lundi 30 novembre 2009

Matiéu Lacroix : PAURO MARTINO !

.

Arrière-petit d'une "Gueule Rouge" (mineur de Bauxite) qui faillit périr sous un éboulement, cette poésie me touche.

Cette "PAURO MARTINO" est un concentrée de fatalisme, de résignation. L'humain face à la force de la nature, l'humain est soumis au ventre de la terre, à la mort. Un autre grand "méridional", l'aixois E. Zola dépeint la fresque universelle que fut Germinal.
La posture de Matiéu Lacroix est bien différente, la simplicité du faible qui se soumet & pleure sur son sort!
Un texte déjà en parti publié, je vous le donne dans la totalité de son épopée tragique : drame grec !

Le recueil de Matiéu Lacroix fut publier il y a 100 ans avec en préface des considérations de F Mistral & d'Arnavielle !


0+0+0+0+0+0+0

Marsyas2 a dépassé le nombre de 5000 visites avec plus de 10.000 pages consultées. Ce résultat est l'oeuvre de tous ceux qui y ont contribué dans le temps, au delà des textes, c'est la langue et l'esprit des différents pays d'Oc que nous avons pu traverser, mais aussi du monde Latin dans toutes ses différences, & ce, dans ces 9 derniers mois.
La gestation étant finie, nous allons continuer dans cet esprit pour faire triompher les valeurs de la poésie & pour que la lumière éclaire les hommes....

En décembre nous donnerons plus de place au Languedoc & à la Provence...



0+0+0+0+0+0+0



E. Zola

PAURO MARTINO!

Es bon mati, Martin s'aigrejo :
Sa modo es de dire un pater ;
Quand l'aubo lusento pounchejo,
Lou mando au ciel, au Dieu que sert.

Cade jour es la mémo causo :
Autant-lèu coumo s'es vesti,
S'aginouio sus uno lauso,
Veto, prègo, apensamenti...

Vai pas à soun obro sans saupre
Counio soun sous efantounets ;
Dins-lus très gourjetos fai caupre,
Douçamen, quauques poutounets.

Mes lou dame jour de sa vido,
En passant la porto, ausiguè
Parla sa fenno entre-dourmido ;
Vejaici çô que li digue :

— « De-que fas allai ? parlo, digo ?
Sarro-te, vène aici, moun sou !
Bailo-me ta maneto amigo,
Ferme rassegura, qu'ai pòu...

Touto aquesto niuè, soui estado
Dins lous embouls, dins lous tracas ;
Dinc un sounge m'ère afairado,
Sans t'avedre tus per soûlas !» —

Sou li dis alor soun Ursulo,
Sa fenno, sa douço mita :
— « Soui sufouscado , moun cor brulo,
Dau pantai que te vau counta...

Me soui trouvado dins la mino,
Amantoulado per lou fiò ;
T'ai cerca dins l'escuresino,
Martin, iéu t'ai pas vist en liò !

Martin, perqu'ansindo te nome,
Anes pas travaia, crei-me ;
As très efants, m'as iéu, siès orne,
Rèsto aici ; per iuèi pauso-te !

Soui seguro que quicon d'orre
Arrivara, mémo ounte vas...
Cregnisse que quaucus demore
Escnimacha souto un lausas !...

Quand soui coumo acô, que pantaise,
Tramble, moun sang se viro, ai pou ;
Dins moun liè soui pas à moun aise,
Moun cor e moun amo fan dòu !

Lou sounge que vène de faire
Me destrassouno, à iéu soui plus....
Ai vist per lou fiò rambaiaire
Vira tout dessouto-dessus !

Las minos se soun fendasclados,
Lous rocs se soun destrantaiats,
Las descentos se soun negados,
Lous èrs michants esparpaiats....

Quante sabat! puante fracage!
Qualité orre e triste mescladis !
Dau plan s'es coupa lou courdage,
La plaço es pas qu'un chapladis !

l'a de charris uno cranteno
Capoulats eu milo moussèls;
La pu grosso pèco es à peno ,
Coumo lou found das canastèls.

De la Phiouso ai vist lou serre
Davaus mous ièls cambalouta,
Das minos lou cami de ferre
De found en cimo derraba.

Lou gaz, qu'en boutant espavento,
Dau ravin a gagna lou pous;
A sounleva pièi la charpente
En l'èr, coumo un mouchou de pous !...

De la mino a toumba la vouto
Au pèd d'un lourd escrasamen ;
Lous carbouniès i'èrou dessouto,
Estoufats dins l'encoumbramen...

Soun coupats per lou miè, lous éuses
Que portou lous trucs esberlats :
Se soun clenats coumo lous féuses
Dessouto l'aguialas gimblats.

Ai vist permena la flamado
Que fai, quand partis, lou grisou,
E touto la mino atubado,
E d'omes toumbats d'abausou.

Ai vist la toufo espessesido,
Fumouso, escuro coumo un cros,
Dins uno galariè remplido
De minurs brulats jusqu'as os;

Ai vist sourti sus de civièiros
De gents blassats, morts, rabinats,
Machugats per de lourdos pèiros,
Aplatits, escrapouchinats !...

Laisso-me fini de te dire
Ce qu'ai sus moun cor de pu grèu. ..
Vos hou saupre encaro ? es be pire :
T'ai vist resta sus lou carrèu !

Ai vist coumo uno fourniguièiro
D'efants, de fennos coumo iéu
A ginouls dins la grand carrièiro,
Las mans jounchos pregavou Dieu!

Ai pòu que quicon se coumpligue
De moun pantai enfurouna,
Ai pou que lou grisou partigue
E que te portou rabina!...

S'un délit se desarrapavo
De quauques roucas suspenduts,
S'en s'abausounant t'arrapavo,
Te tuariè, sarian perduts !...


Coups de grisou fin XIX ème


Crei-me, Martin, pauso-te, bouto ;
Per iuèi rèsto aici dins l'oustau;
Cregne que t'atrovou dessouto
Quauque traite lausas brutau!... »

— « Oh ! la nèscio ! » Martin sou crido,
As tort s'as fe dins toun pantai ;
Es à Dieu que devèn la vido,
El nous la lèvo quand li plai !

Nous delaissara pas, ma mio,
Saves que nous aimo, moun sang!
Sap qu'ai dous garçous, uno fiho,
Que soui soûl per gagna de pan !

Qu'acò te fague pas malauto,
Risque pas res, soui prudent, iéu;
Laisso-me faire sus ta gauto
Un poutou per marco d'adiéù !

Anen, m'envau, rènd-te countento:
Parte, tranquiliso-te dounc ;
Fenis, m'amour, d'èstre doulento,
Per iéu prègo aquel d'ailamount !... »

S'envai, pren sas picos pounchudos,
Soun jo de mino, soun cabas,
Soun lum, sas dos piolos taiudos ;
Laisse quaucus dins l'embarras.

Laisse sa fenno, pechairasso !
Que lou vòu reteno en souscant;
Per sa camiso lou tirasso...
L'estofo li rèsto à la man!

Lou paure, vers la mort camino,
La porto, sans hou saupre, as dents;
L'encafourno emb'el dins la mino,
Jusqu'à l'ouro das acidents.

Aviè laissa dins sa liechoto
Très efantounets, e l'ainat
Sousco, plouro, sa voués sanglote,
Aissejo, a pou, pot pas parla.

Sa maire, de lou veire ansindo,
Counouis que devigno quicon ;
A la grumo à l'iuèl, grosso e lindo
Coumo l'aigueto d'uno font.

— « Vos-ti béure ? auras ta cougourlo ;
Soupères pas ièr : as famet ?
Aqui de biscuits, manjo e chourlo...
Vos quicon mai, digo-z-hou-me ?

Vos-ti tas poulidos jougaios,
Toun tambour, toun chival de bos,
Toun pantin, toun fouit, tas crincaios?
— «Nou! » li dis. — «Eh! be, de-que vos?»

— « Vole que me prengues, ma maire,
Que me mettes dins toun liechou,
Que me digues ounte es moun paire;
Vole i'ana faire un poutou. »

— « Voste paire es parti, pechaire !
Per per vous gagna de panounet ;
Es tant brave, es tant travaiaire,
Aimo tant sous efantounets !

Vai pas barrounla las gargotos
Nimai lous oustalas de jos ;
Aici dedins fai sas ribotos
Embé sa fenno e sous pichots.

Aimo surtout, lous jours de pago,
Quand vèn de tira sous soulets,
De larda 'mbé sa longo drago
De tems en tems quauques poulets.

Vous canto foço cansounetos :
Las das minurs vous fai ausi ;
Vous devoro de sas poutetos ;
Aves un paire benesi !

Mous étants, quand vèn lou dimenche,
De vous espincha manjo e béu :
Vous pimpo e mémo pren la penche
E desembouio voste peu.

Dos fes per an fai lou service
Que déu faire un bon catouli :
Coumùnio, après lou sacrifice
Nous porto un no de pan béni.

Emb' el soui coumo uno barouno,
Urouso, m'aimo que noun sai ;
M'encrese tant, dins ma baitouno,
Qu'uno rùino dins soun palais.

Preguen, mous efantous, pecaire !
luèi, soui laguiado, ai pou per el ;
Preguen Dieu per que voste paire
Torne lèu veire lou sourel.

Metès-vous sus aquelo garbo,
D'à ginouls, pregas embé iéu.
Nosto patrouno Santo-Barbo,
Qu'es tant escoutado de Dieu.

Se nous àdus voste paireto,
San e gaiard, proumete, iuèi,
Uno poulido denteleto
A la bono Maire-dau-Pièi.

Anarai en pèlerinage,
En devouciéu, d'amount, d'aval ;
Presentarai un côuquihage
A Nosto-Damo-de-Laval.

— Vierge, reino das anjounellos,
Se moun pantai s'esplico pa,
Dins nosto glèiso as dos capellos,
Quatre cierges tarai flamba !

— Dieu, préservas ma mitadouno,
L'ome, l'aubre de moun oustau;
Anarai prega la Madouno,
Tèsto nuso, pèses dcscaus !

Davalantan, me lou menerou
Emd'un de sous brasses desfa ;
L'an passa, me lou sourtiguèrou
Quasi de la mino estoufa !...

Ah ! quand aquel marinas boufo,
Coumo un foulet lou fiò partis,
Lou grisou quialo e pièi la toufo
Dins la mino s'espesesis...

Preguen , mous efantous , pecaire !
Davans la crous encaro un cop ;
Dieu qu'es tant bo, de voste paire
Aliuenchara lou mourtal cop!... »

A la page la pu proumièiro,
La pauro , coumtavo end'au det
De paga soun elevandièiro,
D'abiha lou pu manidet,

L'efant qu'èro dins sa bressolo
Nascu i'aviè pas que dous mes...
Soun orne, qu'èro au found dau polo ,
La fourcè de coumta dos tes.

Au found dau pole, as carbounièiros,
Dins l'enfernas que fai escor...
— « De-qu'ausisse per las carrièros ?...
De vouès que me trencou lou cor...

Sou digue la pauro Martino.
Un orne s'es fa mau, moun Dieu !
Se s'en sort un, iuèi, de la mino,
Es un asard s'espas lou miéu...!

A la Grand-Baumo tout s'acousso:
De-qu'es tout aquel revoulun ?
Tout se pousso, tout se repousso,
Lou pople es espés coumo un fum...»

Per i'ana filo coumo l'auro ;
De liuen fai ausi soun ploura...
Dous esprès li van dire : — « Pauro ! ,
Vous pregan de vous revira.

Fau tourna dins vosto cambreto :
Venès, i'anaren toutes très,
E la veritat touto neto,
Fenno, per nautres la sauprés.

Contro lou carbou que fai vouto
Martin massavo sous cougnets,
Quand uno maudichasso mouto
l'a desnougaia lous pougnets. »

Elo es pas pigro per respondre :
— « Moun orne a mai de mau qu'acô ;
Vese que m'hou voulès rescondre...
Ancn ! aura resta, sus cop !...»

Intro, crido à Dieu, se tourmento,
Pai pinchou deper soun trapou :
— « Malur! » sou-crido la doulento,
«Ai! me l'adusou... vesès-lou!

Sous quatre mihous camarados
Lou portou, marchou douçamen...
A belèu las cambos coupados,
Es sai-que à soun darriè moumen!...

La foulo qu'entendièi toutaro,
Pren l'avanço, vèn à l'oustau;
Pièi cridavo, dis parés aro,
Tout rèsto mut, tout rèsto siau... »

L'acès la pren, sa car trémolo,
S'estavanis, s'atrovo mau;
Reven, crido coumo uno folo:
— « Moun orne es-ti mort ou malaut?... »

— « Es esta susprés per la toufo, »
Li disou per la counsoula,
« E lou fié grisou que refoufo
L'a pas mai qu'un pauquet brûla. »

—-«Es mort, e m'hou voulès pas dire!...
Vous prègue, per l'amour de Dieu !
Me fases soufri lou martire...
Digas-me s'es mort ou s'es viéu !...

Ausisse dinda 'no campano :
Sono un clas... De quau ?... Santo Crous
Laissas-me rebounda la vano
Qu'acato moun ome sannous !... »

Se graufigno, se descagnoto,
Se derrabo soun pèu bloundin ;
S'encourris dessus sa lièchoto,
Vòu poutouneja soun Martin.

Parents, amis, vesi, vesino,
Res pot pas amaisa sous crids :
— « Anen ! » li disou, « vai, Martino,
Laisso toun orne que dourmis ! »

Mes la fenno, qu'à lou cor tendre,
Vou saupre se soun orne dor;
I'an be di, per li faire entendre...
Lou desacato...— « Ai ! Dieu ! es mort !.. »


La mort!?

.

2 commentaires:

brigetoun a dit…

voilà que grâce à Fardoise je trouve un blog qui va me dire l'Avignon de toujours

brigetoun a dit…

bon ça va être très en gros juste pour le parfum et les quelques mots que je comprendrai