome espés tènon quàsi pertout lou poudé e mestrejon lou païsan, l’oubrié e lou pouèto?
- Pèr ço que lou pouèto se soun teisa trop de tèms.
- E de qu'an fa alor lis ome espés?
- An rejoun si forço e an bava la messorgo.
- E de qu'an fa en rejougnènt si forço?
- An fa d'armado de guerrié pèr rauba lou pan di païsan, dis oubrié e di pouèto.
- E se qu'an fa en bavant la messorgo?
- An auboura de trone, d'autar, de banco e de tribuno pèr empacha d’ausi li voues di pouèto.
- Quente es lou pople que, lou proumié, a escouta la voues di pouèto?
- Es lou pople Prouvençau.
- E alor de qu’a fa?
- Eu a coumença li lucho e a sagela de soun sang li Dre de l’Ome.
- E de qu'a mai fa?
- Eu a reviéuda lou Felibrige.
- Avèn di que lou Felibrige es l'amo di nacioun latino — Poudrias-ti defini d’un mot courrènt?
- Pèr me servi d’un mot courrènt, dirai que lou Felibrige es l’Internaciounalo di pouèto dóu Mounde latin.
- De que fara lou Felibrige?
- Acabara li lucho, e prouclamara la Pouësìo triounflanto e soubeirano sus touto causo dins l’Empèri dóu Soulèu.



*+*+*








.


mardi 12 mars 2013

Carlin Porta : Paracar, che scappee de Lombardia

.

Paracar, che scappee de Lombardia
(1814)
Paracar, che scappee de Lombardia,
Se ve dann quaj moment de vardà indree,
Dee on’oggiada e fee a ment con che legria
Se festeggia sto voster san Michee.



E sì che tutt el mond el sa che vee via
Per lassà el post a di olter forastee,
Che, per quant fussen pien de coresia,
Vorraran anca lor robba e danee.



Ma n’havii faa mo tant, violter baloss,
Col ladrann, e coppann gent sôra gent,
Col pelann, tribolann, cagann adoss,



Che infin n’havii redutt al pont puttana
De podè nanca vess indifferent
Sulla scerna del boja che ne scanna.
 
 
 
 .

dimanche 10 mars 2013

N . Dal Falco : Fisiognomica, Canaio, Lassie senza più lupi, Anubis, La corsa di Atteone, Zu^^^^^^^^^^^, L’estate del santo, ...

.


 
Fisiognomica

Ci sono cani che svirgolano i bisogni sui muri:
caparbia ostinazione da scriba.
E, infatti, del grigio ideogramma si conserva
più a lungo la traccia.

Un giorno, il tuo amico francese ti disse che,
a Praga, i cani si sedevano.
Ma fu un cane turco a mostrarmi, infine,
la tecnica, posando di lato il sedere
e assumendo un’aria senza pensieri.

Sui muri di campagna o in mezzo alla strada riposano 
i randagi, lenti ad alzarsi ma rapidi
in cammino.
Un trotto leggero, un’azzurra cicatrice li sospinge in avanti.



*



Canaio


Per certi minuti che paiono immobili, scartati dal tempo,
come una festa triste di botti, esplode il latrato dei cani.
Cani di paese, senza guinzaglio, confinati negli orti
lungo la strada in salita, nei giardini, lastricati di sasso
o tra improvvisate rovine di cose.
Un insulto, un mordere l'aria, piangendo di sé un pianto
senz'occhi: l'intera razza a banchetto col proprio destino.
Sembra martedì ed è invece domenica.
Eppure in quel franare d'istinti immagini un'eco di spazi, il freddo
e il calore del branco, un massacro senz'ira.
Uggiolare, ringhiare, ululare e un netto, più grande silenzio.


*

E c'era l'abitudine di farsi accompagnare
da un volpino rosso. Minuto, ubbidiente,
ma anche molto suscettibile.
La taglia giusta per un tipo di padrone originale,
socievole e indipendente, capace di mostrarsi a secondo dei casi
molto riservato e altrettanto sincero.
Ciò che agli occhi di tutti
li trasformava in autentica coppia, con delle reazioni
quasi intercambiabili, era la perfetta intesa
su geografia e politica:
la permanenza in un luogo e la divisione tra simpatici
e antipatici. Anche il rispetto della proprietà, gli incidenti
automobilistici e le previsioni meteorologiche
erano argomenti in comune.
Una tabacchiera di trinciato forte, una manciata di ghelli
che suona in tasca, la camminata spedita e il fastidio
per chi ciondola in piazza.
I Capi li chiamavano e finirono, uno dopo l'altro,
correndo davanti alle automobili.

*



Lassie senza più lupi


Secoli senza più lupi fecero perdere l'istinto ai pastori inglesi,
stinsero tra i geni il riflesso verso la giusta causa del gregge.
Nuovi destini cinematografici nel deserto dell'isola
al posto del vecchio contratto.

Oggi, qui, un cane passeggia a fianco dell'orco: l'uomo buono,
stupido, che ammala le mogli e sposta i confini.
Carne litigiosa, grezza prosopopea di campagna.
Senza più lupi, sbagli anche i padroni.


*

Li senti abbaiare ad un'ora che è già notte, abbaiare 
più forte, con rabbia.
Come se, a un tratto, il buio e il silenzio insieme 
diventassero insopportabili, fossero troppo e troppo 
fioche le stelle.
Ma forse quel frenetico baccano che inizia e 
altrettanto improvvisamente tace, annuncia solo il 
transito di Ecate, la triplice dea che visita i crocicchi.

*



Anubis

Vento giallo
che sibila sull'acqua,
vortica nei cimiteri,
arroventando i muri;
secco come un latrato
che sale dall'orizzonte
in un incendio d'aria.

Levando coda e orecchie nel buio,
sbattendo i denti,
ricoprendo tutto d'un velo di quarzo,
d'infimo oro che imprigiona scintille.

Di notte, branco di stelle
a caccia sulle colline;
ladro non ignaro di giustizia,
pontefice dell'al di noi.

*

Cani gettati
come pedine
nella lunga caccia
celeste,

zigzag dentro la notte
e il giorno,

per il tempo che serve,
infinito,
al giro di macina.

Fedeli, quindi, al giocatore,
allo specchio in bianco e nero,
alla partita che, mossa per mossa,
divora ciò che semina, spargendo
farina d’ossa.

*


La corsa di Atteone

Correva incerto Atteone,
nel fitto del bosco,
dove il sole piega la fronte
e l'ombra s'increspa
di forme indistinte.

E vide la luna bagnarsi nell'acqua,
Artemide nuda alla fonte:
l'avorio e l'argento.
Freddo splendore, niveo guizzo
avvolse la scena e la vista,
mutando il corpo.
Allora, fu come un giovane sole,
un cervo inseguito e sbranato
dai cani di Notte.

*

forse alla nudità di coste e cieli,
al mezzodì, al vento che sconfina
in casa e strapazza le verdure nell’orto,

al mugolare dietro la preda che scuote
le foglie,

forse ad un profilo che sa solo di corse
- la nobiltà non affretta discorsi,
ma li porta per così dire in bocca  -
ancora ribatte vento su vento
il nodo di andare, la nascita
delle corti pelagie, del nudo,
saettante levriero,
laconica ombra bestiale


*

Vorrei una volta ascoltare
la musica triste che sopì
Argo cent'occhi.

Mercurio, pianeta veloce, invitò il custode stellato
a sedere su un sasso e per l'intera giornata suonò
così dolce zampogna che l'intera testa si spense.

Novantotto occhi socchiuse e gli altri due cullò.
Poi, con gesto divino,
spiccò la testa d'un colpo.

L'immenso sguardo si fece piuma,
e di tutta la vista del mondo
accese la coda al pavone.
Così chi vuole vedrà
l'universo spettacolo,
spiegato e richiuso a ventaglio.


*

Come una cagnetta in piazza,
meridiana dell'ora che abbaia:
giudice spelato
che siede e si ritira;
cresciuta ad ossa di pollo,
copertine e ingrati ciclisti.

*


Zu^^^^^^^^^^^


Zû, con circonflessa gloria
sulla u;
berretto frigio, coronato d’alloro.

Sua mandarina brevità,
sovrano in Monreale,
regno di mezzo.

Zû non parla,
se ne sta appisolato lungo la riva:
pezza di cotone tra i giunchi,
pesa poco sul bordo franoso.

Del fiume conosce tutte le tempeste,
le crescite e altrettanto vertiginose discese;

quando l’acqua scorre violenta senza fondo
e quando il letto cattura mulinelli di polvere.

Zû sape cuntari, ma ci ha rinunciato,
un sonno antico il suo.

*



L’estate del santo

Dolce come un bacio,
in risata lieve, mescolando
nuovi a vecchi tepori,
su dalla terra e sopra l’orizzonte,
giunge imagante l’estate del santo.

Ripiena dell’abbaiare dei cani,
e di domande, domande che hanno
conciso il tempo di una breve estate,
aureola sulla testa di un santo.





.






vendredi 8 mars 2013

Langlade : LA CIGALA E LA FOURNIGA

.



LAS MATINADAS
LA CIGALA E LA FOURNIGA

A CAMILLE BRUNEL

Un jour, au pus fort de l'estieu,
Sus una aubeta, au bord dau rieu,
Una cigala cascalhava
Embé tant de redou,
Que de l'animaudou
Tout lou cors ressautava.
Dins aquel tems,
Una fourniga
Fasiè l'araire courriguent,
De la garriga
Ounte es cavat soun fourniguiè,
A la pus procha bladariè,
E chaca fes, à la passada,
L'animau alucrit,
Sans quità lou courrì,
Escampava quauca lengada
(Tant que teniè res d'enmaissat).
La fourniga es pas tant bestiassa
D'anà desclavà la mourdassa
Quand ten sa proia, aco se sap.
Quoura cridava: — Eh be! pecaire,
Prendrem pas peca à champouirà ?
D'autres cops: — Se dis que l'araire
Enrega drech quand lou bouirac
Canta la cansouneta,
Pioi: — Zou! zou! canta, ma migueta:
Cantà tout l'estieu à l'oumbreta,
Es un traval ben agradieu!
Per ma fe, s'era tant gagnieu
Couma es plasent, end aquela obra,
Ieu te fariei manobra,
Mais, couma lou que vai cantant
A tard ou tems bramarà fam,
Aime mai encava, per vieure,
Pus-lèu qu'aiçai avé lou pieure
E manlevà 'ncò dau vesin.
N'escoupiguet tant, à la fin,
Que la cigala ansin brandida,
Pas trop que s'endeven mousida
(Avem chacun noste sanet),
Cala soun cant un moumenet,
E ie ven: — Per de que m'aigaires ?
Te deve-ti quicom ?
De que t’ai fach, respond ?,



Belèu t'en dòu que lous cantaires
De vieure amount aguem poudé,
Couma tus à l'ime dau det.
E crese ben qu'es toun espera:
Voudriès que mourregesse terra,
En rebalant gran e granoun;
Mais ieu n'ai de besoun
Que de sourel e d'aire,
E la natura, en bona maire,
Sans esperas m'aprouvesis:
N'ai à flac, n'ai à gramecis,
D'aqui qu'afrechoulida e muda,
Dau tems fugissent las cosous,
M'ane rescondre à la sournuda,
Vestida d'un crevel terrous.
Mais se dins ma baumeta
La fam fai sentre soun pessuc,
Saupràs, ô fournigueta,
Qu'au mens la cigala a viscut.
Dis, e de sa cantada
Fai mai ressounti la clausada
Que daurejoun lous blats madus.
E lous segaires que segavoun,
E las ligaires que ligavoun
De lassige e de set renduts,
En ausissent soun sega-sega,
A l'obra mai tout se boulega,
Cansoun en vela, espantoulhats,
E de longa escarrabilhats















.



.

lundi 4 mars 2013

J.E. Castelnau : LOU PACHE EVANGELIC - LE PACTE ÉVANGÉLIQUE

.


 
LOU PACHE EVANGELIC

A MOUSSU LOU PASTOU BENOUÈT-LEENHARDT

(En remembrança de la ceremouniè de counsecracioun de Moussa Arnaud
couma.ministre dau Sant-Evangèli à Seta)



Era un dijôu mati, vint-e-cinq de nouvembre.
Oh! la poulida fèsta !... Embé gau me remembre
De ce qu'en aquel jour faguèt batre lou cor
De l'ouncle e dau nebout, qu'an lou parauli d'or.

Couma de grans de blat sus Taira mai que plena
Lou temple èra clafit d'amas de touta mena;
De-long de la paret e dejout chasque arcèu,
Que fourmavou tapis, que fourmavou tablèu,
Tout ce qu'espelissiè de bonur dardaiava,
E dins la Bibla ouvèrta un soûl se miraiava
Pèr mi hou veire Dieu just à Furous moumen
De soun pache eternal; e, pèr lou seramen,
Dins lou pargue crestian vint pastours en sesiha
Pèr counfessà la fe de la granda famiha
Fasièn lou roundelet, toutes lou bras levât
Sus lou que d'à-ginouls, umble, s'èra agrouvat.
Subran, de cants divins as canous de l'ourguena
Fasièn monta-e-davala, e dins la voués serena,
Venièn s'entre-mesclà pèr traire vers l'azur
La joia la pu santa e l'inné lou mai pur!
Pioi, quand tout seguèt siau, après una preguièira,
Lou ministre, esmôugut, en aut de la cadièira,
Sans desgrunà lou fruch que pendoula au ramèu,
Sans espoussà la flou qu'embarra un pau de mèu
Pèr un briéu soulamen à l'aubre de la vida,
 
                              Diguèt :  
 
« La saba monta ounte Dieu la couvida,
E pamens, que de fes l'ourtiga la pounis,
Mau-grat l'aflat sacrât que sèmpre l'abounis ;
Que de fes'au printèms, dejout sa rusca amiga,
De-jour couma de-nioch un vèrme la rousiga
En creseguent de poudre à-founs la devouri !
Mes ce qu'escala amount sap que pot pas mouri,
E vaqui couma vai que lou devé fai viéure ;
Car, pèr tant grèu que siègue,eslaugè couma un ciéure
A l'ama que l'aganta, e la tiéuna, o moun fiéu,
Se n'en destacarà que pèr anà vers Dieu! »

                         Lou lévite respond:

« Gramecis ! Au vièiounge,
Couma dins ma jouvença, aurai d'aquel bèu sounge
Eterna remembrança ! A moun draiôu flourit,
Amai siègue espignous, me tendrai d'abarit
Libramen, voulountous ; vole pas d'autra draia
Pèr trepà l'eisistènça... An ! moun ama, varaia
Couma l'estella au ciel, pèr traire un pau de lum
Sus l'escur de la vida e dins soun revoulum...
Que l'Esperit-Sant bufe à moun cor, sus ma bouca,
La paraula assoulaira, e qu'un jour fague souca
Subre lou terradou clavelat de la crous
Que moun Mèstre pourtèt, e serai mai qu'urous !...
Quand vole counquistà dau sublime eiritage
Lou floc que me revèn au jour dau grand partage,
— Es bèu de l'afourti dins aqueste troupèl
Ounte soui tout-escàs qu'un pastour ben nouvel, —
N'es pas tout unimen pèr reprene à moun paire
Sa rauba pastourala ! 0 tus, ma bona maire,
Que m'as après l'espèr, la douçou, la pietat,
Saves qu'en Dieu sus-tout sempre ai mes ma fiertat!.
E pèrjvautres, ancians pounchès de l'Evangèli,
Pèr vautres, proufessous que trasès couma l'èli
Lou perfum lou mai dous, ioi, que d'aqueste banc
Moun record amistous voule e vers Mountauban
Sje pause quaucas fes ; mes dins aqueste temple,
Jout l'iol de l'Eternal que de-longo countemple,
Pèr lou que m'a servit de paire à tout moumen
Aimât e benesit demore eternamen !... » 
 
............................................................................

Era un dijôu mati, vint-e-cinq de nouvembre.
Oh ! la poulida fèsta !... Embé gau me remembre
De ce qu'en aquel jour faguèt batre lou cor
De l'ouncle e dau nebout, qu'an lou parauli d'or.


Seta, lou 2 de Desèmbre de 1886.



*+*+*




LE PACTE ÉVANGÉLIQUE
A MONSIEUR LE PASTEUR BENOIT-LEENHARDT

(En souvenir de la cérémonie de consécration de Monsieur Arnaud
comme ministre du Saint-Évangile à Cette)

C'était un jeudi matin, le vingt-cinq novembre. —
Oh! la belle fête!... Avec joie je me rappelle — de
ce qui en ce jour fit battre le coeur — de l'oncle et du
neveu à la parole d'or.

Comme des grains de blé sur l'aire plus que pleine,
— le temple était bondéj d'âmes de toutes races, —
le long du mur, et sous chaque arceau, — formant
tentures, formant tableaux, — tout ce qui apparaissait
scintillait de bonheur, — et [dans la Bible ouverte un
seul se mirait, — pour mieux voir Dieu, juste à l'heu-
reux instant — de son pacte éternel ; et pour le ser-
ment, — dans le bercail chrétien, vingt pasteurs as-
semblés — pour confesser la foi de ïlajgrande famille
— formaient cercle, tous le bras levé — sur celui qui
humblement à genoux s'était prosterné. — Soudain,
des chants divins aux tuyaux de l'orgue]—montaient
et descendaient, et dans la voix sereine — venaient
se mêler pour jeter vers les cieux — la joie la plus
sainte et l'hymne le plus pur ! — Puis, quand tout
revint silencieux, après une prière —le ministre 69,
ému, du haut de la chaire, — sans égrener le fruit qui
pendille au rameau,— sans effeuiller la fleur qui ren-
ferme un peu de miel — pour un instant seulement
à l'arbre de la vie, — dit :
 
« La sève monte là où Dieu la convie ; — et pour- 
tant, que de fois l'ortie la pique, — malgré le souffle
sacré qui sans cesse la réconforte ; — que de fois au
printemps, sous son écorce amie, — de jour comme
de nuit un ver la ronge — convaincu de pouvoir la dé-
vorer tout à fait ! — Mais ce qui vers le ciel gravite sait
qu'il ne peut point mourir, — et voilà comment le de-
voir fait vivre; — car, pour si lourd qu'il soit, il est
léger comme un liège — à l'âme qui l'étreint, et la
tienne, mon fils, — ne s'en détachera que pour aller 
vers Dieu. »

                                Le lévite répond :

« Grand merci ! dans la vieillesse — comme dans
ma jeunesse j'aurai de ce beau songe — un éternel
souvenir ! A mon sentier fleuri, — quoiqu'il soit
épineux, je resterai fortifié, — librement, volontiers;
je ne veux point d'autre route — pour parcourir
l'existence... Allons, mon âme, chemine — comme
l'étoile au firmament, pour répandre un peu de lu-
mière — dans les ténèbres de la vie et dans ses tem-
pêtes... — Que l'Esprit-Saint souffle en mon coeur,
sur ma bouche, — la parole consolatrice, pour qu'elle
fasse souche un jour — sur le sol cloué de la croix —
que mon Maître y porta, et je serai plus qu'heureux!...

Lorsque je veux conquérir du sublime héritage — le
lot qui me revient au jour du grand partage — (il est
beau de l'affirmer, dans ce troupeau — où je suis à
peine un pasteur bien nouveau), — ce n'est pas seule-
ment pour revêtir de mon père 70, — la robe pastorale I
0 toi, ma bonne mère, — qui m'as appris l'espérance,
la douceur, la piété, — tu sais qu'en Dieu sur toutes
choses j'ai toujours placé mon orgueil!...— Et pour
vous, anciens piliers de l'Évangile, — pour vous, pro-
fesseurs qui répandez comme le lis—le parfum le plus
doux! aujourd'hui, que de ce banc — mon souvenir
affectueux vole et vers Montauban — se pose quelque-
fois ; mais dans ce temple, — sous l'oeil de l'Éternel,
que je contemple sans cesse, — pour celui qui m'a
servi de père à tout instant, — aimé et béni qu'il de-
meure éternellement !
................................................................................

C'était un jeudi matin, le vingt-cinq novembre. —
Oh! la belle fête!... Avec joie je me rappelle — de
ce qui en ce jour fit battre le coeur — de l'oncle et du
neveu à la parole d'or.
 

Cette, 2 décembre 1886





.

samedi 2 mars 2013

UCHAUD : SOUVENI DIS AIGO D’ UCHAUD « Souvéni dis aiga d’Uchaou » - Chapitre huit et dernier - 1898

 
 
 
 
SOUVENI  DIS  AIGO  D’ UCHAUD
(« Souvéni dis aiga d’Uchaou »)
 
 
Chapitre huit & dernier




Textes recueillis, mis en page & commentés 
Par Ive Gourgaud 
2013
 
 
 
*+*+*


Tout est bien qui finit bien : après force péripéties, l’eau coule enfin partout dans de bonnes conditions – Le narrateur juge que l’avenir reconnaîtra la valeur de cet ouvrage.

Erous que capitèn pendèn(t) uno semano
Que boufè coumo un fol dau ven(t) de tramountano ;
E la rodo viravo que n’èro’n plesi
De veire qu’à la fin on avié reüssi !
« Se déu dura, l’aigo ben lèu fara barbeto :
Din quàuqui jour pouren ensaja li fonneto. »

Mè lou ven(t) s’arestè au coumble dau bonur,
E quouro reprendrié ? Ma foué, n’en sian pas sur…
Passè dous jour, tres jour, pièi faguè’no alenado.
Pougetoun me faguè : « L’auro s’es entestado,
Quand quicon viro mau, tout se mès de travès !
Oh couquin de bon-souèr, acò semblo fa’sprès !
Aiçò pòu pa dura, mè, foutrau ! nous retardo.
Ah sacré noum d’un diéu, fai mounta la moustardo ! »

Pamen(s), lou lendeman, lou ven(t) recoumencè,
Mèmo que din dous jour lou reservouèr vessè.
Aqueste cop, sèn sur d’ensaja li fonneto,
Quand l’ajouènt nous faguè : « Van leva la paleto ;
Dounaren vam à l’aigo, crese qu’es pas trop léu ;
Nous fòu ben rassura se pérdoun, li tuiéu.
Jujas de tout acò se sian sus lou quivivo ! »
Dau cousta(t) di bassin n’i’a que partìssoun’n brivo :
Diguèroun : « Es içai qu’a lou mai de penjan(t),
Soulide que pourian i lava nòsti man ! »
 



Semblavo dinc Uchaud que sounàvoun l’alarmo :
Quau pren[guè] soun ferra(t) ou sa dourco per armo,
E tòuti’n esperan(t), endé si bras ouvèr(t)
Que l’aigo arrivèsse enfin dau reservouèr.

- « Tè », Salomon me fai, « dau tem(s), s’anavian veire
Se rajo la dau pon(t) ? Laisso-me prendre un veire… »
- « Ah ça, vai te coucha ! Creses que rajara ?
Foudra belèu iue jour per n’en rempli’n ferra(t) ! »
- « Mounten ! »  - « Coumo voudras, mè nous hou fòu pas dire :
Se quaucun nous vesié, de nàutri pourrien rire. »
Sus lou pon(t), rescountran Celino que nous fai :
- «  La qu’es davan(t) moun gran(d), i’a miejo ouro que vai ! »
- « Es bono ? »  - « Mai que bono, e surtout ben fresqueto :
Tè, la vòu essaja per coire de faveto. ».
Endé nous ennuian(t), dos ouro sus lou pon(t)
Restèn planta coumo dous fifre de Garon.
- «  Oh la, iéu reste pa’ici touto la journado
À me passeriha, saves, moun camarado !
Enten(d) tout aquel bru, ici vesèn pa ren. »
- « Zou ! », Salomon me fai, « resten pas mai, parten !
Tè, davalen per lis esca(l)ié de la garo,
En passan(t), verian se rajo la de Lazaro… »
- « Non, es pas nostre plan, passen davan(t) Sigau ! »
Viran vèr la Coumuno, anan au bou(t) d’Uchau(d) ;
Quand sen vèr Gedeon, rencontran Bergerouno ;
Nous dis : « Rajo, savès, la qu’es davan(t) Serouno. »
Passèn davan(t) Pouge(t) end’embouetan(t) lou pas,
Viguèn qu’avié raja, davan(t) i’avié’n bachas ;
D’aqui, nous acoussan de-suito sur la plaço.
Oh, tounerre de sort ! rencontre mai Latrasso
Que me crido : « Chabau(d), vene entendre aiçò,
Pourriés, en atenden(t), ajusta quàuqui mot ? »
Ié faguère : « N’i’a prou, acampe mau de tèsto !
Tè ! i’a déjà Reboul qu’en(d) sa dourco s’aprèsto… »
- « Oi, i’a déjà un moumen(t), acò fai quatre fes :
Vai rempli un semau, dis que vòu metre au fres… »

Te nous agandiguèn içai vèr Seguineto :
Nous regardo de près, acò’s nostro fonneto.
« Oi », Salomon me fai, « t’ai uno se(t) de chin,
Tasteren lou Pernot en(d) d’aigo dau bassin ! »
Tre nous veire ariva, tout aquéli fenneto
Nous crìdou : « Rajo pas ! Amai quichen la coueto,
N’en sourtis pa’n degous : de que diable i’a doun(c) ?
Pa(s) poussible, i’aurian oublida l[i] canoun ? »
Fino, dou gran(d) galo(p) descendié la carrièiro ;
Sou dis : « La de Chapel rajo coumo uno ièiro,
I’a miejouro que sèn après per l’aresta :
Per la boucha, nous a fougu metre un gros ta(p) ! »
Jujas s’aquéli fenno esclatèroun de rire,
Memo que n’i’aguè dos… ause pa(s) vous hau dire…
 
 

Dinc un moumen après José venguè’n(d) sa clau
(Savès be : lou ploumbié) e dounè van au trau,
E se mes à quicha. « Boudiu ! », nous fai Alino,
« Quanto aigo ! on dirié que sen(t) la pichoulino !
Semblo qu’a sejourna un an din(s) lou carboun ! »
Maricasso faguè : « Coumo pu(d) lou goudroun,
Crese qu’acò d’aqui l’a tan(t) negresido ;
Din(s) miejouro pense que rajara limpido,
Deman l’ensajarai per coire de cocò. »
L’Imbu respond : « Tamben n’en beurian lou pernot ! »
- « Acò vous farié mau ; quand sera pus clareto,
Pourrés san(s) crendre n’en beure la ranceleto ! »

E penden(t) quàuqui jour, se discutè ansin ;
Chaco fonneto après aguèroun soun refrin.
Coumo poudès pensa, i’aguè ben quàuqui fuito,
Un tuièu mau plaça, mè n’aguè pas de suito.
Aro tout es fini : mai plogue pas d’un briu,
Auren d’aigo toujour per béure din(s) l’estiu.
Recounitren pu tard per nàutri lou ben-èstre ;
Diren : « Es un traval qu’es fa per man de mèstre,
Quand on a tant pati, es pas à discuta. »

Voudrièi ben m’espandi dessus aquel ouvrage
Per l’eternel besoun grava din(s) lou vilage ;
Pu tard, d’    autre diran : « Nòstri bràvis ancien
Aguèroun bono idèio endé sa poumpo à ven(t) ! »
E, s’an pas ressenti nostro grando diseto,
L’istouero i’aprendra que nous sian à la dieto ;
Se trouvaran urous, e di pèro is enfan(t)
Admiraran lou sen e l’esprit de si gran(d).

Vous n’en countarièi mai, mè vòu mai que m’areste :
Quau sa ente anarièi belèu prendre moun reste ?
E pièi, de que sèr-ti de vou(s) mai loungueja ?
Finirièi à la fin per trop vous ennuia.

Aro que tou(t)’s fini, que nostro poumpo rajo,
Souète, mis ami, d’en faire bon usage
E que nous en serviguen tóuti en bono santa,
Ce que demande à Diéu es pas à countesta.



Uchaud, le 7 Août 1898

                
 
 
    MONSALOBO-CHA

Imprimerie « La Laborieuse »  NIMES
 




.