mardi 6 avril 2010

Nouno Judlin : 1er chant - Er de Flahuet - 1937

.



Un autre chant de Nouno Judlin, ce coup-ci il évoque Mireille, histoire, fâble ou légende, elle hante l'inconsicent collectif provençal & des différentes langues du midi de la France... Mireille!



Ai mira mis iue

dins uno font claro.
N'en pantaie encaro
de jour e de niue.


Ero un bèu matin.

Lou cor di campano

batié sus la plano,
uman e divin.

Batié pèr l'amour,

bâtie pèr l'idèio,

bâtie pèr Mirèio,

pèr gau e doulour,


sout lou cèu prefound,
dins uno calamo

que de l'aigo e l'amo

se vesié lou founs.


O caligna dous !

Un rai ié jougavo

e vers iéu mountavo
dou cros souleious.


Pièi de moun mirau,

bevèire d'image,
veguère un mirage

troubla lou cristau.

Infini d'azur,

blanco nivo d'alo,
regardave, palo,
veni lou bonur.


Un revoulun d'or

pipaire d'estello,
lusènt que pivelo,

simbelè moun cor.


Au grand tourneja,

dins l'aigo de flamo,
ai nega moun amo

de trop me clina.


Pantai de mi niue,

ma vido s'embarro

dins uno font claro :

la font de tis iue.




0+0+0+0+0+0+0


J'ai miré mes yeux
dans une claire fontaine.
J'en rêve encore
de jour et de nuit.

C'était un beau matin.
Le cœur des cloches
battait sur la plaine,
humain et divin.

Il battait pour l'amour,
il battait pour l'idée,
il battait pour Mireille,
pour joie et douleur,

sous le ciel profond,
un calme si limpide,
que de l'eau et de l'âme
on voyait le fond.

0 douce caresse !
Un rayon y jouait
et montait vers moi
de la source ensoleillée.

Puis, de mon miroir,
buveur d'images,
je vis un mirage
troubler le cristal.

Infini d'azur,
blanc nuage d'ailes,
je regardais, pâle,
venir le bonheur.

Un tourbillon d'or,
pipeur d'étoiles,
éclat qui fascine,
appela mon cœur.

Au grand tournoiement,
dans l'eau de flamme,
de trop me pencher
j'ai noyé mon âme.

Rêve de mes nuits,
ma vie s'enferme
dans une claire fontaine :
la fontaine de tes yeux.



1937

.

1 commentaire:

Mathilde a dit…

Aïe aïe aïe madre mia !!! Si tu m'incites à lire des poèmes sur l'amour aussi délicat que celui-ci, comment veux-tu que je ne sois pas touchée ? Très beau, limpide, une expression très claire pour parler de l'amour pur qu'il porte à Mireille ! Du cristal, une mer turquoise et transparente, d'où jaillit une lumière qui nous éclate au visage ! Ce n'est pas demain la veille que quelqu'un va m'écrire un poème comme celui-ci, mais tant mieux pour Mireille, qui j'espère, elle, l'a lu !!!