vendredi 18 novembre 2011

F. Mistral : 2 textes politiques - 1871

.






Avugla pèr nosto glòri, divisa, desmemouria pèr nòsti discussioun, dissensioun, revoulucioun, mes au nis de la serp pèr li maladoubat e pèr lou mau-gouvèr de gouvernaire indigne, apliquen-nous, enfin, tóuti, dóu founs dóu cor, à pratica la liberta, aquelo santo liberta que, dins noste malur, au-mens nous rèsto. Esclapen, manden au diable aquelo Centralisacioun, mecanico d’esclavage que li despoto fabriquèron, e qu’a lança la Franço, desprouvesido, desarmado, nuso e cruso, dins uno guerro moustruouso. Au-liò de remouca, de replana de-longo e d’unifourmisa coume uno taulo de faiòu, au-liò d’encaserna e cresta la nacioun, rejouvenissen-la dins lis independènci prouvincialo, dins lou fort nouvelun de la naturo maire e dins la drudiero dóu terradou.
Que li despartamen d’uno memo regioun groupon si voulounta, sis interès, si forço; li Counsèu Generau, de despartamentau e feble e sènso voio coume soun au jour d’uei, que devèngon regiounau, e que reçaupon de serious poudé, e que noun fugon plus li servènt dóu prefèt, e que tèngon sesiho un mes, dous mes, se fau, e noun vue jour. Que l’Assemblado Naciounalo, au-liò de s’acampa toujour dins qu’uno vilo, chanje tóuti lis an de résidènci, quouro dins lou Miejour e quouro dins lou Nord. E d’aquelo maniero, veiren plus lou gouvèr à la merci d’un usurpaire o d’uno pougnado d’insurgènt; e d’aquéu biais, la vido vai renaisse dins tóuti li prouvinço, e li nòblis ambicioun, e l’amour de la terro, e lou patrioutisme e l’antico fierta.
En fin, pèr faire fàci, à-n-aquéli dos raço eternàlis enemigo de la nostro, li German e li Rùssi, travaien à basti la Counfederacioun latino, car se la bello Itàli, emé la noblo Espagno e la Franço erouïco, èron unido un jour pèr un bon liame federau, quau lis afrountarié?

A. P. 1871


*+*+*






17 août 1871




A Marius Roux

Nous subissons les conséquences du déchaînement effréné de 1793. A cette époque et même avant, les sophistes qui s’étaient emparés de l’esprit public, posèrent en principe la nécessité de faire table rase.
Cela est si bien entré dans les idées françaises que, pour l’immense majorité, la France ne date que de 1789.
Nous avons, de parti pris, et par une sorte de fraternité bravache, rompu, nié et oublié toutes nos traditions nationales, provinciales, communales, sociales, religieuses… De là, la haine du Décalogue, le dédain de la famille, le besoin universel de sortir de sa condition, le mépris de toute supériorité, la disparition du patriotisme et l’évanouissement de tout idéal.
Dans de telles conditions la fondation de la liberté est impossible et le grand peuple franc se transforme de plus en plus en vile populace, proie de tous et du premier conquérant venu…


.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Qui veut avoir une idée juste des idées politiques de Mistral doit consulter l'ouvrage de référence en la matière: F. Mistral, ECRITS POLITIQUES, textes recueillis par René Jouveau et Pierrette Berengier, ed. Prouvènço d'aro, Marseille 1989, 176 pages. On y retrouvera bien entendu les deux textes donnés ici par MARSYAS 2

Marsyas a dit…

Dans la précipitation de la mise en page, j'avais omis, comme souvent de publier mes sources !!!

Notre lecteur, à juste raison, a corrigé cela !!!!

Amista.....