mercredi 26 avril 2017

Peireto Berengier : Dragoun e dra dins l’imaginàri prouvençau - Dominique Amann






Dragoun e dra dins l’imaginàri prouvençau

I’a de libre que passon pèr maio… N’en vai ansin de Dragons et dracs dans l’imaginaire provençal de Doumenique Amann. Es dounc pèr lou desen anniversàri de sa parucioun que vous lou presentan. L’autour, dóutour en sicoulougìo, beilejè lou service de recerco en sicoulougìo de la Marino naciounalo. Apassiouna d’Antiqueta e de lengo anciano, de paleougrafìo, d’istòri e de culturo mediterrano n’en venguè tout naturalamen à s’interessa i dra e dragoun dóu Miejour.
Despièi la Biblo e la tradicioun grèco-roumano, l’autour li seguis fin qu’à l’Age Mejan tras li tèste óuriginau dis archiéu (presenta dins sa lengo d’óurigino – latin, vièi francés, prouvençau e memamen grè – e revira). Nous esplico pièi coume au siècle XIII, li “sabènt” deleissèron l’animau mitoulougi que devenguè alor un afaire de fóucloure e coume lou dra ramplacè lou dragoun…
Doumenique Amann a recampa tóuti li tèste que li depinton o n’en parlon. Lis estùdio dóu biais sicoulougi, etnoulougi, soucioulougi. E despièi l’Antiqueta fin qu’au dra de Rose dins touto nosto literaturo (de Gervais de Tilbury à Frederi Mistral), nous permèno permeno dins l’imaginàri prouvençau tout-de-long de 2000 an de tèms.
D’annèisso forço chanudo apoundon encaro à l’interès de l’oubrage ilustra pèr lou pintre Acimrof.

Peireto Berengier



Dragons et dracs dans l’imaginaire provençal, de Dominique Amann, éditions La Maurinière (286 pajo).


*+*+*+*


lundi 24 avril 2017

Nicola Dal Falco: Quando già imbionda la luce












Quando già imbionda la luce d’agostoE sventato e ricco s’appressa settembre,Lascio l’attesa al cuore, al corpo l’innocenza; Del sole che più non scalza, ma chiarisceConfini e sprezzo delle cose,Allegra signora d’autunno si cinge corona,Potenza d’occhi socchiusi, Così un bisticcio di rane o colombi salutaLa morte di più giorni, sommando insiemeDolcezze e vanità *

Da un gheppio che straccia l’ariaDi diagonali e affondi, che interrogaL’oscura veglia sull’autostrada,Che senza strazi stringe il ramoIn un calore d’artigli, ho appresoE riapprendo quale notteApparenti e separi i regni,Quanta solerte intransigenza meniLa vita verso tunnel o alberiChe vedono la lunghezzaDei solchi E, salvo appena da un nuovo dolore,Versando aria dal cielo e cuoreIn tormenti, sorrido allaFatica di andare, alla libera gioiaDel mare *

contemplazione delle cose divine  è a labbra socchiusee alla velocità del pensieroche sorprende theōria come l’onda che, lieve di schiuma,inanelli lo scoglio a fior d’acqua; così, solo riassaporando l’etimo,puoi rendere conto del cerchio di luceche, a volte, nei giorni migliori,circonda e sostiene le cose *

si piega la luce,colmando come un lago la vallee filtra diritta dalla grande vetrata, entra da un lato del pianoterra,sfiora l’immenso soffitto,piombato già in una notte senza nomi,e scivola via dal lato opposto,ai piedi dei lecci, neri d’acqua, piove, incalzandoi discorsi in mille rivoli,nell’opaca bellezza che effonde dal cielo,quasi che l’onda di fuori, prima di spegnersi,abbia potere di scambio e raccolta il silenzio che, curvo, li avvolge,un nulla separa e trattiene,mentre il cielo ripara nella propriaquieta oblazione



*+*+*+*




Nicola Dal Falco, nato a Roma nel 1957, vive a Lucca. A lungo ha scritto di viaggi, tra l’Europa dell’Est e il Sahara. Ha pubblicato poesie e racconti, collaborando con piccoli editori d’arte. Un suo saggio sulle Sirene compare nella collana Indoasiatica, edita da Venetian Academy of Indian Studies.
Per Conoscenza Religiosa, la rivista fondata da Elémire Zolla e diretta, in una nuova serie, da Grazia Marchianò, ha pubblicato Sopra il ruscello e La cetra di Orfeo.
Con la germanista Ulrike Kindl si è occupato della rilettura e riscrittura dei miti ladini delle Dolomiti, pubblicando una trilogia, edita da Palombi Editori in collaborazione con l’Istitut Ladin Micurà de Rü.
Sue plaquette ed altre edizioni sono conservate alla British Library, alla Fondazione Ragghianti e alla Biblioteca Nazionale (Lucca) alla Biblioteca del Mart (Rovereto) alla Biblioteca di Palazzo Sormani (Milano), alla Biblioteca Panizzi (Reggio Emilia), alla Biblioteca dell’Istitut Ladin Micurà de Rü (San Martin de Tor). Collabora con la rivista on line Fuori Asse, & da un po' di anni con Marsyas2.
Ha vinto il Premio Montale fuori di casa 2016, sezione poesia di viaggio.

vendredi 14 avril 2017

Nicola Dala Falco : oggi, col sole










oggi, col sole
splende
fiato di drago,

rende al mondo
vaghezza
e precisione d’incanto,
coprendo
campi e colline
di pallidi veli,

come girando il tappeto,
mostra
il rovescio delle cose,
il seme non sparso 

sul fondo

mercredi 12 avril 2017

Nicola dal Falco : Zéphirum zevero zero









Zéphirum
zevero
zero


Forse basta uno zefiro
Antelucano e fuori stagione
Per concepire lo zero
Il vuoto che tutti i numeri 
Comprende

Quando freme la chioma
Degli olmi
L’erba si tocca
Sbieca s’invola la cincia
Un’aria s’annuncia

Sifr lo zero 
era un nulla
Un’araba fenice 
Ma così insolito
Che finì impigliato
Nelle sillabe

Di un vento

lundi 10 avril 2017

Pfanner Garten : La bella fontana spenta








La bella fontana spenta,
chete anche le statue divine,
le siepi, nere d’alloro
e la pigna perfetta
della magnolia.

Afona primavera 
in anticipo, nel giardino
sotto le mura.

Solo ieri una conchiglia di brina,
oggi, per lente ore preziose,
l’intero giardino respirava
in un corpo animale.

Un’onda sospesa
di calore e di luce
in bozzolo;

è questa l’arte
regia, civile pietra
filosofale, 
una sfuggente presenza
di elementi che, come spiriti,
parteggiano e scompaiono
in un opposto incanto.



Pfanner Garten

samedi 8 avril 2017

Nicola Dal Falco : Dolcemente rinasce...














Dolcemente rinasce
Si fa a riva l’onda
Né tace né si stanca
Ma dolcemente ripete
Uguale il gesto 
E le parole 

Così un trovatore
Maestro di sinceri inganni
Di note e di rossori
Cantava alla sua Donna
Che era giovane
Che era bella

Che gli sorrise

dimanche 12 mars 2017

Bleu de Bouzigues - actes : Ive Gourgaud LE VOCABULAIRE DU VENT À BOUZIGUES




La conférence le 04.03.17 vers 17:15

*+*+*

LE VOCABULAIRE DU VENT À BOUZIGUES
(d’après l’ALLOr, Atlas Linguistique du Languedoc Oriental, CNRS 1981)

Le vocabulaire du vent a fait l’objet d’une enquête portant sur 12 notions (cartes 18 à 29) :
VENT
SOUFFLE
SOUFFLE A PEINE
A CESSE DE SOUFFLER
VENT DU NORD
VENT DU NORD-EST
VENT DU NORD-OUEST
VENT D’OUEST
VENT D’EST
VENT DU SUD
BISE GLACIALE
TOURBILLON
Quand les témoins se contentent de répondre uniquement aux demandes de l’enquêteur, on obtient, pour 12 questions, 12 réponses. Mais parfois le témoin ajoute des précisions et dans ce cas-là l’enquêteur va noter ces précisions dans des Suppléments à l’enquête, qu’on publiera à côté des cartes.
A Bouzigues, le témoin a été d’une exceptionnelle qualité, et mon petit travail est avant tout un hommage rendu à cet homme, Achille COUDERC, qui avait 78 ans au moment de l’enquête (faite en 1972). Il était donc né en 1894 à Bouzigues, d’un père et d’une mère également nés à Bouzigues, et marié à une femme elle aussi née à Bouzigues. Ce pêcheur de profession avait donc toutes les qualités requises pour restituer le plus pur parler bousigaud, ce qu’il a fait au-delà des attentes légitimes de l’enquêteur, ainsi que nous allons le voir.

*+*+*

1. Les 12 notions de base (qui apparaissent sur 12 cartes)
VENT : lou vent [bẽn], terme connu partout (dans les Hautes Cévennes on dit aussi auro)
SOUFFLE : BÜTA. Première particularité de Bouzigues : le verbe utilisé ailleurs (büfa) « ne se dit pas en parlant du vent ». Donc à Bouzigues une personne ou un animal büfa alors que le vent büta.
SOUFFLE A PEINE : alena, terme connu partout.
A CESSE DE SOUFFLER : es toumbat ou a mancat. Il est intéressant de constater que es toumbat est un terme de l’intérieur des terres (on le retrouve à Nant en Aveyron) alors que a mancat est typique du littoral, depuis le Gard jusqu’au sud de l’Aude.
VENT DU NORD : la tremountana, terme typique de la côte.
VENT DU NORD-EST : lou gregau, autre terme typique de la côte.
VENT DU NORD-OUEST : lou maïstrau, autre terme typique de la côte.
VENT D’OUEST : lou pounent [punẽn], terme d’emploi restreint attesté pour 3 points seulement de la côte, Bouzigues se trouvant au centre.
VENT D’EST : lou levant [lebãn], mot qui, sur le littoral, s’emploie à peu près dans la même zone que pounent, ce qui est logique car les 2 termes sont parallèles (fr. levant et couchant)
VENT DU SUD : LOU MIECHOURNAU mot qui n’a été donné qu’à Bouzigues. Seul Le Grau du Roi connaît un terme approchant : lou miechournàli.
BISE GLACIALE : la cilampa, mot connu jusqu’en Lozère (le Gard provençal dit Cisampo)
TOURBILLON : lou foulet, mot très répandu (on dit aussi, en Hérault et Aveyron : lou vent foulet)



Rose des vents 
de la pointe-courte


2. Les notions complémentaires (qui apparaissent à côté des cartes)
Il est à remarquer que pour les 12 cartes, seule la carte « VENT » n’a pas fait l’objet de compléments à Bouzigues. Nous numérotons ces mots et expressions dans l’ordre de leur apparition dans l’ouvrage.
  1. (lou vent) se refresca : il prend de la force.
  2. (lou vent) intra : il commence à souffler
  3. (lou vent) paupa : il se calme.
  4. La pòupàa : la durée de cette accalmie.
  5. La mancàa : la durée de l’arrêt.
  6. La tremountanèla : le vent du nord faible
  7. La tremountanàa : la tempête du nord.
  8. (proverbe) La tremountana / es ni bona ni sana.
  9. Lou gregassòu : le vent de NE faible.
  10. La gregalàa : la tempête de NE.
  11. Lou grèc-e-levant : le vent d’E-NE.
  12. (proverbe) Maïstrau de nioch / despassa pa lou pioch
  13. Lou maïstralou : le vent du NW faible.
  14. La maïstralàa : la tempête de NW
  15. Lou maïstrau lar(g) : le vent d’W-NW
  16. Lou maïstrau intres : le vent de N-NW
  17. Lou pounentòu : le vent d’Ouest faible
  18. La pounentàa : la tempête d’Ouest
  19. Lou labech : le vent de S-SW
  20. Lou labechòu : le vent de S-SW faible
  21. La labechàa : la tempête de S-SW
  22. La largàa : le vent de SW
  23. Lou levantòu : le vent d’Est faible
  24. La levantàa : la tempête d’Est
  25. Lou levant fouan : le vent de SE
  26. Lou miechournalòti : le vent du Sud faible
  27. La brefouniè : la tempête en mer soudaine
  28. (Lou vent) BIULECHA : (le vent) tourbillonne.

Au total, alors qu’on ne demandait que 12 notions, le témoin a fourni plus de 40 mots et expressions !
Pour la rose des vents de Bouzigues, alors que l’enquête portait sur les noms de 6 vents (N, NE, NW, W, E et S), Achille Couderc a rajouté les noms de 6 autres : E-NE, W-NW, N-NW, S-SW, SW et SE !
Sachant que nous n’avons exploré ici que 12 cartes d’un atlas qui en compte quelque 1200, soit 1% du total, on verra l’intérêt qu’il y aurait à établir un VOCABULAIRE de Bouzigues d’après toutes les données de cet atlas. 

Signalons que le THESOC donne en ligne les résultats des 1200 cartes mais n’a  pas intégré les données complémentaires.


Yves Gourgaud, février 2017. 





*+*+*


mercredi 8 mars 2017

Bleu de Bouzigues - actes : Florence Virginie : LA GUIRLANDE ELECTRIQUE QUI A COUPÉ LE COURANT







Ça c'était Samedi, quand je lisais un charabia pseudo intellectuel de ma composition au Café du Globe à Bouzigues pendant que mes Histoires Subites À Lire Calmement étaient affichées au mur. Merci à Gilles Bingisser et Sèrgi Jousé Peire Goudard. Photo: Isabelle Piron . Guitariste que vous n'entendez pas: Aquila. 


*+*+*





n°VII – LA GUIRLANDE ELECTRIQUE QUI A COUPÉ LE COURANT


La pluie est la même partout, c'est systémique, Suzanne. 

Il y a une avalanche de livres sur ton destin mais tu ne pourras pas échapper à la bêtise. C'est l'esprit des hommes, Suzanne. 

Quand nous sommes pris dans une situation, le seul remède est de compléter notre organisme. Prends donc un oursin sur la table en bois. 

Dans toutes les formes de société il y a toujours eu cette table en bois. 

Mais je me refuse à la morosité des journées disparues. 

C'est ainsi que la condition humaine peut se protéger de la psychomagie, et nous devenons ainsi ce que nous sommes. Tu comprends, Suzanne?

Il faut sans cesse déstructurer l'organisation systémique de notre bêtise.

Mais alors me diras-tu, comment soumettre à la situation industrielle présente, des temps de conscience rappelant le règne initial? 

Certains parlent de tachyons, ces particules hypothétiques qui voyagent du futur vers nous, par exemple.

Elles aident à consolider du savoir mais ne peuvent l'empêcher de redevenir bêtise. Cela n'a donc aucune profondeur, juste du relief. 

Néanmoins, une transformation d'excellente qualité peut se produire juste ici, dans cette chambre bleue. 

La théière aux motifs végétaux est devant le panneau, prends-la, Suzanne. 

Un simple panneau peut te donner l'impression de penser, d'être soudain douée d'une lucidité exceptionnelle. 

Mais cela conduit à la destruction de la société car il n'y a alors plus de désaccord radical. 

Concrètement, les technologies de l'esprit et les nouvelles possibilités intellectuelles donnent l'impression de penser le monde. 

Mais sans conscience propre, sans morale personnelle, ce n'est qu'une robe à paillette court-circuitée par la régression. 

Et tout ça à cause d'un panneau que chacun lit de la même façon.

Kenavo, Suzanne.





*+*+*










jeudi 2 mars 2017

Bleu de Bouzigues c'est Samedi !!!



9 images d'espoir,
pour une journée bleue,
 comme la liberté...



à dissate...