lundi 19 octobre 2009

Musée d'Arles Antique : Pièces de curiosité

Le témoignage de ceux qui nous ont précédé, peut être la seule certitude que l'espèce humaine peut avoir. Gravé dans la pierre dans la matière éternel, le témoignage des génération ancienne est troublant.
Pour cela le Musée de l'Arles Antique ( lien ici ) est plus que troublant, à la manière du Muséon Arlaten, il nous dit qui furent nos prédécesseurs & surtout comment il vivaient...
Lors d'une récente visite j'en ai tiré ces 5 photos (cliquez sur ces dernières pour les agrandir) :


Sur l'autel d'Apollon du Théâtre antique, l'on voit ci-dessus Marsyas écorché vif,
alors qu'il avait osé défier le dieu en jouant de la flûte à la perfection!!!

Tête du dieu Mithra, la religion monothéiste, très présente en Provence, mais qui n'a pas réussi comme le christianisme!

La princesse Europe enlevé par Zeus transformé en taureau

Statue de Cronos, le Temps, l'on peut voir les constellations du zodiaque
ainsi que le serpent : l'ourobouros, sur le drapage qui couve son coprs!
Cette statue était montée sur axe, elle pivotait sur elle-même.

Arles connaissait de nombreuses corporations de bâtisseurs
détails d'une tombe

0+0+0+0+0+0+0

Tout cela me fait penser au Poème du Rhône, où Mistral s'exalte :

Se teisè. Dins soun amo pensativo
Tapareissié sus lou ribas dôu Rose
L'autar dôu dieu Mitra, la font de Tourno
Que n'en sourgis prefoundo e clarinello,
Em 'aquéli simbèu dôu vièi sacrige,
Espetaclous ensigne dôu Zoudiaque,
Qu'emplissien d'esmougudo segrenouso
Lis adouraire dôu souleias bléuge
Mountant o descendent autan lou flume
Pèr faire en devoucioun soun roumavage
Au dieu Mitra, « lou soulèu invincible ».

E se disié : — Soulèu de la Prouvènço,

0 diéu que ié coungreies lis angloro,
Que fas sourti d'en terro li cigalo,
Que dins mi veno marfo e palinouso
Reviéudes lou sang rouge de mi rèire,
Diéu roudanen que lou Dra dins si vòuto
Agouloupo, à Lioun, au Bourg, en Arle,
E que dóu negre tau dins lis areno
Encaro vuei t'es fa lou sacrifice
Incounsciènt, diéu qu'escavartes l'oumbro
Galoi, qu'en uno ribo incouneigudo
Vuei es desert toun autar - e toun rite
abandouna dins l'óublit, iéu barbare,
Iéu lou darrié bessai de ti cresèire,
Vole sus toun autar óufri, premiço
De ma felicita, ma niue de noço.



CHANT XII, LA CATASTROPHE

.


1 commentaire:

Sis Siou a dit…

Bonsoir, je suis de passage sur votre blog parce que j'entame une recherche sur Mithra. Je voulais vous vous faire remarquer, que sauf erreur de ma part, la mosaïque (collection du Musée d'Arles antique)que vous désignez comme représentant Mithra est en fait une représentation de la princesse Europe enlevé par Zeus transformé en taureau pour la séduire.