samedi 6 mars 2010

û counte coumengés

.


.
St Bertrand de Cominges
détail du cloître


0+0+0+0+0+0+0



Û counte coumengés



Aro le trabalh qu’ei à Paris, mous dìsen tout ed temps. Qu’ei vertach e que sabi cap perqué tout ei viengut coumo acò push qu’avion industrìos en Coumenge end temps deds senhous. Qu’aviom mèmo ùo mino en vat d’Alòs.

Ad mieyt ded dio, es minaires, « es carraus » coumo disen en Coumenge, e minjabon à ra surfaço, e i avio un cop û joen que minjabo ad relarg deds àutis, assetat sus û souquet. Que minjabo e que gaitabo shens vede arren. Que reprenio sas forços.

A un moument que vèi sourti d’un bouissou ùo mandro que ve minja erai brizos cajudos ded sieu pan. Ed joen bouleguec cap ena l’espauri cap, e era mandro que minjec un moument e que s’en anguec.

Lou lendoumâ, ed joen que s’assetec sus ed meme souquet ena minja e ’ra mandro que tournec. Ed joen que’n houc countent e que y balhec dam ed pan un moç de car e quauques lardous.

E ’ra mandro que tournabo quàsi cado dio ad moument dech esparti. Û dio que venguec dam tres mandrous, e le joen que nouiriguec touto era familho. Acò n’i coustabo pas car, qu’èron bèstios petitos. Push es mandrous que se hasquèren bèchs e ’ra mandro que tournec veni souleto.

Û cop, era mandro qu’arribec descoetado, per un cepadèu, proubable. Ed joen que n’aujec pietach, e que y diguec « ma praubo descougato ». Descougato, qu’ei atau que dìsen en vat d’Alòs ena dize descoetado.

Push cado dio, ed joen que dounabo moçs nouvèts à ’ra mandro en i disent : « Tè, minjo, praubo descougato ! » e ’ra mandro que minjabo, e abans de parti que levabo ed cap coumo per saluda.

Ed temps passec. Es coulegos ded carraus que sabion qu’avio amistousat ùo mandro, e de cops qu’i dision per galeja « ed goujat dera mandro ».

Û dio, era mino s’espóutiguec, touto ùo partido que s’espatarrec sus es minaires. Que lous venguèron à l’ajudo, mès ed joen qu’èro ensebelit dins ùo partido lounh deds àutis. Dous dios après ech accident qu’èron cap vienguts le sauva. Que coumencec de perdre pacienço.

Qu’aurio agut plâ pòu s’avio sabut qu’ed senhou voulio que remprenguèsson ed trabalh, mès ni per menaços, nou pousquec hè plega es carraus que dision que voulion sauva toùtis es coulegos. Mès ed goujat dera mandro, le troubabon cap.

Qu’èro sebelit lounh deds àutis, atau era mountanho qu’avio roudelat e que l’avio separat dera chourmo. Coumo vezio que digus venio cap, que rampec vers era lutz, mès que poudio cap sourti. Ed trauc per ount vezio ed dio qu’èro be trop petit.

Lavetz y venguec ùo idèio e quirdec de toutos sas forços : « Descougato ! Descougaaaato ! »

E quauques cops cado ouro e cridabo « Descougaaato ! »

Era mandro que l’auziguec e que venguec. Que passec dins era mountanho e venguec y leca erai gautos plenos de lagremos. Push que sourtiguec ad davant des minaires e que jaupec.

Un des carraus que diguec : « Qu’ei daumadye que sio cap viengut dab ed fusilh, que l’aurio cap mancado, aquero ! »

E pensos à cassa ! ça-diguec ej aute.
Mès qu’ei cap nourmau que quirde coumo acò. Erai mandros que soun mès
discretos, nourmalomen.
Qu’as rasoun, e s’èro…
S’èro era mandro ded goujat ?

Alavetz quitèron de pensa à ’ra casso e se boutèron de segre era mandro que jaupabo e que virabo ed cap ena vede se la seguion.

Es coumo acò que troubèrou ed trauc e qu’auziguèron ed goujat que lour quirdec : « Ajudo ! » e que le sauvèron.

Quauques dios après, quoan houc remés e que tournec à l’obro, ed joen que venguec dam un gros moç de car, e que diguec à ’ra mandro : « ma descougato, que m’as sauvach ! »

Que l’avio nouirido shens pensa que pouirio li hè servìci, e ero que li avio sauvach era vido.



transcrit per Alan Broc,
Mèstre d’Obro ded Felibrige,

der’ Escolo Mistralenco
"Nàti, vàti, toùtis Coumengés"

2 commentaires:

Mathilde a dit…

Je ne comprends rien comme d'habitude mais le cloître à Saint Cominges de quelque chose, même si je ne sais pas où il se trouve, je veux bien l'acheter quand je serais grande et en faire ma résidence de vacances avec tout ce qu'il y a autour !!! "Bin" quoi, dans les commentaires, d'abord, on a le droit de dire tout ce qu'on veut !!!

Broc a dit…

Je commente le commentaire de Mathilde. Ce cloître de Saint-Bertrand de Comminges est dans le sud de la Haute-Garonne. C'est ma capitale spirituelle de rechange depuis que j'habite loin du Mézenc et du Puy Mary.

Le cloître lui plaira encore plus quand elle saura qu'il est en hauteur, au sommet d'une tour.

En effet l'église de Saint-Bertrand de Comminges est une église du XIe ou XII ème siècle, période violente. C'est une église fortifiée.

Si le cloître n'était pas si manifestement roman dans sa décoration, on aurait l'impression d'être dans un monastère boudhiste de l'Himalaya.

L'istòrio û counte coumengés. J'en ai fait un texte plus joli dans la forme que le conte de base qui est très court, mais dont l'argument est adorable.

Un jeune mineur mange un jour un peu à l'écart des autres et une renarde vient se repaître des restes de son sandwich du XVIIème siècle.

Un jour la renarde arrive "escoetado", sans queue. Alors il l'appelle "descougato" parce que c'est un mot du Val d'Alos. Il la nourrit volontairement, ainsi que ses renardeaux le jour où elle en amène.

Plus tard il est perdu dans un éboulement de mine, loin des autres victimes.
Le seigneur veut obliger les mineurs à reprendre le travail, mais ils refusent.
Mais après quelques jours, on a retrouvé tous les autres, mais pas le jeune.

Le travail reprend donc.

Deux mineurs arrivent au boulot. Ils avisent une renarde et l'un dit: "Dommage que je n'aie pas mon fusil."

blablabla... au bout d'un moment ils se rendent compte que c'est la "descoetado" du jeune. Elle crie et se retourne vers eux.

Ils finissent pas comprendre qu'il faut la suivre et elle les amène à un trou où elle peut passer mais pas le jeune homme.

Auparavant, c'est lui qui avait eu l'idée de crier par "le bouchau" "descougaaaata!" et la renarde était venu lécher ses larmes.