vendredi 28 février 2014

J. Tellier : CADUN SOUN RENG






CADUN SOUN RENG

Mau-grat que la passièu, vencigue la fatiga,
S'avès tout un mati trepat per la garriga,
Coussejat lou lapin, courrit lou perdigal,
Lou pichot dejunà, deven un festival.
L'èr pur es perfumat d'espic e de frigoula,
La font fresca es aquis, al pèd de la piboula
Lou sourelh sourrisent, lou vent à l'apetis
E quaucun a cantat: Arresten-nous aicis!
Moument delicious, bèla oura benesida,
Ount l'ome un cop de mai, es erous d'èstre en vida.
Per lors un bèl mati, tout coum' acò d'aquis,
Se troubavoun, Janou e moussu lou Marquis.
Janou brave varlet, au plase, à la pena,
Trigoussava lou sac, la fura e la pantena,
Lou gibiè, quand n'i aviò, e n'èra tout erous,
E per lou dejunà, manjavoun toutes dous.
Lou Marquis vièl groumand, tout au mens bouca-fina,
Ensegnava à Janou, lous sicrèts de cousina:
Se vos de toun gibiè, n'en faire un fin regal,
Penja naut toun faisan, manja toun pèrdigal.
Un pares pla souvent, quand es fach amb' adressa,
A quicon qu'es essuch, pot dounà de finessa!
Acò, countinuèt, prenguent lou saucissot,
Se vos que siègue boun, cal que siègue minçot
Se vos que lou fumet perfume ta garganta,
Lou cal pas mai espes, qu'una pèça de cranta!
— Moussu, sousquèt Janou, parlas en proufessou!
Mes per ièu coumprenès, ie cal mai d'espessou
Cadun devèn manjà seloun nostre ben-èstre,
Lou varlet manja pas, tant boun couma lou mèstre!
— E lou brave Janou qu'èra pas mai que sot,
Se coupèt, sans paupà, tres dets de saucissot.


*+*+*


mercredi 26 février 2014

F. PEISE : LA TARTANO “LA CAROLINO”






LA TARTANO 

“LA CAROLINO”
 
Lou poulit biai qu’aviet la Carolino!
Ges d’autreis bastiments n’avient tant bouano mino.
Toujours propro, lisquetto et pintado de fres,
Fasiet l’orguilh d’un patroun Marsilhes
Que li disient capitani Pamphilo.
Es pas soucamen dins la villo
Que lou patroun aviet fach charrar d’eou,
Car dau Martegue à Sant Rapheou,
Quand parlavo frances, capitani Pamphilo,
Cadun beissavo pavailhoun,
Et cadun aviet ben resoun.
 
Un jour que la tartano intravo eme bouanasso,
Souto lou fort Sant Jean, au mitan de la passo,
Venguet un remorqur que semblavo pressa;
A touto zurto ero lança.
Lou coumandant dau d’haut de la dunetto
Lou remarquo eme sa lunetto,
Et tout d’un coou li crido: — Holà dau nego-chin! ...
Pougeo se vouas que passi moun camin.
— Nego-chin! mau parlant! — Tout en mandant la cano
Pamphilo pougeo et va si mettre en pano
Ben en travès. — Orso, marias!
As dounc, de merdo cils uils? lascar, li veses pas?
 
Eme soun pouarto-vouas cridavo
L’autre qu’a touto vapour arribavo.
Pamphilo li dis. — Que, mon bon,
Mais tu fais bien le redoutablo
Me tes ailos de parpailhon...
Attends que ze filo mon cablo.
Piei pougeo, orso, à la fin viret tant,
Que pousquet plus si levar de davant.
Lou remorqur prend d’aproua Carolino,
Li mando un esquichoun que la pauro mesquino
Anavo un pauc mai faire un tour
Au fin found de l’aigo salado.

— Sies pas un espausso salado? ...
Li dis lou patroun dau vapour,
Se leis c... voulavoun,
Et se ben haut mountavoun,
Anaries, coumo va ti diou,
Couchar leis mousquos au bouan Diou!
Pamphilo se rebiffo et li dis:
— Carougnasso!...
Se per hazard, vo de fes que l’y a,
Fan un chapelet de cauvasso
Pourras servir de Gloria.
Y faut baborder, ze baborde,
Y faut triborder, ze triborde,
Et davant que ze sois paré,
Tu viens me foutre ton baupré
Dans le cul de ma Carolino
Piei tu me dis que ze suis-t-un couyon! ...
Faut que tu m’en rendes raison
Vo ben , t’escarpissi la mino!
Et Pamphilo ajusto à prepau:
— Mai foudriet pas qu’un tron de l’er curesse
Embaresse et prefoundissesse
Leis pacans que parloun tant mau!

- - -

lundi 24 février 2014

A. Bigot : LA CANSOUN DÓU TRAVAL







LA CANSOUN DÓU TRAVAL


Lou reloge a pica cinq ouro, lou gal canto
E lou traval nous sono, anen!
Avèn pas trop dourmi, lou misto a fa si panto,
Nous fau quita lou jas, pamen!
Carguen sus nòsti ren nòsti quatre gueniho,
Embrassen la marmaio au lié,
E caminen vers lou chantié
Faire la casso au pan pèr touto la famiho.
Vèsto au sòu! anen! d’aut! avans!
Li destrau, li rabot, li martèl, li taiant!
Quand lou sourel dardaio o quand la pluejo bagno,
Que fague fre, que fague caud,
Travaien, nous laissen pas doumpta pèr la cagno,
Car an bono dènt à l’oustau.
Travaien, travaien, pèr pas courba la tèsto
Davans l’aurmono, acò ‘s trop du,
Fau pas que lou proumié vengu
Nous trague emé mesprés la piastro qu’a de rèsto.
Vèsto au sòu! anen! d’aut avans!
Li destrau, li rabot, li martèl, li taiant!
Travaien! lou traval dóu paure es la richesso,
Avèn pas qu’aquello e l’ounou.
Messiés, chascun soun rèng: nàutre avèn pèr noublesso
Nòsti bras e nosto susou.
Mascara de carboun o blanchi de poussièro,
Ah! seguen fièr de noste sort:
Lou travaiaire, em’un fiéu d’or,
Courduro pople à pople e frountièro à frountièro.
Vèsto au sòu! anen! d’aut avans!
Li destrau, li rabot, li martèl, li taiant!

Que lou bard rufe e du se façoune à l’escaire,
Que la post plegue en croucinant,
Que lou ferre se change en bechard, en araire,
En se tourdènt dins nòsti man.
Tant de riche doulènt sus si bèu lié gemisson,
An d’argent, avèn la santa,
En travaian poudèn canta,
Car au fiò dóu traval li cansoun espelisson.
Vèsto au sòu! anen! d’aut! avans!
Li destrau, li rabot, li martèl, li taiant!
Dins la poussièro, iuei, noste cors se rebalo,
Deman nòstis enfant, d’un saut,
Belèu se trouvaranau pus aut de l’escalo,
Saren paga de nòsti mau.
Se manjan de pan du, se dourmen sus la paio,
E s’avèn pas tout ploura au brès,
Qu’au mens li que vendran après
Vegon qu’avèn leva li pèiro de la draio.
Vèsto au sòu! anen! d’aut! avans!
Li destrau, li rabot, li martèl, li taiant!
Anen! zóu! travaien pèr l’ivèr de la vido...
E quand saren vièi e malaut
Auren pas à pausa noste tèsto passido
Sus li couissin d’un espitau.
Se li qu’enrichissèn nous regardon pas gaire,
Courage! soun or, si jouièu,
Is ieul de Diéu soun pas tant bèu
Que lou degout que penjo au front di travaiaire.
Vèsto au sòu! anen! d’aut! avans!
Li destrau, li rabot, li martèl, li taiant!

- - -


illustration sur une idée de C. Lacroix


samedi 22 février 2014

Peireto Berengier : Leoun de Berluc-Perussis - Un teourician dóu Felibrige

 
 
 
 
Leoun de Berluc-Perussis
Un teourician dóu Felibrige




_____________________________
Mounde, óublido-me dins ma bòri!


 
Ansin, Berluc coumençavo un de si sounet mai aurian pamens tort de l'óublida e pèr lou miés counèisse se devèn de faire l'inventàri de l'eiretage que nous leissè, i felibre e i Prouvençau. Pèr acò tres font majo: sa courrespoundènci emé Mistral e sa courrespoundènci emé Marieton que soun estado publicado, tóuti dos pèr soun nebout, lou majourau Brunoun Durand e lou proufessour Carle Rostaing, is Annales de la faculté d'Aix en Provence. La tresenco estènt "Les pages régionalistes" de Leoun de Berluc Perussis, publicado en 1917 is edicioun Le Feu, pèr Brunoun Durand e que ié caup la flour de la pensado de Berluc.
A-n-acò fau apoundre l'Histoire du Félibrige de Reinié Jouveau que douno quàuqui sourço privado.

______________________
Berluc e l'Ideau mistralen

L'esperit de Berluc èro óupausant en plen à ço que d'ùni voudrien afourti coume lou retra dóu felibre tipe: disciple de Mistral mai ome estré, estaca au particularisme de soun vilage, saberu d'istòri sus soun clouquié mai incapable d'auboura lis iue en dessus de si colo de neissènço. Berluc, éu, en mistralen vertadié, fuguè l'ome dis ourizoun larg e di visto auto. Voulié respondre à l'ideau mistralen à tóuti li nivèu e dins tóuti li direicioun. Ero tout urous de vèire que, coume lou disié Marieton, "Cette idée, qui ne visait d'abord que la résurrection d'un idiome, est désormais, élargie (…)" (2)  e acò en 1882. S'esplicavo ansin au Moniteur de l'Aude:
De fait, notre œuvre s'attarda, de trop longues années, aux inutilités charmantes. Son rôle social tel que l'envisageait le glorieux résurrecteur de l'âme provençale, n'a été défini que depuis la poussée des jeunes. Ce rôle n'est certes pas une amusette, et le jour où triomphera l'idée du Félibrige total, la République, loin de nous expulser, inscrira notre principal desideratum à l'article premier de sa constitution rajeunie. Pour tout dire en bref, la France aura, comme les Etats-Unis et la Suisse, comme l'Autriche-Hongrie et l'Allemagne, comme l'Angleterre, un régime fédératif, où sans rompre ni seulement distendre le lien national, chaque province s'affirmera dans son individualité. (3)
Counsideran pas la lengo coume uno inutilita, emai siegue "charmante", mai fau recounèisse que Berluc anavo plus liuen que li pichot pouemenet e li taulejado.
"La butado di jouine": aqui Berluc vòu parla de la declaracioun di jóuini felibre federalisto: Amouretti e Maurras en 1892. D'aquéu tèms, Berluc escrivié: Des jeunnes (bénis-soient-ils!) plus hardis que nous ne fûmes, arborent carrément le drapeau de l'indépendance? (4) e dins uno letro à Marieton apoundié: Avais-je raison de me féliciter du coup de tête d'Amouretti qui nous permet d'opérer le tri du froment d'avec l'ivraie. (5)
Es verai que, coume lou faguè remarca Reinié Jouveau, Berluc avié escri quàuquis annado plus lèu:
Vous remarquez, Messieurs, que je ne parle que de la centralisation littéraire et artistique. Quant à l'autre, la centralisation administrative, le Félibrige n'a rien à y voir, et je n'en soufflerai pas un mot car je n'oublie pas que je suis félibre et rien de plus. (6)
D'acò reparlaren. Berluc voulié subre-tout faire coumprene la significacioun de l'idèio mistralenco:
La pervenche, disié, n'est-elle pas l'ordre royal des Provençaux? Et ne dépendrait-il pas de nous de lui donner un sens tout à fait national, en excluant du Félibrige tout alliage étranger, en assignant à l'œuvre mistralienne une signification pleinement libertaire et régionaliste? Mais, hélas! Il me semble, à certains symptômes récents, que nous subissons, à cet égard, un temps d'arrêt, voire un mouvement de recul. On veut ramener le Félibrige à n'être plus qu'une amusette de rhétoriciens. La langue, au lieu d'être la forme et le moyen, serait le fond et le but, comme si la langue signifiait quelque chose séparée des idées qu'elle représente. (7)
Mai la manifestacioun la mai claro d'aquelo idèio de despassa un felibrige de la lengo pèr ourganisa un Felibrige de la vido e de l'acioun, es dins uno autro letro à Marieton que l'atrouban:
(…) je n'en continuai pas moins, cela va sans dire, à regarder la langue comme le moyen et non comme le but de notre croisade pour le relèvement provincial. (…) Je confonds dans un même culte les trois grands initiateurs de la décentralisation: Le Play, qui veut reconstituer la vieille autonomie administrative des provinces et les antiques mœurs de la famille, Caumont, qui a provoqué partout l'étude de l'histoire et des monuments locaux; Mistral, enfin qui nous a rendu avec le dialecte du crû, l'arme la plus puissante contre la pression parisienne. (8)

________________________
Un felibrige internaciounau


En se countentant pas d'alarga, en dounant à l'Idèio felibrenco sa pleno significacioun en Prouvènço e dins li Païs d'O, voulié tambèn la difusa vers lis àutri regioun de Franço pièi, lou veiren, à l'estrangié. Es proumié dins uno letro à Pau Coffinières (9) qu'afourtis, ço que vuei nous sèmblo d'evidènço, que sus li dos ribo de Rose menan la memo lucho emé lou meme large programme régionaliste (…) Lou Felibrige rintro dins soun role resoulu e, de prouvençau devèn prouvinciau. E d'apoundre dins uno letro à Marieton de 1884: J'étais bien sûr que vous en viendriez de l'idée provençale à l'idée provinciale. Le Félibrige est une des façades (la plus artistique assurément) du château Décentralisation. (10)
Aquéu castèu n'en devèn faire lou tour e es dins aquelo idèio d'alarga lou Felibrige e de respondre just à l'Idèio mistralenco foro soun territòri naturau que tre si proumiéri letro se felicito de trouba dins Marieton lou missionaire chez la gent d'oil, de l'idée mistralienne. (11)
Nous naissons (…) dans ce petit cercle qui s'appelle la famille. A son tour, la famille est entourée de cercles grandissants, la communes, la province, la nation, l'humanité.
E vaqui dounc lou Felibrige que se duerb sus lou mounde. Autambèn, vai sèns dire que ié sèmblon estré li vers de Fèlis Gras:

Ame moun vilage mai que toun vilage,
Ame ma Prouvènço mai que ta prouvinço,
Ame la Franço mai que tout.

 
E Berluc ié respond:
 
 Soyons Provençaux autant que Français, Français non moins que Provençaux. (12)

Se pèr éu li regioun de Franço soun tóuti ligado pèr un prougramo coumun; Cette similitude d'aspirations, crée entre-elles, chaque jour plus fraternels, des liens d'indissoluble solidarité. (13) E se brindavo à soun unioun dins uno doublo pensado d'afranquimen amensitratiéu e d'esplimen literàri (14), fuguè tambèn un di principau à trouba de liame emé li païs estrangié.



________________
Tóuti li Prouvènço


Se voulié ispira pèr nautre de ço que se passavo en Souissse e is Estat-Uni. Lou courage di Canadian peréu, l'aurié bèn vougu retrouba en Prouvènço.
Quand je pense, escrivié à Mistral, à ces patriotes canadiens qui en moins de trente ans ont obtenu de la Reine la reconnaissance officielle de leur langue, et que je vois le peu de chemin que nous-autres avons fait, dans la même période, je me dis que la faute n'en est pas au Félibrige (…) mais à notre race (…). (15)
Aquéli païs estrangié, Berluc noun pas li prene soulamen pèr moudèle, encaro e mai que tout n'en voulié faire de fraire de lucho. Lou caratèro internaciounaau e latin de la poulitico felibrenco (16) fasié ges de doute pèr éu. Ansin, en 1900, dins uno vesprado à l'Escolo de Lar de z-Ais respoundié au journalisto escoussés John Manson:
(…) l'œuvre félibréenne (…) ne s'en tient pas au culte de la terre natale. A ce sentiment tendrement égoïste, le Félibrige joint, lui aussi, un élan plus désintéressé vers les races qui, à l'instar de la race d'oc, ont des pages d'histoire à recueillir, un idiome national à sauver, des traditions à transmettre. Nous aimons d'une fraternelle amitié toutes les Provences, sœurs de la nôtre. (17)
"Tóuti li Prouvènço". Oh! la bello espressioun. Devian lucha tóutis ensèn, se devian ajuda, l'un l'autre, en delai li raro. E dóu proublèmo di Flamand, Berluc escrivié à Marieton: C'est, au fond, une question générale que vous avez abordée et résolue. Vos Flamands, ce sont les Provençaux, les Catalans, les Canadiens, etc. Défendre une de ces causes, c'est les défendre toutes (…). (18)
Vaqui bèn l'ourigino de la foundacioun d'un Felibrige internaciounau qu'aurié pèr toco d'apara tóuti li lengo e culturo menaçado. Aquelo idèio veguè lou jour óuficialamen en 1964 quouro un group d'Escandinavo foundè l'AIDLCM (19), assouciacioun noun gouvernamentalo que sa toco es d'apara li minourita, en deforo de tout proublèmo pouliti.
Lou Felibrige, un cop agué Berluc dins si troupo, leissè escapa la foundacioun d'aquel ourganisme vers li païs dóu nord. Pamens i'aderè tre la foundacioun e pèr un trentenau d'annado. Aquéu mouvamen, lou rappelle, es fa coume disié Berluc, pèr apara uno d'aquéli Causo es à dire pèr lis apara tóuti. De lucha pèr lis autre, es tambèn lucha pèr nautre.

______________
Voulèn la liberta


Alarga lou Felibrige e l'idèio felibrenco vers d'àutris ourizoun d'acord, mai encaro fau saupre just e just ço que vòu lou Felibrige. Acò's bèn simple: ço que voulèn es la liberta, disié Berluc.
A parler franc, c'est l'inévitable, la sempiternelle question de la liberté qui s'agite ici, comme en toute controverse française. La vieille indépendance médiévale, confisquée et reconfisquée par Richelieu, pas ses fils de la Convention et par son petit fils de Brumaire, se bute à vouloir revivre; et Paris, le Paris littéraire comme le Paris gouvernemental, voit, Dieu lui pardonne! une sécession en perspective dans toute protestation en faveur des imprescriptibles droits de l'individu, de la commune, de la province ou de la race.
Sécession e vaqui lou dra qu'es bandi, lou mot que fai pòu, l'orre drapèu dóu separatisme!… Berluc voulié la decentralisacioun mai afourtissié, coume lou faguè de longo Mistral, e coume lou faguèron plus tard d' àutri capoulié, soun patrioutisme.
Fau rapela lou "Siguen dounc Prouvençau tant coume Francés e Francés pas mens que Prouvençau" (12). Ero pas 'qui de paraulo separatisto. Pas separatisto nimai lou brinde de Gap en 1882:
Tóuti aquéli Prouvènço soun unido, e soun ourguei n'es grand, en de pople noble. Pas uno que, segur, (parle dóu mens pèr aquéli de nosto Europo pounenteso) pantaie à soun proufié la mendro revisioun de frountiero. Mai tóuti rèston, inbrandablo, estacado à la grandour de soun istòri, à la douçour de si souveni, à l'idiome qu'es lou signe de sa raço. (20)
E Berluc d'apoundre que tóuti li prouvinço, aquéli Prouvènço d'un pau pertout, caminon dins la memo direicioun, vers la memo toco: lou mantenemen vo lou restablimen necite de la vièio unita prouvincialo, aquéu pounderènt necite entre la coumuno e l'Estat. (21)
Berluc prenié voulountié si moudèle à l'estrangié. Vai ansin que vesié au Reiaume-Uni, l'unioun de tóuti li regioun pamens independènto e respetado dins si lengo e si culturo. Lou Reiaume-Uni èro pèr éu uno pichoto federacioun:
(…) c'est là, pour les Ecosses de France, un beau et noble modèle. Les félibres s'en sauront inspirer en leur lutte pour le rétablissement des antiques indépendances régionales au sein de l'étroite unité française. (17)
Li jóuini felibre avien demanda uno coustitucioun federalo pèr la Franço. Perqué ço que marchavo en Souisse e is USA capitarié pas, disié Berluc, pour le pays le plus apte du monde à associer le sentiment de l'unité nationale à celui des libertés de la province, de la commune, de la famille et du citoyen? (22) e se soucitavo de vèire que quelques jacobins d'une part, quelques timorés de l'autre ont frémi à la lecture de leur programme. S'agis, vai sèns dire, dóu prougramo de la declaracioun de 1892.
Berluc apoundié pièi, belèu un pau irouni, qu'aurié sufi de cambia lou mot federalisme pèr regiounalisme, e tout lou mounde aurié aceta.

________________________
De mot, d'idèio e d'equilibre


Regiounalisme, decentralisacioun, federalisme, darrié tóutis aquéli mot, que voulié dire Berluc? Pèr éu, l'ourganisacioun amenistrativo devié èstre trasfourmado, en Franço, en plen.
Se plagnié, en 1893, di fàussi reformo proumeso: (la divisioun pèr arroundimen), la soulo istourico, en Prouvènço au mens, e qu'es ai-las! bèn menaçado pèr lou proujèt de decentralisacioun (que, tout en servant lou mot, supremis la causo e mantèn, pèr uno escampo marrido, li prefeituro atualo). (24)
La decentralisacioun vertadiero devié parteja dins l'equita lou poudé entre lou gouvèr centrau e li prouvinço.
Uno assemblado prouvincialo, uno amenistracioun prouvincialo devon religa aquel urous ensèn. Auran (li prouvinço) dins sis atribucioun tout ço que toco is interès regiounau, que Paris es tengu de se n'en desinteressa en plen. Au contro, lou gouvèr loucau dèura escrupulousamen abandouna au poudé centrau tout ço que tèn de l'interès coumun de la nacioun. Em' aquelo reservo souleto, l'amenistracioun prouvençalo pòu pas èstre afranquido en plen de touto tutello dins aquéli doumaine. Si mèmbre persounalamen majour coume ciéutadan, sauprien, pas, en bono justiço, deveni minour quouro acampon en feissoun si lumiero individualo. Fau de mai qu'aquéu persounau siegue de l'endré e recruta soulamen segound la fourmulo de 1348, demié lis ome dóu païs o lis estajant. Es enfin, indispensable que couneigon la lengo dóu païs. (25)
Reforme que refourmaras, vuei, sian encaro bèn liuen dóu comte. Lou 89 di despartamen, coume disié Berluc, a panca souna. Aquelo decentralisacioun tant souvetado pèr Berluc èro vengudo necito pèr la fauto de Paris:
La France, si admirée antan pour sa diversité harmonieuse, est devenue, règne à règne, loi par loi, une monstruosité gouvernementale. Toutes les composantes de son vieil et merveilleux organisme, ont été fondues en une masse unique, en un centre qui n'a plus ni rayons ni circonférence. Il n'est que temps de compenser la force sans contre-poids qui a produit cet aggloméré confus, par une force centrifuge qui remette chaque élément à son écart normal. (26)
Fraso que meten voulountié en paralèle emé lou discours de Mistral à la Santo-Estello d'Albi en 1882, toucant li cors celèste e l'equilibre necite entre li forço d'atiramen e de repulsioun, dins l'ordre de l'univers.
Pour s'être gavé, sans trêve ni vergogne, du plus pur sang des provinces, Paris étouffe dans sa pléthore, alors que la France agonise anémiée. (27)
Pèr gari la Franço falié dounc descoungestiouna lou cran e faire courre la vido au fin founs dis artèro e di courrado.
L'ideau que devèn persegui e que lou Felibrige n'es que la fourmulo rudimentàri, es que la Franço torne, en literaturo, au tèms que sa vitalita inteleitualo èro espandido liogo d'èstre councentrado. Lou mau à destruire, es l'idroucefalìo. Fau dounc, a priòri, trata lou malaut pèr li revulsiéu que desgajon la tèsto au proufié dis estremita. (28)
Parié coume dins soun discours de la Santo-Estello de Touloun en 1908 quand disié: (…) que Paris es pas la capitalo naturalo de nòsti terro dóu Miejour (…) que pertout e de countùni li revendicacioun de nòsti terraire se tuerton au despoutisme de Paris, que Paris despote noun es meme pas lou tutour e degaio noste patrimòni de tout biais. (29)
 



____________________
Lou 89 di despartamen


Berluc se disié felibre e rèn de mai, e se voulié dounc pas óucupa de decentralisacioun amenistrativo (acò en 1886); n'arribo pamens à escriéure en 1891 (un an manco pas avans la declaracioun di jóuini felibre) aquelo letro letro au nouvèu capoulié Fèlis Gras:
(…) Après les épopées et les chansons doivent venir, le prêche, l'histoire, la philosophie et aussi la politique. Oui, je l'ai dit et je le crierai sur les toits, la politique. Pas bien sûr celle des journaux et des cafés, celle des braillards et des cullotins bleus, blancs et rouges; mais celle qui, bien au dessus des partis, des couleurs de drapeau et des ambitions de Paul ou de Pierre, cherche la paix nationale et la paix humaine; l'accord entre les français, entre les latins, entre tous les gens; la liberté du citoyen, de la commune, de al province; la disparition du gouvernement anonyme des bureaux, de la féodalité des gratte-papiers, qui, depuis deux cent cinquante ans, tient la grande France qu'elle soit provençale ou bretonne, gasconne ou flamande, sous le poids écrasant des idées de paris. Ce ne serait pas trop, n'est-ce pas ? si nous pouvions, à la veille du XX° siècle, voter la mort de ce Richelieu et de ce Bonaparte, que les gens croient enterrés et qui vivent toujours que plus dans les lois, dans la centralisation abominable, dans les 4 ou 500 culs-de-plomb qui,  de Paris, avec un fil d'archal, mènent 38 millions d'hommes censément libres. Ah! Si nous parvenions à démolir cette vieille Bastille! Cela pourrait s'appeler le 89 des départements. Et l'honneur de monter, le beau premier, à l'assaut, revient de droit au Félibrige. Cela fut son but premier, cela sera, beau capoulier, le but de votre capoulierat. (…) (30)
La poulitico, lou "gros mot" a sourti! S'agissié pèr Berluc de la Poulitico em'un P e en deforo de tout parti. Dins aquelo famiho poulitico foro di parti vaqui la plaço que Berluc voulié pèr nòsti prouvinço, pèr li Prouvènço d'Europo e d'Americo coume disié:
Une suprême ambition les tourmente: avoir dans la famille politique dont elles font partie, leur juste place au foyer et au soleil; lutter contre la moderne tendance qui, presque partout, cherche à substituer un mot d'ordre central aux initiatives locales, et l'aristocratie impersonnelle et irresponsable des bureaux au dévouement des citoyens.
Et pour atteindre à cet ardent desideratum, leur moyen d'action est aussi simple que légitime. Je le résumerai en trois syllabes: "s'affirmer". Ce qui signifie: prouver, par l'action et par la parole, à ceux qui souhaiteraient couper la province au pied, comme un bois mort et inutile, que la province est bien vivante, et verte encore sous son écorce séculaire; montrer à ceux qui voudraient confirmer la vie dans le cœur, la vie circulant abondante par tous les membres, et battant jusqu'aux plus lointaines artères. (31)
Berluc èro dounc l'aposte de la decentralisacioun e dóu regiounalisme dins lou respèt e l'unita de la Franço.

_____________
Patrìo e Matrìo


Pèr acò, se faguè l'avoucat de la "Patrìo tout court", diriéu, de Patrìo ni grando ni pichoto e pèr n'en coumpleta l'idèio inventè o pulèu remeteguè à l'ounour dóu mounde un mot de Plutarque bèn óublida: la Matrìo.
Entre la Matrìo que bressè nòsti proumiés an e la Patrìo que nous enebrio de sa fierta generouso, degun a pas lou dre de nous impausa uno preferènci, de reclama uno óupcioun de nosto filialo pieta. (32)
Mai, coume lou disié, en Franço avèn coustumo de ierarchisa:
Le cœur lui-même doit, paraît-il, offrir, comme un train omnibus, des compartiments de toutes classes; et de même qu'un sous-ordre n'a droit qu'à un ticket de deuxième, de même une simple Province ne peut prétendre qu'à un sous-amour.
Il serait temps, m'est avis, de s'entendre une bonne fois sur cette notion du patriotisme qui tend, le centralisme aidant, à dévier de son sens traditionnel. (23)
Es pèr acò qu'escrivié à Carle Maurras:
Le chauvin apprendra de vous qu'il y a, dans le cercle de la Patrie, autre chose que le centre et la circonférence. Vous direz aux adorateurs de Paris nombril, que la nutrition ombilicale est bonne pour le fœtus. Vous demanderez aux dévots de l'Etat tuteur pourquoi les majeurs qui peuvent individuellement contracter et ester deviennent mineurs dès là qu'ils réunissent leurs lumières à titre de conseillers municipaux et généraux. (34)
Aquéu paralèle entre la Patrìo e la Matrìo, Berluc lou vesié flòri dins la situacioun catalano e lou biais de faire de Balaguer que prenié coume moudèle sènso egau de biais pouliti.
Catalan et Espagnol, comme ils sont Provençaux et Français, il confondit en un culte unique - combien pareil et combien fervent! - la religion du Foyer et celle de la Patrie. Pour lui, Barcelone et Madrid, loin d'être des pôles opposés, avaient 2 rôles jumeaux et parallèles à remplir, et un conflit n'était possible entre eux que si l'un prétendait empiéter sur les attributions de l'autre.
Son exemple fut fructueux parmi nous: il contribua à affermir les timorés et à réfréner les excessifs. Nous apprîmes par lui à équilibrer, dans notre programme, les droits impérieux du municipe et de la province avec l'autorité du bien national… (35)

Pèr Berluc, lou patrioutisme èro tout lou countràri de ço qu'avié fa crèire la Republico franceso. Ansin lou disié à la mort de Mary-Lafon:
Mary-Lafon est le dernier demeurant de cette génération d'écrivains méridionaux nés sous la République indivisible, et qui regardaient niaisement le réveil des provinces comme une atteinte à l'unité française.
Coulés dans le moule central, on les eût dit parisiens, et nulle fibre de patriotisme vrai ne vibrait dans ces cœurs pétris par l'Université (…). (36)
E l'an d'après escrivié mai à Marieton:
Les uns ont le patriotisme dans la tête: ils aiment cette entité qui s'appelle la patrie; leur regard est uniquement tourné vers la frontière politique, le cadre. Les autres ont leur patriotisme dans le cœur: ils affectionnent cette réalité qui se nomme le sol; leur pensée s'attache au tableau lui-même, sans nul souci de l'encadrement. Je nomme les premiers chauvins,  les seconds français. Ceux-ci sentent en eux-mêmes la merveilleuse façon d'aimer la France; ceux-là l'aiment suivant la formule ou le préjugé du jour. Ce n'est pas à leur âme, c'est à leur chef politique ou à leur journal qu'ils demandent ce qui est patriotique et ce qui ne l'est pas. Et voilà comme l'attachement aux traditions provinciales, aux dialectes locaux est, pour nous, le facteur premier d'un cœur vraiment français et, pour eux, le signe d'une tendance séparatrice.
C'est ici encore que la religion de S. Paul et d'Horace leur serait d'une grande lumière, en leur apprenant qu'entre l'unitarisme et le fédéralisme il n'y a de pires sourds que les sourds volontaires. (37)

 E dins aquéli sourd poudèn afourti que ié metié li 50 de l'Acadèmi Franceso que si sèti n'en soun reserva à-n-aquéli qu'an un oustau à Paris!…
On est fondé, disié Berluc, à se plaindre de la disparition de l'esprit public, quand on continue ainsi, involontairement, je le veux bien, à détacher des français de la terre de France c'est à dire à tarir le patriotisme dans sa source vive. (38)

_____________
Un juste mitan


Pèr Berluc, la decentralisacioun tèn lou mitan entre l'unitarisme e lou federalisme pamens aquéu federalisme, se pènso que dèu resta la toco, la branco dis aucèu qu'un jour l'acioun felibrenco ajougnira afin de redurre l'acioun de mort de Paris.
Aquelo decentralisacioun, èro la marco memo de soun patrioutisme e de soun matrioutisme, pèr éu decentralisacioun e federalisme voulien dire Idèio Prouvincialo; (39)
E quand definissié aquelo decentralisacioun, la voulié pas fisa i poulitician à la mode parisienne qui bâtissent des constitutions en l'air, sans se douter que les lois d'un peuple préexistent et qu'il s'agit de les découvrir non de les inventer. (40)
Retrouban aqui li mot dóu capoulié Devoluy pèr sa 1° Santo-Estello à Pau en 1901:
Li grand proujèt de coustitucioun regiounalisto a priòri que trop de bon jouvènt escapa dis Universita e quàuqui badau de tout age imaginon voulountié sus lou papié, lougicamen, sentimentalamen, sènso belèu s'avisa que lou sentimen e la lougico courrènto mènon gaire l'evoulucioun soucialo. (41)

__________________
Li grand mot en isme


Venèn de nada dins de palun de mot en isme: decentralisme, federalisme, etc. mai Berluc es aqui encaro, pèr tira tout acò au clar.
Noste prougramo, disié, en 1998 au coungrès regiounalisto de Volx, les timides d'arrière-garde l'appellent encore comme il y a 40 ans la Décentralisation; les jeunes éclaireurs du XX° siècle l'étiquètent bravement le Fédéralisme, mais, pour le quart d'heure, à l'étape où nous la voyons arrivée, elle ne peut, à mon humble sens, se nommer autrement que Provincialisme. (42)

Mai es, bèn segur, dins uno letro à Jóusè d'Arbaud que s'esplico lou miés sus lou voucabulàri:
Nous appelions cela, en mon temps, la décentralisation, un mot presque séditieux alors, mais qui, par malechance, était en caoutchouc, si bien que chacun la pouvait étirer ou contracter à sa guise, ce qui permit à l'Empire de le faire sien et d'en décorer d'illusoires réformes.
Il perdit ainsi sa signification et la portée que nous lui avions attribuées au début. A peine est-il retenu à cette heure par les timorés, par ceux qui liés plus ou moins prochainement à la machine parisienne se contentent du  minimum de liberté provinciale (…)
Avec raison vous réclamez, pour l'inscrire sur votre bannière un vocable moins usé, plus osé. Celui qui a vos préférences aurait pareillement les miennes, s'il n'avait le désavantage majeur d'être rivé, dans l'histoire, au souvenir d'un parti. Le mot a été guillotiné par Samson, en même temps que les hommes qui l'incarnaient et ce baptême sanglant a fait, dans nos annales fédéralisme équivalent de Gironde.
Or, à mon sens, une œuvre qui entend se désintéresser des vulgarités de la politique et planer au dessus des groupements, doit s'abriter sous une désignation neuve et vierge.
Neuf, au moins chez nous, est le mot Régionalisme et j'avoue qu'il me tenterait fort, si notre ami Tourtoulon ne le déconseillait, par cette considération, que nos voisins de Catalogne l'emploient en un sens qui, exact en terre espagnole, deviendrait dangereux en pays de France. Reste, mon cher ami, un terme qui ne peut que sourire à un Provençal "de la bonne", celui de Provincialisme. (43)

Mai Berluc sabié dire emé finesso: Qu'importe d'ailleurs le vocabulaire, si nette est la pensée! Visons et, la fumée dissipée, nous saurons où a frappé notre balle… (44)
Fin finalo, decentralisacioun vo federalisme, acò 'ro que de mot e l'impourtant èro lou prougramo: Peut-être sera-t-on d'accord quand on en viendra à exhiber, de part et d'autre, son programme. (45 bis)

Lou prougramo, Berluc lou definissié just e just:
Pas plus sous le principat de Mistral que sous celui de ses successeurs, le Félibrige n'a frôlé la politique. Il est et restera une ligne libertaire, vouée à une revendication exclusive, le droit pour les provinces de conserver, dans la solidarité de la marqueterie française, leur individualité traditionnelle. Ce programme est compatible avec toutes les opinions; il est réalisable sous tous les régimes. Je ne sache pas de république aussi ouverte que celle-là. Aussi y vient-on, et y viendra-t-on de plus en plus, des points les plus opposés de l'horizon social. (46)
_________________________
Lou teourician dóu Felibrige


Teourician dóu Felibrige l'èro fin qu'i mesoulo e touquè en tóuti li proublèmo, meme aquéli dóu Felibrige lenguisti e literàri.
Vai ansin que dounè soun avejaire sus l'Histoire du Félibrige de Gastoun Jourdanne:
Les réformateurs sont parfois des hommes de génie, mais presque toujours des orgueilleux ou des toqués. Donc sur la question orthographe je ne suis nullement disposé à les suivre. (47) e seguissié pièi un autre avejaire, que fau cita mai que lou poudèn plus segui. D'efèt, lou proublèmo dialeitau es mai founs que la simplo questioun d'ourtougràfi e vaqui ço que n'en disié Berluc:
Pourtant, j'ai fini par me trouver une règle qui concilie, il me semble, les légitimes prétentions des parlers locaux et la nécessité d'une langue littéraire qui serait leur lien commun. Pourquoi chacun de nous n'emploierait-il pas son idiome particulier quand il s'agit d'une œuvre locale, discours, brinde, chanson, cantique, conte, destinés au public indigène, et l'idiome mistralien quand il s'adresse à un public plus étendu, quand il parle au Félibrige tout entier? (…)
Nous aurions comme je l'ai écrit quelque part, notre idiome des jours et notre langue des dimanches. Cette règle, bien simple, mettrait d'accord nos patriotismes de clocher et le devoir de nous présenter unis par un même langage, en face des franchimands. (48)

Vese pas ço que nous metrié d'acord d'óubliga lis autre à aprene nosto parladuro. Berluc escriguè acò au siècle passa, poudèn plus vuei pensa parié qu'acò rapello lou discours de Devoluy à la Santo-Estello d'Arle en 1905. Soun tant malengaubia l'un coume l'autre emai l'intencioun fuguèsse belèu bono.
Se voulèn que nosto lengo roudanenco o maianenco coume disié Berluc, fugue respetado devèn respeta lis àutri parla di Païs d'O e ié devèn douna li mémi dre en tóuti, meme aquéu d'èstre "parla lou dimenche"!
Refusan l’óucitan estandard, refusarian parié que nous impausèsson lou biarnés, l'auvergnat, lou gavot o lou nissart, adounc devèn nautre, leissa li Biarnés, lis Auvergant, li Gavot e àutri Nissart parla à sa modo quete que siegue lou loucutour e l'escoutaire, e 'cò "meme lou dimenche"! Sarié èstre bèn mespresous d'apichouti li parla naturau en quàuqui situacioun particuliero soulamen. Leissen dounc acò à l'ami Taupiac d'escriéure soun dialèite i gènt dóu païs e "l'óucitan estandard" quand escriéu vers lis àutri regioun (49), coume se fuguessian pas capable de coumprene, nautre peréu, lou gascoun vertadié.
Noun, aqui poudèn plus segui Berluc, lou tèms a passa, li biais de viéure e de pensa tambèn, e lou roudanen pòu pas, dèu pas, deveni aquelo lengo imperialisto que refusan.
Poudèn pas supremi la centralisacioun parisenco ni l'imperialisme de la lengo franceso pèr n'impausa uno autro, ni de Toulouso, ni de Maiano. Segur que, long dis an, emé li media li viage e l'ensignamen un parla s'impausara; mai acò dèu veni soulet e poudèn pas dire, vuei, que sara.
Ço que me fai pantaia dins tout acò es que Berluc apoundié, belèu em' un risoulet:
En attendant, pour Dieu! Pas de petites chapelles, pas de divisions sur les secondaires et étroites questions de revêtement linguistique. (50)
Acò vòu segur pas dire que se devèn ignoura lis un lis autre. Parla e escriéure soun propre dialèite empacho pas de coumprene lis autre. Sarié pas pensable que de l'autro man de Rose coumprenguèsson pas lou prouvençau e pousquèsson pas legi Mistral, d'Arbaud, Delavouët, etc. De noste coustat, devèn faire l'esfors de coumprene li Camelat, li Boudou, li Mouly, quete que siegue soun parla vo sa grafìo.
Leva d'aquéu poun un pau tihous, Berluc fuguè recouneigu pèr tóuti pèr un mèstre dóu regiounalisme dins tóuti li mitan interessa.

_______________________
Quàuquis avis à soun sujèt

- Dóu pouèto, Mistral escrivié: Es un de nòstis escrivan li mai charmant e li mai fin qu'aquéu Berluc qu'esberlugo, Berluc que dóu frejau fai giscla li belugo. (51)
- Soun nebout, Brunoun Durand que lou definissié coume filousofe e pensaire apoundié:
Ce fut un des théoriciens les plus écoutés de la décentralisation. Sa correspondance formerait un admirable traité de doctrine félibréenne. (52)
De ce petit nombre de prophètes du régionalisme fut Leon de Berluc-Perussis. Ce fut à la fois un précurseur et un maître. (47)
- Lou role de Berluc fuguè aquéu d'un dóutrinaire d'elèi tant coume d'un counseié. Sis escri fuguèron pas sènso pesa sus l'óurientacioun dóu mouvamen prouvençau e Amouretti poudié escriéure: Si en littérature nous sommes les disciples de Mistral, en ce qui concerne la politique félibréenne, nous procédons de Monsieur de Berluc-Pérussis. (53)
- Fuguè en tèsto di disciple de Mistral que n'en fuguè l'ami fidèu, lou coumpan de lucho e meme de cop que i'a l'inspirateur éclairé (54), coume disié Brunoun Durand.
- Reinié Jouveau, éu, dins soun Histoire du Félibrige nous dis que dins Berluc, Mistral avié trouba le meilleur de ses lieutenants. (55)
- Tèn d'acò qu'à la mort de Fèlis Gras de mounde coume Gastoun Jourdanno pensèron à Berluc coume Capoulié: Je me suis donc adressé, à celui qui, dans ces derniers temps, a nettement revendiqué pour le Félibrige la nécessité de s'orienter vers le régionalisme, donné à cet égard quelques précisions lumineuses et inspiré la plupart des actes émis en ce sens as la jeunesse félibréenne. (56)

____________
Lou mistralen

 Fau nouta de quant Berluc èro mistralen, de quant èro d'acord emé l'Idèio mistralenco, qu'avié, éu, sachu coumprene e segui…
Vaqui pèr eisèmple ço que disié à Mistral en 1881:
M. de Caumont a poursuivi pendant un demi-siècle une admirable campagne de décentralisation, il a rendu d'immenses services aux travailleurs de la Province; mais son œuvre, froide comme le marbre et les vieilles pierres, n'a su trouver dans notre midi ni apôtre ni durée. Et voilà qu'aujourd'hui son successeur, impuissant à rien faire à la tête de l'Institut des Provinces remue comme syndic d'Aquitaine les cœurs et les montagnes. C'est que la vraie forme de la décentralisation est là. Caumont, sans le savoir a été votre précurseur; mais il n'a trouvé que l'idée provinciale, vous en avez donné al formule définitive. (57)

_________
Pèr acaba


Fau encaro cita uno letro de Berluc à Mistral que se devino au cop uno proufessioun de Fe e un testamen espiritau.
(…) Sian tóuti maucoura, dins lou counsistòri, de vèire la marrido fe di Panfrancioutisto, e soun enrabiamen contro de nàutri. Acò fai que nous fourtifica que mai dins nòsti cresènço e noste enavans. Mai vous enganas, crese, bèu mèstre, quand disès que finiran pèr vous despatria. Saran pas tant viedase. Sarié lou mejan lou meiour de douna à la Causo la forço e l'espandimen que ié souvetan. Pèr moun comte, dous o tres an de presoun me farien pas pòu, talamen siéu assegura que farien de bèn à l'Idèio prouvençalo e boulegarien lou patrioutisme dis endourmi. Car es pas la lagno di nourmalian de Paris que m'atristo, es l'indiferènci di pisso-fre de Prouvènço. Quand pènse à-n-aquéli patrioto canadian, qu'en mens de trento an, an óutengu de la Rèino la recouneissènço óuficialo de sa lengo, e que vese lou pau de camin que nautre avèn fa, dins la memo escourregudo de tèms, me dise que la fauto es pas au Felibrige qu'a cènt cop mai fa que li letru canadian, mai à nosto raço qu'a sachu, jusqu'aro, ni vous entèndre ni vous segui. I' a que la poulitico qu'apassiouno noste tèms e noste païs. Se li Prouvençau avien, pèr la Prouvènço, la mita de l'amour qu'an pèr li grand mot vueje di rouge, di blanc e di blu, tóuti li palais escoulàri di cinq despartamen sarien d'escolo de lengo d'O. L'Amouretti avié bessai pas tort, quand disié, i'a gaire, que lou Felibrige devendra obro poupulàri e universalo que lou jour ounte ligara soun sort à-n-un idèio poulitico, bono o marrido; au bon besoun à l'idèio federalisto. Mai sian bèn liuen d'aqui. (…) (58)
 Aro, se poudèn pausa la questioun de saupre se de teourician de trìo coume Berluc an pesa e dins queto mesuro, sus lou mouvamen naciouanlisto francés. Uno questioun que sarié proun ouro de cava, vuei, que Paris sèmblo de vougué… belèu… un pau…
 
E leissarai li darrié mot à Berluc qu'escrivié à d'Arbaud:

Le jour où, bout à bout, se souderaient l'expérience acquise et celle à acquérir, ce jour seulement, individus, familles et nations seraient vraiment en route vers le progrès. (59)
 
 
 Peireto Berengier
 
 



*+*+*

 
Pages régionalistes (P.R.)de L. de Berluc_Pérussis, pref de B. Durand p.9.
Courrespoundènci Berluc-Marieton (Cor.B.Ma.), 3 de desèmbre 1882.
L.B.P. au "Moniteur de l'Aude", abriéu 1901, cita pèr R. Jouveau dins Histoire du Félibrige (H.F.T2).
P.R., p.33.
Cor.B.Ma 1892, p. 188.
Revue Félibréenne (R.F.) T2, pp 311-312, cita pèr R.Jouveau H.F. p. 192.
Cor.B.Ma, 1° mars 1898.
Id. 12 janvié 1883.
Cf. noto 4.
 Cor.B.Ma, 11 de nouvèmbre 1884.
Id. 30 de desèmbre 1882.
 P.R. p. 26
 Id. p.31.
 Ibidem.
 Cor.B.Ma, 17 nouvèmbre 1888.
 P.R., p.29 noto 1.
 Régionalisme et décentralisation: Ecosse et Provence. Imp. Bourely, Aix 1900.
 Cor.B.Ma, pareigudo dins la Revue Lyonnaise mars-abriéu 1884.
 AIDLCM: Assouciaciou Internaciounalo de Defènso di Lengo e Culturo Menaçado.
 P.R. p.30.
 Id. p.31.
 Id. p.34.
 Declaracioun dóu 2 de febrié 1892. Cf. Aiòli, 7 de mars 1892.
 Cor.B.Ma,11 desèmbre 1893.
 P.R. p.27.
Id. p.37.
 Id. p.38.
 Cor.B.Ma, 23 de mars 1885.
 Discours de Devoluy: Cf. Armana Prouvençau 1909.
 Letro de Berluc à F. Gras. Aiòli 7, setèmbre 1891.
 P.R., p.31.
 id. p. 24.
 id. p.23
 Letro de Berluc à Maurras, arch. B. Durand, citado pèr R. Jouveau dins HF T2 p263 noto 3990.
 Cita pèr R. Jouveau dins HF T2 p. 280.
 Cor.B.Ma, 2 d enouvèmbre 1882.
 Id. p.29.
 P.R., p.58 noto 1.
 Id. p.29.
 Discours de Devoluy, A.P. 1902.
 P.R. p.22.
 Id. p.38.
 Id. p.40.
 Cor.B.Ma 1892 (p.188).
 P.R. p.62.
 id. p.41.
 id. p.42.
 J. Taupiac cita pèr Jan Grangé dins Remembres 84.
 P.R. p. 43.
 Id. pref. p.14.
 Id. p.15.
 Id. p.16.
 Id. p.15.
 R. Jouveau, HF T2 p. 128.
 Id. p. 289.
 Courrespoundènci Berluc-Mistral, 3 de nouveèmbre 1881.
 Id. 17 de nouvèmbre 1888.
 P.R. p.37.





   







jeudi 20 février 2014

Sur une idée & une présentation de Yves Gourgaud : Mistral traduit en cévenol par Henri Bel, Boloraubo (Valleraugues)






Mistral traduit en cévenol


Il y a 120 ans, en 1894, la Revue de Philologie Française avait eu la bonne idée de publier seize traductions littérales (mot à mot) d’un passage de Mirèio, afin de pouvoir montrer les similitudes et les différences entre parlers d’oc. C’est Henri Bel, de Valleraugues (dialecte occidental viganais), qui avait fourni la seule version cévenole de cette riche collection, et nous voulons rendre hommage au grand Provençal, à l’occasion du centenaire de sa mort, en redonnant cette traduction dont nous conservons la graphie, qui est bien plus phonétique que littéraire (d’où les W et les K qui pourraient surprendre dans un autre contexte). 
Afin de favoriser la comparaison, nous redonnons aussi le texte original provençal. Le passage est tiré du Chant V : La Batèsto (édition Fasquelle 1968 : page 170 sq.)

Ce double texte vient d’être republié dans l’Armagna Cevenòu 2014, aux éditions populaires Aigo Vivo. Pour obtenir cet ouvrage (qui n’est disponible dans aucune librairie) : chèque de 5 euro à l’ordre de : Yves Gourgaud. Adresse postale : Yves Gourgaud, 56 avenue du 8 mai, 30520 Saint-Martin-de-Valgalgues.



*+*+*







Un vèspre dounc, en la Crau vasto,
Lou bèu trenaire de banasto
À l’endavans d’Ourrias venié dins lou draiòu.
    Lou tron d’uno chavano acipo
    Lou proumier aubre que lou pipo,
    E, l’iro bourrelant si tripo,
Veici coume parlè lou doumtaire de biòu :

Un bèspre doun, din lo Kraw basto,
Lou poulit trenayre de deskos
Ol doban d’Ourrias benyò din lou koroyrou.
Lou tron d’un owratche deskapo
Lou proumyer awbre  ke l’otiro,
E, lo koulèro rebiren sos tripos,
Bedj’oysi  koumo porlèt lou dountayre de byows:
 
“Es belèu tu, fiéu de bóudrèio,
Que l’as enclauso, la Mirèio ?
En tout cas, o’speia, d’abord que vas d’alin,
    Digo-ié’n pau que m’enchau d’elo
    E de soun mourre de moustelo,
    Pas mai que dóu vièi tros de telo
Que te cuerbe la pèu !... L’auses, bèu margoulin ? »

« Es belèw tu, fil de rebolodis,
Ke l’as ensourselado, Mirèio ?
En tou’kas, espeiat, per ke bas end’obal,
Digo-li’n paw ke mi sousiye d’elo
E de soun mourre de djoneto
Koumo del byèl petas de telo
Ke ti sayo lo pèl !... ou owzises, poulit morgoulin?”
  
Vincenet ressautè : soun amo
    Se revihè coume la flamo ;
Soun cor ié boumbiguè coume un fiò grè que part :
    « Panto ! vos dounc que te coustible
    E que moun arpo en dous te gible ? »
    Ié fai en l’alucant, terrible
Coume quand, afama, se reviro un léupard.

Binsenet tresowtèt ; soun amo
Si derebeyèt koumo lo flamo ;
Soun kur li tresowtèt koumo’n fyoc « grec » ke portis :
« Bowryen ! bos doun ke t’omoluge
E ke moun arpo en dous ti djimble ? »
Li fay en l’ogotchen, torriple
Koumo kant, ofomat, si biro un lèopar.

    E de soun iro li trambleto
    Fasien freni si car vióuleto.
« Sus la gravo, dis l’autre, anaras mourreja !
    Car as li man trop mistoulino,
    E noun siés bon, raubo-galino,
    Que pèr gibla’n brout d’amarino,
Pèr camina dins l’oumbro, e pèr gourrineja ! »

E de so koulèro lo tromblado
Fozyò freni sos kars byowletos.
“Su’lo grabo, dis l’awtre, onoras t’omoura!
Kar as los mans trop lizos,
E noun syos bwo, rawbo golinos,
Ke per djimbla’n romèl d’omorino,
Per komina din l’oumbro, e per fenyondedja!”

    -O, coume torse l’amarino,
    Respond Vincèn qu’eiçò’nverino,
Vau torse toun galet!... Ve ! ve ! fuge, se pos,
    Fuge, capoun, qu’ai la maliço !
    Fuge o, Sant Jaque de Galiço !
    Reveiras plus ti tamarisso,
Car vai, ’quest poung de ferre, embreniga ti os ! »

- Oi, koumo twose l’omorino,
Respwòn Binsen, k’oko’nterino,
Ti baw twose lou kwol!... Bei, bei, fudgis se pwos,
Fudgis, kopoun, soui en koulèro !
Fudgis, ou, San Djakes de Goliso,
Beiras pa pus tos « tomorissos »,
Kar bo’kel poun de fèrre omenuda tous oses!”

    Meraviha de trouva’n ome
    Sus quau enfin sa ràbi gome :
« Un moumen ! ié respond lou vaquié regagnous,
    Un moumen, moun jouine tòchi,
    Qu’abren la pipo !... » E de sa pòchi
    Tiro un boursoun de pèu de bòchi
E’n negre cachimbau qu’embouco ; e desdegnous :

Estounat de trouba’n ome
Sus kal enfi boumi so ratcho:
“Un moumen, li respwòn lou bokyè regownyous,
Un moumenet, moun djouine baw,
K’oloken lo pipo !... » E de sa potcho
Tiro’no bouseto en pèl de bouk,
E’n negre « kotchimbaw », k’enbouko ; e mesprezen :
   
 “Quand te bressavo au pèd d’un ourse,
    T’a jamai counta Jan de l’Ourse,
Ta bóumiano de maire ? à Vincèn diguè’nsin.
    I’a Jan de l’Ourse, l’ome double,
    Que, quand soun mèstre, emé dous couble,
    Lou mandè fouire si restouble,
Arrapè, coume un pastre arrapo un barbesin,

« Kan ti bresabo’l pè d’un « ourse »
T’o djomai kountat Djan de l’Ourso
To korako de maire ? li fogèt o Binsen :
Djan de l’Ourso, l’ome douple,
Ke kan soun mèstre, embe dous kouples,
Lou mondèt lowra sous rostouls
Orropèt, koumo’n pastre orrapo’n borbal,

    Li bèsti tóutis atalado,
    E su’no pibo encimelado
Li bandiguè pèr l’èr, emé l’araire après.
    E tu, marrias, bonur t’arribo
    Qu’apereici i’a ges de pibo !... »
    - « Levariés pa’n ai d’uno ribo,
Grand porc ! n’as que de lengo ! » E Vincèn, à l’arrèst,

Los bestyos toutos otolados
E sus uno piboulo o simo nawto
L’escompèt en l’èr, embe l’oraire oprès !
E tu, bowryèn, as de bwonur
Ke per oisi, i’age pa djes de piboulos !
- Leboryòs pa’n aze d’uno razo,
Gran pwor ! Syos pa ke lengo » ; e Binsen o l’orèt,

    Coumo un lebrié tanco un bestiàri,
    Tancavo aqui soun aversàri.
« Que, digo ! ié cridavo à s’esgargamela,
    Long galagu, que t’estrampales
    Sus ta ganchello, bèn ? davales
    O te davale ?... Cales ? cales,
Aro qu’anan saché quau tetè de bon la ? »

Koumo’n lebryè ten uno bèstyo
Tenyò oki soun enemi.
“Digo’n paw! li kridabo o s’enrowkezi,
Lon gran golompyan, ke ti kares
Sus ta roso, dobalo! Dobalo(1)
Ou ti dobale?... Kales? Kales
Aro k’onan sawpre kal tetèt de bwòn latch. »

 

Henri Bel, Boloraubo (Valleraugues)


(1) Bel a traduit un impératif là où Mistral avait écrit un indicatif : la traduction littérale serait « dobales » (cf. « kares » et « kales »).
 


Présentation et note : Yves Gourgaud.



*+*+*+*



mardi 18 février 2014

S.A Peyre : UN AUTRE NOUVELUN... - Marsyas2 a 5 ans -





L Della Flora : St Louis au gabian
Sète - 2013 - copyright


UN AUTRE NOUVELUN...

Un autre nouvelun caresso lou campèstre,
E fai giscla li flour.
Mai la voio, moun cors, t’abandouno à grand dèstre,
E te perdes que mai dins la lus e l'amplour.
 
Quand auras couneigu, dins lou retour eterne,
Gaire mai de sesoun,
Toumbaras, abena, vers l'óublit sènso terme,
A tras lou tèms que duro e li causo que soun.
 
Gaire enchau, cors pourri, que te mudes sout terro,
E remountes i jour
Dins la sabo de l'aubre o l'aigo que s'esmèro
E que lindo flouris i labro de l'eissour,
 
Se rèn de toun desir e se rèn de ti sounge
Ressuscito de tu,
Se de ta vido pauro e de toun court vieiounge,
A ges d'àutri parié, tout demoro perdu.
 
Car tout ome es unen; n'i'a ges dóu meme mole,
Ni dóu meme secrèt.
Sus lou bord dóu noun-rèn que toun amo tremole,
Incouneigudo meme au mai vèr di regrèt.


*+*+*+*

dimanche 16 février 2014

Nicola Dal Falco : LA GANA - Miti ladini delle Dolomiti – Le Signore del temp

La gana



Qui, il cielo, un cielo con tutte le sue implicazioni metafisiche, si è fatto strada, scavando un sentiero al vuoto. L’ha allargato abbastanza, perché i fianchi dei monti avvertissero il peso alternato della luce e dell’ombra.Perché la ruota del tempo incidesse a suo estro un solco, rivolto a mezzogiorno e vi aggiungesse dei segni.
La val dala Saliéries conduce fino ai piedi della Forchetta.  Due punte di roccia che si divaricano abbastanza da formare qualcosa di diverso anche rispetto alla bellezza della lettera V. 
Qualcosa di più fisico, solenne e vibrante dello stesso segno alfabetico che, semmai, allude, custodendo il vero arcano.
La valle sale nel proprio abbandono, mutando velocemente pelle dal verde magro e ostinato degli ultimi prati al grigio, ora sfarinato ora metallico, dei ghiaioni.
L’anima raschiata e limata delle cime scivola giù e colma pian piano il pendio, compiendo da millenni il percorso inverso dopo essersi innalzata per il doppio dell’altezza da cui oggi si eleva.
Un desiderio orizzontale, un ritorno al mare delle origini, gratta via, giorno dopo giorno, un po’ del profilo sognante.Se non si percorre la valle con gli occhi spalancati dell’immaginazione, difficilmente, si leggerà nel corpo della montagna l’impronta della gana, dea minore, ninfa o, più probabilmente, una faccia delle Signore del tempo.
Per i viaggi ai confini del mondo, fuori dall’ordine stabilito che la comunità difende, aggrappandosi al filo teso dagli antenati, fin dove arriva la memoria ed oltre, serve qualcuno diverso, marginale rispetto al ritmo condiviso della vita o qualcuno di semplicemente straniero.
Qualcuno che possa farsi carico della beffa, di un’informazione che sia al tempo stesso vitale per gli altri e pericolosa, forse mortale, per se stesso.
Chi la riceve come un dono avvelenato ha l’occasione di conoscere il risvolto delle cose, di trovare nella misura troppo piena il proprio colmo e l’antidoto corrispondente.
In un tempo, né remoto né troppo recente, giunse a Gardena un pastore, portando con sé le sue bestie. Bestie robuste, vacche con l’occhio vigile e i fianchi affilati dal lungo viaggiare, provviste di quello sguardo ardente, fatto apposta per seminare possibilità.
Chiedevano, come lo straniero, un buon pascolo.
Nelle siepe di mezze risposte ricevute, fu pronunciata anche quella cattiva: «se sali fino a Ferméda, troverai erba a sufficienza».
Silenziosamente, la fila bruna di vacche riprese a salire, rubacchiando l’erba ai bordi del sentiero.
Ad un certo punto la salita divenne penosa. Il lento tonfo degli zoccoli mutò musica in uno stridere di sassi che non davano presa.
La mandria si ritrovò sparsa su un ghiaione a metà esatta della giornata.
Ora fatata, inquieta, così squillante da contenere un che di lugubre, di troppo, appunto.
Lo straniero girò in tondo lo sguardo. Nessun rumore addolciva la luce implacabile.
Passò qualche istante a fissare il Sas Rigais, solcato da ciclopiche unghiate.
Poi, di nuovo il cielo, altrettanto nudo, fino a che non gli parve di vedere l’ombra di qualcosa scivolare a tratti, lungo i camini più profondi.
Il cielo restava vuoto, ma ora un velo di vapori, una nube leggera, occhieggiava dal fianco della montagna.
Nube o acqua che salta, invitava ad avvicinarsi fino a dei massi caduti.
Come si può descrivere una gana, la custode della val dala Saliéries?
Il viso e il corpo fluttuavano costantemente in un opaco chiarore, mentre lo sguardo uncinava qualsiasi essere le si fosse trovato di fronte.
Non erano mai incontri casuali.
«C’è un passaggio per uscire dalla valle»? – le chiese lo straniero.
«No, la valle finisce qui».
«Se non trovo dell’acqua, le vacche moriranno lungo la strada del ritorno».
«Lasciale e seguimi». – rispose la gana.
Il pastore si mise a camminare dietro la nube che pur conservando un vago aspetto femminile brillava iridescente come il collo di un colombo. Anzi, più volte, ebbe l’impressione che la gana entrasse e uscisse da un corpo piumato o ricamato di scaglie.
Arrivarono, infine, ad un crepaccio che, qualche metro più sotto, si allargava, formando una camera, lastricata di ciottoli e sbarrata in fondo da una lastra di ghiaccio.
Più che una porta, la lastra era una tenda che il braccio della gana scostava e animava, lasciando intravedere al di là una colonna liquida.
Dietro la lastra, l’acqua occupava un abisso senza echi, scorrendo placida nelle due direzioni, colma come un fiume di forme guizzanti.
«Avvicina la mano e tuffala dentro». – gli disse.
Immersa fino all’avambraccio, la mano comunicò al resto del corpo una sensazione indistinta di calore e di freddo, poi un tremito e, infine, una pressione intollerabile al punto che l’uomo la ritrasse di colpo.
Insieme alla mano, venne dietro anche l’acqua, con il suo corteo di cose vive, disegnando un angolo acuto nell’aria. Le dita la sfioravano e la trattenevano all’altezza del petto. Istruito dalla gana, le abbassò fino a terra, lasciando che l’acqua, scivolando sul palmo, scorresse tra i sassi fino all’esterno. Dal crepaccio, con impeto sempre maggiore, era nata e cantava una cascata.
Immediatamente, il ghiaione si coprì d’erba, riempiendo il ventre alle vacche.
La gana stessa, mostrandosi per la prima volta in carne ed ossa, si mise subito all’opera e dal latte, appena munto, con meravigliosa rapidità, cominciò a modellare forme di formaggio.
Ogni volta, le bastavano due giorni per terminare il lavoro. Per il resto, la sua presenza era di difficile interpretazione, relegata nel fondo dell’aria, a improvvisi cambiamenti atmosferici, spesso preceduti da aromi comuni di terra, di fiori, di cielo, di nuvole, di pietre…
Il pastore lo sapeva bene: era proprio l’acuirsi dell’olfatto a segnalarne il passaggio. Lui ricambiava come poteva, raccogliendo al volo la fragranza con le mani unite a coppa.
Di notte, invece, le belle visioni e i miseri sogni s’aggrovigliavano, togliendogli spesso il fiato, accompagnati dalla sensazione di una perfetta, felice, solitudine che restituiva subito il sonno e chiamava nuove immagini.
Evidentemente, la gana sapeva intrecciare presente e passato, rimescolarli in un’unica corrente senza moto, dove il prima e il dopo, l’alto e il basso avessero poca o nulla ragione per opporsi, dividendosi come fanno i pensieri e le emozioni.
L’acqua, celata nel crepaccio, continuava ad innalzarsi e a ricadere lungo lo stesso asse. La valle irrigata viveva nella grazia astratta, minuta e senza peso, d’ogni perpetuo attimo.
L’autunno arrivò preciso, nel tempo assegnatogli, lasciando declinare le cose in modo diverso.
Con le prime nevicate, la mandria dello straniero era già in valle, per farsi ammirare. Le bocche dei paesani traboccarono di elogi e d’invidia.
A carnevale, trovò moglie, facendo scorrere lentamente gli ultimi mesi invernali.
Poi, tornò l’estate e la coppia salì insieme a Ferméda. Il pastore non più straniero pensava ancora alla gana, imbarazzato e silenzioso.
L’allegria della moglie, la sua buona volontà gli parevano fuori luogo lassù. Era incalzato dai ricordi che si riaffacciavano con una dose pericolosa di mistero e d’intimità.
Quella sera stessa, la gana si presentò a tutti e due in forme umane: forte, decisa, padrona di gesti e parole già usate. Anche bella per quanto le concedesse la sua natura fatale.
La sposa si sentì mancare. Reagì e prima che l’emozione potesse di nuovo travolgerla, prese un sasso, gettandolo contro la gana. Il sasso attraversò la figura beffarda a cui non servirono parole per maledire l’uomo, la donna e il luogo che si erano scelti.
Fu così che la valle iniziò a perdere qualcosa, offuscando la propria immagine.
Il torrente s’intorbidì e rallentò fino a sparire del tutto; l’erba seccò e gli uccelli rimasti cambiarono lingua, ritirandosi sui picchi; l’uomo e la donna, offesi dal destino, si chiusero in se stessi, compiendo con fatica i più semplici gesti.
Dopo l’abbandono della gana, il pastore tentò a lungo di raggiungere il crepaccio da cui scaturiva la fonte e le acque celesti e sotterranee si univano, formando un’unica colonna di nascite e rinascite.
Era come se la montagna avesse deciso di allungare i propri silenzi fino al punto di non dire, di lasciare che le risposte sotto gli occhi di tutti fossero cambiate in domande ossessive.
Persa l’entrata, si vedeva ancora una vena, giusto un filo d’acqua luccicare sul ghiaione, affiorare e scomparire, risucchiato dallo sfasciume di rocce.
Marito e moglie si misero a scavare, seguendo la traccia, allargando il fosso e collegandolo con una via aerea di tronchi, tagliati e svuotati, attraverso cui si udisse insieme al gorgoglio dell’acqua anche il fruscio del tempo, passato al setaccio.



*+*+*+*




Miti ladini delle Dolomiti – Le Signore del tempo
di Nicola Dal Falco
 

con le glosse e il saggio Nei Labirinti del tempo di Ulrike Kindl  
foto di Markus Delago

Istitut Ladin Micurà de Rü   www.micura.it
 

Palombi Editori www.palombieditori.it

Roma 2013
pagine 208
15 euro



*+*+*


I miti ladini delle Dolomiti presentati al Senato della Repubblica italiana il 20 febbraio 2014 : 



 

vendredi 14 février 2014

Sur une idée & une présentation de Yves Gourgaud : La pèiro plantado - Un conte lozérien d’Emile Philip

 
 
 
 
La pèiro plantado
Un conte lozérien d’Emile Philip


    Emile Philip continue la tradition de prosateur en langue cévenole initiée dans sa famille par son oncle, l’abbé Jean-Baptiste Philip. Ce dernier, né au Bouchet-de-Chadenet (canton du Bleymard) en 1899, va publier deux beaux recueils de proses, le premier en 1956 (Lou merle gabal, 56 pages) et le dernier, bien plus conséquent, en 1974 (Un cop èro à Sent Firmin…, 190 pages). Une prose exemplaire : chaque récit est court (jamais plus de deux pages), ramassé, nerveux, précis.
    Son neveu Emile, quant à lui, s’est d’abord signalé en 2009 par un long récit de souvenirs en français : De ma jeunesse…, ouvrage de 331 pages illustré de photos, où le goût pour la lengo nostro apparaît régulièrement (titre d’un chapitre : « La charbounado »). Cet ouvrage apporte d’ailleurs un précieux témoignage sur la personnalité de « l’Oncle », auquel un chapitre entier est consacré (« la visite de l’Oncle », pages 165 à 176).
    Mais Emile n’a pas voulu s’en tenir là : à son tour il a pris la plume pour tenir, en langue du pays, une chronique de la civilisation lozérienne. En cours d’élaboration, cette œuvre marquera, je n’en doute pas, une nouvelle étape dans ce qui fait la spécificité de l’écriture cévenole en Lozère, à savoir la construction d’une prose littéraire de haut niveau. Les générations précédentes nous avaient donné les prosateurs Georges Bruniquel (dit Chazenquet) du canton de Florac, Camille Gaillard du canton de Barre-des-Cévennes, et pour le canton du Bleymard, outre Jean-Baptiste Philip, ses deux collègues en religion Ange Peytavin et Félix Vidal. Voilà qu’en quelques mois sont apparus deux nouveaux auteurs en prose, encore et toujours du canton du Bleymard : Hubert Nogaret dont Marsyas2 a déjà parlé, et Emile Philip dont nous donnons maintenant un des deux textes qu’il a eu la gentillesse de confier à l’Armagna Cevenòu 2014.
 
 
Yves Gourgaud. 

Texte tiré de l’Armagna Cevenòu 2014, aux éditions populaires Aigo Vivo. Pour obtenir cet ouvrage (qui n’est disponible dans aucune librairie) : chèque de 5 euro à l’ordre de : Yves Gourgaud. Adresse postale : Yves Gourgaud, 56 avenue du 8 mai, 30520 Saint-Martin-de-Valgalgues.
 
 

*+*+*




LA PÈIRO PLANTADO
 
 
    Bous parlabe en coumencent d’aquelo peirasso plantado en facio de la crous… l’en arribèt uno crano. Co si passèt quond sion deja belets. Nosto damo en bareno de Louzero èro un peiras afoujaçat soubre aquel moure en agachent la crous, coumo se bouliò durmi tranquilament. Mes i o toujour quaucus per bous pouri la bido.

    Aquesto pèiro nous dounabo à pensa, e ni parlessiom un jour à nosto cousino Julieto que couneissiò belcop mai de causos que nantres. Nous espliquèt qu’aquesto pèiro s’apelabo un menhir ! e atabé que co-z-èro nostes reires que l’abiòu plantado aqui per adoura quauco dibinitat o belèu, un pau coumo uno crous, per ounoura un grond persounage. E dequé dounc beniò faire aqui quel coulhou d’ome, dinc un païs que memo lous croupatas i si puòdou pas faire ? Tout acò nous passabo subre la testo e pensabiom nantres que  lou roucas dubiò beni del Louzero qu’es cafit d’aquelos peirassos. Ni parlessiom pas mai…

L’on d’après, un des prumiòs jours de la primo, nous arribèrou dous persounages que, n’on poudiò pas si troumpa, beniòu pas per esterpa de fems. Un bielhot, la testo ploumado coumo un iòu, un coustume que li fasiò pas dafet lou tour del bentre e uno crabato que penjabo del col jusqu’à sas bralhos. L’antre, uno junesso que dubiò sourti de las grondos escolos, bièn proupret e de buono presentacieu, pourtabo quauques outisses. Prenguèrou lus botos e se meteguèrou à mesura, à bira coumo de fedos malautos altour de la pèiro, à espincha l’afaire coumo un medeci soun pacient, tout en parlent uno lengo que coumpreniom pas bièn.

    Julieto, que lous couneissiò, èro aqui, e nantres tabé, amai que ni perdiom pas uno. Quond aguèrou fini de bira e de mesura, s’assetèrou al pè de la bestio. Tout am’un cop, l’arqueoulogo  al coustume estrech diguèt, serious coumo un papo -pas aqueste que ris coumo se beniat de l’en  counta uno bièn buono- :

« Selon toute vraisemblance et en dépit de sa position peu orthodoxe, ce mégalithe doit être considéré comme un menhir. »  Coumprenguère que, dariòs aquelos frasos sabentament entournilhados, ni sabiòu pas mai que nantres. Quauque tems après, benguèrou la redreissa un pau per que co fàsie pus serious. E desempuèi es aqui, quilhado bes lou ciel e fièro coumo Artaban. Quond  bendret al Bouchet, manquet pas de la saluda ambé respet, co’s pas uno simplo pèiro tracho aqui per quauque glaciò i o quaucos lunos, mes uno pèiro plantado, un menhir.

mercredi 12 février 2014

Peireto Berengier : L’Eigoutié

L’Eigoutié

Tre 1980 e fin qu’en 1982, cade numerò de l’A.V.E.P. nous regalavo d’un tros d’aquéu pouèmo, d’un legi mal eisa mai que n’avian garda un souveni fort. Vaqui qu’en 2014, l’A.V.E.P. a la bono idèio de nous tourna pourgi lou pouèmo en oubrage bèn presenta e sus bèu papié que rènd lou legi mai agradiéu. N’avian garda lou souveni e sian pas deçaupu.
L’Eigoutié qu’a pèr segound titre La Toulounado, pouèmo prouvençau en XXV cant, es uno obro d’Antòni Favel que restavo escoundudo dins lis archiéu de la biblioutèco municipalo de Touloun e que Rougié Gensollen, sèmpre atravali se groupè à deschifra.
Vai sènso dire que dóu tèms d’Antòni Favel (1750-1830), escrivien un pau coume poudien e que la grafìo di dès tome dóu manuscrit pausavo proun proublèmo. Rougié Gensollen se groupè à restabli la grafìo mistralenco tout en respetant just e just la lengo de l’autour. Avèn dounc aqui un testimòni sus la lengo parlado à Touloun au debut dóu siècle XIX.
L’autour disié éu-meme que voulié passa Oumèro emé si 15000 vers aleissandrin. Adounc es uno meno d’epoupèio tragi-coumico que nous baio. Diéu di ribiero toulounenco en garrouio, viage à l’Oulimpo, atualita de la marino de la pountanado, l’obro, bèn óuriginalo, pòu sousprene mai laisso pas indiferènt que i’a sèmpre quicon à aprene sus lou Touloun d’aquéu tèms.
Rougié Gensollen, noun pas s’acountenta de deschifra, de recoupia, de pica à la machino i’a mai de quaranto an, pièi de pica mai à l’ourdinatour, aguè encaro lou courage d’escriéure uno asatacioun en francés e en proso que seguis lou pouèmo. Vaqui dounc un oubrage coumplèt, saberu, serious e forço interessant pèr tóuti. S’amerito uno bello plaço dins nòsti biblioutèco, subre-tout que fau apoundre en tout acò, dous estùdi de Pau Roux, de noto istourico de Rougié Gensollen e de l’autour !
Óublidessian pas de dire li dessin requist d’Enri Pertus, de Lethuaire, li fotò e li carto anciano pèr apoulidi lou tout.

L’Eigoutié (Touloun, siècle XIX) : pouèmo en XXV cant d’Antòni. Favel, introuducioun e estùdi de Pau Roux - Noto istourico e asatacioun en francés de Rougié Gensollen - dessin óuriginau d’Enri Pertus (586 p., fourmat A4). Costo 31€ (+ 6 de port).

Peireto Berengier




*+*+*+*+*


lundi 10 février 2014

Sur une idée & présentation de Yves Gourgaud : UNE PROSE PROVENҪALE DE PAUL ARENE

 
 
 
 
UNE PROSE PROVENҪALE DE PAUL ARENE
 
 
Peu de gens savent que le populaire conteur en français de Jean des Figues, ami et collaborateur littéraire d’Alphonse Daudet, avait comme lui écrit des proses provençales. Les éditions populaires Aigo Vivo viennent de rééditer toutes ces proses provençales, en les accompagnant de textes qui éclairent la personnalité de leur auteur, et de belles traductions en provençal de proses qu’Arène avait données en français. Parmi les proses provençales  d’Arène, une s’impose à nous par l’actualité : à l’heure où un dégénéré a cru intéressant de filmer le martyre qu’il a fait subir à un chaton, la belle prose d’Arène nous fait pénétrer dans un monde où le chat, aimant et familier, va rendre à un pauvre homme un service singulier.
Cette prose, il faut le signaler, a été très tôt traduite en langue cévenole : un an après la parution du texte provençal, le journal alésien Lou Cascavèl en donnait une version cévenole, avec la note suivante :
« Aquel delicious raconte dau mèstre-escrivan dins las dos lengos francesos, la dau Nord e la dau Miè-jour, es revira dau journal prouvençau L’Aiòli, ounte escriéu lou grand Mistral e que bailejo en Avignoun lou noble pouéto Folcò » (n° 14, Février 1893)

La dite traduction a été reproduite, aux éditions Aigo Vivo, dans le livret n°52 : Cahiers de Littérature CEvenole (CALICE n°3) : Traduire en cévenol, 2008 (pages 22-24). Cet ouvrage et les Proso prouvençalo de P. Arène sont disponibles uniquement à l’adresse suivante : Yves Gourgaud, 56 avenue du 8 mai, 30520 St-Martin-de-Valgalgues. Pour chaque ouvrage, envoyer un chèque de 5 euro à l’ordre de : Yves Gourgaud.
 

*+*+*





LI CAT DE MOUN GRAND



D’Antibo, 14 de febrié.


D’abord que sian au Mes di Cat, car es au mes de febrié qu’aquéli sànti bèsti van, coume se dis, à Roumo en cantant roumo-roumiau, trouvarés pas en foro de l’atualita que iéu vous parle vuei di tres cat de moun grand.
Fau dire que l’oustau ounte ai agu l'ur de naisse èro pèr li cat, ma fisto, un veritable paradis, emé si loungaru e négri courredou, emé si camarat, si tourno-vènt, soun souleié, tout acò encoumbra d'angounaio e d'argagno mai que mai favourable is escoundudo pèr l'espèro, i sabat de la niue, is ourlànti batèsto, emé de traucarié pèr gagna la téulisso, recatadou sacra, invioulable amiradou, d'ounte en fasènt roun-roun se poudié countempla, tout lou sanclame dóu jour, de dela di cubert, la verdo encencho dóu terraire e, à la vesprenado, la capo dóu cèu blu clavelado d'estello.
 
Moun grand, éu, avié vuetanto an. Mai èro un vièi ravoi e que, pèr rèn au mounde, tóuti li jour que Diéu a fa, aurié jamai manca, davans que de soupa, d'ana béure triqueto, tuba soun cachimbau e faire sa quatreto au cafè dóu bout de la vilo. E de mai avié tres cat : tres cat qu’amavo forço, e que peréu l'amavon proun, à provo que, chasque vèspre quand s’entournavo dóu cafè i'anavon à l'endavans jusqu'au cantoun de la carriero, tóuti tres de-front, si tres co 'n l’èr, e aqui, zóu de roun-roun recoumpensa pèr de caresso ! Em’acò pièi li cat se metien mai en marcho e, tóuti tres de-front, emé si co’n l’èr, jusqu’à la porto, ié caminavon de davans, car sabien, li couquin, que se soupavo pas davans que lou vièi arribèsse.
Pèr malur, à l'intrado de l'ivèr, uno annado, moun grand toumbè malaut. Ié coumandèron de plus sourti, la porto de sa chambro fuguè barrado e coundanado, e li cat lou veguèron plus.

Bèn talamen que noun sachènt ço qu'èro devengu l'ancian, éli anavon, chasque vèspre, à l'ouro acoustumado, jusqu'au cantoun de la carriero, esperavon uno passado, pièi après s'entournavon tóuti triste e la co basso, ço que, e se coumpren, fasié l'estounamen de tout lou vesinage e soun edificacioun.
Mai, un jour sus tóuti lis autre veici que passè pèr la vilo un paure vièi que demandavo. Aquéu paure, à pau près, èro de l'age de moun grand, e, veritablamen, emé soun bastoun, sa barbo blanco e sis abihage blesi, mai perfetamen propre, fau dire que ié retrasié.
Lou paure, justamen, passant à l'ouro ounte moun grand pèr abitudo s'acampavo, li cat, en lou vesènt veni, se ié troumpèron.
Tóuti en rèng, si tres co 'n l'èr, vous trouvarés qu'anèron à l'endavans dóu paure ; passèron, repassèron entre-mitan si cambo ; e lou paure, en lis aflatant emé la man sus l'esquino, murmuravo : « Segnour moun Diéu, li bràvi cat ! »
Pièi se boutèron à marcha, bèn countènt, davans éu, au grand espantamen dóu bon-ome que, dins tout, se meteguè à li segui.
 
Li seguiguè jusqu'à la porto de l'oustau de moun grand, ounte anavo la famiho s'entaula pèr soupa ; e, pèr se pas moustra mens caritadous que li cat, counvidèron ounestamen lou paure à prene plaço à l'entour de la taulo e dins lou fautuei de moun grand.
E ’m’ acò lou vièi paure, tout en curant sa sieto, à tout moumen fasié que dire : « Segnour moun Diéu, la bono vilo – ounte pèr vous moustra lou camin dis oustau, vous mandon de tant bràvi cat ! »


Pau Areno  

(L’Aiòli, n°41, 17 de febrié 1892)



*+*+*+*






samedi 8 février 2014

F. PEISE : LOU CONSOU DE SIEIFOURS -- CONTES DE SIEIFOURS



 
 
 
Lou 
CONSOU DE SIEIFOURS



HISTOUARO DE L’ANCIEN REGIME




Lou vingt-cinq d’avoust, un diminche au matin,
Et dau bel an de Diou, seize cent trento-cinq,
Lou counseou de Sieifours ero en grando assemblado;
La pouarto de la sallo ero desbadarnado;
Cadun poudiet venir per dounar soun avis;
S’agissiet de noumar lou consou dau peïs.
Mais l’aviet dous partis: leis uns voulien Jean Peire,
Leis aoutres chausissien moun paure vieil grand-reire
Brancai-Bouanaventuro- Estropi Barjomau,
Et leis milhous amis, de paraulo en prepau,
N’erount vengus au point de se mandar de bouffos.
Per calmar leis esprits et parar leis barouffos,
Lou priou de sant Aroi, douyen deis fabriciens,
Homme de bouan avis, ennemi deis passiens,
Mounto sus sa cadiero et d’aquit sus la taulo;
Uno fes ben quilhat, demando la paraulo:
— Meis fraires, meis amis, foou que cauque tavan
Vous ague pougnigus! Perque tant de boucan?
Vous fez de sang bouilhen per uno bagatello.
 
Es pourtant pas malin de fenir la querello.
Per couiffar capeiroun avez dous concurrens;
Soun counouissus touis dous; es de ben braveis gens
Que prendran, siou segur, l’interès dau village.
Mais poudez pas sus dous portar vouastre suffrage.
Vau semoundre un mouyen per vous mettre d’accord;
Veicito moun ideio: Anarenı tout d’abord
S’assetar sus d’un bau, lou long de la callado,
Mandarem un coudoun dedins la devallado,
Qu siegue que voudra champeirar leis hounours
Per estre prouclama lou Consou de Sieifours,
De touteis seis talents duvra dounar la provo.
Se leis dous candidats voualoun tentar l’esprovo,
Partiran en courren; aqueou qu’agantara
Lou prumier lou coudoun, lou capeiroun aura. 

— Es ben dich , Adoté! crido la populaço;
Lou voulem desgordi, voulem ges de radasso!...
Lou priou de sant Aroi, seguit des electours,
Deis nobles , deis borgeouas, deis pacans de Sieifour,
S’assetto gravament sus lou camin deis Playos,
Dejà leis doux rivaus revartegoun seis brayos,
Prenoun la precautien de levar seis soulies,
Si mettoun sus d’un rang per ben partir paries.
Que moument solennel! aqui degun bouffavo....
Cadun, lou nas en haut, coumo un limbert badavo.
Au coou de pistoulet, Jean Peire et Barjomau
Partoun talamen fouart qu’auriaz dich un uyau.
Sautavoun leis abroues, leis argeiras, les touscos...
 
Avien pas de besoun de se couchar leis mouscos.
Animas per leis cris qu’entendien de partout:
— A tu, Jean Peire! à tu! courage! aganto-lou!...
— A tu, zou! Barjomau, que seras nouastre mèro!
Courrien coumo lou vent. Mai vai-ti far lanlèro!
Au moument que Jan Peire anavo l’agantar,
Lou coudoun reboumbello et d’aquit va sautar...
(Hurousamen per iou que quouaque galejaire,
Degan m’a jamai fach passar per un charraire)...
Au mitan d’un pouciou, dessus lou nas d’un pouar
Que dormie, la cauvasso! en esperan lou souar,
Senso si marfisar de tant bello aventuro.
Aqueou vilen groussier, dins la memo pousturo,
En renan, ‘me soun bec, aganto lou coudoun,
Se mette à lou rouigar senso tant de façoun.
Alors l’aguet qu’un cris dintre touto la bando:
— Es lou Consou que foou! lou bouan Diou nous lou mando!
Ce qu’es dich, es ben dich! lou sort à ben resoun!
Quimhat dins un fautuil, couiffat dau capeiroun;
Seguit dau pople entier, lou ponar dins la grand sallo,
En trioumphe portat coumo un Sardanapalo,
Siguet recounneissu per Consou de Sieifours.
L’histouaro nous dis pas si faguet un discours.
Et Jean Peire disiet: — Que n’en penses, couleguo?
Sies pas de moun avis?  Aquello, si, qu’empeguo!
Barjomau respoundiet, risen de tout son couar:
— Lou pouar es mèro, es vrai, mai lou mèro es un pouar!
 
- - - 



CONTES DE SIEIFOURS




jeudi 6 février 2014

BATISTO ARTOU : L'OUSTAOU ENMASCA





L'OUSTAOU ENMASCA 



L'a moussu lou jùgi de pas doou XIIIe cantoun de Marsiho, que ven d'estre apela à juja un  cas de mascarié. Veici lei fet.
Misè Taoulissiè ooucupavo despuei tres an un estànci dins l'oustaou de misè Canàri,  carrièro dei Grand Carme. Lou proumier an, tout anè coumo su de roudeletto, lou segound tamben. Mai lou tresieme leis embroi acoumencèroun e si saoup que quand l'acord l'es plu entre lougatàri e prouprietàri. cado mousco deven un tavan. Misè Taoulissié e misè Canàri, qu'avien counfisa dous an ensem, an feni per si brouiha e si vouié lou maou de la mouart. Perqué? Per de ren, coumo es l'us entre basaruto.
Countaren pa eicito toùti lei pichoùnei misèri que nouèstei doues frumo si soun facho, lei  fion e lei coou d'esplingo que si soun manda. Lou jornaou serié pa proun grand. Es de fet  que misè Canàri, usant de soun dret de prouprietàri, à Pasco a manda la coupio à misè  Taoulissié. Aquesto n'a pa boufa v-uno, mai s'es dicho:
— Mi vinjarai, poutènci; siès uno grosso avarasso, ebè! ti vaou prendre mountè ti couei  l'ensàrri. Qu'a fa alor misè Taoulissié? Es anado trouva la frumo que fa lei carto: la masco  de la carrièro doou Traou d'Aran, e l'a di: L'a ma carogno de proprietàri que m'a garça la  coupio, e voudrieou mi vinja en fent quaouco mascarié que l'empachesse de louga soun  oustaou. Avès ren per acò?
La masco l'aguè touto lesto, si saoup que per pita de soou, aquèlei gen la counoueisson, e li diguè: — Ai vouesto afaire. Mai lou secret vous couestara vint franc. — M'es egaou, faguè misè Taoulissié, se fa d'efet. E tenès, vaquito quatre escu de cinq franc flame noou aou timbre de la Republico.
La masco l'ensigné la mascarié.

LOU JUGI, à misè Canàri. — Coumprèni pa ben. Mi dias qu'avès fa cita misè Taoulissié  en dooumàgi-interès per que vous a empacha de louga l'estànci qu'ooucupavo.
 
MISÈ CANARI. — Vouei, moussu lou jùgi. Figura-vous que moun estànci es à louga  despuei Pasco, coumo va dis la tabletto, que sian toutaro à San-Micheou e qu'ai pana  pouscu lou louga.
 
LOU JÙGI. — Es vengu degun per lou vesita?
 
MISÈ CANARI. — Sifet. Es vengu bessai mai de cent gen.
 
LOU JÙGI. — Eh ben! alor?

MISÈ CANARI. — Eh ben! alor, degun n'en voou.
 
LOU JÙGI. — Agrado pa?
 
MISÈ CANARI. — Si qu'agrado.
 
LOU JÙGI. — N'en demandas bessai troou chier?
 
MISÉ CANARI. — Nàni, moussu lou jùgi, n'en demàndi pa troou chier. Voou dous cent  cinquanto franc coumo sias un brave ome.
 
LOU JÙGI. — Eiço va ben, vous gramacieou doou coumplimen. Mai que voulès que li  fàgui se poudès pa louga voueste estànci?
 
MISÈ CANARI. — Bord qu'es la faouto de madamo, voudrieou qu'à titre de dooumàgi-  interès la coundanessias à mi paga à mita la rento d'aou mens un an.
 
MISÈ TAOULISSIÉ. — Tè voueste nas, misè tiropuou!
 
MISÈ CANARI. — La vias, aquello insoulento n'a pa proun de m'avè enmasca l'oustaou,  aro mi trato de misè tiro-puou.
 
LOU JÙGI. — V'a enmasca l'oustaou, dias?
 
MISÈ CANARI. — Vouei, moussu lou jùgi. Per si vinja que l'ai manda la coupio, mi l'a  enmasca e pouèdi plu louga l'estànci qu'ooucupavo.
 
LOU JÙGI, à misè Taoulissié. — Es verai, avès enmasca l'oustaou de madamo?
 
MISÈ TAOULISSIÉ. — Ieou? Mi gardarieou ben d'uno cavo ensin.
 
MISÈ CANARI. — Parlas coumo acò, aro que sian davant moussu lou jùgi, mai es pa ce  qu'avès di davant la bouchièro.
 
MISÈ TAOULISSIÉ. — Que bouchièro?
 
MISÈ CANARI. — Misè Pourrièro, la bouchièro de la carrièro Roumpi-Cuou.  
LOU JÙGI. — E qu'a di misé Taoulissié à la bouchièro?
 
MISÈ CANARI. — L'a di: Sabès pa, l'a aqueou viei ravan de misè Canàri que m'a manda  la coupio. Mai mi vinjarai. Faou quo l'enmàsqui soun oustaou.
 
LOU JÙGI. — E vous l'a enmasca?
 
MISÈ CANARI. — Enmasca, dias? Talamen enmasca que l'estànci qu'avié aquello  mechanto, mi resto su lei bras.
 
LOU JÙGI. — Su lei bras! Sias pu fouarto qu'Herculo alor!
 
MISÈ CANARI. — Es uno façoun de parla. Vouèli dire qu'es pa louga.
 
MISÈ TAOULISSIÉ. — Tè, coumo s'èro ma faouto. Un poucieou ensin!

MISÈ CANARI. — Poucieou, quand l'erias. madamo... Vouei, sias anado co de la masco,  va tèni de misè Quinsoun, la rampaihuso de cadièro, e v-a ensigna uno mascarié per mi  porta tort.
 
LOU JÙGI. — Qu'es aquello mascarié?
 
MISÈ CANARI. — D' abord, es misè Bouscarlo, la frumo de meinàgi, que va m'a di, avès  fa set coou de sueito l'entre-signe de la crous en acoumençant per l'espalo gaoucho e en  diant:
— Qu'un lucifer cure l'oustaou de misè Canàri e que si lougue pa! Puei avès près un  saquet, l'avès mès dedins uno couè de limbert, lei quatre pato d'un grapaoud, la testo d'uno taranto, uno alo de machouetto, l'avès pissa dintre en diant:
— Lucifer, que l'oustaou de misè Canàri si lougue quouro lou limbert aoura retrouva sa
couè; lou grapaoud, sei pato; la taranto, sa testo; la machouetto, soun alo e.....
 
LOU JÙGI. — E vous, voueste pissin. Asso! mai vous cresès que lou Gouvernamen mi  pague per aousi de talo gandouaso? Fé-mi un paou lou plesi toùti doues d'ana veire se  vouesto soupo si brulo pa. Ensin juja.
 
MISÈ CANARI. — Ebè! sias ben ouneste, moussu lou jùgi. Mai m'adreissarai à pu fouart  que vous. D'aqueou pas, vaou trouva moussu Passeroun, l'escriban publi, e li farai faire  uno peticien per moussu lou President de la Republico!.....


*+*+*+*+*