lundi 4 janvier 2010

POULITOU de las PELHOUSOS (extraits dans Armanac de Louzero : 1974)

.

Sur une proposition de Alan Broc :

(Uno niorlo que vau pas mai que ço que vau, mas que vous bouti pel voucabulàri)



Escoutat aquesto, mes bous abertisse : belèu i chario un pàu de rectangle blonc.

Bous la conte, coumo l’ai àusido, à l’abro d’uno ribieiro, darios un mougui, un jour qu’ere anat assat de penja un goli !

Sufis qu’aquel jour la mouguinieiro s’ero joucado soubre la biseto que monto la galatas, de bei deforo, per souna soun ome que dubio campeja quicon, en lai, dins soun prat.

Un besi, belèu èro lou pourtur, passabo end’ aquel moument. Diguet a la mouguinieiro :

De que bous arribo, per souna l’ome, ame tont de canouguo ?
Bogue que benie bitamen : nostro calho (nousto caio) be de lachinta (pourcela) e n’o faches belèu mai de quatorze : pode pas lous counta !
O bougre ! Se m’en dounabiat un ? L’abaririo al tetarel ! Aco me fario un moucel de char fresso per fa ma soupo l’iber que be ?
Que Dieu me garde de bous douna un lachintou ! Ai nòu efons pichous a l’ousta : se ne bouiat un, des darios, l’abaririat al tetarel ?
O mès que, Madamo ! S’abet uno oustagado d’efons, iéu i soui pas per res ! Bous ai pas jamai courtisado !
Manquario pas qu’aquelo ! Mes diset l’ome… Se bouguet un de mous lachins… D’aquel biais, pourrio bous demanda qua abet courtisat ?
l’antre ou duguet pas prene per reire : duguet demoura mouchet !
Ausiguere lou bruch de las ferrassos de sous esclops : l’ome s’en anabo pus bite qu’al pas, soubre lous calatous del chami.


(Armanac de Louzero : 1974)
POULITOU de las PELHOUSOS

.

1 commentaire:

Mathilde a dit…

Google traducteur refuse de traduire le provençal ! Vous croyez qu'il faut que je porte plainte pour racisme primaire ?
Mais, je confirme, tout est bon dans le cochon !